electrocd

Détail des pistes

Attractions

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2003-05
  • Durée: 17:38
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060714127

Stéréo

ISRC CAD501110190

  • 48 kHz, 24 bits

Attractions… Un cirque étrange! D’espaces naturels audibles. Mettre en ordre l’attraction des éléments sur lesquels nous n’avons aucun contrôle. Recherche sonore autour d’un point central: les perceptions. La force magnétique des éléments de la nature. Des phénomènes comme la retombée des objets, les mouvements terrestres et sonores, l’influence des planètes et les marées. Terre, mer, ciel, chaleur et catastrophes naturelles… Des manifestations particulières créent des illusions, des impressions devenant ainsi réalité. Qu’entendons-nous? Que des illusions et des perceptions auditives.

[viii-08]


La série de miniatures Attractions a été réalisée en 2003-05 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal pour l’installation sonore et lumineuse (avec l’éclairagiste François Doyon), incorporant aussi les mouvements de la pièce Musée sonore (2003-05), intitulée Attractions (2005). L’installation a été présentée du 20 au 29 janvier 2005 au Café du Monument-National à Montréal dans le cadre du festival Akousma (1) produit par Réseaux et dans le cadre du festival pancanadien Nouvelles musiques / Nouveaux lieux du Centre de musique canadienne (CMC). Merci au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ).

Composition

Mastering

Musée sonore

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2003-05
  • Durée: 40:47
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060714116

Stéréo

ISRC CAD501110192

  • 48 kHz, 24 bits

Onze scénarios sonores où les sons d’ambiances, de bidules ou d’éléments de la nature ont une histoire à raconter. Des cliquetis, grincements, cognements, tremblements, sifflements, craquements, mécanismes, matériaux électrisants, engrenages, tintements ont une vie. Œuvre inspirée du musée imaginaire de Tintin. Lors de la présentation de l’installation, des objets révèlent des sonorités toutes spéciales et orchestrées à l’aide de petits haut-parleurs cachés.

[viii-08]


La série de miniatures Musée sonore a été réalisée en 2003-05 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal pour l’installation sonore et lumineuse (avec l’éclairagiste François Doyon), incorporant aussi les mouvements de la pièce Attractions (2003-05), intitulée Attractions (2005). L’installation a été présentée du 20 au 29 janvier 2005 au Café du Monument-National à Montréal dans le cadre du festival Akousma (1) produit par Réseaux et dans le cadre du festival pancanadien Nouvelles musiques / Nouveaux lieux du Centre de musique canadienne (CMC). Merci au Conseil des arts du Canada (CAC).

Composition

Mastering

Mères et monde

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 4:07
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060714105

Stéréo

ISRC CAD501110042

  • 48 kHz, 24 bits

À ma mère

Mères… Phénomène déclencheur du cycle vie, d’un souffle, d’une respiration. Naissances des mondes, différences culturelles et leur richesse grandiose.

Vagues légères, intérieur et battements du cœur, mots féminins doux, chant, berceuse, respiration et rythme, ponctuations de sonorités orchestrales.

[viii-08]


Mères et monde a été réalisée en 2003 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 10 juin 2003 dans le cadre de Synthèse, le 33e Festival international des musiques et créations électroniques de Bourges (France).

Création

  • 10 juin 2003, Synthèse 2003: Concert, Bourges (Cher, France)

Composition

Mastering

Bourdons enjoués

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 4:08
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060714081

Stéréo

ISRC CAD501110043

  • 48 kHz, 24 bits

Pièce inspirée des maîtres sonneurs de la fin du 18e siècle et du 19e siècle. Place à la fête, à l’électro technopop rappelant les bourdons et sonneurs d’antan. L’œuvre débute par un long bourdon se transformant graduellement en éclatement aux répercussions métalliques créées par la réflexion d’un plan d’eau. Les timbres échantillonnés, électroniques et la mise en forme informatisée procèdent par imitation pour recréer l’acoustique ambiante de la grande fête des instruments de musique. En finale, les résonances des temps anciens retentissent sur les temps modernes et se manifestent par un grand crescendo.

