La face cachée (DVD-Audio) Détail des œuvres

Cyclo

David Berezan

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 10:41
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9017468030

Stéréo

ISRC CAD500811630

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Cyclo est issue du rituel quotidien que constituent mes déplacements à vélo entre mon domicile et les studios où je composais à Birmingham (RU). À l’époque, ma vie en Angleterre était ponctuée par les sons de mon vélo, le rythme sous-jacent de cette activité et les espaces sonores familiers que je traversais en route. J’ai décidé d’exploiter la richesse de cet environnement sonore en créant quelque chose qui suggère à la fois l’énergie, la rapidité et la rudesse des mouvements du cycliste, ainsi que la féérie du «voyage». Cyclo constitue un univers sonore abstrait et magique qui renferme des contrastes et qui conjugue des aspects naturels, mécaniques, musculaires et délicats. Cette «déconstruction» suivie d’une «reconstruction» de l’objet sonore «vélo» produit quelque chose de neuf, un nouvel objet, à partir de la matière sonore de l’objet original. Ceci mène à de multiples juxtapositions de perspectives concrètes et abstraites (observation rapprochée, contemplation intérieure, paysage sonore ouvert). Cyclo porte autant sur le cyclisme et le voyage que sur l’univers sonore intérieur et la mécanique du vélo.

Le terme «cyclo» réunit les mots cercle, cycle (comme dans «bicyclette») et cyclique. Il est fondamental au bouclage ou à la nature rotative du pédalage, de la respiration, des roues, des engrenages et du cycle répété des déplacements quotidiens. Le mot «cyclo» est également en usage en Asie du Sud-Est, où il désigne le pousse-pousse tiré à bicyclette et son «tireur» (ce qui n’a rien à voir avec la pièce, bien que ce sens soit reconnu en bonne et due forme à travers l’intégration de la gamme du gamelan au traitement de certaines notes).

[traduction française: François Couture, viii-08]


Cyclo a été réalisée en 2003 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée le 8 mars 2003, dans le cadre de la série de concerts 20/20 Re:Vision présentée par le BEAST (Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre) pour souligner son 20e anniversaire. Cyclo a obtenu le deuxième prix lors du 5e Concurso Internacional de Música Electroacústica de São Paulo (CIMESP, Brésil, 2003).


Création

  • 8 mars 2003, David Berezan, diffusion • 20/20 Re:Vision: Present, Concert 2, CBSO Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

Distinctions

Baoding

David Berezan

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 7:20
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9017384111

Stéréo

ISRC CAD500811720

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps

Dans ces trois miniatures, les sonorités des boules baoding (ces boules chinoises, remontant à la dynastie Ming, que l’on fait tourner dans le creux de la main à des fins thérapeutiques) s’allient aux sons de Pékin et de l’opéra kun. Je me suis imaginé que les doux carillons enfermés dans les boules métalliques cachaient, par magie, des univers sonores opératiques et dynamiques. Chaque miniature évoque une caractéristique de ces formes d’art: l’extase et l’acrobatie de l’opéra pékinois, les sonorités intimistes de l’opéra kun (plus aristocratique), ainsi que l’énergie inhérente aux deux formes. Un thème vibratoire s’est imposé en cours de composition: naturel et sous-jacent aux sons opératiques, mais aussi cultivé à partir des enregistrements de boules baoding (points métalliques de contact et de choc, en plus des carillons), puis développés de manière originale dans chaque miniature. Dans sa forme présente, la suite est complétée par un prologue et un épilogue très courts.

[traduction française: François Couture, viii-08]


Baoding a été réalisée en 2002 dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) et a été créée le 2 mars 2002, à Birmingham (RU), dans le cadre de la série de concerts Invisible Theatre présentée par le BEAST (Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre). Baoding a été primée dans la catégorie Trivium, au 29e Concours international de musique et d’art sonore électroacoustiques de Bourges (France, 2002).


Création

  • 2 mars 2002, David Berezan, diffusion • Invisible Theatre: Characters…, CBSO Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

Distinctions

Styal

David Berezan

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 13:54
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9017494994

Stéréo

ISRC CAD500811690

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Au cœur de la filature Quarry Bank Mill à Styal, au sud de Manchester (RU), tourne une grande roue à aubes en fer. Au 19e siècle, celle-ci actionnait les machines à textile qui se trouvent encore dans les bâtiments. La roue fait tourner un grand arbre d’entraînement qui produit un son qui résonne dans toute la filature, à travers une riche collection d’autres sonorités. Aujourd’hui, les métiers à tisser et autres machines de métal ou de bois (reliques de la Révolution industrielle) sont actionnés par l’eau, la vapeur ou l’électricité.

La filature abrite un univers sonore fort en volume, en vibrations, en résonance, en rythme, en intensité et en énergie: eau et vapeur, roues et engrenages, commutateurs, courroies, poulies et bielles, tuyaux à vapeur, machines qui gémissent, fils et tissus délicats. Cet ensemble produit une musique unique en son genre qui habite la filature, la machinerie, les planchers et l’air ambiant, musique qui se retrouve en grande partie dans Styal. Néanmoins, Quarry Bank Mill n’est que le point de départ de l’œuvre. À partir de la matière sonore que j’ai trouvée et empruntée à la filature (avec quelques bruits de bobines de fil et de tissus déchirés captés en studio), j’ai remodelé et recréé un univers sonore, une musique et un lieu n’existant que dans mon imagination.

