electrocd

Détail des pistes

Vol d’Arondes

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1999, 2001
  • Durée: 11:25
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Musiques & Recherches
  • ISWC: T0043341929

Stéréo

ISRC CAD500315960

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Annette Vande Gorne

Provence. Une soirée d’été, fenêtre grande ouverte sur l’azur qui, lentement, s’assombrit. Dans cette profondeur bleue irréprochable, le vol virtuose des hirondelles, une stridente chorégraphie alimentaire toujours renouvelée. Délicieusement, la nuit n’en finit plus de tomber. Le village se prépare pour la fête nocturne dont les échos me parviennent. Un jet amorce sa descente sur Marignanne. Comme tout cela est simple!

Moment de bonheur purement contemplatif, à peine troublé par quelque habituelle agitation de la pensée, vite chassée. «Le ciel est par dessus le toit…»

Musique du souvenir, connotative, assurément, mais pas naturaliste. Rappel et prolongement d’une œuvre antérieure, Drôles d’oiseaux (1985-86), qui a fourni quelques matériologies.

Quant à l’espace, lui aussi appartient à la mémoire.


Vol d’Arondes a été réalisée en 1999 au studio multipiste Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 21 novembre 1999 au 6e Festival acousmatique international L’Espace du son au XL Théâtre du Grand Midi (Bruxelles, Belgique). Elle est une commande de Musiques & Recherches. La version octophonique révisée (2001) a été créée le 15 décembre 2001 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (10) à l’Espace GO à Montréal.

Création

  • 21 novembre 1999, L’Espace du son 1999: Créations octophoniques, XL Théâtre du Grand Midi, Bruxelles (Belgique)
  • 15 décembre 2001, Création de la version 8 canaux revisée: Rien à voir (10): concert solo: Nature / Artifice, Espace Go, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Révision

À propos de cet enregistrement

La présente version est une réduction stéréophonique de l’original 8 canaux réalisée en juin 2002.

Remixage

En cuerdas

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 11:25
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Arturo Parra, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0031179982

Stéréo

ISRC CAD500315970

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Arturo Parra

Née d’une commande du guitariste d’origine colombienne Arturo Parra, En cuerdas (Dans les cordes) est la version pour bande seule de Sol y sombra… L’espace des spectres, une œuvre pour guitare et bande co-signée avec Arturo Parra. La présente version constitue, par rapport à la pièce mixte, une composition tout à fait autonome.

Son univers sonore demeure cependant celui des cordes pincées, frottées, frappées, mais des cordes virtuelles, métamorphosées par les traitements informatiques et démultipliées par l’écriture électroacoustique. Les variations morphologiques ont été principalement obtenues au moyen des divers ‘instruments’ de traitement du SYTER de l’Ina-GRM (Paris, France).

À l’intérieur d’un cadre formel assez strict et de choix préalables opérés sur les programmes, j’ai réservé, comme toujours, une place importante aux séquences-jeux improvisées.

Bien sûr, ces moments de pure intuition ne comportent pas le vertige et les risques irrattrapables de l’improvisation véritable puisque c’est en temps différé que le choix intervient ici et que seuls seront fixés les instants ‘magiques’. Mais peut-être, à mi-chemin du hasard et de la volonté, est-ce tenter de réconcilier «l’esprit de finesse et l’esprit de géométrie» pascaliens.


En cuerdas a été réalisée en 1998 au studio du compositeur et a été créée le 15 mai 1998 au Festival international de musique actuelle de Victoriaville (Québec). Elle est une commande d’Arturo Parra avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Arturo Parra dont de nombreuses textures et sonorités font partie des matériaux de cette pièce, ainsi qu’à l’Ina-GRM qui m’a généreusement ouvert la porte du studio SYTER. En cuerdas a obtenu le 1er prix ex æquo au Concours international de musique électroacoustique EAR’99 de la radio hongroise (Budapest, Hongrie, 1999) et a été lauréate au concours Città di Udine (Italie, 1998). En cuerdas a été gravée en 1998 sur le disque Contemporanea ’98 (Taukay 107) et, en 2000, sur le disque Sonic Circuits VIII (Innova 117).

Création

  • 15 mai 1998, FIMAV 1998: Parr(A)cousmatique, Cégep de Victoriaville, Victoriaville (Québec)

Distinctions

Préparation

Composition

Les moirures du temps

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1999-2000
  • Durée: 15:24
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0031234975

Stéréo

ISRC CAD500315980

  • 44,1 kHz, 16 bits

Aux compositeurs et fondateurs de Réseaux: Jean-François Denis, Gilles Gobeil et Robert Normandeau

Comme l’œil perçoit les jeux instables de la lumière sur les différentes matières et textures d’une même couleur, l’oreille saisit les chatoiements et miroitements que d’infimes variations produisent sur des sons de même nature.

«Écrasement irrégulier du grain, parties mates et parties brillantes, aspect ondé, changeant, chatoyant. Reflets.» Termes empruntés à nos perceptions visuelles dont les analogies auditives s’imposent: la modification de l’espace devient alors altération du temps. Ce que souligne un élément anecdotique, signe d’écoulement temporel, qui vient ponctuer le flux sonore à trois reprises (début, milieu et fin).

