La musique actuelle à son meilleur au 21e FIMAV

Yves Leclerc, Le Journal de Québec, 7 mai 2004

«Le Festival international de musique actuelle de Victoriaville, avec ses 24 spectacles, ne représente finalement, qu’un tout petit échantillonnage de ce qui se fait dans ce domaine.» Michel Levasseur, directeur général et artistique du Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV), était de passage dans la Vieille Capitale, hier, à l’occasion de la 21e édition de cet événement, qui se déroulera du 20 au 24 mai.

Il a fait remarquer, au cours d’une rencontre de presse, que la musique actuelle était en constante évolution et que les jeunes artistes poussaient maintenant dans le dos des vétérans. «Il y a, depuis cinq ans, au Québec, une véritable éclosion», a-t’il lancé, faisant référence aux petites étiquettes de disques indépendantes, à La Sala Rossa, salle de spectacle de Montréal et aux nombreux nouveaux artistes qui émergent. «La scène est d’une telle richesse que nous avons fait trois ensembles de Montréal, l’an dernier, et les musiciens ne se connaissaient même pas», a-t’il lancé, expliquant qu’il recevait plus de 500 propositions par année pour son festival. «Il y a beaucoup d’artistes que je ne connais pas. C’est un work-in-progress constant et c’est parfois difficile à suivre», a-t-il reconnu.

morceaux_de_machines

Habituellement, Michel Levasseur n’assiste jamais aux répétitions d’artistes avant les présentations de spectacles. Plusieurs concerts présentés en première mondiale sont souvent montés à Victoriaville quelques jours même avant le spectacle. «J’aime être surpris et c’est ce qui arrive la majorité du temps», a-til expliqué, faisant une petite exception pour une présentation d’un court extrait du spectacle de la formation morceaux_de_machines de la Vieille Capitale. Le quatuor sons et images, composé de Boris Firquet, Éric Gagnon, Érick d’Orion et Aimé Dontigny, se produira le 20 mai, à minuit 15, au cégep de Victoriaville. «Lorsqu’on a mis sur pied cette formation, il y a quelques années, on s’imaginait à la blague, jouer à l’occasion du FIMAV, a lancé Érick d’Orion. On a de la difficulté à y croire et on ne dort pas vraiment beaucoup, en ce moment», a ajouté Aimé Dontigny, précisant qu’il avait bien hâte de découvrir l’envers du décor et côtoyer les grosses pointures de la musique actuelle.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.