Jeu d’ombres (Téléchargement) Détail des œuvres

Strings & Shadows

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1993
  • Durée: 10:04
  • Instrumentation: harpe et support stéréo
  • Commande: NOMUS, pour la harpiste Sofia Asunción Claro

Stéréo

ISRC CAD500316500

  • 44,1 kHz, 16 bits

Dans Strings & Shadows (Cordes et ombres), les cordes de la harpe agissent comme des barrières qui s’ouvrent et laissent passer une variété de sons rappelant plus ou moins précisément d’autres instruments et même la voix, le tout flottant dans un continuel courant de transformations. Ces ‘ombres’ de timbres instrumentaux et vocaux sont complétées par un effet de miroir de la harpe utilisant une variété de sonorités de cordes synthétisées. Cependant, il y a aussi une autre sorte d’ombre musicale: un court fragment mélodique de la trame sonore que Herbert Stothart (1885-1949) a composée pour le film Queen Christina (Christine, Reine de Suède, 1933) — un film de Rouben Mamoulian (1897-1987) avec Greta Garbo (1905-1990) — que l’on retrouve dans une image-mirroir légèrement déformée de la harpe dans la section centrale de la pièce (5:10-5:18 et 7:18-7:26). En fait, l’ensemble du développement mélodique de la harpe dérive en grande partie de ce fragment.

La vision poétique de la pièce donne l’image d’une vieille actrice mourante, emportée dans une dernière séquence flottante de danse à travers les ombres de son passé, alors que la mort apparaît lentement comme partenaire d’un dernier pas de deux.

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes]


Strings & Shadows a été réalisée en 1993 au studio du compositeur et a été créée le 22 septembre 1994 au Stockholm Electronic Music Festival. L’œuvre est une commande de Nordiska Musikkommitén (NOMUS) pour la harpiste Sofia Asunción Claro. Elle a reçu une distinction au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1994) et a été enregistrée pour la première fois par Sofia Asunción Claro pour le compact de 1996 intitulé Music for Harp and Tape (Musique pour harpe et bande) (Centaur CRC 2284); l’enregistrement a été réalisé par Klaus Pedersen du 27 novembre au 2 décembre 1994 et du 16 au 20 janvier 1995 au DIEM (Århus, Danemark) et a été mixé au studio du compositeur.


Création

  • 22 septembre 1994, Sofia Asunción Claro, harpe • The Stockholm Electronic Music Festival XVI: Harp & Winners, Studio 2 — Radiohuset, Stockholm (Suède)

Distinctions

Stråkkvartett

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1988
  • Durée: 11:46
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Sveriges Radio

Stéréo

ISRC CAD500316510

  • 44,1 kHz, 16 bits

La structure de Stringquartett (Stråkkvartett; quatuor à cordes) se fonde sur le chiffre 4: quatre interprètes, quatre techniques de jeux, quatre couches de vélocité, quatre tempéraments, etc. Comme ensemble instrumental qui s’est avéré un véritable ‘survivant’ à travers l’histoire de la musique, le quatuor à cordes m’a toujours fasciné. Impressionné par l’importance de son corpus s’échelonnant sur plus de trois siècles, j’ai constaté qu’il y avait peu de chance de pouvoir créer quoique ce soit qui puisse un temps soit peu ressembler à quelque chose de vraiment ‘original’, dans le sens d’apporter des idées nouvelles à la forme. Toutefois, le déplacement du concept entier sur une autre plate-forme m’a donné l’inspiration nécessaire pour visualiser la façon de traiter les aspects formels et oraux de cette combinaison spécifique de cordes.

Aujourd’hui, Stringquartett, en tant qu’œuvre pour bande, semble peut-être un peu ‘crue’, puisqu’elle utilise une technique d’échantillonnage qui était alors à la fine pointe de l’art mais qui passe maintenant pour une ‘antiquité’. La structure et l’énergie de la pièce lui donne toujours un tranchant que j’aime et l’aspect conceptuel, qui consistait à transformer la pureté d’une forme en une égale contrepartie, donne à la pièce une qualité qui perdure au-delà de ses défauts ‘instrumentaux’. Le regretté poète suédois Erik Bäckman m’a fait l’honneur de me présenter dans un de ces livres comme «le compositeur qui gardait un quatuor à cordes dans sa poche».

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes]


Stringquartett a été réalisée en 1988 au studio du compositeur et a été créée le 4 juin 1989 dans le cadre du Festival Skinnskatteberg. Commande de la Sveriges Radio — la radio suédoise —, Stringquartett a reçu une Mention d’honneur aux Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1990).


