electrocd

Détail des pistes

They’re Trying to Save Themselves

Darren Copeland

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 3:53
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: CBC
  • ISWC: T0728363845

Stéréo

ISRC CAD500620100

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

ISRC CAD500620020

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

They’re Trying to Save Themselves («Ils essaient de sauver leur peau») est une commande pour une émission radiophonique en commémoration du premier anniversaire des événements du 11 septembre 2001. Les sons proviennent tous du compte-rendu d’un témoin oculaire diffusé sur la chaîne CNN, immédiatement après la tragédie. Au cours de la pièce, les mots prononcés subissent plusieurs métamorphoses texturales qui évoquent diverses images sonores en lien avec ces événements, comme un avion volant à basse altitude, des voix prises de panique et d’autres sonorités.

[traduction française: François Couture, i-05]


They’re Trying to Save Themselves a été réalisée en 2002 au studio du compositeur et a été créée le 11 septembre 2002 sur les ondes de CBC Radio One. Il s’agit d’une commande de la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) pour l’émission commémorative «Loss and Legacy».

Création

  • 11 septembre 2002, Loss and Legacy, Radio One — CBC, Canada

Composition

Mastering

Streams of Whispers

Darren Copeland

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 12:41
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0713782309

Stéréo

ISRC CAD500620110

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

ISRC CAD500620030

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

La première version de Streams of Whispers (Torrents de chuchotements), terminée en octobre 2001, prenait la forme d’une installation sonore conçue pour la cage d’escalier de la Latvian House à Toronto, pendant une résidence en art sonore chez Charles Street Video. L’idée sous-tendant l’installation consistait à concevoir la cage d’escalier comme un lieu de migration ou de transition, ou d’une manière plus figurative, comme un courant d’eau que des particules sonores traversent pour se rendre d’un point à un autre. La version pour concert présentée sur ce disque est un condensé en 12 minutes des 45 minutes composées pour l’installation. Tous les matériaux sonores utilisés dans la pièce proviennent des phonèmes de son titre, dits et chuchotés.

[traduction française: François Couture, i-05]


Streams of Whispers a été réalisée en 2002 au studio du compositeur et a été créée le 17 octobre 2002, au Bowling Green New Music and Art Festival (Bowling Green, OH, ÉU).

Création

  • 17 octobre 2002, Bowling Green New Music and Art Festival, Bowling Green (Ohio, ÉU)

Composition

Mastering

The Wrong Mistakes

Darren Copeland

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 4:34
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0728363823

Stéréo

ISRC CAD500620120

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

ISRC CAD500620040

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Bien que je ne puisse m’empêcher de commettre des erreurs, l’important pour moi est de ne pas commettre «les mauvaises erreurs», une expression enfantée par le grand joueur de baseball Yogi Berra. Pour moi, faire les «mauvaises erreurs», c’est ne pas s’impliquer à fond au moment qui compte le plus dans la prise d’une décision importante. Je pense que l’on peut se tromper sur tout, encore et encore, mais que si l’on apprend de ces expériences, le jour viendra où l’on saura faire le bon choix au bon moment. Personne parmi les gens qui se sont démarqués dans l’Histoire n’était infaillible, mais je crois que ces gens ont su, dans la plupart des cas, prendre la bonne décision dans les situations cruciales.

Pour moi, cette pièce signifie plonger dans quelque chose sans prendre garde et tenter des choses que je n’essaierais pas en temps normal, tout en sachant qu’en bout de ligne, il y aurait des erreurs (quelque chose d’anormalement fort ou un son qui ne semble pas à sa place). Plutôt que de supprimer les erreurs apparentes, j’ai décidé de travailler avec ces anomalies, de les intégrer à la pièce. Je l’ai fait parce que, rendu à ce point dans ma vie artistique, il me fallait briser mes vieilles habitudes et tenter quelque chose de différent.

[traduction française: François Couture, i-05]


The Wrong Mistakes a été réalisée en 2003 au studio du compositeur et a été créée en octobre 2004 dans la cadre de la Tone Deaf Series à la galerie Modern Fuel à Kingston (Canada).

Création

  • 7 octobre 2004, Tone Deaf 3: Concert, Modern Fuel Artist-Run Centre — Tett Centre, Kingston (Ontario, Canada)

Composition

Mastering

On Schedule

Darren Copeland

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 12:22
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0728363812

Stéréo

ISRC CAD500620130

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

ISRC CAD500620050

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

On Schedule («À temps») fait partie d’une série de compositions intitulées Pieces of Letters, pour 1 à 2 interprètes sur ordinateurs. Ces pièces se servent des lettres de l’alphabet latin et de la disposition de celles-ci sur le clavier d’ordinateur comme points de départ de leur organisation et des consignes d’interprétation. Dans On Schedule, les touches des 26 lettres de l’alphabet et du chiffre 1 sur le clavier d’ordinateur déclenchent 27 événements sonores qui constituent la pièce. Les 27 événements sonores sont dérivés du contenu harmonique et spectral des 27 arrêts prévus dans les gares s’échelonnant sur le trajet menant de London Waterloo, au Royaume-Uni, à Moskva Byelorusski, en Russie.

