Isostasie (Téléchargement) Détail des œuvres

Three Fictions (Northern Mix)

Natasha Barrett

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 10:34
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: IMEB

Ces trois fictions sont vaguement narratives et vaguement algorithmiques dans leur structure. Chaque mouvement présente le bref moment d’une vision, d’un son et d’une sensation, la compositrice se plaçant explicitement à l’intérieur de la narration sonore, ou encore s’embusquant quelque part derrière la musique. Le matériau sonore provient en majeure partie de générateurs de sons analogiques. Il est ensuite passé par un rigoureux processus de transformation avant d’être juxtaposé de façon claire à des sources sonores environnementales.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes]


La première version de cette pièce, Three Fictions, a été réalisée en février 2000 dans le studio Charybde de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et a été créée en juin 2000 dans le cadre de Synthèse, au Festival international de musique expérimentale de Bourges. L’œuvre est une commande de l’IMEB. La présente version, Three Fictions (Northern Mix), a été révisée et réalisée à l’automne 2000 dans le studio de la compositrice.


Création

  • Juin 2000, Synthèse 2000: Concert, Bourges (Cher, France)

Three Fictions (Northern Mix), 1: In the Rain

Natasha Barrett

  • Durée: 3:51
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Le feu dans ma tête s’estompe alors que je m’étends dans l’herbe sous la pluie.
De grosses gouttelettes tombent du ciel obscurci,
sur ma joue.
La végétation scintille, la fraîcheur revient.

La structure algorithmique de cette mise en musique repose sur la simulation statistique de la pluie tombant sur un plan à deux dimensions, l’axe des x étant traduit dans l’axe spatial gauche-droite, l’axe des y dans l’axe avant-arrière et subissant une transposition. Les fichiers-partition ont été créés pour être utilisés avec le logiciel Csound et ont servi à contrôler différentes sources sonores.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes]

Three Fictions (Northern Mix), 2: Midnight Sun: Midday Moon

Natasha Barrett

  • Durée: 3:35
  • Instrumentation: support

Stéréo

ISRC CAD500214750

  • 44,1 kHz, 16 bits

Le soleil éclatant descend dans le ciel.
Frais soleil de minuit.
Le songe s’éveille.
Lune du midi.

L’hiver, au Nord du cercle arctique, le soleil ne se lève pas. L’été, le soleil ne se couche pas. L’expérience du soleil de minuit insuffle une nouvelle énergie, mais la noirceur continuelle suscite de folles illusions. Durant les mois d’été, l’horizon ne brise pas la course approximativement sinusoïdale du soleil nordique. En divisant cette course en unités situées à la même altitude, on obtient des segments de temps de longueur diverse. Ici, ces segments de temps constituent le cadre événementiel dans lequel le matériau sonore évolue.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes]

Three Fictions (Northern Mix), 3: Outside Snow Falls

Natasha Barrett

  • Durée: 3:02
  • Instrumentation: support

Stéréo

ISRC CAD500214760

  • 44,1 kHz, 16 bits

Cristaux blancs.
Une porte se balance lentement.
À l’intérieur, il fait chaud.

Comme dans le premier mouvement, la localisation des événements est calculée à partir d’un système numérique. Toutefois, dans le cas présent, le matériau sonore est disposé manuellement et possède un caractère plus clair, plus glacial.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes]

Displaced:Replaced, 1: Fog, light wind

Natasha Barrett

  • Durée: 2:46
  • Instrumentation: support

Stéréo

ISRC CAD500214770

  • 44,1 kHz, 16 bits

Red Snow (Microclimate II)

Natasha Barrett

  • Année de composition: 1998, 2001
  • Durée: 15:39
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD500214780

  • 44,1 kHz, 16 bits

On appelle «neige rouge» une neige teintée par la croissance d’algues ou de diatomées d’une couleur pouvant aller du rose au rouge sanguin.

