electrocd

Détail des pistes

Gwerz

Elsa Justel

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 11:40
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: État (Direction de la musique, France), Festival Futura
  • ISWC: T0039873998

Stéréo

ISRC CAD500720690

  • 96 kHz, 24 bits

À Horacio Vaggione

Les anciennes pierres de la Tour de Crest racontent beaucoup d’histoires. Des travaux laborieux et lourds des tailleurs jusqu’aux souffrances des prisonniers. Des messages secrets chuchotés aux faibles rayons de lune, se faufilant entre les barrots. Des histoires d’amour et de guerre, de pouvoir et de désespoir. Du cœur de la pierre émanent son histoire, sa parole, son esprit, son chant aux accents tragiques, son gwerz.

[viii-07]


Gwerz (en breton: ballade ou complainte) a été réalisée en 2002 au studio de la compositrice à Paris (France) et a été créée le 3 juin 2002 durant le Festival Synthèse à Bourges (France). Elle est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et du festival Futura (Crest, France). Merci à Denis Dufour.


Création

  • 3 juin 2002, Synthèse 2002: Concert, Grand théâtre — Maison de la culture de Bourges, Bourges (Cher, France)

Composition

Du libe tu?

Elsa Justel

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 2:14
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T0031055158

Stéréo

ISRC CAD500720700

  • 96 kHz, 24 bits

«Les dieux sont devenus machines. Les machines pensent. Elles font, donc elles sont; elles fabriquent, donc elles agissent; elles agissent, donc elles vivent. De la vie, elles ont le mouvement, le souffle, le style. Fermons les yeux pour mieux les voir. [bruit] Au terme d’un tel périple, seul le courage importe, et l’imagination, l’intelligence; où l’homme s’arrêtera, fatigué, embarrassé de ses conquêtes; où il se souviendra qu’un même mot — clé de l’entendement — signifie écouter et comprendre. Ce musicien-là fera son bien de tout, que ce soit Dieu, table ou cuvette. De la même oreille musicienne, il épiera la modulation du rossignol, le souffle des machines; et des oiseaux des tropiques, il saura tirer sa propre partition.»Pierre Schaeffer, extrait de la conférence «Retour aux sources», Festival de la Recherche organisé par la RTF, Paris (France), 26 mai 1960.

À toi, ce sacré provocateur, cet enfant chercheur de bagarre… je te réponds avec le même souffle des machines, ces dieux capricieux, sans embarras de mes trouvailles disparates, parce que tu m’as insufflé ce courage insensé porteur d’imagination, cette hardiesse qui autorise à fabriquer des illusions, sans réserve ni concessions.

Le titre Du libe tu? est une anagramme du titre de la pièce de Pierre Schaeffer Bidule en ut dont quelques bribes du thème sont ici citées.

[viii-07]


Du libe tu? a été réalisée en 1996 au studio de la compositrice à Paris (France) et a été créée le 31 mai 1996 lors du concert Hommage-Tombeau de Schaeffer dans le cadre de Synthèse, le Festival international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1996). Elle est une commande de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) à l’occasion de l’anniversaire du décès de Pierre Schaeffer. La voix enregistrée de Schaeffer provient des archives de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina).


Création

  • 31 mai 1996, Synthèse 1996: Hommage-Tombeau de Schaeffer, Théâtre Jacques-Cœur, Bourges (Cher, France)

Composition

Mâts

Elsa Justel

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 10:57
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: État (Direction de la musique, France), Ina-GRM
  • ISWC: T0031201827

Stéréo

ISRC CAD500720710

  • 96 kHz, 24 bits

À mon mari

Comme les poulies des mâts bercés par le vent, les agrès d’un ballet imaginaire laissent vibrer leurs membres dans une danse frénétique. La voix de l’erkencho (instrument des Andes fabriqué avec de la corne de bœuf) est devenue rauque et déchirante. Ce n’est plus sa gorge qui chante, ni sa chair qui frémit. C’est son os qui crie. Submergé dans le monde liquide du bâton de pluie, le cor émerge encore et encore, danseur et burlesque, en émettant un chant acide qui ne se termine pas.

[viii-07]


Mâts a été réalisée en 1999 à partir de sons d’instruments de différentes cultures — erkencho (Amérique du Sud), bâton de pluie (Afrique), petits tambours et bambous (Chine)… — au studio du Groupe de recherches musicales (GRM) à Paris (France) et a été créée en février 1999 à la Salle Olivier Messiaen, Maison Radio France (Paris, France). Elle est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris).


Création

  • 9 février 1999, Multiphonies 1998-1999: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)

Composition

Midi de sable

Elsa Justel

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 9:47
  • Instrumentation: flûtes à bec (alto, ténor, basset, contrebasse) et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Phonos Fundació Privida
  • ISWC: T0039461589

Stéréo

ISRC CAD500720720

  • 96 kHz, 24 bits

À Joan Izquierdo

Midi de sable est écrite pour les flûtes à bec contrebasse, basset, ténor et alto. J’ai essayé d’exploiter les sonorités les plus rugueuses de l’instrument, ainsi que les modes de jeu insolites, avec la collaboration du virtuose flûtiste Joan Izquierdo. J’ai utilisé le même type de matériau pour l’élaboration de la partie électronique que pour l’écriture, afin de créer un discours musical fusionné. J’ai exploité la forte personnalité du son de la flûte à bec contrebasse et les subtiles ombres du basset pour créer un espace profond. En outre, j’ai cherché à créer un espace contrasté entre la partie électronique et les sons perçants des registres alto et ténor.

