Metafonie – 50 anni di musica elettroacustica (2 × DVD-Vidéo) Détail des œuvres

Souffle d’un petit Dieu distrait

Beatriz Ferreyra

  • Année de composition: 1988, 97
  • Durée: 13:00
  • Instrumentation: support
  • Commande: GMEB
À Marie-Louise Danset

Parmi les Dieux, témoins de la Création de l’Univers par le Souffle Créateur de Brahma, se trouvait un petit Dieu habitant la Lune. Un jour après sa sieste, pas très réveillé encore, la conscience flottant au gré de sa distraction légendaire, il laissa échapper un soupir qui s’avéra être le Souffle Créateur dont sont porteurs tous les Dieux, grands et petits. À sa grande surprise, prit naissance lentement, l’essence même de tous les éléments dans leur modalité potentielle, c’est à dire non encore manifestée, d’un minuscule univers proportionné à sa taille, évidemment. Sa frousse se fit panique quand le non-manifesté parvient soudain à la limite du manifesté. Là, devant l’énormité de sa distraction (car il savait, heureusement! que la création d’un monde implique une totale conscience et une totale responsabilité qu’il était incapable d’assumer), il inspira aussi vite qu’il put - aussi vite que l’énergie en mouvement le lui permettait - toute cette essence élémentaire jusqu’à la faire disparaître. Ouf!!!

Après cette étourderie, il alla prendre des vacances chez son oncle Saturne… pour qu’il lui mette un peu de plomb dans la tête. Commande de l’IMEB.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Surface Tension

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 13:01
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: IMEB

Au sens strict, la tension de surface («surface tension» en anglais) est le phénomène par lequel des objets lourds peuvent flotter sur un liquide ou qui permet à certains insectes de ‘marcher sur l’eau’. Toutefois, ma pièce Surface Tension n’est pas basée sur des sons aquatiques mais plutôt sur des sons secs et cassants issus de matériaux qui s’avèrent être des déchets. Ce paradoxe n’est qu’un des méandres à travers et autour desquels cette pièce se fraie un chemin: les sons utilisés proviennent de matériaux d’emballage (plutôt que de ce qui est emballé) — styrofoam, feuilles de polyéthylène et bulles d’emballage — et de l’empaquetage d’un réfrigérateur supposé moins dommageable à l’environnement, ce qui est à la fois ironique et très révélateur; on y cherche à générer de la ‘beauté’ au moyen de ce que l’on jette négligemment; on y essaie de trouver une logique sonore organique à partir de matières surtout inorganiques, lesquelles sont assemblées selon leur ‘surface sonore’ (les propriétés particulières de chacun des objets sonores). Ce faisant, on crée un flot musical qui exige que l’on écoute à l’‘intérieur’ du son, immédiatement ‘sous’ la surface, ‘sous la peau’ de sources sonores qui sont généralement de nature semblable.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes, xi-00]


Surface Tension a été composée dans les studios Charybde et Circé de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France), ainsi que dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée le 30 mai 1997 au Palais Jacques-Cœur dans le cadre du Festival Synthèse (Bourges, France). Surface Tension est une commande de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB).


Création

  • 30 mai 1997, Synthèse 1997: Concert, Palais Jacques-Cœur, Bourges (Cher, France)

Stråkkvartett

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1988
  • Durée: 11:46
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Sveriges Radio

La structure de Stringquartett (Stråkkvartett; quatuor à cordes) se fonde sur le chiffre 4: quatre interprètes, quatre techniques de jeux, quatre couches de vélocité, quatre tempéraments, etc. Comme ensemble instrumental qui s’est avéré un véritable ‘survivant’ à travers l’histoire de la musique, le quatuor à cordes m’a toujours fasciné. Impressionné par l’importance de son corpus s’échelonnant sur plus de trois siècles, j’ai constaté qu’il y avait peu de chance de pouvoir créer quoique ce soit qui puisse un temps soit peu ressembler à quelque chose de vraiment ‘original’, dans le sens d’apporter des idées nouvelles à la forme. Toutefois, le déplacement du concept entier sur une autre plate-forme m’a donné l’inspiration nécessaire pour visualiser la façon de traiter les aspects formels et oraux de cette combinaison spécifique de cordes.

Aujourd’hui, Stringquartett, en tant qu’œuvre pour bande, semble peut-être un peu ‘crue’, puisqu’elle utilise une technique d’échantillonnage qui était alors à la fine pointe de l’art mais qui passe maintenant pour une ‘antiquité’. La structure et l’énergie de la pièce lui donne toujours un tranchant que j’aime et l’aspect conceptuel, qui consistait à transformer la pureté d’une forme en une égale contrepartie, donne à la pièce une qualité qui perdure au-delà de ses défauts ‘instrumentaux’. Le regretté poète suédois Erik Bäckman m’a fait l’honneur de me présenter dans un de ces livres comme «le compositeur qui gardait un quatuor à cordes dans sa poche».

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes]


Stringquartett a été réalisée en 1988 au studio du compositeur et a été créée le 4 juin 1989 dans le cadre du Festival Skinnskatteberg. Commande de la Sveriges Radio — la radio suédoise —, Stringquartett a reçu une Mention d’honneur aux Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1990).


Création

  • 4 juin 1989, Skinnskatteberg Festival, Skinnskatteberg (Suède)

Distinctions

The Vox Cycle, 5: Vox 5

Trevor Wishart

  • Année de composition: 1979-86
  • Durée: 5:42
  • Instrumentation: support 4 canaux
  • Commande: IRCAM

C’est la seule pièce entièrement électroacoustique du cycle Vox, et elle présente l’image d’une supervoix unique, située au centre de l’avant-scène, dont les sons se transforment en événements naturels - bruits de foules, cloches, abeilles et autres animaux, et événements sonores moins spécifiques; images poétiques de la création et de la destruction du monde contenues dans une seule expression vocale universelle (la ‘Voix de Shiva’). Ce morceau a été soumis sous forme de projet à l’IRCAM en 1979-80 mais, une révision complète des ordinateurs ayant été entreprise au centre, il n’a pu être terminé qu’en 1986. La pièce a été composée au moyen de programmes de calculateurs que j’ai écrits pour manipuler des données d’analyse de sons obtenus à partir du programme Phase Vocoder de Mark Dolson. Ces programmes m’ont permis d’élargir les gammes de sons vocaux (en les rendant semblables à des cloches) ou d’y interpoler des gammes d’événements naturels. Le premier à quatre canaux fait également usage de la spatialisation des sons, de sorte que les événements naturels ont l’air d’être effectivement émis par la bouche placée au centre de l’avant-scène; ils font le tour de la salle et s’y dispersent pour converger de nouveau au centre de l’avant-scène, au début de chaque syllabe nouvelle.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Vox 5 est une commande de l’IRCAM et a été créée dans le cadre du Cycle Acousmatique de l’Ina-GRM, dans les studios de Radio France à Paris, en mai 1987. Je voudrais tout particulièrement remercier Thierry Lancino, Etienne Bultingaire et les nombreuses autres personnes de l’IRCAM qui m’ont aidé à réaliser cette pièce, ainsi que le Ralph Vaughan Williams Trust et l’Arts Council of Great Britain pour l’aide financière qu’il m’ont apportée au cours des stades préparatoires de ce projet.


Distinctions


À propos de cet enregistrement

Version stéréophonique de l’original 4 canaux.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.