Évidence matérielle (Téléchargement) Détail des œuvres

Klang

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1982
  • Durée: 9:00
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: MAFILM, Magyar Rádió
  • ISWC: T9104074080

Stéréo

ISRC CAD500014140

  • 44,1 kHz, 16 bits

Le titre (‘Klang’ signifie ‘son’ en allemand) évoque la nature onomatopéique de la famille de sons formant la matière première de la pièce — des attaques métalliques incisives possédant d’intéressantes résonances riches en harmoniques. Le véritable point de départ de Klang est la découverte (dans la cuisine de Denis Smalley!) de deux casseroles de terre cuite dont les sons furent enregistrés au Studio de musique électroacoustique de la University of East Anglia (Norwich, RU) à l’été de 1981. Deux types de matériaux sonores furent captés: d’une part, les sons de type attaque/résonance obtenus en frappant sur la surface extérieure ou à l’intérieur des bols avec les couvercles; et d’autre part, les sons continus obtenus en passant les couvercles tout autour de l’intérieur des bols. Différentes hauteurs de son résultèrent de la façon de combiner tel ou tel couvercle avec tel ou tel bol — la qualité des résonances variant selon la position de l’attaque. Les microphones étaient placés très près des bols afin d’accroître le mouvement dans l’image stéréophonique. D’autres matériaux apparentés, accumulés durant les trois ou quatre années précédentes, furent également employés. Ils comprenaient des sons du monde réel, tels que des cloches à vache, des tiges de métal et des barres d’aluminium, ainsi que des sons générés électroniquement, aussi bien analogiques que numériques. En juin 1981, l’impulsion de composer la pièce m’est venue lorsque je fus invité par János Décsenyi à travailler au Studio de musique électronique de Radio Magyar à Budapest. Mais comme le temps de studio allait être limité, on m’avait conseillé d’amener une certaine quantité de matériel déjà enregistré. Les deux semaines précédant ma visite furent passées à effectuer un travail préliminaire dans les Studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham. C’est ainsi que les deux sections initiales de l’œuvre furent presque entièrement composées avant mon départ pour la Hongrie.

Malgré le déroulement ininterrompu de Klang, on peut assez clairement y distinguer six courtes sections: Introduction; Développement 1: un duo; Développement 2: interruption du duo et complexité grandissante jusqu’au premier sommet de l’œuvre; Développement 3: une section relativement statique; Développement 4: prolifération du matériau de la section précédente dans des structures en glissando, tension croissante vers le second et principal sommet de l’œuvre; et enfin, la relaxation de la Coda.

À partir de l’Introduction, il est possible à l’auditeur de suivre les développements de la matière première (sons de casserole) jusque dans la plus grande complexité des événements fortement transformés des quatre mouvements, pour ensuite retrouver dans la Coda, le monde sonore du début. La plus évidente des techniques de transformation utilisées ici est certainement le mixage, à l’aide de magnétophones, de multiples versions de sons simples légèrement transposés par un harmonisateur. D’autre part, les modifications les plus importantes ont été obtenues par filtrage et, surtout, par la technique du montage. Cette dernière constituait le principal moyen de contrôler la durée et la rythmique du matériau de base et d’en organiser le phrasé, qu’il s’agisse d’une ligne simple ou du mixage de plusieurs couches montées dans l’ordre désiré.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes, xi-00]


Klang [Timbre] a été réalisée en 1982 au Studio de musique électronique de Magyar Rádió (HEAR) à Budapest (Hongrie) et a été créée la même année à la University of Birmingham (RU). Cette pièce est une commande de MAFILM. Elle a obtenu le 2e prix de la catégorie Analogique du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France) en 1983. Toujours à Bourges, en 1992, Klang s’est vu décerner une Euphonie d’or et, de ce fait, a été déclarée l’«une des vingt œuvres les plus significatives à avoir été entendues dans le cadre de ce concours au cours des vingt années précédentes». Merci à János Décsenyi. La pièce a été jouée et diffusée dans plusieurs pays, notamment au cours de l’édition de 1984 des World Music Days à Toronto (Canada). Klang a paru sur disque à deux reprises: en 1984, sur étiquette UEA (UEA 84009) et en 1996, sur étiquette NMC (NMC D035).

