electrocd

Détail des pistes

Attraction

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1992, 93
  • Durée: 10:04
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Yul média
  • ISWC: T0702851179

Stéréo

À mon amour Brenda

Divisée en quatre mouvements, cette pièce représente l’énergie accumulée puis relâchée dans divers types d’attractions: celle qu’engendre la gravité; celle qu’il peut y avoir entre deux corps; celle qui attire plusieurs corps vers un autre; celle qui amène un compositeur à choisir certains matériaux… S’inspirant des peintres contemporains, l’auteur a réuni des paysages sonores évocateurs et des morphologies complexes, dans le but de créer une pièce sans développements qui captive tant l’ouïe que l’intellect.

Comme dans la plupart des mes pièces, Attraction présente des objets sonores de source acoustique que j’ai ensuite transformé par traitement numérique et à l’aide des techniques de la musique concrète. De plus, j’ai créé de nombreux sons synthétisés en jumelant la vieille technologie (analogique) à la plus actuelle (numérique).


Attraction a été réalisée dans les studios de la Concordia University et autres studios privés. Cette pièce n’aurait pu voir le jour sans l’aide d’Edgard Émile Hudon (voix), Gregory Fine, Pierre De Gagné, Frédéric Roverselli et Claude Schryer. Attraction a été créée à la Concordia University à l’automne 1992, et s’est méritée le 3e Prix catégorie bande seule du 15e Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1993).

Création

  • 11 novembre 1992, Concert, Salle de concert — Université Concordia, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Cymbals: Reminiscence

Rodrigo Cicchelli Velloso

  • Année de composition: 1993
  • Durée: 15:00
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

La pièce est divisée en deux mouvements, Ostinato et Reminiscence: le premier commence par une phrase réitérée, exécutée par une paire de cymbales, ponctuée par de fortes attaques. À mesure que ce court exposé progresse avec l’intervention des cymbales devenant mouvementée et irrégulière, la perspective spatiale d’abord limitée s’élargit quand le premier coup de cymbales intervient. Comme la pièce se développe, de nouveaux matériaux interviennent dans la scène, interagissant les uns avec les autres et créant un flot musical dense. Reminiscences commence par un bourdonnement évoluant lentement.

Une des caractéristiques importantes de la pièce est l’exploration simultanée de différents matériaux aux comportements spaciaux très particuliers et contrastants. Le degré avec lequel la polyphonie spatiale est explorée varie considérablement tout au long du travail. Cette simultanéité peut être exposée de façon continue, permettant à l’auditeur de repérer avec exactitude les différents arrangements spatiaux, ou peut évoluer dans des situations plus complexes. Par exemple, quand les changements commencent à se mélanger, encourageant l’auditeur à rechercher un dénominateur commun entre les articulations spatiales contrastées et construisant ainsi de nouveaux scénarios d’écoute.


Cette pièce a été composée en 1992-93 dans les studios de musique électroacoustique de la University of East Anglia. Cymbals: Reminiscence a été sélectionnée à la 5e Tribune internationale de musique électroacoustique (TIME) à Helsinki (1994).

Distinctions

The Black Museum

Randall Smith

  • Année de composition: 1993
  • Durée: 15:05
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: ACREQ, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0705074505

Stéréo

ISRC CAD509410850

The Black Museum (Le musée noir) est formée d’un ensemble d’artéfacts et d’objets sonores expérimentaux; d’une sensibilité musicale, de techniques de composition et d’impressions recueillies; et de choses apprises des pièces d’autres compositeurs qui ont été marquantes dans mon développement personnel. En tant que conservateur de ce ‘musée’, j’ai regroupé les idées et expériences qui me sont les plus significatives, transformant ainsi le passé en mon présent. Cette pièce possède une forte structure dynamique qui englobe l’utilisation d’éléments tels que l’éphémère, le passager, l’éclat inattendu et le recours à de soudains accès — un feu d’artifice de rencontres inattendues où le son illumine l’œil à travers l’oreille. La pièce est formée de neuf mouvements.


The Black Museum a été réalisée au studio du compositeur en 1993. Elle est une commande de l’Association pour la recherche et la création électroacoustiques du Québec (ACREQ) — avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC) — pour sa série de concerts Clair de terre au Planétarium de Montréal. Elle y a été créée le 27 avril 1993. Cette œuvre est dédiée à l’histoire du Groupe de recherches musicales (GRM) et aux compositeurs et amis de Montréal. The Black Museum a été finaliste au 21ième Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1993), le 1er prix au 15e Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1993), et le Prix du Groupe de musique expérimentale de Marseille (GMEM) (France, 1993). Une reconnaissance toute particulière au compositeur Robert Normandeau pour un son de porte extrait de sa pièce Rumeurs (Place de Ransbeck) enregistrée sur disque compact empreintes DIGITALes [IMED 9002; IMED 9802].

Création

  • 27 avril 1993, Clair de terre IV: Concert 4 — L’œil écoute, Planétarium de Montréal, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition