Figures (CD) Détail des œuvres

Le renard et la rose

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 14:55
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: The Banff Centre for the Arts, avec l’aide du CAC

Stéréo

ISRC CAD509913550

  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
À Odile Magnan

Suite de concert composée à partir de deux sources sonores: la musique commandée pour une adaptation radiophonique du livre Le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry (réalisée par Odile Magnan pour Radio-Canada en 1994) dont on retrouvera ici les principaux thèmes, et les voix des comédiens et comédiennes qui ont collaboré à l’enregistrement de l’adaptation radiophonique.

Le renard et la rose est la troisième œuvre d’un cycle entrepris en 1991 — Éclats de voix et Spleen [enregistrées sur le disque Tangram, empreintes DIGITALes, IMED 9419/20, et IMED 9920] en ont été les deux premiers volets — basé sur l’utilisation exclusive de la voix et plus particulièrement de l’onomatopée considérée comme seul cas de figure dans le langage humain où le son correspond directement à l’objet, au geste ou au sentiment désigné et non pas à une représentation abstraite, le mot.

L’œuvre est divisée en cinq parties où sont associés différents états ou sentiments vécus à l’âge adulte et des paramètres sonores: Babillage et rythme; Nostalgie et timbre; Colère et dynamique; Lassitude et espace; Sérénité et texture. On y retrouve de façon chronologique les thèmes musicaux associés aux différents personnages du livre: le Roi, le Businessman, le Vaniteux, le Vol d’oiseaux, le Puit du désert, la Petite fleur, la Rose, les Baobabs, l’Allumeur de réverbères, le Marchand de pilules d’eau, le Renard et le Géographe.

Les voix des différents personnages sont celles de Pierre Bourgault, Françoise Davoine, Cynthia Dubois, Michel Dumont, Gilles Dupuis, Luc Durand, Monique Giroux, Jacques Languirand, Jean Marchand, Jean-Louis Millette, Guy Nadon, Martin Pensa, Gérard Poirier, Claude Préfontaine, Christine Séguin.


Le renard et la rose a été composée dans le studio du compositeur grâce à une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). L’œuvre est une commande du Banff Centre for the Arts (pour l’International Computer Music Conference (ICMC ’95)) réalisée grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Le renard et la rose a été créée le 6 septembre 1995 au Banff Centre for the Arts. L’œuvre s’est méritée le Golden Nica au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1996). Elle a été enregistrée sur les disques: Prix Ars Electronica 1996 (ORF PAE 96); Le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry, Disques SRC (MVCD 1091-2); et Sonic Circuits V (Innova 114).


Création

  • 6 septembre 1995, ICMC 1995: Concert, Margaret Greenham Theatre — The Banff Centre for the Arts, Banff (Alberta, Canada)

Distinctions

Figures de rhétorique

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 13:37
  • Instrumentation: piano et support stéréo
  • Commande: Jacques Drouin, avec l’aide du CAC

Stéréo

ISRC CAD500910006

  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits

Le titre. La rhétorique est l’art du discours. Les Figures de rhétorique sont les formes que prend la langue pour articuler ce discours. Les figures de rhétorique retenues ici se classent par figures: de sens (hyperbole, litote, métaphore, oxymore, parabole et pléonasme); de mots (allitération, ornement et rime); de pensée (allégorie, apologue, emphase, ironie et tautologie); et de construction (antithèse, ellipse, répétition et réticence). Ce sont ces figures qui déterminent la relation entre la bande et le piano. Elles constituent les quatre mouvements de l’œuvre.

Le sous-titre, «pour bande et piano». Pour bien souligner la primauté chronologique de l’une sur l’autre. Figures de rhétorique a été composée comme une œuvre acousmatique. Travail sur le matériau, essais, approche progressive, écoute, beaucoup d’écoute. La partition que le pianiste a entre les mains a été créée au stade final de la composition. Elle est un résultat, pas une prémisse. Elle est aussi le résultat de plusieurs séances de travail avec le pianiste Jacques Drouin (plusieurs passages sont laissés libres à l’interprète et c’est la version de ce dernier qui est présentée ici). Cette œuvre n’utilise que les sons issus de l’instrument d’origine.


Figures de rhétorique est une commande du pianiste Jacques Drouin grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Les sons de la bande ont été obtenus grâce à des traitements réalisés sur SYTER au Groupe de recherches musicales (GRM) à Paris en 1994. La bande finale a été réalisée à la Queen’s University à Belfast (Irlande du Nord, RU) et au studio du compositeur en 1997. Remerciements à Michael Alcorn et Daniel Teruggi. Elle a été créée le 23 mai 1998 par Jacques Drouin à la Chapelle historique du Bon-Pasteur à Montréal. Remerciements à Guy Soucie. Figures de rhétorique a reçu le 1er Prix en musique mixte au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 1998 (Prague, République tchèque).