[viii-07]


Midi de sable a été réalisée en 2000 au studio de la Phonos Fundació Privada à Barcelone (Espagne) et a été créée le 15 mars 2001 lors de la série Concerts Phonos a Metrònom au Metrònom à Barcelone (Espagne). Elle est une commande de la Phonos Fundació Privida.


Création

  • 15 mars 2001, Joan Izquierdo, flûtes à bec • Concerts Phonos a Metrònom, Metrònom, Barcelone (Espagne)

Composition

Interprètes

Partitions

Alba Sud

Elsa Justel

  • Année de composition: 1997-98
  • Durée: 9:48
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T0031127953

Stéréo

ISRC CAD500720730

  • 96 kHz, 24 bits

À Beatriz Ferreyra

Alba Sud est un hommage à la musique concrète et, en même temps, à l’idée de compatibilité entre les sources concrètes et synthétiques, et les moyens analogiques et numériques. Bien que je n’aie pas vécu l’époque de la révolte schaefferienne, ses idées m’ont toujours impressionnée très fortement.

[viii-07]


Alba Sud a été réalisée en 1997-98 au studio de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et a été créée le 7 juin 1998 durant le Festival Synthèse à Bourges (France). Elle est une commande de l’IMEB. Merci à Françoise Barrière et à l’IMEB pour leur inestimable soutien.


Création

  • 7 juin 1998, Synthèse 1998: Concert, Palais Jacques-Cœur, Bourges (Cher, France)

Composition

Au loin… bleu

Elsa Justel

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 11:26
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Jana Kluge avec l’aide de la Fondation Royaumont
  • ISWC: T0031117824

Stéréo

ISRC CAD500720740

  • 96 kHz, 24 bits

Des nuages de soupirs s’envolent dans un espace bleu, comme des ailes fugitives qui se précipitent vers un horizon lointain. La voix devient matière d’une langue inconnue. Cependant, le discours sonore nous communique un sens… Du vécu, du parfumé et de l’irréel sensible. Les mots, les phonèmes, les gestes vocaux se transforment en un flux musical enrichi par les couleurs propres à chacune des langues participantes. La parole se déguise en atmosphère, elle exprime son essence pour se confondre avec la musique.

[viii-07]


Au loin… bleu a été réalisée en 1997 au studio de la compositrice à Paris (France) et a été créée le 9 novembre 1997 durant l’exposition Multilinear 1997 au Kubus à Hanovre (Allemagne). Elle est une commande de l’artiste visuelle Jana Kluge avec l’appui de la Fondation Royaumont (France).


Création

  • 9 novembre 1997, Multilinear 1997, Kubus, Hanovre (Basse-Saxe, Allemagne)

Composition

Puntos, comas y refritos

Elsa Justel

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 11:41
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Akademie der Künste (Berlin, Allemagne)
  • ISWC: T0043730795

Stéréo

ISRC CAD500720750

  • 96 kHz, 24 bits

Puntos, comas y refritos évoque quelques-uns des clichés de la musique électroacoustique (des oiseaux, de l’eau, des pas…) et quelques autres figures anecdotiques de ma propre récolte. J’ai prétendu utiliser ces ‘refritos’ (clichés, en espagnol) dans l’intention de recréer, avec humour, une certaine nostalgie. L’espace est utilisé comme élément expressif et structurel de la pièce. Cette dernière est articulée par des liens entre des éléments brefs, pour créer une architecture dans le style d’Antoni Gaudí.

[viii-07]


Puntos, comas y refritos [Points, virgules et clichés] a été réalisée en 2002 au studio de l’Akademie der Künste à Berlin (Allemagne) et a été créée en 2003 lors d’un concert à l’Akademie der Künste. Elle est une commande de l’Akademie der Künste.


Création

  • 2003, Concert, Akademie der Künste — Hanseatenweg, Berlin (Allemagne)

Composition

Bastet

Elsa Justel

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 10:37
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: État (Direction de la musique, France), APREM
  • ISWC: T0045429728

Stéréo

ISRC CAD500720760

  • 96 kHz, 24 bits

Bastet, cette espiègle déesse chatte, s’est introduite à l’intérieur du piano. Dépitée par l’apparence surnaturelle de l’ambiance, elle cherche la sortie en s’agrippant aux cordes.

Le projet est basé sur les notions d’ambiguïté, d’instabilité et de hasard. Le matériau choisi provient de sons des cordes du piano, de guitare et de caisse claire, obtenus par des modes d’excitation non conventionnels (frottements, grattements et percussion, en utilisant des éléments divers: baguettes de bois et de métal, lime à ongles, papier…). La recherche tend à exploiter l’instabilité spectrale propre aux sons des cordes, dans le but de produire des nuances de caractère et des effets ambigus. Certains traitements logiciels permettent de tergiverser le caractère référentiel du son, pour obtenir des sons similaires aux instruments de percussion de peaux ou des sons continus semblables aux instruments à vent. En outre, nous laissons jouer le hasard, cet assistant ineffable qui nous mène toujours à des trouvailles inattendues.

[viii-07]


Bastet a été réalisée en 2004 au studio de l’Association pour la recherche et l’expérimentation musicale (APREM) à Nevers (France) et a été créée le 20 mars 2004 durant la saison de concerts de l’APREM. Elle est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’APREM (Nevers, France). Bastet a obtenu le Prix Ton Bruynèl 2005 (Amsterdam, Pays-Bas) — «Le jury a admiré les sons raffinés et l’immense maîtrise technique de cette pièce. Une composition audacieuse et élégante, très soigneusement structurée et aussi humoristique.»


Création

  • 20 mars 2004, Concert, Théâtre municipal de Nevers, Nevers (Nièvre, France)

Distinctions

Composition