electrocd

Critique

Sébastien, Autres directions, 1 mars 2004

Artiste extrêmement prolifique qui participe d’ailleurs à l’essor des weblabels en offrant en téléchargement gratuit plusieurs de ses morceaux, Todd Drootin incarne Books on Tape, projet électro en roue libre possédant le charme empoisonné d’un gangster sympa et un peu rustre. Sings the Blues fait converger une multitude d’influences et de styles pour aboutir à cet ensemble extrêmement urbain, rugueux, d’esprit tout à la fois blues, punk et hip hop. Le morceau Republic Of renvoie à la moiteur des rues sous la pluie, son sample entêtant en étendard; promenade sur des trottoirs saturés d’eau, dans un ton sépia, esprit hip hop bohème, sale et un peu funky. Immédiatement après, le tube épique: See You In Tokyo, avec sa ligne de basse survoltée et sa mélodie conquérante, pour une scène plus tendue. Musique sortie de ses gonds, emportée par son énergie, qui rejoint assez vite le panthéon des bandes sons de jeux vidéos dont on retrouve ici des échos familiers, ludiques et bagarreurs. Cette influence revient souvent dans les seize morceaux de l’album et lui confère une énergie de jeunesse barbare, son côté un peu cheap (Amiga!) et analogique, abrasif.

Drootin affectionne les sons épais qui font mal, ceux qui gueulent plus fort que les autres et font la loi au milieu de morceaux sous stéroïdes. Mais le second degré n’est jamais loin et l’humour de certains arrangements, là encore très vidéoludiques, apporte un peu de bonhomie à sa cavale sous tension. Sings the Blues est la bande son idéale pour une filature ou une course poursuite échevelée en milieu urbain. Foutraque et détraqué, musclé, groovy et festif, c’est du tout bon que ce son électro enfin atypique, qui peut lorgner le temps d’un éclair chez ses voisins du reggae (la fin de Girls Up Front) et s’installer juste après dans un climat d’urgence, narrant la dernière chevauchée du héros au milieu d’un déluge de flammes précédant l’explosion du complexe (Death In the Sex Shop). Chaque piste est une nouvelle scène d’action, un nouveau coup de poing de fond de ruelle dans la face du méchant, un autre coup de boule dans le nez aquilin du gentil qui trinque lui aussi, parce que ça devrait toujours être comme ça. Remember John McLane.

Finalement, Sings the Blues est tout aussi électrique qu’électronique, et cela ne tient qu’à la rage intérieure de ses morceaux cyclothymiques. Forte tête prise dans la spirale d’un déchaînement global, Drootin a le talent, l’esprit rock et revanchard, sans oublier ce soupçon de grâce qui fait les plus beaux charismes.

Foutraque et détraqué, musclé, groovy et festif, c’est du tout bon que ce son électro enfin atypique…