Exils acousmatiques

Maya Prynda, ResMusica, 20 mars 2008

Un DVD présenté comme un CD? Oui, tout à fait. Car le seul intérêt du format est qu’il permet à l’utilisateur de choisir entre deux types d’écoute. Sinon, il n’y a strictement rien à regarder. Les œuvres s’écoutent comme pour un CD. Seul le titre s’affiche à l’écran et c’est tout.

Les œuvres acousmatiques présentées sont par essence basées sur la spatialisation et la circulation du son, la diffusion en stéréo est donc plus pauvre que celle en Dolby Surround 5.1, et l’auditeur, en étant moins «entouré» par le son, est par conséquent moins plongé dans l’ambiance souvent assez dramatique des pièces.

Annette Vande Gorne travaille tout à la fois au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques et Recherches à Ohain en Belgique et à l’Ina-GRM de Paris dont elle a honoré plusieurs commandes. Ce DVD a pour ligne conductrice l’exil, qui donne le titre de cette compilation. Ce qu’a vu le vent d’Est, rend, par son titre, hommage à Debussy et à la mouvance de son œuvre constituée de juxtapositions de fragments. On retrouve d’ailleurs la même impression de magma sonore que dans le Prélude du compositeur. Les autres pièces, d’atmosphère variée mais avec toujours une certaine tension dramatique, laissent une place capitale à la voix déclamée qui est parfaitement intelligible et qui dit des poèmes ou des textes d’auteurs.

L’écoute est sans cesse renouvelée, jamais lassante. La technologie est un support, un moyen de travail mais la technique ne prend jamais le dessus et permet aux émotions de s’exprimer, en particulier grâce à l’utilisation de la voix déclamée qui vient se superposer.

L’écoute est sans cesse renouvelée, jamais lassante.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.