[traduction française: François Couture, viii-08]


Styal a été réalisée en 2004 aux Electroacoustic Music Studios de The University of Manchester (RU) et a été créée le 15 octobre 2004, au Cosmo Rodewald Concert Hall du Martin Harris Centre de The University of Manchester (RU), dans le cadre de la série de concerts MANTIS (Manchester Theatre in Sound). Merci au National Trust, ainsi qu’au personnel et aux bénévoles de Quarry Bank Mill et de Styal Estate. Styal a obtenu le premier prix au 6e Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo (CIMESP Brésil, 2005), en plus d’être sélectionnée par le 32e Concours international de musique et d’art sonore électroacoustiques de Bourges (France, 2005), dans la catégorie Trivium.


Création

  • 15 octobre 2004, David Berezan, diffusion • MANTIS Fall Festival 2004: Concert, Cosmo Rodewald Concert Hall — Martin Harris Centre for Music and Drama — The University of Manchester, Manchester (Angleterre, RU)

Distinctions

Hoodoos

David Berezan

  • Année de composition: 2007
  • Durée: 19:11
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9017436394

Stéréo

ISRC CAD500811700

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

J’ai composé Hoodoos à partir de matières sonores enregistrées le long de la Hoodoo Trail du parc national de Banff, dans les Rocheuses de l’Ouest canadien. Cette pièce s’intéresse aux contrastes entre dynamique, fluidité, stase et cinésie. Conséquemment, on retrouve le son de la glace sous plusieurs formes: gelée, fracassée, craquante et fondante. L’eau se rassemble en profondeurs troubles et glacées, dégoutte et coule librement. Le bois craque, couve, se brise et croît. Tout bouge, du microscopique au macroscopique. La neige est instable; les avalanches et les glissements sont choses fréquentes. Les grandes fluctuations printanières transforment la vallée; la qualité de la lumière (et sa quantité) évolue, accompagnant la croissance et la tension produite par l’environnement qui se défait du gel et de la noirceur de l’hiver. Le titre Hoodoos évoque également les cheminées des fées, une formation géologique appelée «hoodoo» en anglais et que l’on trouve dans les bad-lands nord-américaines. Il s’agit d’aiguilles de roche sédimentaire fortement érodées, à l’allure exotique, voire extra-terrestre. Hoodoos a été composée pour le système de diffusion sonore Flux, conçu par le compositeur afin d’offrir à l’interprétation en concert d’œuvres sur support fixé une plus grande variabilité.

[traduction française: François Couture, viii-08]


Hoodoos a été réalisée en 2007 pendant des résidences d’artiste dans les studios du Banff Centre of the Arts (Canada), du ZKM (Allemagne) et du GRM (France) et a été créée le 2 novembre 2007, au Cosmo Rodewald Concert Hall du Martin Harris Centre de The University of Manchester (RU), dans le cadre du MANTIS Festival 2007: Novars Launch. Merci au Research Leave Scheme du Arts and Humanities Research Council (AHRC).


Création

  • 2 novembre 2007, David Berezan, diffusion • MANTIS Fall Festival — Novars Launch: Concert 1, Cosmo Rodewald Concert Hall — Martin Harris Centre for Music and Drama — The University of Manchester, Manchester (Angleterre, RU)

Hannibal

David Berezan

  • Année de composition: 2005
  • Durée: 10:55
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9017364759

Stéréo

ISRC CAD500811710

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Hannibal est la graine compositionnelle et sonore qui a éclos pour donner mon œuvre à grand déploiement Ting, réalisée pendant et à la suite d’une résidence au Elektronisches Studio Basel (ESB, Suisse), en 2005-06. Au cours de cette période, j’ai découvert les œuvres de Jean Tinguely. Je me suis épris de ses sculptures cinétiques enjouées, dynamiques et colorées. Sa collection «d’automates, de sculptures et de reliefs mécaniques» exposée au Musée Tinguely (dont la sculpture intitulée Hannibal II) a servi de point de départ à l’œuvre suivante. Ironiquement, malgré la richesse et le dynamisme des sculptures sonores de Tinguely, j’ai retenu comme source sonore principale un élément très simple: une chaîne métallique qui se balance doucement, après qu’Hannibal II ait terminé son cycle de mouvements. Avec Hannibal, j’ai voulu produire un foisonnement de matériaux à hauteur fixée par le traitement intensif d’un minuscule échantillon de la sculpture, puis développer de nouvelles méthodologies compositionnelles et un nouveau vocabulaire pour Ting. Des mélodies et des chansons ont pris corps, badines et itératives, tout comme les œuvres de Tinguely.

[traduction française: François Couture, viii-08]


Hannibal a été réalisée en 2005 au Elektronisches Studio Basel (ESB) de la Musik-Akademie Basel (Bâle, Suisse), ainsi qu’aux Electroacoustic Music Studios de The University of Manchester (RU), et a été créée le 17 novembre 2006 au Museum Tinguely à Basel (Suisse). Merci à Rainer Bartels (Stiftung Bartels Fondation), Erik Oña (ESB), Heinz Stahlhut (Museum Tinguely) et Chikashi Miyama.


Création

  • 17 novembre 2006, David Berezan, diffusion • Concert, Museum Tinguely, Bâle (Suisse)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.