Un échantillon sonore en dent de scie sert de pilier central de la pièce, ainsi qu’un enregistrement de bourdons et de mélodies improvisées à la cornemuse et à la bombarde bretonne par Michel Dubeau. Des improvisations à l’aide d’un clavier et des transformations du timbre marient l’aspect populaire traditionnel et l’électronique sur une polyphonie de bourdons. La dualité se joue aussi dans l’opposition des deux modes musicaux mineur et majeur et la puissance du timbre.

[xi-08]


Bourdons enjoués a été réalisée en 2004 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée en juin 2004 lors du concert «Les Maîtres sonneurs» de Synthèse, le 34e Festival international des musiques et créations électroniques de Bourges (France). Merci à Michel Dubeau (cornemuses et bombarde bretonne enregistrées).

Création

  • Juin 2004, Synthèse 2004: Concert, Bourges (Cher, France)

Composition

Mastering

Capharnaüm

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 4:37
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060714070

Stéréo

ISRC CAD501110044

  • 48 kHz, 24 bits

Pour toutes les tentatives de paix passées et à venir! Échec à la guerre…

Musique acousmatique sur le thème des conflits humains pour soutenir les processus de paix dans le monde et afin que tout revienne dans l’ordre un jour… Que ce capharnaüm cesse et que l’on dépose les armes… Des sonorités acoustiques sont empruntées aux événements réels, puis modifiées et mélangées aux sons électroniques. Une disposition anarchique des sonorités dans une structure en grand crescendo et decrescendo, fait entendre des bruits de matériaux, bruits humains, excitation, reportages, tournoiement des sons comme l’émergence d’une tornade et finalement, le désarmement!

[viii-08]


Capharnaüm a été réalisée en 2004 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 20 mai 2004 au Centre de Cultura Contemporània de Barcelona (CCCB) dans le cadre du festival Zéppelin 2004 (Barcelone, Espagne).

Création

  • 20 mai 2004, Zèppelin 2004 Barcelona: Del acuerdo y el conflicto, 2, Centre de Cultura Contemporània de Barcelona (CCCB) – Hall, Barcelone (Espagne)

Composition

Mastering

Espace vital

Roxanne Turcotte / Élise Turcotte

  • Année de composition: 2004-08
  • Durée: 22:43
  • Instrumentation: 2 pianos et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060713997

Stéréo

ISRC CAD501110045

  • 48 kHz, 24 bits

Le piano est dans tous ses états. Sonorités de Steinway allemand, de Yamaha U3 et de Kurzweil numérique, et des mots effacés ou de vieux disques écorchés. Dix pistes de piano modifié ou préparé soutiennent les deux pianistes en direct, organisées comme s’il y avait douze joueurs qui se répondent de façon ponctuelle. Les non-dits qu’on ne peut exprimer sont récités par un dialogue des pianistes. Duel, divagation, rires et délire. Mettre de l’ordre dans les idées. Des journées passent… Une semaine et des ponts, des mois, des années et le temps en reste… Euphorie, nostalgie, être traquée. Douze variations d’état… Le journal d’une vie présente, future et passée.

Le son du piano est un déclencheur qui s’harmonise avec les émotions et l’abandon de soi-même… L’espace vital. L’étouffement, difficulté à respirer! Je suis traquée par une ombre en transformation. Cette ombre est le vide, l’émoi ou quelqu’un qui m’est inconnu.

Structure: Ouverture, deux thèmes et 12 variations ordonnées et désordonnées. Une vie, cycle de 12, c’est l’horoscope chinois qui le veut, ainsi que les mois de l’année. Les thèmes varient au gré des états d’âme, des humeurs parfois sombres ou ensoleillées. Le piano respire et devient un souffle de vie… L’espace vital. Les mots sont des voix intérieures qui restent gravées.