Pour obtenir ces scintillements, de nombreux traitements matériologiques ont été réalisés grâce au système temps réel SYTER de l’Ina-GRM à Paris. Quelques caractères, factures et types de son, choisis dès l’origine du projet pour leur prégnance, ont été privilégiés; ce sont le timbre harmonique, l’accumulation, la percussion / résonance, le mouvement (trajectoires, tournoiements), les contrastes dynamiques: ce qui anime la contexture du son et ce qui le moire.


Les moirures du temps a été réalisée en 1999 dans le studio SYTER de l’Ina-GRM (Paris, France) et au studio du compositeur et a été créée (sous le titre provisioire de Cosa mentale) le 20 février 1999 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (5) présentée par Réseaux. Les moirures du temps est une commande de Réseaux des arts médiatiques avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Elle a obtenu le 1er Prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 1999 (Prague, République tchèque).

Création

  • 20 février 1999, Rien à voir (5): rétrospective 2, La Chapelle — scènes contemporaines, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Studio de nuit

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1992
  • Durée: 3:00
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0030894688

Stéréo

ISRC CAD500315990

  • 44,1 kHz, 16 bits

Où l’on surprend l’acousmotrope (sur le modèle d’Héliotrope: tourné vers l’écoute) dans ses pompes et dans ses œuvres. Étape de composition nocturne — mi-réelle, mi-onirique — de Figures de la nuit / Faces of the Night, œuvre radiophonique commandée par David Olds pour l’émission Transfigured Night, CKLN-FM, Toronto.

Outre celle de l’auteur, on peut entendre, dans l’ordre d’apparition, les voix de Laurie Radford, Pierre Daboval, Justice Olsson, Marie Pelletier, Jean-François Denis et Pierre Louet.


Studio de nuit a été réalisée en 1992 au studio du compositeur et a été créée le 2 septembre 1995 dans le cadre du Festival international d’art acousmatique Futura (Crest, France). Studio de nuit a été gravée en 1992 sur le disque DISContact! 6.2 (CÉC 92CD).

Création

  • 2 septembre 1995, Futura 95: Acousma international 12, Chapelle des Cordeliers, Crest (Drôme, France)

Composition

Lettre de Sarajevo

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1995-96
  • Durée: 14:38
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: État (Direction de la musique, France)
  • ISWC: T0031035172

Stéréo

ISRC CAD500316000

  • 44,1 kHz, 16 bits

Aux victimes de partout, spoliées, immolées, oubliées

Que peut-on encore dire de Sarajevo? Devant les débordements du cynisme triomphant, je n’ai pu, cette fois-ci, me contenter des jeux formels et esthétiques chers au compositeur. Peut-être ce narcissisme musical, ce repli élégant, cette hautaine ignorance (trompeuse, sans doute, mais enfin…), m’ont-ils paru désormais bien dérisoires en regard de l’angoisse quotidienne; et, somme toute, intenables. J’ai donc, naïvement, voulu parler de l’horreur et de la honte.

Le titre a surgi, évident: «Lettre», qui informe de l’étendue du désastre et qui, en même temps, lance un cri dans le désert des nations; «Sarajevo», parce que cette ville, parmi tant d’autres, symbolise l’incohérence tragique du retour en barbarie de notre époque.

Même triviales, comment rester sourd à de telles provocations? … constat pessimiste que, six ans plus tard, l’actualité ne semble pas prête à démentir.


Lettre de Sarajevo a été réalisée en 1995-96 dans le studio SYTER de l’Ina-GRM (Paris, France) et au studio du compositeur et a été créée le 22 février 1996 dans le cadre du Festival de création musicale Présences de Radio France à la Salle Olivier Messiaen, Maison de Radio France (Paris, France). Une première version, présentée en août 1995 au Festival d’art acousmatique Futura (Crest, France) sous le titre «Esquisse pour Sarajevo», a reçu l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Lettre de Sarajevo est une commande de l’État (Direction de la musique, France) pour le Festival d’art acousmatique Futura (Crest, France). Lettre de Sarajevo a été gravée en 1996 sur le disque Sonic Circuits IV (Innova 113).

Création

  • 30 août 1995, Futura 95: Concert portrait, Éden, Crest (Drôme, France)
  • 22 février 1996, Création de la version définitive: Son-Mu 96, Festival Présences 96: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)

Composition

Un autre Printemps

Francis Dhomont

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 6:09
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Uli Aumüller
  • ISWC: T0043341930

Stéréo

ISRC CAD500316010

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Uli A. et Antonio V.

La composition de cette musique destinée à un film comportait ses propres règles, différentes de celles d’une œuvre libre: respect d’une direction thématique donnée, contraintes matériologiques (Vivaldi, alto, chien, ruissellements, naturalisme) et temporelles, recours à des allusions et références, etc.

