Tout un contrat!

Réjean Beaucage, Voir, 9 octobre 2003

Il y a sept ans que Gilles Gobeil et René Lussier travaillent à une œuvre commune. Le résultat de leur alchimie sonore sera présenté deux fois durant la série Rien à voir (14). On en parle avec Gilles Gobeil.

Une créature surprenante est sur le point de voir le jour. Un être hybride, qui relève autant du cinéma pour l’oreille que de la musique actuelle et qui est le fruit de la mise en commun des savoirs de deux de nos grands compositeurs, l’électroacousticien Gilles Gobeil et l’improvisateur tous azimuts René Lussier. L’œuvre qu’ils dévoileront ce 15 octobre à l’Espace Go, dans le cadre de la série de concerts de musique acousmatique Rien à voir (14), ne ressemble à rien de ce qu’ils auraient pu produire chacun de leur côté, mais porte pourtant leur marque distinctive. J’ai discuté de cette œuvre, Le Contrat, avec Gilles Gobeil.

Première révélation, c’est bien une œuvre acousmatique qui nous sera présentée, c’est-à-dire que Gobeil sera à la console de diffusion et que la salle sera plongée dans la pénombre. Pourtant, les deux versions de travail qui ont pu être entendues jusqu’ici (en novembre 1999 au Théâtre La Chapelle, puis en 2000 à Victo, après un détour par Paris) étaient des versions mixtes, avec le guitariste sur scène accompagnant la bande diffusée par son acolyte. «Cette fois-ci, c’est la version définitive, celle du disque, qui sera entendue, explique Gilles Gobeil. Ça fait déjà sept ans qu’on travaille sporadiquement là-dessus. Le grand désavantage de ce genre de production sur une longue durée, ce sont les problèmes physiques liés aux progrès de la technologie… En sept ans, il y a bien des choses qui ont changé! Les ordinateurs et les logiciels ont évolué rapidement, et comme on travaillait chacun de notre côté, lorsque l’on essayait de mettre tout ça ensemble, ça n’allait pas toujours de soi, alors ça nous a retardés aussi. Si nous avons fait des présentations mixtes, c’était surtout des façons de brusquer le travail pour faire avancer la production, mais le but premier a toujours été de répondre à une commande de Jean-François Denis (de l’étiquette empreintes DIGITALes) qui voulait une pièce électroacoustique faite par deux compositeurs.»

On peut dire que Jean-François Denis a été bien inspiré de se tourner vers ces deux-là parce que le résultat est certainement une grande réussite. Il faut dire que ce n’est pas leur première rencontre. Celle-ci remonte à 1990, alors que Gobeil produisait la pièce Associations libres pour le disque Électro clips (encore chez empreintes DIGITALes). «J’avais demandé à René de faire, avec sa guitare, autre chose que des notes, et il m’avait fait un bon échantillonnage, à partir duquel j’ai construit une première bande. Ensuite, en studio, puisque René est un fantastique improvisateur, on essayait des choses selon ce que j’avais préparé. Disons que pour ces trois minutes, j’ai travaillé trois semaines à temps plein, tandis que René a fait deux heures d’enregistrement, dit Gilles Gobeil avec un sourire en coin. Mais ça, c’est un peu nos manières de faire. Moi je suis du genre à triturer la matière sonore longtemps avant de me fixer, alors que René est plutôt dans l’instant de la création. Je lui accorde tout le mérite du côté de l’improvisation. Mon travail consiste plutôt à créer des mondes imaginaires, des virtualités sonores faites de plans, de profondeurs, de matières et d’un souci de l’écriture sur le plan de la forme.»

La collaboration des compositeurs s’est poursuivie à travers d’autres projets que l’on pourra aussi entendre le 15. Ainsi, Gobeil offrait de l’aide technique à Lussier pour sa pièce acousmatique Prise de terre en 1997 et, la même année, le guitariste fournissait encore de la matière sonore à l’électroacousticien pour sa pièce Point de passage, une adaptation du roman The Time Machine de HG Wells. Le Contrat est aussi une adaptation, inspirée par les multiples dérivés littéraires et musicaux du Faust de Goethe . Bourrée de sens et de références, l’œuvre dure 66 minutes et pourra certainement supporter plusieurs écoutes!

Une créature surprenante est sur le point de voir le jour. Un être hybride, qui relève autant du cinéma pour l’oreille que de la musique actuelle…