Création

  • 4 juin 1989, Skinnskatteberg Festival, Skinnskatteberg (Suède)

Distinctions

Renaissance

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 12:24
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Ina-GRM

Stéréo

ISRC CAD500316520

  • 44,1 kHz, 16 bits

Ayant vécu et travaillé avec des instruments électroniques pendant plus de 20 ans, mon attention a été récemment attirée par l’intérêt rétrospectif qui tend à se manifester pour les anciens synthétiseurs analogiques. Ces instruments représentent pour moi non seulement une différente qualité de son mais aussi un mode différent de composition. Cela affecte profondément en retour le résultat final des structures musicales qui en ressortent. Les systèmes numériques ont une plus grande flexibilité en ce qui concerne le contrôle spectral et temporel point par point. Les systèmes analogiques, d’un autre côté, offrent une façon de créer des structures complexes avec un contrôle physique direct doublé d’une qualité de son «crue» unique qui manquent aux instruments numériques.

Composer avec de ‘vieux’ systèmes analogiques est un phénomène rare dans notre monde d’ordinateurs, de disques durs et de synthétiseurs numériques. À quelques exceptions de plus en plus rares, les synthétiseurs analogiques sont plus souvent absents que présents dans les studios électroacoustiques modernes. La transition des systèmes analogiques aux numériques comme principal outil de travail dans les studios d’électroacoustique a pris environ dix ans. La transformation des instruments médiévaux en leurs équivalents modernes a pris plusieurs siècles.

Cela fait quelques temps que je ressentais l’urgence de revenir aux ‘vieux’ instruments, la dernière fois que j’ai travaillé avec des systèmes analogiques remontant à 1986. Une invitation du Groupe de recherches musicales (GRM, Paris) m’a donné l’opportunité d’explorer une renaissance de l’analogique dans le domaine numérique. La pièce se fonde, d’une part, sur des sons de synthétiseur modulaire Serge, et d’autre part, sur quelques sons additionnels provenant d’instruments de la Renaissance comme le luth, le cromorne, la viole de gambe et le tambour. Mon intention était de créer une rencontre virtuelle entre les sons, les méthodes de composition et les esthétiques des deux mondes, analogique et numérique, ce, sur un lointain canevas de timbres et de rythmes médiévaux.

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes]


Renaissance a été réalisée en 1994 au studio du compositeur et a été créée le 31 janvier 1995 à la Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France (Paris). L’œuvre est une commande de l’Ina-GRM. Renaissance a reçu une Mention d’honneur au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1997).


Création

  • 31 janvier 1995, Åke Parmerud, diffusion • Son-Mu 95: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de la radio, Paris (France)

Distinctions

Retur

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1992-93
  • Durée: 10:35
  • Instrumentation: quatuor de saxophones et support stéréo
  • Commande: Svenka Rikskonserter, pour le Stockholms Saxofonkvartett

Stéréo

ISRC CAD500316530

  • 44,1 kHz, 16 bits

La structure mélodique et harmonique de Retur (Retour) dérive de la transcription de quelques extraits d’un solo de saxophone du légendaire musicien américain Charlie Parker (1920-1955). Comme Alias (1990) et Renaissance (1994), cette œuvre s’inscrit dans une série explorant ma relation avec des artefacts musicaux historiques. Retur est une sorte de lettre musicale, écrite sur le papier du temps et s’adressant à l’expéditeur de la création originale (Parker). Le titre, retour est le mot suédois, peut également signifier le retour du service au tennis, soit le premier coup donné par l’adversaire pour renvoyer la balle à celui qui vient de servir.

Pour moi, plusieurs formes de création artistique, lorsque je les contemple, me paraissent des sortes de conversations non orales qui, franchissant les limites du temps et de l’espace, établissent des chevauchements intellectuels, émotifs et esthétiques dans les esprits des artistes. Si Charlie Parker était encore vivant aujourd’hui, je lui aurais certainement envoyé une copie de cette œuvre. L’aurait-il aimée? Je n’en suis pas sûr. Mais le but d’une conversation n’est pas en premier lieu de s’entendre, mais plutôt d’écouter et si possible d’échanger des idées, avec un minimum de respect.