Un autre Printemps fait bien sûr écho au célèbre concerto de Vivaldi, véritable fil rouge du film, mais il le détourne, l’altère, le recycle. L’œuvre baroque devient alors une simple mais riche source sonore, porteuse de connotations culturelles. La place importante accordée aux mouvements de l’eau et à ses mutations correspond à la métaphore printanière du jaillissement, si présente à l’image. Mais ici le son de la Nature interroge la nature du son; les éléments figuratifs et référentiels du début glissent progressivement vers l’abstraction, grâce aux traitements qui en travestissent l’origine, et la musique retrouve son intégrité. Enfin, pour conclure, le son retournera au sens.

Cette façon de chercher dans le son la beauté qu’il contient pour l’organiser en structures me rappelle l’époque où, pour gagner ma vie, je sculptais le bois en m’inspirant de ses formes naturelles. Dans les deux cas j’ai tenté de réconcilier la volonté et le hasard, le perçu et le conçu, la nature et l’artifice.


Un autre Printemps est une commande du cinéaste allemand Uli Aumüller pour son film Mein Kino für die Ohren (Mon cinéma pour l’oreille), coproduit par ARTE et ZDF et a été réalisée en 2000 au studio du compositeur. Un autre Printemps a été créée le 14 mars 2001 lors de la télédiffusion du film en Europe et le 15 décembre 2001 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (10) à Montréal (Québec). Merci à Jean René, altiste, pour quelques robustes matériologies. La pièce a obtenu le 2e prix au Concours international de musique électroacoustique EAR’01 de la radio hongroise (Budapest, Hongrie, 2001). Le film Mein Kino für die Ohren a été gravé sur DVD-Vidéo en mars 2002 par Bridge Records (Bridge 9117).

Création

  • 15 décembre 2001, Rien à voir (10): concert solo: Nature / Artifice, Espace Go, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Drôles d’oiseaux

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1985-86, 2001
  • Durée: 14:51
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: État (Direction de la musique, France), GMEB
  • ISWC: T0030493323

Stéréo

ISRC CAD500316020

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Françoise Barrière, Christian Clozier, Jean-Claude Leduc, Valia et Patrick Lemoine

Quinze ans après sa composition, j’exhume, à titre de curiosité, cette tentative strictement électronique, unique dans ma production. En effet, invité à composer une œuvre par le Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB), j’avais décidé comme principe conducteur de me limiter à des matériologies générées par les oscillateurs et modules de synthèse analogique de haute qualité du studio Charybde et à de rares traitements. Par la suite, j’ai ajouté quelques éléments réalisés au Groupe de musique expérimentale de Marseille (GMEM) avec le premier modèle du Synclavier.

Mais un propos plus poétique me guidait, celui de la forêt comme symbole féerique de notre inconscient; ce fut donc ma première incursion dans cette «forêt profonde» à laquelle je pensais déjà et où l’on retrouve quelques souvenirs de ce premier essai.

Voici ce que j’en disais: «Aujourd’hui, la relativité du visible est devenue une évidence, et l’on s’accorde à n’y voir qu’un simple exemple particulier dans la totalité de l’univers qu’habitent d’innombrables vérités latentes.»Paul Klee, Berlin, 1920

Traces d’une luxuriance et d’un exotisme oniriques, bestiaire imaginaire qui ne nie pas sa parenté avec les Trois rêves d’oiseau de François Bayle, Lullaby de Roger Cochini ou Bizarra d’Ivo Malec. Univers fantasque de la bande dessinée ou fantastique du conte de fées (dont toute menace n’est pas exclue): paysage fantasmatique des signes.


Drôles d’oiseaux a été réalisée en 1985-86 dans les studios du GMEB et dans celui du compositeur et a été créée le 12 juin 1985 dans le cadre de Synthèse, le Festival international de musique électroacoustique de Bourges (France). Elle est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et du Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB). La présente version a été révisée et abrégée en 2001 au studio du compositeur.

Création

  • 12 juin 1985, Synthèse 1985: Invention 4, Palais Jacques-Cœur, Bourges (Cher, France)

Composition

Révision

L’électro

Francis Dhomont

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 1:06
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0031078188

Stéréo

ISRC CAD500316030

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Marie Pelletier

Petit jeu vocal, résolument optimiste, sur les beautés ineffables de l’électroacoustique, cet art merveilleux qui fera assurément du prochain millénaire Le meilleur des mondes que nous attendons! En outre, c’est un bref exercice de style qui mêle des bribes de voix anciennes à celle de Marie Pelletier et reprend l’idée de Puzzle, un clip de 2min10sec de 1975… vingt-huit ans déjà! Éh! oui…

Jeu sur les multiples manipulations et énonciations du mot ‘électroacoustique’, ainsi que sur cette exaltante conclusion: «Ah! l’électro, y a rien de plus beau.»


L’électro a été réalisée en 1990 au studio du compositeur et a été créée le 30 août 1995 dans le cadre du Festival international d’art acousmatique Futura (Crest, France). L’électro a été gravée en 1995 sur le disque DISContact! II (CÉC 95CD).

Création

  • 30 août 1995, Futura 95: Acousma international 7, Chapelle des Cordeliers, Crest (Drôme, France)

Composition