electrocd

Détail des pistes

Valley Flow

Denis Smalley

  • Année de composition: 1991-92
  • Durée: 16:50
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: BEAST avec l’aide du West Midlands Arts
  • ISWC: T0103350464

Stéréo

ISRC CAD500418180

  • 44,1 kHz, 16 bits

L’élaboration formelle et le contenu sonore de Valley Flow (Les courants des vallées) ont été inspirés par les paysages spectaculaires de la vallée de Bow située dans les Rocheuses canadiennes. L’œuvre s’appuie sur un mouvement fluide de base. Celui-ci s’élargit afin de créer des profils éthérés, flottants, aériens, ou afin de parcourir de vastes horizons — ou alors il se contracte pour donner naissance à des mouvements physiques plus violents, comme par exemple le jet d’éléments de texture. Les perspectives spatiales jouent un rôle important dans une œuvre qui s’inspire de l’environnement. L’auditeur qui écoute par cette fenêtre stéréophonique peut choisir des ‘points de vue’ différents; scrutant par moments la ligne d’horizon, observant le paysage en plongée, ou se sentant écrasé par la masse imposante des formations rocheuses, ou encore submergé par les détails amplifiés de la vie organique. Les qualités du paysage se font sentir dans toute la pièce: l’eau, le feu et le bois; les bruits-textures de fracture de parois rocheuses, en éléments granuleux et âpres; et la finesse glaciale, hivernale, des sons tenus. La force et le caractère éphémère de la nature se reflètent dans des changements brusques et des textures agitées.

[ix-92]


Valley Flow a été réalisée au Banff Centre for the Arts (Canada) en 1991 et terminée au studio du compositeur à Norwich (RU) en 1992. Elle comprend des sons créés à l’IRCAM à Paris (France) lors d’un séjour de recherche en 1989, ainsi que des éléments élaborés ultérieurement à l’université Simon Fraser à Vancouver (Canada) en 1991. La création de Valley Flow a eu lieu le 27 février 1992 au studio Pebble Mill de la BBC, dans le cadre d’un concert diffusé en direct à la radio. La pièce est une commande du Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre (BEAST) et a été subventionnée par West Midlands Arts.

Création

  • 27 février 1992, Music in our Time, Pebble Mill Studios — British Broadcasting Corporation, Birmingham (Angleterre, RU)

Distinctions

Préparation

Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version a été masterisée par le compositeur en 2004.

Mastering

Partitions

Piano Nets

Denis Smalley

  • Année de composition: 1990, 91
  • Durée: 17:52
  • Instrumentation: piano et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: SAN avec l’aide du Arts Council of Great Britain
  • ISWC: T0102014210

Stéréo

À Philip Mead

Piano Nets (Filets à piano) consiste en trois mouvements qui partagent certains éléments du piano mais présentent des styles différents — déterminés en grande partie par l’environnement électroacoustique. La partie pour piano s’articule autour de certains types d’accords dont les sonorités et les saveurs se retrouvent au long des trois mouvements. Certaines harmonies constituent des repères auxquels l’on retourne constamment; les filets du titre évoquent cette idée de réseaux d’accords ainsi que le sentiment d’emprisonnement qu’ils suscitent. Le piano aussi se retrouve comme pris dans un filet — étant presqu’uniquement confiné à un jeu d’accords. Pareille restriction permet l’exploration intense de mélanges subtils entre les sons électroacoustiques et ceux du piano. Les relations entre ces deux sources sont variables: les sons peuvent s’appuyer ou se mettre en valeur mutuellement, ils peuvent s’imbriquer dans une relation de cause à effet, ou collaborer pour composer des mouvements d’attaque et des teintes de résonances. Les sons électroacoustiques peuvent sembler provenir du cœur de la musique jouée par le piano, ou inversement (vers la fin) ils peuvent entourer le piano dont les accords virevoltent alors dans un intérieur retentissant.

