Sens, intensité

Éric Thériault, Convergence, no 26, 1 avril 2004

Books on Tape berce sa création dans l’idéologie et l’influence du rock ’n’ roll. Par sa façon de jouer staccato et son instrumentation analogique, il offre toute l’intensité et l’énergie de la musique punk. En fait, il qualifie son style de «beatpunk», terme qui engloberait par la magie d’une puissante juxtaposition sa passion pour la guitare, le jazz et le dub. Cette vision particulière, cependant, est marquée par un désir profond d’exprimer son caractère et sa personnalité par le biais d’une structure instrumentale. Books on Tape n’est pas le type de musicien électronique qui joue pendant 45 minutes sans dire un mot. Il pause entre les chansons et s’engage pour enchanter son public. C’est sa façon, dit-il, d’offrir la sensation et l’énergie d’un spectacle rock n’roll. Nous avons rencontré l’artiste lors de son récent passage à Montréal.

Convergence: Vous avez une connexion spéciale avec Montréal grâce à votre association avec l’étiquette No Type. Comment a débuté cette relation?

J’échangeais des pièces sur Napster avec un mec il y a 4 ans. Il m’a dit: «Vous devriez vous joindre à No Type. On aimerait vous avoir». Je n’avais jamais entendu parler de cette étiquette. Alors j’ai composé un court métrage pour eux. Parce que ma musique est un peu atypique pour No Type, j’étais vraiment honoré de faire partie d’une telle ligue de musiciens. Et avec une étiquette mp3, on peut rapidement recevoir du feedback.

Convergence: Los Angeles ne nous vient pas à l’idée quand on pense à la musique électronique. Y apprécie-t-on votre style?

Absolument. Nous sommes un petit groupe de musiciens électroniques à Los Angeles. Il y a des fêtes tous les mois et les supporteurs sont nombreux. J’en ai vues de toutes sortes - d’un chanteur heavy métal avec de la guitare et distorsion au-dessus d’un rythme électro, jusqu’à un gars qui s’appelle le ‘TV Sheriff’ [qui performe] devant un écran vidéo très explicite. La musique essentielle est sans doute le hip hop des débuts ’90. Je me rendais souvent dans des régions plutôt dangereuses pour voir ces spectacles.

Convergence: Vous étiez en spectacle au Festival CMJ de New York récemment, c’était une belle expérience?

En raison de ma performance et de la réaction de la foule, je la classe dans mon top 3 de tous les temps. Parfois, il faut sortir de son environnement et se dire: «Je suis loin de chez moi et je vais tout donner ce soir». J’ai été chanceux, car il y avait peu de musique électronique cette année. Quand j’ai levé la tête, la salle était pleine à craquer, c’était saisissant!

Convergence: Sings the Blues est votre nouvel album - le titre nous semble un peu trompeur.

Ah… c’est mon côté farceur. J’ai pensé que ça serait amusant de fabriquer une couverture à la ‘Blue Note’ et de me montrer derrière un microphone alors que je ne chante pas du tout. Mes chansons ont aussi des titres très rigolos. La musique et le spectacle, voilà ce qui m’importe.

Convergence: Votre style frappe avec une énergie qui rappelle le rock n’ roll, particulièrement les chansons She’s Dead To Me et Siberian Soundsystem. Ça s’explique par votre formation?

Exactement. J’étais batteur dans des groupes rock dès l’âge de onze ans jusqu’à mes 20 ans. C’est à la suite de ma rencontre avec Kerri, ma future fiancée, que j’ai abandonné. Elle était bien meilleure que moi. J’avais commencé à découvrir les samplers quelques années avant ma retraite du rock car je vivais dans un duplex où il fallait être silencieux. J’étais donc à la recherche de la technologie et la transition s’est faite tout naturellement. Ma structure punk s’est maintenue car je m’intéressais à la musique alternative, punk, ainsi qu’au dub de Scratch Perry et de King Tubby.

Convergence: Le terme «electronica» convient-il à votre musique?

Mais oui, c’est de la musique électronique! J’embrasse le son et la technologie d’aujourd’hui. La combinaison est nouvelle et reste à découvrir. J’aime la sonorité du punk, mais pour moi, le terme ‘punk’ veut dire manipuler le son comme personne ne l’a jamais fait. C’est comme l’ancienne citation du groupe The Grateful Dead: «Nous ne sommes pas les meilleurs dans ce que l’on fait, nous sommes les seuls à le faire.» Tel est mon objectif!

Convergence: En ce qui concerne le sampling, comment éviter les embêtements de la part des compagnies de disque?

Habituellement je ne jouerais pas la pièce sur le même ton que l’originale. Je la coupe, je la renverse et je la manipule à quelques reprises. Je tente de la transformer et de créer quelque chose de neuf. J’utilise des pièces sous les yeux de mes amis qui font partie de quelques groupes rock et ils ne les reconnaissent pas. Peut-être un jour je leur dirai!

Convergence: Bicycle Beat rappelle les sommets atteints sur l’album My Life in the Bush of Ghosts de David Byrne et Brian Eno. Vous connaissez cet album?

C’est l’un de mes préférés de tous les temps! Vous pouvez carrément méditer sur ce disque! Je suis un gros fan de Talking Heads aussi. Je crois qu’ils sont les pionniers du mouvement réversible [cross-over] de l’ère moderne. Le rock en a profité beaucoup. Il est toujours vital. Il n’y a rien de mieux que de se faire comparer à un tel album.

Convergence: Dans la pochette de l’album Sings the Blues vous confirmez que «cette musique n’aurait jamais vu le jour sans des groupes comme Albert Ayler, Sonic Youth, Public Enemy, Art Ensemble of Chicago, même David Bowie. Vous étes à la poursuite d’une fidélité sonore particulière?

Je recherche un certain individualisme en associant ma personnalité à ma musique. J’adore ce culte de la personnalité. J’aimerais bien que les gens puissent dire «cela doit être Books on Tape.» Je veux que ma musique reflète ma personnalité.

Convergence: Votre musigue s’adapterait facilement aux domaines de la publicité et du cinéma?

J’y pense tous les jours! J’en ai déjà licenciées beaucoup à des êmissions de télévision. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle je peux me permettre de visiter des villes comme Montréal. J’ai aussi déjà travaillé pour un superviseur responsable de sélectionner de la musique pour le cinéma. Vous pouvez retrouver plusieurs de mes pièces, celles non appropriées pour mes albums, sur des émissions MTV comme Real World, Road Rules et des petites émissions de télé-réalité du genre. Ils me surnomment le «Maître de la tension» Genre: si une fille tombe enceinte ou s’il y a une bagarre quelconque, on utilise ta musique.

Convergence: Selon le L.A. Alternative Press, vous seriez «peut-être trop ingénieux et trop difficile pour gagner la ferveur populaire.» Mission accomplie?

C’est ma plus grande peur. Je ne souhaite pas devenir trop expérimental au point où les gens se demanderaient si ce que je fais est vraiment de la musique. Je ne veux pas qu’on me retrouve parmi les collections coûteuses oubliées chez le disquaire dans la section expérimentale. Certains ont toujours peur de la musique instrumentale. À la maison, j’écoute de la musique spéciale - du jazz expérimental et des musiciens comme Don Caballero. J’ai peur que les gens n’en viennent à vouloir que des groupes vocaux, mais je ne changerai pas de direction. Personne ne me changera.

… il offre toute l’intensité et l’énergie de la musique punk.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.