Miroirs obscurs (Téléchargement) Le programme en détail

Penmon Point

Andrew Lewis

  • Année de composition: 2002-03
  • Durée: 15:26
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits
À Maurice Lock

«Un jour de l’Avent froid et clair. Au loin, les montagnes coiffées de neige semblent figées, en paix; pourtant, près de là, la mer bat implacablement contre trois versants du Point. La plage de galets, escarpée, est battue par les vagues qui craquent et bouillonnent avec la masse de roches en mouvement, alors que des flaques glacées se brisent en éclats et s’étoilent dans un joyeux contrepoint. À une distance d’un mile et demi se trouve une île, presque à portée de main — Seiriol’s Island, foyer d’un ermite à présent inhabité, vibre encore du passage d’un culte ancien. Même le phare sonne en une prière continuelle, comme pour poursuivre les cantiques des hommes qui chantent à présent devant Dieu.» (Penmon Point, Île d’Anglesey, Nord du Pays de Galles, décembre 2001)

Penmon Point est un endroit qui offre des sons extraordinaires; cette pièce en rassemble les trois principaux éléments sonores.

Musica Mundana: Les vagues mugissantes qui déplacent d’énormes galets et fracassent le rivage escarpé. Simultanément, l’éclatement de la glace, le cri des oiseaux et l’acoustique donnent à Penmon Point sa voix «naturelle».

Musica Humana: L’habitation monastique de Seiriol’s Island, datant du 6e siècle, est depuis longtemps abandonnée mais le prieuré qui se trouve à proximité poursuit sa tradition. Un hymne plain-chant du 7e siècle associé à la saison de l’Avent, Conditor Alme Siderum, sous différents aspects et transformations, est la voix «humaine» de Penmon Point.

Musica Instrumentalis: Le phare, à la fois au niveau visuel et au niveau acoustique, a une présence remarquablement artificielle dans un environnement autrement sauvage. Toutes les trente secondes, le retentissement de la cloche suggère l’ordre et la prétention typique de la musique instrumentale ou de ‘machine’. Cette cloche apporte donc à la pièce une organisation structurale, à la fois horizontalement (elle sonne toutes les trente secondes dans la musique elle-même) et verticalement (ses huit premiers partiels forment la structure de hauteur de toute la pièce).

Les trois musiques sont reliées par leur périodicité; le flux et le reflux des vagues, la hausse ou la chute des voix, la sonnerie régulière de la cloche créant une variété d’interactions rythmiques.

[x-07]


Penmon Point a été réalisée à l’hiver 2002-03 aux Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU) et a été créée le 22 mars 2003 dans le cadre du Electric Spring Festival à Huddersfield (RU). Elle a obtenu le le 1er prix du 5e Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo (CIMESP ’03, Brésil). Penmon Point a été enregistrée sur le disque compact Música Maximalista / Maximal Music 10: V CIMESP 2003 en 2004.


Création

  • 22 mars 2003, Andrew Lewis, diffusion • Electric Spring 2003: The Welsh Connection, St Paul’s Hall — University of Huddersfield, Huddersfield (Angleterre, RU)

Distinctions

Llanddwyn Skies

Andrew Lewis

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 14:49
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits
À Christian Calon

«Équinoxe de printemps: jour et nuit en parfaite symétrie. Aube: soleil et lune partagent le ciel, suspendus aux côtés opposés d’une balance invisible, chacun étant le miroir de l’autre: le soleil pâle comme un clair de lune, la lune illuminée de rouge par les reflets du soleil. La mer est aussi un miroir, une brume immobile et brillante, air et eau indissociables; au delà de l’île Llanddwyn, il n’y a pas d’horizon, si bien que la terre elle-même semble projetée dans un espace vide, comme si elle rejoignait la danse cosmique. Dans la forêt, les oiseaux offrent au ciel leurs fantaisies, alors que bien au-dessus d’eux leur répond le chant des oiseaux de métal, dont le soupir spectral agite l’air sur une mer immobile. La lune sombre, c’est le jour du soleil.» (Newborough/Llanddwyn, Île d’Anglesey, Nord du Pays de Galles, avril 2003)

Llanddwyn Skies est basée principalement sur des enregistrements réalisés en 2003 au moment de l’équinoxe de printemps, sous une température exceptionnellement chaude pour la saison. Elle essaie de reproduire la solitude et le calme ressentis à l’aube dans la forêt de Newborough et à proximité sur l’île Llanddwyn. Se dégageait alors la sensation que la formidable tranquillité et la paix du moment résultaient de plusieurs forces maintenues en parfait équilibre: jour/nuit, soleil/lune, oiseaux/avions: la plupart du matériau consiste en chants d’oiseaux et autres bruits de la forêt qui borde le littoral de Newborough; comme la présence des jets est non seulement inéluctable, mais aussi fortement caractéristique de l’endroit, il semblait naturel qu’ils fassent partie de la pièce. Les bruits de la mer ont tous été enregistrés sur l’île Llanddwyn.

