Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 61, 1 septembre 2004

S’il est vrai que toute musique peut prétendre à être du cinéma pour l’oreille, et plus particulièrement celles que l’on qualifie d’acousmatiques, les enregistrements ci-dessus le sont tout particulièrement. Fractures est le premier recueil (sur le label montréalais) d’un jeune créateur québécois. Lumière dans la nuit émane d’un membre du GMVL de Lyon.

Une même préoccupation les habite: sons transformés parsemés de citations plus ou moins identifiables, avec pour le Québécois, une prédilection pour les ruptures plus ou moins brutales tandis que le Français travaille davantage la continuité, la linéarité. En témoigne d’ailleurs la structure même des pièces: celles de Bouchard (mise à part Angle mort) se déclinent en plusieurs volets plutôt courts (deux à cinq minutes) quand celles de Fort sont d’un seul tenant.

Le propos du Québécois reflète, principalement à travers Parcelles 1 et Parcelles 2 une préoccupation plus humaniste, dans la mesure où ses pièces restituent des instants de vies humaines, entre jeux d’enfants et bruits échappés du chaos urbain, entre une relative sérénité campagnarde et, par exemple, diverses sonorités captées dans les aéroports: Le Concorde, Orly, passage d’avions… Même humanisme, mais dans une approche plus poignante, la lutte pour la survie (Angle mort).

L’approche du Français est sensiblement plus naturaliste, bien que L’impatience des limites, la première pièce, soit d’essence plus intime. Qu’il s’agisse d’une transposition sonore de paysages danubiens, mêlant faune et flore (La paix de l’entendre) ou d’une promenade faisant crisser la neige sous les pas (Silence radieux), l’ensemble du recueil trouve son unité dans une déambulation sonore à la fois grave et sereine.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.