C’est durant l’hiver que je me suis établie en Norvège, là où le climat contraste dramatiquement avec celui de l’Angleterre, ma terre natale. Laissant derrière moi tout ce que je connaissais, je devins de plus en plus consciente de l’environnement: les variations de la neige tourbillonnant dans le vent; les détails complexes de la végétation rehaussés par les formations cristallines; la douceur du soleil et les paysages éclatants; des traces de pas suggérant leur propre scénario… et la couleur latente.

Microclimate II: Red Snow est la seconde d’une série de pièces intitulée Microclimate dans laquelle chaque morceau est structurellement équilibré, non pas dans un sens de symétrie, mais à travers la ‘vie’ d’une articulation d’où résulte une réaction ultérieure faisant office de contrepoids. J’ai tenté de concentrer dans le ‘microclimat’ de l’œuvre la beauté et la violence d’un paysage naturel en formant une organisation spatiale qui reflète, sous une forme acoustique, le monde naturel à l’origine de l’inspiration.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes]


Microclimate II: Red Snow a été réalisée au studio Notam (Norsk nettverk for Teknologi, Akustikk og Musikk / Réseau norvégien de technologie, d’acoustique et de musique) à Oslo (Norvège) et a été créée le 26 mai 1999, à Bergen (Norvège), dans le cadre du Music Factory Contemporary Music Festival.


Création

  • 26 mai 1999, Concert, Bergen (Norvège)

Displaced:Replaced, 2: Wet and gusty

Natasha Barrett

  • Durée: 1:42
  • Instrumentation: support

Stéréo

ISRC CAD500214790

  • 44,1 kHz, 16 bits

Viva la Selva!

Natasha Barrett

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 17:28
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: NICEM avec l’aide du Norsk Komponistforening

Stéréo

ISRC CAD500214800

  • 44,1 kHz, 16 bits

En 1999, un certain nombre d’appareils enregistreurs, un collègue et moi-même avons voyagé dans une forêt luxuriante d’Amérique centrale. Le but de cette aventure était d’enregistrer, 24 heures durant, les voix animales à l’aide d’un dispositif de microphones. Les données que nous avons recueillies servirent à la fois à une recherche bioacoustique et à la composition musicale.

Dans Viva la Selva! (Vive la forêt!), les sources sonores, la localisation des voix animales, les variations dynamiques observées durant la période de 24 heures ainsi que ma propre expérience — celle m’aventurer ainsi à travers la jungle, jour et nuit —, tout cela est venu contribuer à la structure narrative et musicale de la pièce.

La plupart des sources sonores proviennent de cris d’insectes, d’oiseaux, de grenouilles et de singes. Certains de ces animaux peuvent avoir été vus tandis que d’autres sons étranges ne trahissent pas leur origine. Après quelques jours passés en forêt, la distribution spectrale de l’environnement sonore a laissé apparaître une intéressante interrelation sonore entre les différentes espèces, interrelation devenue manifeste dans la composition dans laquelle plusieurs cris d’animaux ont été remplacés, dans le temps et dans l’espace, par des expressions vocales humaines.

Une partie des 24 heures d’enregistrement ayant été réalisée durant la nuit, période durant laquelle il était nécessaire de s’aventurer en forêt pour remplacer les cassettes DAT ou les piles. À la seule lueur d’une torche, la vision est confinée à une simple cage de lumière, alors que dans la noirceur périphérique, tout un monde s’affaire…

Les protagonistes de Viva la Selva! sont: le singe hurleur à manteau, quatre espèces d’oiseau (le manakin à tête blanche, le cassique, le tinamou et le colibri), les grenouilles poison-arrow et tink (Caretta Robber), des moustiques, un avion monomoteur et une multitude d’autres animaux des bois et sous-bois.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes]


Viva la Selva! a été réalisée en 1999 dans le studio électroacoustique du Conservatoire de musique de Tromsø (Norvège) et a été créée le 2 octobre 1999, au cours d’un concert de la NICEM (Section norvégienne de la Confédération internationale de musique électroacoustique), concert présenté dans le cadre du Festival de musique contemporaine Ultima (Oslo, Norvège). Viva la Selva! est une commande de NICEM et a bénéficié de l’appui du Norsk Komponistforening (Société des compositeurs norvégiens). Viva la Selva! a été primée au 1er Concurso Internacional de Creación Electroacústica Ciber@RT (Valencia, Espagne, 1999) et au Prix SCRIME (Bordeaux, France, 2000).