Pour créer ces événements sonores, j’ai reporté sur un graphique les heures de départ de chaque gare du trajet. L’aspect visuel de la courbe ainsi obtenue est devenu le modèle utilisé pour générer les formes d’ondes synthétisées. Les heures de départ ont également servi à déterminer les tons. Les sons de train, tout comme les formes d’ondes synthétisées, ont été transposés dans ces tons. Les sons ainsi générés ont aussi été traités par convolution, par modulation en anneau et par la fonction «image synth» de Metasynth. La forme de la courbe des heures de départ a été appliquée à ces procédures, lorsque cela était pertinent.

Ce traitement systématique des sons a produit des matériaux pour une pièce dont le ton et le timbre évoluent graduellement pendant plus de 12 minutes, afin de modéliser les changements d’atmosphère, d’ambiance et de conscience pouvant se produire au cours d’un voyage de 36 heures en train. Je me suis servi d’un seul enregistrement de train, puisé dans la collection World Soundscape Project, conservée au Sonic Studio de l’Université Simon Fraser (Burnaby, Canada).

[traduction française: François Couture, i-05]


On Schedule a été réalisée en 2003 au studio du compositeur et a été créée par DreamState (Scott MacGregor Moore, Jamie Todd) le 16 décembre 2003 dans le cadre de la série de concerts The Ambient Ping au Club Nia à Toronto (Canada).

Création

  • 16 décembre 2003, DreamState (Scott MacGregor Moore, Jamie Todd), diffusion • The Ambient Ping, Club Nia, Toronto (Ontario, Canada)

Composition

Mastering

Early Signals

Darren Copeland

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 4:27
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: CBC
  • ISWC: T0728363801

Stéréo

ISRC CAD500620140

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

ISRC CAD500620060

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Les voix de deux pionniers de la radio, Guglielmo Marconi et Peter Eckersly, signalent le début et la fin d’Early Signals (Premiers signaux), un court portrait historique des débuts de la radio. Marconi et Eckersly parlent de leurs premières réalisations, de ce que représentait la radio pour eux au tout début du 20e siècle et de la façon dont ils imaginaient la radio du futur. Entre ces deux voix, on trouve un éventail de sons typiques aux débuts de la radio, comme des parasites, des signaux en code morse, des «pops» et des tortillements, ainsi que les grandes vagues de l’océan Atlantique, que la communication sans fil de Marconi a traversé, pour la première fois dans l’Histoire, le 12 décembre 1901. Dans certains cas, ces premiers signaux sont présentés sous leur forme originale, alors que d’autres ont été traités électroniquement pour faire ressortir la tension et l’excitation associées aux premières découvertes innovatrices.

Marconi est généralement reconnu comme l’inventeur de la télégraphie sans fil, qui a rendu possible la communication entre les navires et la côte à l’aide de signaux en code morse transmis par les ondes radio. Dix ans plus tard, la transmission de la voix et de la musique par les ondes radio était possible, ce qui a entraîné des bonds importants dans le développement de la radiodiffusion telle que nous la connaissons maintenant. Eckersly a contribué à certaines de ces premières expériences de radiodiffusion au Royaume-Uni avant de devenir l’un des fondateurs de la BBC. Il m’a semblé que ses réminiscences enjouées sur ces débuts offraient à ce court portrait de l’histoire des débuts de la radiodiffusion une finale appropriée.

[traduction française: François Couture, i-05]


Early Signals a été réalisée en 2001 au studio du compositeur et a été créée le 11 décembre 2001. Il s’agit d’une commande de la CBC Radio One pour l’émission «Marconi Calling» qui soulignait le 100e anniversaire de la première transmission transatlantique sans fil (la lettre «s» en code morse), envoyée de Poldhu (Cornwall, RU) à Signal Hill (St John’s, Terre-Neuve). Les voix de Marconi et d’Eckersly sont tirées des archives de la Marconi Corporation.

Création

  • 11 décembre 2001, Marconi Calling, Radio One — CBC, Canada

Composition

Mastering

On a Strange Road

Darren Copeland

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 10:55
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0728363798

Stéréo

ISRC CAD500620150

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

ISRC CAD500620070

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Les sons généralement associés à la route (une chanson pop à la radio, la météo, les voitures qui nous dépassent, l’habitacle d’un véhicule) subissent une abstraction par traitement électroacoustique, afin de représenter les routes intérieures que j’ai parcourues au cours de longs trajets automobiles à titre de passager. Les matériaux sonores apparaissant dans cette composition ont d’abord servi à la trame sonore que j’ai conçue pour la pièce The Hurricane Project de Jennifer Fawcett créée en février 2003 dans le cadre du Rhubarb Festival au Buddies in Bad Times Theatre à Toronto (Canada).

[traduction française: François Couture, i-05]


On a Strange Road a été réalisée en 2003 au studio du compositeur et a été créée en octobre 2004 dans la cadre de la Tone Deaf Series à la galerie Modern Fuel à Kingston (Canada).

