Disque de la semaine

Réjean Beaucage, Voir, 4 décembre 2003

Voici la preuve que l’on peut vraiment obtenir de l’or grâce à l’alchimie. En mélangeant les ingrédients électroacoustiques de Gilles Gobeil (montage, mise en espace, synthèse et transformation sonores) aux concoctions actualistes de René Lussier (guitares, daxophone, plate-forme sensible, Achille lumineux) et à de multiples couches de références au mythe de Faust, le duo Gobeil/Lussier réussit le grand œuvre. Véritable épopée sonore, Le Contrat renouvelle le genre tout en renouant avec la tradition des grands cycles électroacoustiques (on pense à La Divine comédie de Bayle et Parmegiani, par exemple). Le Duel, un duo pour guitare et fleuret, deviendra un morceau d’anthologie, comme La Cathédrale, petit bijou d’intégration de sources sonores différentes. Du grand art. 4,5/5

Voici la preuve que l’on peut vraiment obtenir de l’or grâce à l’alchimie.