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes]


Retur a été réalisée en 1992-93 au studio du compositeur pour le quatuor de saxophone de Stockholm (Stockholms Saxofonkvartett: Sven Westerberg, Jörgen Pettersson, Leif Karlborg, Per Hedlund) qui l’a créée le 23 mars 1993 au Festival de musique actuelle de Stockholm. Elle a aussi été interprétée le 5 juin 1993 au Festival Skinnskatteberg. Commande du Svenka Rikskonserter, l’institut national de concerts suédois, Retur a été enregistrée par le Quatuor de saxophone de Stockholm pour le compact intitulé Links (Caprice CAP 21517) produit en 1997. L’enregistrement a été réalisé le 11 septembre 1995 au studio OAL à Sollentuna (Suède) par l’ingénieur du son Anders Hellgren et le producteur Bo Rydberg, et a été mixé au studio du compositeur.


Création

Les flûtes en feu

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 10:39
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: GMEB

Stéréo

ISRC CAD500316540

  • 44,1 kHz, 16 bits

Les flûtes en feu se fonde sur le concept du compositeur comme alchimiste. À l’aide d’ordinateurs et des facilités offertes par le studio moderne, le compositeur de musique acousmatique ou d’art sonore est capable de traiter le matériel acoustique comme s’il s’agissait d’une substance dont la morphologie pourrait être constamment redéfinie. Dans cette pièce, la substance sonique de base est faite de simples sons de flûtes. Ils sont transformés et recomposés de diverses façons comme pour donner un aperçu de leur potentiel virtuel. Au fur et à mesure que la pièce évolue, les structures de départ relativement simples révèlent de nouveaux et parfois surprenants aspects de leurs gestes originaux. Il y a aussi un autre élément récurrent à travers la composition. Un court son métallique, rappelant le marteau heurtant l’enclume, signale la présence d’une force qui s’apprête à changer la forme des choses. Finalement, à la fin de la pièce, une sonorité de feu, représentant le processus de catalyse des quatre éléments présents à la base de toute alchimie, parvient brièvement à l’état sonore pour confirmer le processus qui vient d’avoir lieu. Comme dans plusieurs autres instances où l’ambition de l’art touche à l’idée de métamorphose, travailler à cette pièce m’a définitivement fait comprendre que «tout ce qui brille n’est pas or». Toutefois, comme d’habitude lorsqu’on travaille de près avec un matériau sonore, ma relation avec la flûte, comme source de son et comme instrument en général, s’est considérablement approfondie, ce qui est en soi une expérience en or.

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes]


Les flûtes en feu a été réalisée en 1999 au studio Charybde de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et au studio du compositeur. La création a eu lieu le 14 juin 2000 dans le cadre du festival Synthèse (Bourges, France). Les flûtes en feu a remporté le Premier Prix ex æquo de la première édition du Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses 2000 (Bruxelles, Belgique) et a été gravée en 2000 sur le disque compact Métamorphoses 2000 (MR 2000).


Création

  • 14 juin 2000, Synthèse 2000: Concert, Bourges (Cher, France)

Distinctions

Repulse

Åke Parmerud

  • Année de composition: 1986
  • Durée: 10:10
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD500316550

  • 44,1 kHz, 16 bits

Repulse (Répulsion) a été composée à partir de matériaux qui avaient été ‘rejetés’ pendant la création de Isola, une œuvre mixte pour orchestre de chambre et bande commandée par l’ensemble néerlandais Asko. De larges parties de Repulse ont été conçues comme couches complémentaires à Isola, mais en cours de composition les choses ont très très mal tourné… Les couches s’entrechoquaient, se disputaient, se combattaient, se comportaient en général de très mauvaise manière entre elles. Voyant inéluctablement approcher le désastre, je n’ai pas eu d’autre solution que de couper tous les liens et de laisser chaque couche vivre sa propre vie.

Ainsi, quoique rejetée du processus, Repulse devint plus tard une ‘pure’ composition pour bande, libre de toute terreur antagoniste imposée par la présence exigeante des instruments de musique quant à la façon de composer.

Repulse peut être vue comme la première pièce dans laquelle j’ai exploré des processus de texture en couches multiples. Jusqu’à cinq couches de sons simultanées créent de temps à autres une dense image sonore, quoiqu’en tout temps transparente grâce à la simulation spatiale, au déplacement de fréquences et à des textures clairement identifiées.

[traduction française: Guy Marchand, Traçantes]


Repulse a été réalisée en 1986 au studio du compositeur et a été créée le 3 septembre 1986 au Berwald Hall (Stockholm, Suède). Repulse a reçu le Premier Prix au 16e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1988).


Création

  • 3 septembre 1986, Concert, Berwaldhallen — Sverige Radio, Stockholm (Suède)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.