Pièces raffinées pour gourmets musicaux

Grégoire Courtois, Fluctuat, 21 septembre 2003

Après une première collaboration à l’occasion de la compilation Miniatures concrètes en 1998, on ne s’étonne pas de retrouver aujourd’hui sur le label canadien empreintes DIGITALes le suédois multi-primé Åke Parmerud pour un enregistrement personnel de six somptueuses pièces électroacoustiques conçues entre 1986 et 1994.

Basé à Montréal, le label empreintes DIGITALes est en quelque sorte la référence incontournable pour tout passionné de musique électroacoustique. Créé il y a plus de 10 ans maintenant, il compte dans son catalogue la crème des compositeurs canadiens et mondiaux du genre.

Réunies sous le titre Jeu d’ombres, faisant probablement référence à l’atmosphère intrigante de chacune d’elles, ces six compositions signées Åke Parmerud sont de véritables bijoux de musicalité et de technique mariant à la perfection la richesse des harmoniques instrumentales et la froideur des sonorités synthétiques (cf la harpe de Sofia Asunción Claro exceptionnellement appropriée sur le morceau Strings & Shadows).

Témoin de la formation classique du compositeur et de sa pratique instrumentale, c’est aussi et surtout cette maîtrise étonnante du rythme qui donne à ses pièces la vigueur et l’épaisseur tragique faisant trop souvent défaut aux compositeurs contemporains européens, encombrés d’une atonalité devenue obligatoire.

Il faut croire que le Suédois se moque éperdument de ce genre de considérations, impression confirmée lorsqu’on l’entend utiliser sans complexe d’antiques instruments comme la viole de gambe et le luth, réunis pour l’exécution d’une danse guillerette de la Renaissance à la fin d’un morceau très dense lui-même élaboré à partir de vieux synthétiseurs analogiques (Renaissance, 1994).

Même remarque quand sur Retur (1992-93), il triture des solos de Charlie Parker en juxtaposant bandes originales, composition pour quatuor de saxophones et effets synthétiques métalliques en une sorte d’hommage qui réussit miraculeusement à ne pas tomber dans le pillage bas de gamme.

Et c’est véritablement cette décontraction dans son approche de l’histoire de la musique qui permet à Parmerud de toujours garder claire son intention et de ne pas définitivement larguer son auditeur quand pourtant sa musique est bien loin des ritournelles standardisées, musique contemporaine comprise.

À la fois décomplexé et rigoureux, étudié et accessible, ce Jeu d’ombres est donc résolument le disque à se procurer pour se réconcilier à la fois avec l’électroacoustique et plus généralement avec la musique contemporaine.

À la fois décomplexé et rigoureux, étudié et accessible, ce Jeu d’ombres est donc résolument le disque à se procurer…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.