[xii-92]


Piano Nets a été réalisée au studio d’électroacoustique de l’université de East Anglia à Norwich (RU). Le contenu électroacoustique a été créé principalement au cours d’une période de recherche à l’IRCAM à Paris (France) en 1989 — séjour subventionné par le Arts Council of Great Britain; le complément est tiré de pièces antérieures. La création de Piano Nets a été présentée par le pianiste Philip Mead au Norfolk & Norwich Festival (RU) le 13 octobre 1990. Le troisième mouvement a par la suite été modifié. Piano Nets est une commande du Sonic Arts Network (SAN) et a reçu l’appui du Arts Council of Great Britain.

Création

  • 13 octobre 1990, Philip Mead, piano • Norfolk & Norwich Festival, Music Centre — University of East Anglia, Norwich (Angleterre, RU)

Préparation

  • 1989, Ircam, Paris (France)

Composition

Révision

  • 1991, Norwich (Angleterre, RU)

À propos de cet enregistrement

La présente version a été enregistrée au Music Faculty Hall de l’Université de Cambridge (RU) le 7 août 1992 (ingénieur: Trygg Tryggvason), et mixée au studio du compositeur au cours du mois d’août 1992. La présente version a été masterisée par le compositeur en 2004.

Fixation

Mixage

Mastering

Partitions

Wind Chimes

Denis Smalley

  • Année de composition: 1987
  • Durée: 15:10
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: South Bank Centre
  • ISWC: T0100613873

Stéréo

ISRC CAD500418220

  • 44,1 kHz, 16 bits

La principale source sonore de Wind Chimes (Carillons à vent) est un jeu de carillons de céramique découvert lors d’une visite en Nouvelle-Zélande en 1984. Ce n’était pas tant le tintement de ces carillons qui séduisait mais bien le caractère vibrant, riche, abrasif et presque métallique des sons obtenus en frappant un seul tube ou en en frottant deux l’un contre l’autre. Ces caractéristiques se sont avérées un point de départ intéressant pour la transformation de la forme spectrale des sons. Le fait de choisir une source de sons unique et de tenter d’en extraire le plus possible a toujours constitué pour moi une méthode privilégiée pour assurer la cohérence sonore d’une œuvre. Il ne s’agit pas ici de devoir — ou de pouvoir — reconnaître la source sonore; en fait la source peut être entendue dans son état naturel vers le début de la pièce et, tout au long, cette qualité terreuse reste toujours à portée d’oreille. Des éléments complémentaires se sont ajoutés au fur et à mesure que les familles sonores se développaient — parmi eux des sons de grosse caisse et de barres métalliques résonantes, ceux très aigus de carillons à vent japonais en métal, des sons de l’intérieur d’un piano, ainsi que d’autres créés par synthèse numérique. La pièce est axée sur de puissantes attaques, sur certains types de mouvements physiques réels ou imaginaires (par exemple, mouvements d’objets qui tournoient ou pivotent, grattements ou frottements d’archet qui créent certaines résonances); ces éléments se démarquent de textures tenues plus vastes, en couches, dont les fléchissements déchirants évoquent une certaine mélancolie.

[xii-92]


Wind Chimes a été réalisée au studio d’électroacoustique de l’université de East Anglia à Norwich (RU) en 1987. Les transformations informatiques des sons ont été réalisées sur le système numérique du Studio 123 du Groupe de recherches musicales (GRM) à Paris (France) en 1986. La création de la pièce a eu lieu lors du Electric Weekend au Queen Elizabeth Hall à Londres (RU) le 11 septembre 1987. La pièce a d’abord été enregistrée en 1990 sur le disque compact Computer Music Current #5 de l’étiquette Wergo (WER 2025-2). Wind Chimes est une commande du South Bank Centre de Londres (RU).

Création

  • 11 septembre 1987, Electric Weekend, Queen Elizabeth Hall, Londres (Angleterre, RU)

Préparation

Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version a été masterisée par le compositeur en 2004.

