electrocd

Critique

Julien Jaffré, Jade, 10 novembre 2003

On se figurait avec une bonne grosse dose de dépit et de raccourcis intellectuels que l’horizontalité d’une ville telle que Los Angeles finissait par marquer sévérement les esprits de ses habitants, leurs interdisant toutes ambitions d’ascension ou d’investissement culturel.

Un relief que n’a pas manqué de souligner puis d’épouser le public Canadien à l’écoute des premiers jets de Books on Tape (autrement connu sous Click Tracy, Sluts on Tape, Tape Science Version ou Box Social); engouement constant depuis Throw Down Your Laptops (Deathbomb Arc) sans évoquer les maxis sur Piehead et Winning Rec. No Type qui après un 10” diffuse ici son long métrage expose avec toute sa franchise la dynamique rythmique que le label souhaitait offrir à son identité.

Du beatpunk, selon les termes de leurs amateurs, dissimulé au long de ce disque sous des mélopées électroniques, couloirs dub, voire des révérences à l’électronique Body Musique et aux résurgences néo-industriel (7) dans ce cas précis sans intêret.

En résumé, les plis crasseux de la jeunesse sonique et les contre ourlets complexes des écuries Tigerbeat/ Warp/ Planet Mu. Une union heureuse au delà du papier qui scelle nous l’avons dit, après Headphone Science et Œuf Korreckt l’appétit du label pour une musique rythmique en marge.

Books on Tape (Todd Drootin) avec ce Sings the Blues en dépit d’une abscence quasi totale de références au style (si ce n’est le clin d’œil de l’intitulé) donne à entendre une vision passionnée des genres qui transcende les étiquettes et les clivages. Si d’aucun hurleront à l’hérésie, au mariage contre-nature, il est pourtant ici davantage question de transcendance.

Une union heureuse au delà du papier qui scelle […] l’appétit du label pour une musique rythmique en marge.