Création

  • 23 mai 1998, Jacques Drouin, piano • La Semaine de musique québécoise pour le piano: Carte blanche à Jacques Drouin, Chapelle historique du Bon-Pasteur, Montréal (Québec)

Distinctions


[section.bq_piste.bq_enreg]

… à la Chapelle historique du Bon-Pasteur à Montréal où le présent enregistrement a été ultérieurement réalisé.

Venture

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 19:22
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Codes d’accès, avec l’aide du CAC , et Musiques & Recherches

Stéréo

ISRC CAD509913570

  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits
À Catherine Béchard

Le titre fait référence au groupe des années 60 The Ventures (premier microsillon stéréophonique de ma discographie naissante) mais également à toute la musique rock progressive de cette décennie et de la suivante. Elle est en fait constituée exclusivement de fragments musicaux provenant de cette musique. Ces fragments sont utilisés non pas comme des citations mais comme des archétypes sonores entendus par toute une génération de compositeurs, la mienne, qui a grandi dans ce climat musical. C’est en travaillant sur Venture que je me suis rendu compte que l’origine de certains de mes gestes compositionnels venaient de cette époque. À ces musiques, s’ajoutent des citations des seize mouvements des Tableaux d’une exposition de Moussorgsky, œuvre fétiche par laquelle je suis passé de la musique rock à la musique classique, par le biais du disque du groupe Emerson, Lake & Palmer qui en a réalisé une adaptation au milieu des années 70.

Venture est construite en six mouvements qui font allusion à différents états de l’existence: Innocence, Stabilité, Tension, Délire, Violence, Sérénité, précédés d’une Introduction et entrecoupés d’autant de variations d’un mouvement omniprésent, Tunnel, qui parcourt l’œuvre de part en part, métaphore de l’idée de passage d’un état à l’autre.


Venture a été réalisée entre 1996 et 98 dans le studio du compositeur et à la Faculté Polytechnique de Mons (Belgique) et elle a été mixée au studio de Queen’s University à Belfast (Irlande du Nord, RU). Remerciements à Todor Todoroff et Michael Alcorn. L’œuvre est une commande de Codes d’accès (Montréal) et de Musiques & Recherches (Ohain, Belgique) réalisée avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). La première version a été créée le 28 février 1996 à l’Agora de la danse (Montréal) au cours du festival Échange Québec-Belgique.


Création

  • 28 février 1996, Musiques-échange Québec-Belgique: L’orchestre de haut-parleurs 2, Agora de la danse, Montréal (Québec)

Ellipse

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1997-99
  • Durée: 11:58
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Arturo Parra, avec l’aide du CAC

Stéréo

ISRC CAD500910014

  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 16 bits

L’ellipse est une des figures de rhétorique. Elle est l’art de ne pas tout dire, d’omettre des mots, des bouts de phrase, des éléments de sens, laissant à l’interlocuteur le soin de combler les vides, de remplir les blancs. Ici l’interlocuteur est double. Il s’agit d’abord d’Arturo Parra qui m’a commandé cette œuvre afin d’en réaliser par la suite une version mixte pour guitare et bande (qui s’intitule L’envers du temps). J’ai donc composé ma pièce en pensant à lui. Je lui ai laissé de l’espace pour qu’il s’immisce dans la trame de cette pièce.

Le deuxième interlocuteur est moi en tant que compositeur d’une musique pour bande seule. Confronté à l’intégrité de la version acousmatique lorsqu’elle est présentée seule en concert, j’ai voulu la colorer de la présence du guitariste en lui empruntant non seulement des éléments sonores mais également des éléments de jeu. De fait, la bande utilisée par Parra est aujourd’hui différente de la version acousmatique. Les œuvres ont démarré au même endroit, mais elles ont suivi des chemins singuliers.


Ellipse a été composée entre 1997 et 99 dans le studio du compositeur et à la Faculté Polytechnique de Mons (Belgique). Remerciements à Todor Todoroff. Elle est une commande du guitariste Arturo Parra réalisée avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Elle a été créée au Festival international de musique actuelle de Victoriaville (Québec) le 15 mai 1998.


Création

  • 15 mai 1998, FIMAV 1998: Parr(A)cousmatique, Cégep de Victoriaville, Victoriaville (Québec)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.