Préparation

Composition

Création

  • 7 décembre 1982, Concert, Elgar Concert Room — Faculty of Arts Building — University of Birmingham, Birmingham (Angleterre, RU)

Distinctions

Sorties

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 15:14
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: BBC, Birmingham City Council
  • ISWC: T9104035736

Stéréo

ISRC CAD500014150

  • 44,1 kHz, 16 bits

Sorties a été composée pour faire partie d’une œuvre collective, Web, fruit de la collaboration entre sept compositeurs du Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre (BEAST) et l’artiste visuel Lorne Christie. Web était une ‘sculpture sonore’, une installation à l’intérieur de laquelle on pouvait déambuler et qui était située dans un entrepôt dont l’un des côtés était ouvert et donnait sur le bord d’un canal. L’ensemble de l’œuvre évoquait des images des éléments (air, terre, feu et eau) et celles d’un voyage, images intensifiées par les mouvements de l’auditoire à travers un paysage visuel et sonore en constante transformation.

Bien que faisant partie de Web, Sorties a été conçue comme une œuvre autonome. L’idée de se déplacer d’un lieu sonore à un autre sous-tend son évolution. Son titre renferme deux significations. Premièrement, dans les forces armées aériennes, le terme ‘sorties’ désignait les départs en missions, généralement au-dessus du territoire ennemi. Dans de telles opérations, le retour à la base des équipages était, par définition, chose incertaine. Le deuxième sens du titre est nettement perceptible dans l’image sonore dominante de l’œuvre. Il s’agit de l’idée de partir (sortir, s’évader, s’envoler) d’un espace intérieur vers un espace extérieur pour ensuite s’apercevoir que l’on est encore mystérieusement et inévitablement prisonnier d’un autre ‘intérieur’. Cette impossibilité de s’évader peut expliquer l’atmosphère sombre qui prédomine dans cette œuvre.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes, xi-00]


Sorties a été réalisée en 1995 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée lors de la représentation de Web le 26 mai 1995 à la Bond Gallery de Birmingham, dans le cadre du Festival Music Live ’95 organisé par la BBC. Web est une commande de la BBC et du Birmingham City Council (Conseil de ville de Birmingham). Sorties s’est méritée un prix dans la catégorie Musique à programme du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1996).

Composition

Création

  • 26 mai 1995, Web, Bond Gallery, Birmingham (Angleterre, RU)

Distinctions

Surface Tension

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 13:01
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T9247804111

Stéréo

ISRC CAD500014160

  • 44,1 kHz, 16 bits

Au sens strict, la tension de surface («surface tension» en anglais) est le phénomène par lequel des objets lourds peuvent flotter sur un liquide ou qui permet à certains insectes de ‘marcher sur l’eau’. Toutefois, ma pièce Surface Tension n’est pas basée sur des sons aquatiques mais plutôt sur des sons secs et cassants issus de matériaux qui s’avèrent être des déchets. Ce paradoxe n’est qu’un des méandres à travers et autour desquels cette pièce se fraie un chemin: les sons utilisés proviennent de matériaux d’emballage (plutôt que de ce qui est emballé) — styrofoam, feuilles de polyéthylène et bulles d’emballage — et de l’empaquetage d’un réfrigérateur supposé moins dommageable à l’environnement, ce qui est à la fois ironique et très révélateur; on y cherche à générer de la ‘beauté’ au moyen de ce que l’on jette négligemment; on y essaie de trouver une logique sonore organique à partir de matières surtout inorganiques, lesquelles sont assemblées selon leur ‘surface sonore’ (les propriétés particulières de chacun des objets sonores). Ce faisant, on crée un flot musical qui exige que l’on écoute à l’‘intérieur’ du son, immédiatement ‘sous’ la surface, ‘sous la peau’ de sources sonores qui sont généralement de nature semblable.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes, xi-00]


Surface Tension a été réalisée dans les studios Charybde et Circé de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France), ainsi que dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée le 30 mai 1997 au Palais Jacques-Cœur dans le cadre du Festival Synthèse (Bourges, France). Surface Tension est une commande de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB).