Mastering

Clarinet Threads

Denis Smalley

  • Année de composition: 1985
  • Durée: 13:23
  • Instrumentation: clarinette et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Roger Heaton avec l’aide du Eastern Arts (RU)
  • ISWC: T0114049501

Stéréo

ISRC CAD500418230

  • 44,1 kHz, 16 bits

Le titre Clarinet Threads (Filaments de clarinette) évoque la relation entre la clarinette et les sons électroacoustiques. La clarinette peut produire de nombreux types de sons — bruits de touches, sons soufflés, notes à hauteur ambiguë, notes très aiguës obtenues en mordant l’embouchure, sons multiphoniques… Le son de la clarinette est tissé au travers de la toile électroacoustique, se fondant par moments avec elle et, à d’autres, faisant surface dans un rôle de soliste. Outre les passages où l’utilisation de la clarinette est plus traditionnelle, on rencontre des environnements stylisés dont la source est extérieure à la musique — appels et cris de la nature, courants du vent et de l’eau, et un mouvement de textures suggérant le flottement et la dérive.

[xii-92]


Clarinet Threads a été réalisée au studio d’électroacoustique de l’université de East Anglia à Norwich (RU) avec plusieurs sons électroacoustiques créés lors de séjours dans différents studios — avec le système Structured Sound Synthesis Project (SSSP) du Computer Systems Research Institute de la University of Toronto (Canada), au studio expérimental de la radio de Finlande à Helsinki, au Studio 123 du Groupe de recherches musicales (Ina-GRM) à Paris (France), et au studio d’électroacoustique de la University of Birmingham (RU). Elle a été créée par le clarinettiste Roger Heaton au Norfolk & Norwich Festival (RU) le 15 octobre 1985. La pièce a reçu le Prix Ars Electronica de la radio autrichienne ORF en 1988. Clarinet Threads a d’abord été enregistrée en 1990 sur le disque compact Computer Music Current #6 de l’étiquette Wergo (WER 2026-2). Clarinet Threads est une commande de Roger Heaton subventionnée par Eastern Arts (RU).

Création

  • 15 octobre 1985, Roger Heaton, clarinette • Norfolk & Norwich Festival, St Peter Mancroft, Norwich (Angleterre, RU)

Distinctions

Préparation

Composition

À propos de cet enregistrement

La version présentée ici a été enregistrée le 2 août 1992 au Music Centre de l’université de East Anglia à Norwich (RU) et mixée au studio du compositeur au cours du mois d’août 1992. La présente version a été masterisée par le compositeur en 2004.

Fixation

Mixage

Mastering

Darkness After Time’s Colours

Denis Smalley

  • Année de composition: 1976
  • Durée: 13:59
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0104795745

Stéréo

ISRC CAD500418240

  • 44,1 kHz, 16 bits

Le matériel sonore de Darkness After Time’s Colours (Ténèbres des couleurs du temps) s’est développé à partir de Pneuma, une pièce électroacoustique en direct où cinq chanteurs créent un répertoire de sons de respiration, de sons de percussions et d’harmonies vocales, et jouent des percussions dont des tambours parlants de l’Inde et du Ghana, des diapasons, deux gongs chinois et un tam-tam. Plusieurs de ces sons ont servi de point de départ pour cette pièce — sons de gongs, de respiration, d’air soufflé et de frottements de doigts sur les peaux de tambours, de percussions chantées, de pulsations de diapasons. Par transformation électroacoustique, la forme et la substance de ces sons élargissent, imitent et pénètrent celles des sons originaux, donnant lieu ainsi à un symbolisme sonore ambigu. La pièce peut être perçue comme un parcours dans le monde sonore de la voix — parcours qui comporte diverses ‘mésaventures’ et rencontres — d’où l’allusion dans le titre au périple aux enfers de l’époque classique.

[xii-92]


Darkness After Time’s Colours a été réalisée au studio d’électroacoustique de l’université de East Anglia à Norwich (RU) en 1975-76 et a été créée en 1976. L’œuvre a obtenu le 2e prix du 5e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1977), ainsi qu’un prix Euphonie d’or au 20e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1992).

Création

  • 1976, Concert, Music Centre — University of East Anglia, Norwich (Angleterre, RU)

Distinctions

Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version a été masterisée par le compositeur en 2004.

Mastering