Åke Parmerud: L’électroacoustique en interaction

Laurent Diouf, MCD — Musiques & cultures digitales, no HS02, 1 avril 2009

Lauréat de nombreux prix, Åke Parmerud mène depuis 1978 une carrière internationale de compositeur. Après une formation en photographie, il a étudié la musique à l’université et au conservatoire de Göteborg, en Suède, où il enseigne aujourd’hui. Son œuvre prolifique, plus de cinquante opus, inclut électroacoustique sur support, poésie sonore, musiques instrumentale, mixte, interactive, multimédia, installation, musiques de scène et pour la danse. Un champ d’action qui fait de lui l’autre lauréat du Qwartz Pierre Schaeffer…

Annette Vande Gorne écrit:

Åke Parmerud réussit une rare synthèse entre la pensée énergétique et morphologique de tradition schaefférienne (Les objets obscurs, 1991, studio du GRM), et la relation au passé stylistique de la musique européenne (Gesualdo da Venosa, Dowland, Alias, 1990), et du jazz (Charlie Parker, Retur, pour quatuor de saxophones et bande, 1992-93), ou à ses instruments (le quatuor à cordes Stringquartett, 1988, la harpe Strings & Shadows, 1993, le synthé analogique et les instruments du XVIème siècle Renaissance, 1994, la flûte avec Les flûtes en feu, 1999, l’orchestre de chambre Rituals, 2006), et encore le clavecin, la guitare, les percussions, l’orchestre symphonique…

Mais, les œuvres de Åke Parmerud sont sous-tendues par un projet expressif plus large. Grains of Voices (1994-95), est à la fois un travail de traitement radical de la voix, par étirement et granulation, ou non, et une œuvre symbolique, créée dans l’auditorium de l’ONU, qui reflète à travers toutes les catégories d’âges, de cultures et d’émissions vocales l’unité d’un monde complexe où ethnies, cultures et idiomes se fondent dans une nouvelle forme, dans une grande pièce sauvage et libre de graffiti vocaux. Autre exemple, le jeu d’échec et ses stratégies devient un modèle de comportement pour Parmerud, dont les pièces sont objets sonores, phrases et structures (Jeux imaginaires, 1993), ou encore le compositeur en studio comme alchimiste des sons (Les flûtes en feu).

Le monde invisible, celui de la musique, et visible, celui de l’image l’interpellent. Depuis la fin des années 90, il multiplie les œuvres multimédia (The Heart of Silence, 1997-988 pour chœur, bande, photo et danse, Bows, Arcs and The Arrow of Time, 2004 pour orchestre à cordes, ordinateur et vidéo), les installations (L’espace qui vous regarde, 2001), les musiques pour chorégraphie (Strata: mémoires d’un amoureux, 2001), les systèmes interactifs ou de traitement en direct (Tide In, 2001, Zeit aus Zeit (The Stockhausen Variations), 2001-02. Rituals, 2006)…

Åke Parmerud:

«Mon intérêt pour la danse contemporaine provient de Fylkingen (une sorte d’atelier underground dédié à la musique électronique, la danse et le multimédia), à Stockholm, où j’allais voir des performances. J’ai réalisé mon premier vrai travail de scène en 1980, avec 3 danseurs, un fakir, 15 écrans de projections et une installation quadriphonie. Cela s’appelait [Floden av Glas, 1978-81], on l’a joué seulement 10 fois en tout.

Ce n’est qu’avec le développement des possibilités de vidéo interactive en temps réel, à la fin des années 90, qu’il est vraiment devenu intéressant de faire des installations de ce genre.

J’ai travaillé pendant quelques années avec deux artistes/performeurs danois. Cette collaboration m’a beaucoup appris sur la manière de penser, de concevoir une interactivité qui fasse sens à la fois en termes artistique et psychologique… Pour ma première installation audio/vidéo interactive, The Fire Inside en 2000, j’ai reçu un prix de l’ICMC [International Computer Music Conference]. Le public pouvait se déplacer autour d’un feu, un peu à la manière d’un jeu vidéo. Une autre installation, Lost Angel (2004), a rencontré un certain succès international. Là, le public était invité à danser avec sa propre image-miroir qui se transformait en ange au fur et à mesure des mouvements.»

Un champ d’action qui fait de lui [un] lauréat du Qwartz Pierre Schaeffer…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.