Technique: La partition du piano est réalisée à partir de mes propres improvisations. Une esthétique très personnelle incluant des harmonies et une mesure traditionnelle. Les variations multiplient les thèmes chevauchés ou développés individuellement sans se soucier de la structure originale. Le cri du cœur d’un long trémolo au début est suivi d’une résonance. Les pianos s’emballent pour créer des ritournelles. Les échantillons de mots sont transformés et découpés par montages successifs, étouffés, essoufflés, éteints par l’égalisation et l’écho rebondissant. Un son électronique sert de lien entre les pages tournées. Sur bande, des mots défilent pêle-mêle pour ne rien dire, des phrases et onomatopées modifiées électroniquement se battent et cherchent une place en réponse à quelque chose. Les mots, tout de même réfléchis et non spontanés, se fondent avec les échantillons du piano qui résonne comme un spectre omniprésent. Où est l’issue? Sommes-nous mal compris?

Sources d’inspirations pianistiques et littéraires:

  • Petit journal d’idées amorcé un jour et sans lendemain où les mots n’arrivent pas à me saisir clairement ou peut-être sont-ils trop apparents? Tout est sur mon piano comme un recueil de récits musicaux.
  • Le piano de Glenn Gould, le piano des musiciens russes. Le piano de George Gershwin, les impressionnistes et les pianistes de jazz.
  • Élise Turcotte, La maison étrangère, Éditions Leméac, Montréal, 2002.
  • Élise Turcotte, Ma petite sœur et moi, Radio-Canada, 2001.
  • Henrich Neuhaus, L’art du piano, Éditions Van De Velde, 1971.
  • Miguel Angel Estrella, Musique pour l’espérance, Le Seuil, 1997.
  • Clin d’œil à Claude Debussy.

[xi-08]


Espace vital a été réalisée en 2004 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal. Cette pièce a été réalisée grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Laure Fugère, Élise Turcotte (voix enregistrées).

Composition

À propos de cet enregistrement

La partie de piano acoustique interprétée par Christian Parent a été enregistrée le 10 octobre 2008 au Studio Digison (Magog, Québec).

Fixation

Mastering

Delirium

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2007-08
  • Durée: 5:00
  • Instrumentation: support 16 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060714069

Stéréo

ISRC CAD501110046

  • 48 kHz, 24 bits

À mon père

Donald Crowhurst, celui qui a berné le monde entier lors de la course de voiliers Sunday Times Golden Globe Race en 1968, a parlé de «la machinerie de l’esprit» et du fait d’être «prisonnier de son image». Un rien fait basculer le cerveau, une pensée, la peur, une substance étrangère, mais il y a pire, la maladie de mon père. Aucun contrôle sur ce naufrage…

Comme un embarquement, le délire est «une modification de l’état de conscience» (Le grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française). Au sens figuré, il devient peut-être une exaltation. Le délire sonore est donc une modification de l’audible, un désordre parfois troublant et cauchemardesque. Illustration musicale autour du thème du délire sous toutes ses formes. Confusion, divagation, émotion, enthousiasme, emportement, feu sacré, frénésie. À chacun son délire…

Le passage d’un état de conscience à un autre devient une impression de folie paranoïde passagère ou envahissante et peurs démesurées… état de panique! Confusion mentale. Quel est ce passage dont on connaît les causes pathologiques, mais aucunement la façon d’y remédier si cette peur démesurée s’empare de nous? Comment y faire face si l’on considère cette souffrance comme un mal psychiatrique, démoniaque ou simplement une fin en soi dans plusieurs cas, laissant à l’abandon ce calvaire moral camouflé par des techniques d’endormissement du cerveau. Le delirium, ça dérange! Mais qu’envisage-t-on pour l’avenir de notre société vieillissante?

Le délire («delirium» en anglais) est-il un phénomène inconscient ou lucide? La confusion présente nous met-elle en confusion avec les quelques connaissances ou nous envoie-t-elle dans le monde des cas atypiques, donc incontrôlables? S’agit-il d’un rêve sans lendemain? D’un monde parallèle où quelques souvenirs disparaissent peu à peu? Des semblants de réponses donnent une impression d’équilibre sonore dans la structure musicale de l’œuvre. Cette musique a des dessous, des ondes subliminales… Des voix intérieures rongent les idées.

Parfois, des images cinématographiques douces où de petits animaux gentils et de petits enfants font leur apparition, d’autres moments, ils se transforment en visions terrorisantes. Cherchez et vous percerez le mystère.