Création

  • 2 octobre 1999, Concert, Oslo (Norvège)

Distinctions

Displaced:Replaced, 3: Gathering wind

Natasha Barrett

  • Durée: 2:50
  • Instrumentation: support

Stéréo

ISRC CAD500214810

  • 44,1 kHz, 16 bits

The Utility of Space

Natasha Barrett

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 13:25
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: NICEM avec l’aide du Norsk Komponistforening

Stéréo

ISRC CAD500214820

  • 44,1 kHz, 16 bits

Entre la terre et le ciel
L’espace est comme un soufflet:
Vide au repos;
En mouvement ses dons sont abondants.
Tao Te Ching (traduit par Raymond B Blakney, 1955)

The Utility of Space est une exploration de la structure musico-spatiale. Cette exploration se manifeste de deux façons: dans l’implicite poétique de l’espace et dans des localisations, des trajectoires et des degrés de puissance sonore, tous réels et minutieusement contrôlés.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes]


The Utility of Space a été réalisée en 2000 dans le studio de la compositrice, la spatialisation ayant ensuite été poursuivie au Notam (Norsk nettverk for Teknologi, Akustikk og Musikk / Réseau norvégien de technologie, d’acoustique et de musique) à Oslo (Norvège). La version Ambisonics a été créée le 7 octobre 2000 lors du concert Space Escape de la NICEM (Section norvégienne de la Confédération internationale de musique électroacoustique), un concert présenté dans le cadre du Festival de musique contemporaine Ultima (Oslo, Norvège). The Utility of Space est une commande de NICEM et a bénéficié de l’appui du Norsk Komponistforening (Société des compositeurs norvégiens). The Utility of Space s’est méritée un Premier Prix du 28e Concours international de musique et d’art sonore électroacoustiques de Bourges (France, 2001). La pièce de concert originale a été réalisée dans un format ambisonique (disposition hexagonale des haut-parleurs), combiné à une diffusion stéréophonique traditionnelle; la version CD a subi un remixage pour écoute stéréophonique (les deux versions peuvent cependant être diffusées en concert).


Création

  • 7 octobre 2000, Concert, Oslo (Norvège)

Distinctions


[section.bq_piste.bq_enreg]

Remixage stéréophonique de la pièce de concert originale en format ambisonique.

Industrial Revelations

Natasha Barrett

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 11:32
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD500214830

  • 44,1 kHz, 16 bits

À un mile de distance, une vallée a été creusée dans le paysage. Elle est petite mais profonde. De temps en temps, porté par le vent, le bruit lointain des travaux atteint les alentours du jardin. Il ne s’agit pas ici de l’irritation normalement associée avec des bruits de machinerie.

Lorsqu’un soir j’étais sortie faire une promenade, je me suis mise à marcher en direction de la vallée. Le paysage se repose provisoirement d’être sculpté par de puissantes machines. Dans la pénombre, les amoncellements de terre ressemblent à des dunes de sable et les roches ruisselantes à des grottes marines. Demain, le paysage chantera un air de machines.

[traduction française: Jean-Pierre Noiseux, Traçantes]


Industrial Revelations a été réalisée en 2001 dans le studio de la compositrice et a été créée le 18 novembre 2001 lors du concert célébrant la relocalisation du Notam (Norsk nettverk for Teknologi, Akustikk og Musikk / Réseau norvégien de technologie, d’acoustique et de musique) à Oslo (Norvège). Industrial Revelations s’est méritée le 1er Prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2001 (Prague, République tchèque) et une Mention d’honneur au 4e Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo (CIMESP ’01, Brésil).


Création

  • 18 novembre 2001, Concert, Oslo (Norvège)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.