Création

  • 7 octobre 2004, Tone Deaf 3: Concert, Modern Fuel Artist-Run Centre — Tett Centre, Kingston (Ontario, Canada)

Composition

Mastering

Faith-Annihia

Darren Copeland

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 8:55
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0728363787

Stéréo

ISRC CAD500620160

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

ISRC CAD500620080

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Au départ, j’avais l’intention de créer un équivalent sonore à la notion de ‘papillotement’ (en anglais: ‘flicker’) que l’on trouve dans le cinéma expérimental, c’est-à-dire la succession extrêmement rapide d’images sonores dans le cadre stéréophonique, des enchaînements aussi rapides qu’un clin d’œil. J’espérais que ces images sonores puissent représenter des instantanés de la vie qui pourraient se rejoindre dans un paysage virtuel constitué de diverses juxtapositions et superpositions.

Au fur et à mesure que le travail prenait forme et que les questions musicales relatives à l’organisation de la matière surgissaient, je me suis concentré sur d’autres stratégies et d’autres intentions. Par nécessité, je me suis tourné vers des méthodes aléatoires simples (roulements des dés, etc.) pour simplifier la mise en ordre de 75 environnements sonores distincts en un nombre incalculable d’événements sonores requis. Afin de donner une idée de la densité, disons qu’à certains moments 12 pistes sont compressées fortement, les événements durant moins d’une seconde en moyenne, ce qui représente beaucoup, surtout lorsque nous avons affaire à des sources sonores environnementales plutôt qu’à des instruments de musique. Dans un extrait de seulement 16 secondes, on peut compter quelque 200 événements sonores qui saturent le spectre stéréo de sons industriels et environnementaux.

Quand j’ai pu faire l’écoute des premières séquences stéréo terminées (d’une durée moyenne de 16 secondes), j’ai été frappé par la façon dont les images sonores s’étaient rassemblées et fondues en un seul tout indifférencié. La similarité d’une image à l’autre était très étonnante, considérant mon idée originale, l’effet de papillotement d’un feu roulant d’images. Au contraire, les images semblaient se regrouper pour former une identité collective qui souhaitait se démarquer des expériences et des comportements individuels. C’est ainsi que la pièce a acquis une tendance et un caractère opposés à mon intention de départ.

La collision et la fusion de ces images autrefois disparates a donné la base d’un paysage sonore capable d’évoquer une représentation très sombre, voire apocalyptique du paysage sonore urbain. Au lieu d’une séquence rapide de papillotements, la pièce est devenue l’invasion lente de la fange industrielle, entrecoupée d’épisodes prolongés de silence et d’immobilité.

[traduction française: François Couture, i-05]


Faith-Annihia a été réalisée en 1991 au Studio de musique électronique de la School of Contemporary Arts de Simon Fraser University (Vancouver, Canada) et a été créée le 29 novembre 1991, dans le cadre du Sonic Boom Festival of BC Composers produit par Vancuver Pro Musica à Vancouver (Canada).

Création

  • 29 novembre 1991, Sonic Boom Festival of BC Composers, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada)

Composition

Mastering

Always Becoming Somebody Else

Darren Copeland

  • Année de composition: 1991-92
  • Durée: 9:07
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0728363776

Stéréo

ISRC CAD500620170

  • AAC, 320 kbps
  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

ISRC CAD500620090

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Avec cette pièce, j’essaie de communiquer des paysages imaginaires dont la représentation est incomplète, ce qui les enveloppe d’une ambiguïté onirique. Dans certains cas, cette impression résulte d’arrangements entre avant-plan et arrière-plan qui relèvent plus du collage que de la représentation fidèle de l’expérience conventionnelle. En d’autres cas, cela se produit parce que les décors sont privés de leurs traits distinctifs, afin d’obtenir des couleurs précises.

Malgré leur caractère fragmentaire, les images sonores suscitent des représentations mentales dans l’esprit de l’auditeur, puisqu’elles construisent une nouvelle base d’expérience qui fait temporairement fi de la logique du quotidien. Ces nouveaux paysages mettent en contact des expériences et des lieux qui ne pourraient jamais se rejoindre dans le monde physique. Ainsi, le terrain nouvellement rencontré requiert que l’auditeur procède à une excavation attentive et étudie les fragments disparates encore partiellement déchiffrables. Grâce à son aptitude à articuler et à comprendre le langage des images abstraites et irrationnelles, l’auditeur devrait être en mesure de cultiver une sensibilité pour l’univers imaginatif de l’expérience acoustique conventionnelle.

[traduction française: François Couture, i-05]


Always Becoming Somebody Else a été réalisée en 1991-92 au Studio de musique électronique de la School of Contemporary Arts de Simon Fraser University (Vancouver, Canada) et a été créée en novembre 1993 par Vancouver New Music au Vancouver East Cultural Centre. Cette pièce s’est méritée une Mention d’honneur lors de l’édition 1993 de la Vancouver New Music Young Composers Competition.

Création

  • Novembre 1993, Vancouver New Music, Vancouver East Cultural Centre, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada)

Distinctions

Composition

Mastering