[x-07]


Llanddwyn Skies a été réalisée au cours du printemps et du début de l’été 2003 aux Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU) et a été créée le 30 octobre 2003 au Powis Hall de la Bangor University (Pays de Galles, RU). Elle a aussi été présentée le 13 février 2004 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (10) présentée par Réseaux à l’Espace GO à Montréal.


Création

  • 30 octobre 2003, Concert, Powis Hall — Bangor University, Bangor (Pays de Galles, RU)

Benllech Shells

Andrew Lewis

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 8:33
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits
À Esme

«Le plein été, une plage bondée, brûlante. Bruit, mouvement, crème glacée, diesel. Enfants comme adultes accrochés à l’écume du rivage, des hurlements et des cris mélodieux couvrant momentanément le bruit des vagues déferlantes. Loin de l’eau, des familles bâtissent des fortifications colorées: les parents se dorent au soleil et transpirent, les petits fouillent le sable. “J’ai trouvé un coquillage…” L’enfant collectionne ses futurs souvenirs. “Nous pourrions conserver ce coquillage…”» (Benllech, Île d’Anglesey, Nord du Pays de Galles, juillet et août 2003)

Placer un coquillage contre notre oreille pour voir si nous pouvons «entendre la mer» est peut-être la première expérience de transformation du son tentée par chacun d’entre nous: les caractéristiques de résonnance du coquillage filtrent le son provenant de l’extérieur pour créer l’impression, totalement fictive mais néanmoins magique, d’entendre le bruit de la mer. Benllech Shells utilise la technologie informatique à peu près aux mêmes fins, donnant un aspect surprenant aux sons ordinaires et familiers. Elle essaie aussi de dessiner des parallèles entre la façon dont la mémoire transforme les événements de l’enfance — ici le spectacle et les sons du bord de mer — pour créer une impression souvent fictive mais néanmoins magique de notre passé.

[x-07]


Benllech Shells a été réalisée au cours de l’été 2003 aux Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU). La version 5.1 a été réalisée en 2007 dans les mêmes studios. Benllech Shells a été créée le 30 octobre 2003 au Powis Hall de la Bangor University (Pays de Galles, RU).


Création

  • 30 octobre 2003, Concert, Powis Hall — Bangor University, Bangor (Pays de Galles, RU)

Cable Bay

Andrew Lewis

  • Année de composition: 1998-99
  • Durée: 10:04
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: IMEB

Stéréo

  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits
À Francis Dhomont

«Une soirée très calme de fin d’été: l’allongement des ombres provenant de la haute terre aux deux côtés de la baie tachète les mares dans les rochers et les criques tourbillonnantes; ainsi, tout ce qui n’est pas baigné dans les couleurs du soleil couchant recule dans l’obscurité. Un couple est assis à une extrémité de la plage. Un petit enfant joue d’un air extasié dans la lumière pâlissante. Au milieu des rochers et des blocs de pierres, la musique de la mer est à la fois cadencée et chaotique, sonore et exubérante alors que sur toute la scène, le soleil spectral plane avec un lustre intensifiant, sombrant jusqu’à toucher les vagues qui finissent par l’anéantir.» (Cable Bay, Île d’Anglesey, Nord du Pays de Galles, septembre 1998)

Voilà donc le contexte dans lequel s’inscrivaient les premiers enregistrements océaniques réalisés pour Cable Bay. Bien que j’aie toujours eu l’intention de brosser un portrait de l’endroit, en quelque sorte, j’ai constaté avec surprise, en cours de travail, que j’abordais les sons enregistrés en me fiant beaucoup plus à mes souvenirs de cette soirée que ce à quoi je m’attendais; à tel point, en fait, que les impressions visuelles et ‘atmosphériques’ qui ont pris forme pendant la séance d’enregistrement sont devenus, pour moi, indissociables du caractère sonore du matériel enregistré. Cela a donné une musique d’une luminescence spectrale particulièrement vivace, une musique qui se vautre dans les formes et les couleurs en perpétuel changement du paysage marin du Pays de Galles du Nord.

[x-07]


Cable Bay a été réalisée en avril 1999 dans les studios de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) suite à un travail préliminaire réalisé en 1998 dans le studio de la Bangor University (Pays de Galles, RU) et a été créée le 29 mai 1999 dans le cadre de Synthèse, le Festival international de musique électroacoustique de Bourges (France). Elle est une commande de l’IMEB. Cable Bay a obtenu le Premier prix du Concurso Internacional ART’S XXI (Valencia, Espagne, 2001).