Composition

Création

  • 30 mai 1997, Synthèse 1997: Concert, Palais Jacques-Cœur, Bourges (Cher, France)

Splintering

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 19:51
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: État (Direction de la musique, France), Ina-GRM
  • ISWC: T9247804100

Stéréo

ISRC CAD500014170

  • 44,1 kHz, 16 bits
À mes parents

Le bois: une riche et fascinante source de sons. Les sons du bois sont ici enregistrés dans des environnements divers, tant intérieurs qu’extérieurs. Ils sont ensuite transformés par des techniques de traitement audionumérique. L’œuvre présente le parallélisme et la complémentarité des images sonores du bois qui éclate, qu’elles proviennent d’un processus naturel (bois fendu, brisé en fragments, haché et piétiné) ou d’un processus virtuel/artificiel (particulièrement par des procédés de sélection aléatoire (‘shuffling’) et de granulation, appliqués à la durée). De plus, l’éclatement (‘splintering’) des images sonores dans l’espace (gauche/droite; proximité/éloignement) est fondamental dans cette œuvre, comme d’ailleurs dans la plupart des compositions et des exécutions de musique acousmatique.

Le bois: une matière organique utilisée de multiples façons au cours de l’histoire et sauvagement exploitée de nos jours, au point de dénuder complètement d’immenses étendues de forêts tropicales et de rendre la planète incapable de renouveler des ressources essentielles au maintien de la vie. L’équilibre environnemental s’en trouve éclaté.

Le bois: lieu de l’imaginaire où se cache le maléfique et où d’étranges choses se produisent — ce n’est pas seulement le lieu où les loups se déguisent en grands-mères, mais aussi le lieu où le prince rencontre une jeune fille (qui vient d’on ne sait où) pleurant au bord de l’eau; c’est là que le héros abat le dragon et, en goûtant le sang du monstre, devient capable de comprendre le chant des oiseaux; c’est là qu’une femme cherche l’amoureux qu’elle a peut-être tué — ou s’agit-il simplement d’une manifestation de la ‘forêt profonde’ de son propre subconscient?

Lorsqu’on attaque le bois, il éclate. Les éclats sont dangereux — ils se retournent contre nous! Nous sommes prévenus.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes, xi-00]


Splintering [Éclats] a été réalisée dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée le 1er juin 1997 à la Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France (Paris). Splintering est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris).

Composition

Création

  • 1 juin 1997, Son-Mu 97: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)

Streams

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 16:11
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Sonorities Festival avec l’aide de la National Lottery du Arts Council of Northern Ireland
  • ISWC: T9247804053

Stéréo

ISRC CAD500014180

  • 44,1 kHz, 16 bits

L’image évoquée presque immédiatement est, bien sûr, celle de l’eau — tumultueuse, trouble, agitée, à la merci du vent et des accidents de terrain, se déversant vers la mer — tumultueuse et en perpétuel mouvement. L’évaporation, la formation des nuages et la pluie complètent le cycle qui se renouvelle constamment, toujours changeant…

Les sources sonores de base de Streams sont extraites des tumultueux points de rencontre de l’eau, de la terre et de l’air (états liquide, solide, gazeux): la rivière, le bord de mer et la pluie. Cette rencontre donne lieu à des phénomènes comme l’écoulement goutte à goutte, le bouillonnement, le tambourinement (comme celui des tambours? Tendez l’oreille à la recherche d’un mystérieux visiteur irlandais!) et le chevauchement incessant du flux et du reflux des vagues qui semble être devenu le modèle structurel de l’œuvre entière…

Flux de données, courant de la conscience et, d’abord et avant tout, de la perception — c’est-à-dire de l’habileté à relier ensemble des éléments souvent disparates et de comprendre, d’entendre, qu’ils font partie d’une seule ligne, d’un seul écoulement de la pensée, distinct d’autres écoulements parallèles ou contrapuntiques qui, possiblement, coexistent. On peut avancer que l’utilisation du format multicanaux (que j’utilisais pour la première fois dans une œuvre pour bande) aide au processus d’écoulement et accroît l’agitation de l’implacable mouvement…

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes, xi-00; François Couture, x-07]


Streams [Écoulements] a été réalisée en 1999 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU). Elle a été créée le 4 mai 1999, à la Harty Room de la Queen’s University, durant le Sonorities Festival à Belfast (Irlande du Nord). L’œuvre était une commande du Sonorities Festival, grâce aux fonds consentis par la National Lottery et par Sonorities. •• Streams est la dernière des quatre pièces de la série ReCycle, créée sous sa forme entière le 25 mai 2007, dans le cadre du festival Klangfest présenté par BEAST au CBSO Centre à Birmingham (RU).

Composition

Création

  • 4 mai 1999, Concert, Harty Room — Music Building — Queen’s University, Belfast (Irlande du Nord, RU)