DISContact! II (2 × CD) Détail des œuvres

Move 1

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 3:03
  • Instrumentation: support stéréo
À mes parents, Larbi et Marie-Françoise

Move 1 représente, sous forme d’anecdotes et d’abstractions, le mouvement animal et le mouvement humain. Elle offre une poétique du mouvement, plutôt qu’une recherche pure sur le comportement du son dans l’espace. L’auditeur reconnaîtra le vol d’abeilles et d’oiseaux, humains sur patins ou sur planches à roulettes… éléments sonores qui se déplacent en se juxtaposant à leurs ombres abstraites, images percutantes se faisant l’écho du monde ‘naturel’. Cet échange, ce renvoi entre ce qui est reconnaissable (stable) et l’inconnu (instable), est au cœur de mon travail et oriente la forme de mes œuvres.

D’un point de vue technique, j’ai voulu intégrer mes explorations du logiciel MAX (IRCAM) à mon travail de composition. Afin d’obtenir des morphologies semblables à celles que permet le SYTER à l’Ina-GRM, j’ai réalisé un générateur MIDI qui me permet de contrôler le point de départ de lecture d’un échantillon, ainsi que de nombreux autres paramètres, en temps réel. Cet appareil m’a permis de générer de la matière en évolution continue à partir d’une seule prise de son.


Move 1 a été réalisée en 1994 à l’Université de Montréal (merci à Francis Dhomont et Jean Piché) et a été créée le 20 avril 1995 dans le cadre du 4e Festival international de musique contemporaine (Bogotá, Colombie). Move 1 a été finaliste au 4e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1995) et a été gravée sur le disque compact Prix international Noroit-Léonce Petitot 1995 (NOR 4). Une version abrégée se retrouve aussi sur le disque compact The Swarm of Drones (Asphodel 0953).


Création

  • 20 avril 1995, Concert, Bogotá (Colombie)

L’électro

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 1:06
  • Instrumentation: support stéréo

Petit jeu vocal, résolument optimiste, sur les beautés ineffables de l’électroacoustique, cet art merveilleux qui fera assurément du prochain millénaire Le meilleur des mondes que nous attendons! En outre, c’est un bref exercice de style qui mêle des bribes de voix anciennes à celle de Marie Pelletier et reprend l’idée de Puzzle, un clip de 2min10sec de 1975… vingt-huit ans déjà! Éh! oui…

Jeu sur les multiples manipulations et énonciations du mot ‘électroacoustique’, ainsi que sur cette exaltante conclusion: «Ah! l’électro, y a rien de plus beau.»


L’électro a été réalisée en 1990 au studio du compositeur et a été créée le 30 août 1995 dans le cadre du Festival international d’art acousmatique Futura (Crest, France). L’électro a été gravée en 1995 sur le disque DISContact! II (CÉC 95CD).


Création

  • 30 août 1995, Futura 95: Acousma international 7, Chapelle des Cordeliers, Crest (Drôme, France)

Le vertige inconnu

Gilles Gobeil

  • Année de composition: 1993-94
  • Durée: 3:00
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: GMEB, avec l’aide du CAC

«… ici, sur ce toit du monde, je ressens une ombre de malaise… Ce n’est point la hauteur, ni l’espèce de succion qu’exercent la profondeur abrupte et son vide qui me troublent. C’est un tout autre vide qui agit sur un tout autre sens… La solitude essentielle…»

Paul Valéry, Le solitaire

[vi-95]


Le vertige inconnu a été réalisée en 1993 au studio du Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB, France). Elle a été créée en juin 1993 au 23e Festival international de musique expérimentale de Bourges. Le vertige inconnu est une commande du GMEB, avec le concours du Conseil des arts du Canada (CAC). [v-94] Depuis, Le vertige inconnu s’est meritée le prix du concours international de musique électroacoustique Stockholm Electronic Arts Award (Suède, 1994) et une distinction au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1995).


Création

  • Juin 1993, Synthèse 1993: Concert, Bourges (Cher, France)

Distinctions

Réponse impressionniste donnée par Josef K. lors d’une fin de soirée hivernale à une touriste française qui passait en face de la gare

Daniel Leduc

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 3:00
  • Instrumentation: support stéréo

Ce clip marque avec joie le début du voyage. (En passant, le titre est-il assez long?)


Réponse impressionniste donnée par Josef K. lors d’une fin de soirée hivernale à une touriste française qui passait en face de la gare a été réalisée en 1994 au studio du compositeur avec des sons produits à l’aide du système SYTER du GRM (Paris, France) et des prises de sons extérieures québécoises. La pièce a été créée lors du 4e Concours international électro-vidéo clips produit par l’ACREQ aux Foufounes électriques à Montréal (et en diffusion simultanée au Ciné-Bistro à Québec) le 5 juin 1994 où elle a obtenu le Prix du public radio.


Création

  • 5 juin 1994, 4e Concours international électro-vidéo clips, Foufounes électriques, Montréal (Québec)

Spleen

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1993
  • Durée: 2:54
  • Instrumentation: support stéréo

Spleen est uniquement composée à partir des voix de quatre adolescents de seize ans. Le titre représente l’une des facettes les plus importantes de l’état d’esprit de l’adolescence, cette espèce de mélancolie soudaine qui apparaît sans cause apparente. Ce travail sur la voix fait suite à une œuvre précédente, Éclats de voix, qui utilisait comme éléments sonores de base, plusieurs dizaines de sons extraits du Dictionnaire des bruits de Jean-Claude Trait et Yvon Dulude. Essentiellement de l’ordre de l’onomatopée, ceux-ci constituent un matériau extrêmement riche puisqu’ils représentent le seul cas dans le langage humain où le son correspond directement à l’objet désigné ou au sentiment exprimé.

L’œuvre est divisée en cinq sections qui représentent autant de situations typiques de l’adolescence associées à des paramètres sonores. Ces différentes parties sont présentées successivement dans la version concert ou séparément dans la version radiophonique.


Spleen a été réalisée au studio du compositeur à partir d’enregistrements des voix de Marc Gilbert, Laurent-Josée Sainte-Marie, Nicolas Thériault et Patrick Virar. Elle a été créée au cours du festival radiophonique Journées Électro-Radio Days simultanément à Montréal, Toronto et Vancouver le 10 décembre 1993. La pièce a été réalisée grâce à une bourse Audio du service des Arts médiatiques du Conseil des arts du Canada (CAC). Elle a remporté le Prix du public au 3e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1994).


Création

  • 10 décembre 1993, Journées Électro-Radio Days, Montréal (Québec)

Distinctions

.TRANse.SEPTem. [Machina Mundi in Septem Sæcülum]

Er Polen

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 3:00

Allégorie électroacoustique de la croix — le corps de la croix est Résolution Humaine (Foi / Volonté). Les bras forment le Passé (Dogmatisme / Religion), l’Avenir (Idéalisme / Perspectives sociales) et le Présent à la croisée des chemins (Individualisation / Technologies).

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Bamboo, Silk and Stone

Barry Truax

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 3:06
  • Instrumentation: support stéréo

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.