Création

  • 29 mai 1999, Synthèse 1999: Concert, Bourges (Cher, France)

Danses acousmatiques

Andrew Lewis

  • Année de composition: 2007
  • Durée: 35:45
  • Instrumentation: support 8 canaux

À l’origine des Danses acousmatiques, on trouve l’impression que, bien qu’en théorie, l’espace soit un aspect fondamental de la musique acousmatique, en pratique, la plupart des œuvres acousmatiques exploitent la spatialisation de la même manière, c’est-à-dire comme un «effet», en quelque sorte. Pourtant, l’acousmatique consiste, d’abord et avant tout, à explorer la nature intérieure du son, intentionnellement et en détail. C’est pourquoi il est d’autant plus étonnant de constater que les facettes spatiales de cette exploration n’ont pas reçu la même attention minutieuse. Même dans les musiques qui affirment recourir consciemment à l’espace dans leur tissu composé (je pense ici à Répons de Boulez), la question se pose à savoir si l’auditeur est réellement en mesure de «percevoir» des opérations spatiales si complexes et détaillées.

Devant cette situation, Danses acousmatiques représente une quête de l’utilisation créative, musicalement significative et «perceptible» de la dimension spatiale en musique acousmatique. L’œuvre prend la forme d’une suite dont les neuf mouvements s’organisent en trois séries emboîtées, chacune suivant un modèle différent de mouvement spatial, allant de l’échelle atomique à l’échelle cosmique.

  1. série 1 — mouvements Vacuum (la scène vide), Torquetum (pas de cinq) et Nebulum: le cosmos — étoiles, planètes, la musique des sphères;
  2. série 2 — mouvements Shoal, Flock (pas d’action) et Swarm: le monde naturel, particulièrement le comportement émergent d’attroupement;
  3. série 3 — mouvements Danse des coups (solo), Danse atomique (pas de deux) et Danse des gestes (pas de trois): le monde humain — danse et mouvement chorégraphié.

En concert, chaque série peut être présentée comme une étude distincte en trois mouvements. On pourrait aussi utiliser des mouvements individuels dans le cadre d’un programme plus imposant.

[traduction française: François Couture, x-07]


Danses acousmatiques a été réalisée au cours du printemps et de l’été 2007 aux Electroacoustic Music Studios de la Bangor University (Pays de Galles, RU) et a été créée le 25 octobre 2007 au SARC à Belfast (Irlande du Nord, RU). Merci à dobroide pour les échantillons sonores de pigeons et d’abeilles.


Création

  • 25 octobre 2007, Concert, Sonic Arts Research Centre — Queen’s University, Belfast (Irlande du Nord, RU)

Danses acousmatiques, 1: Vacuum (la scène vide)

Andrew Lewis

  • Durée: 2:29

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

Ce mouvement met la table et fixe les limites de l’espace (infini) à l’intérieur duquel se dérouleront les drames spatiaux suivants.

Danses acousmatiques, 2: Danse des coups (solo)

Andrew Lewis

  • Durée: 4:48

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

Une seule identité sonore, présentée de manière plus ou moins inchangée. L’intérêt musical se résume presque entièrement à son emplacement et à son déplacement dans l’espace.

Danses acousmatiques, 3: Shoal

Andrew Lewis

  • Durée: 3:37

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

Un algorithme d’attroupement suscite des comportements émergents autonomes de la part d’objets sonores dérivés de l’eau.

Danses acousmatiques, 4: Torquetum (pas de cinq)

Andrew Lewis

  • Durée: 2:55

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

Cinq corps de diverses masses se déplacent périodiquement à l’intérieur d’un vide illimité.

Danses acousmatiques, 5: Danse atomique (pas de deux)

Andrew Lewis

  • Durée: 5:03

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

Deux types de particules en mouvement: un type pincé, haut perché et lyrique; l’autre bruyant, grave et percussif. Dans la vie comme dans la bombe, le tout peut s’avérer infiniment supérieur à la somme de ses parties.

Danses acousmatiques, 6: Flock (pas d’action)

Andrew Lewis

  • Durée: 3:56

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

L’irrépressible énergie du vol contenue dans un scénario qui renferme peu d’action (point de vue démenti par l’écoute attentive).

Danses acousmatiques, 7: Swarm

Andrew Lewis

  • Durée: 3:17

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

Pour certains, l’espace est un langage et la danse, une fin en soi.

Danses acousmatiques, 8: Nebulum

Andrew Lewis

  • Durée: 3:03

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

Le nébulium était censé être un «nouvel élément» découvert dans la nébuleuse de l’Œil de Chat. Mais les nébuleuses sont des créatures rares, au sein desquelles les atomes, dansant ainsi dans le vide le plus terrible qui soit, n’ont vraiment pas le même comportement que ceux de la Terre. Les lignes spectrales qui trompèrent les astronomes sont connues aujourd’hui (et avec raison) sous le nom de ‘lignes interdites’.

Danses acousmatiques, 9: Danse des gestes (pas de trois)

Andrew Lewis

  • Durée: 6:21

Stéréo

  • 96 kHz, 24 bits

Lorsque des éléments aussi contrastants, voire incompatibles, dansent ensemble, il est bon de se souvenir qu’il est difficile de casser un cordon fait de trois brins.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.