Le temps m’a manqué pour trouver des réponses à mes questions… Mon père est parti trop vite. Mais c’était mieux ainsi… Enfin pour lui! Indéniablement, je cherche encore et je trouverai par la voie du monde sonore et de superbes souvenirs marins. Sorte de poésie pour les oreilles. Les mots seuls n’y arriveront jamais.

De simples fréquences sont parfois révélatrices d’un souvenir lointain ou même inconscient, heureux ou malheureux. Des ondes sinusoïdales de fréquences variées sont entendues simplement isolées et dispersées dans les différents canaux tout autour de l’auditeur. Rythmique de hasard — technique de dispersion aléatoire — dans une impression de tournoiement. Dans un deuxième temps, le carrousel musical devient répétitif et les ondes commencent à se mélanger en tourbillon sonore pour enfin laisser place à un abysse mystérieux. Il donne le ton aux délirants messages musicaux souvent assourdis par des sifflements du vent dans les haubans du voilier puis, s’exécutent afin de créer un espace aérien doux et paisible. Laisser s’envoler les énigmes sans lendemain.

Clins d’œil musicaux à Sidney Bechet, Diana Krall et Harry Belafonte.

[viii-08]


Delirium a été réalisée en 2007-08 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 10 mars 2011 lors du concert Travaux électroniques féminins au Studio multimédia du Conservatoire de musique de Montréal.

Création

  • 10 mars 2011, Roxanne Turcotte, diffusion • 20 ans d’empreintes DIGITALes, Électrochocs 2010-11: Électrochocs 4: Travaux électroniques féminins, Studio multimédia — Conservatoire de musique de Montréal, Montréal (Québec)

Composition

Mastering

Sous écoute!

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2007-08
  • Durée: 10:03
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060714036

Stéréo

ISRC CAD501110047

  • 48 kHz, 24 bits

À partir de sources diverses, la suspicion sous toutes formes nous amène parfois vers des avenues inexplorées, sombres ou loufoques donnant des réponses surprenantes… Captés incognito et retravaillés par camouflage, les sons de guitare, les voix et les chuchotements s’entrechoquent, devenant ainsi franc parlé. Le son dans toute sa franchise recèle les multiples dimensions des captures vocales en flagrant délit. Mais attention! Toute ressemblance avec des personnes n’est que coïncidence. Nous sommes en présence de machinations fictives au-delà du réel.

Inspiré de l’installation El Síndrome de la Sospecha (2004) de Lázaro Armando Saavedra González.

[v-09]


Sous écoute! a été réalisée en 2007-08 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal. Cette pièce (d’abord intitulée Écoute électronique) a été réalisée grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Fannie Doyon-Turcotte (voix enregistrée).

Composition

Mastering

Périple de l’eau

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2006
  • Durée: 5:18
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9060714025

Stéréo

ISRC CAD501110048

  • 48 kHz, 24 bits

Nous suivons le chemin d’une source d’eau venue de très haut dans les montagnes, quelque part sur cette terre. Dans son périple, des obstacles de la vie, embûches, chaleur, froid, gel et des intempéries qui ne l’empêcheront jamais de s’écouler doucement. Limpide eau! Rien ne la déjoue. Des saisons, une floraison, des polluants, des étapes à franchir, ruisseau, rivière, fleuve, lac… Certains voudront la mettre en bouteille, d’autres s’amuseront dans son courant. Elle se rendra à bon port comme prévu. Son but ultime: se fondre, se noyer au plus profond d’une mer vivante!

[viii-08]


Périple de l’eau a été réalisée en 2006 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 11 juin 2006 dans le cadre de Synthèse, le 36e Festival international des musiques et créations électroniques de Bourges (France). Un extrait de Périple de l’eau a été utilisé pour la pièce Traces réalisée en 2006 pour le concert Hommage aux 80 ans de Francis Dhomont présenté le 21 octobre 2006 par Musiques & Recherches à Bruxelles (Belgique).

Création

  • 11 juin 2006, Synthèse 2006: Concert, Bourges (Cher, France)

Composition

Mastering