Critique

Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no 210, 1 novembre 2002

Voici le premier CD monographique de ce compositeur dont le parcours discret mérite pourtant bien qu’on s’y intéresse. En effet, des plus anciennes aux plus récentes, les compositions présentes sur ce CD sont issues d’une pensée musicale qui allie à l’utilisation intelligente du temps une utilisation non moins intelligente de l’espace. Si les matériologies sont multiples et originales, leur utilisation est toujours au service du discours musical, discours dynamique et articulé, notamment au travers d’un important travail d’écriture par montage. Est-ce des multiples collaborations du compositeur avec des chorégraphes qu’est née cette dynamique du discours ou bien est-ce cette dynamique qui a permis de telles collaborations? Peu importe puisqu’on retiendra que ces compositions ne comportent que peu de temps morts et que le geste y est omniprésent. Et cela dans un grand équilibre, sans jamais tomber dans le pathos ou l’emphase inutiles.

… un grand équilibre, sans jamais tomber dans le pathos ou l’emphase inutiles.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.