Travaux mécaniques (DVD-Audio Surround) Le programme en détail

Antithèse électronique

Nicolas Bernier

  • Année de composition: 2011
  • Durée: 1:00
  • Instrumentation: support 3.1 canaux

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 3.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

En guise d’introduction, voici tout ce que le cycle d’œuvres présent sur cet album n’est pas: des sons électroniques, de la synthèse, des sons purs, des bruits blancs, du rythme, des matières précises, des pièces qui durent une minute… à la punk. Peut-être que, d’ailleurs, cela évoque un certain refus de l’étiquette ou quelque chose comme ça. La rythmique de la pièce est justement tirée de mon groupe de math / core / grind / punk préféré… dont je vous laisse deviner le nom.

[xi-11]


Antithèse électronique a été réalisée entre janvier et mai 2011 dans le studio du compositeur. Merci à Pierre Alexandre Tremblay, à la University of Huddersfield, à Perte de signal ainsi qu’au Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC). J’en profite également pour remercier Jean-François Denis chez empreintes DIGITALes.


Création

  • 9 février 2012, Nicolas Bernier, diffusion • Électrochoc 2011-12: Électrochoc 5: Nicolas Bernier — Travaux mécaniques, Studio multimédia — Conservatoire, Montréal (Québec)

Dans le ventre de la machine

Nicolas Bernier

  • Année de composition: 2010-11
  • Durée: 10:40
  • Instrumentation: support 5.1 canaux

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

Bois, métal, électricité, fréquences, eau, chair, combustible, violence. Elle est bel et bien vivante la Machine. Dans son chaos organisé réside une inaptitude à fonctionner objectivement. Par un moment d’inattention ou pire, un hasard, elle nous happe dans son inextricable engrenage. C’est à ce moment que cette pièce a été composée, alors que je m’y sentais prisonnier, incapable d’y mettre du sable, de l’arrêter, de concentrer l’énergie là où elle se doit. La résultante est une œuvre où la présence du corps est indéniable, où les gestes se déchirent entre volonté, léthargie et spasmes frénétiques avant l’exténuation du dernier souffle.

La base du matériau a été générée en séance de jeux en direct sur un système de haut-parleurs et microphones piézo créant des effets de larsen ainsi qu’avec une machine construite par mon ami menuisier Alexandre Landry. Cette machine, peuplée d’engrenages, de roues et de manivelles, me remémore toujours le discours légendaire Bodies upon the gears prononcé par Mario Savio en 1964. Évoquant la liberté et la résistance, il exprime avec fougue: «Il vient un moment où le fonctionnement de la machine devient si odieux, où il donne tant la nausée, qu’on ne peut plus y participer, même passivement. C’est alors qu’il faut se jeter sur les engrenages, sur les roues, sur les manivelles, sur toute la machine, pour la stopper à tout prix. Et qu’il faut faire comprendre aux gens qui la font tourner, à ses propriétaires, que jusqu’à ce que nous obtenions notre liberté, cette machine ne fonctionnera plus».

[xi-11]


Dans le ventre de la machine a été réalisée de juin 2010 à avril 2011 dans le studio du compositeur. Merci à Olivier Girouard, Gilles Gobeil ainsi qu’à Pierre Alexandre Tremblay pour leur précieuse écoute. Merci également à la University of Huddersfield ainsi qu’au Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC). Dans le ventre de la machine a obtenu le Prix Motus du 4e Concours de composition électroacoustique Destellos (Mar del Plata, Argentine, 2011).


Création

  • 7 novembre 2011, Concierto de música electroacústica, Auditorio Noel Werthein — Instituto de Tecnología ORT, Buenos Aires (Argentine)

Distinctions

Liaisons mécaniques

Nicolas Bernier

  • Année de composition: 2006-07
  • Durée: 10:02
  • Instrumentation: support
  • Commande: Musiques & Recherches

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

Krrrchstchack.

L’événement déclencheur provient d’un attachement profond à la matière physique, de la nostalgie d’une époque que je n’ai pas vécue: celle de la machine, la vraie. Celle qui était mise en marche par des mécanismes physiques.

J’ai donc collectionné des bouts de machines et leurs engrenages. Dans ma collection se sont retrouvés des objets porteurs de souvenirs: appareils photo, projecteurs 8mm, boîtes à musique et jouets antiques. J’ai découvert des matériaux naturellement riches faits de différentes textures granuleuses et d’une abondance de micro-articulations. Les engrenages sont expressifs et précis; ils enclenchent un processus défini.

J’ai échantillonné les petits objets avant de les déconstruire, les fragmenter, les morceler. À partir de ces fragments, j’en ai reconstruit de nouveaux. Je voulais conserver, tant que possible, l’essence des caractéristiques physiques des sons. Il ne restait plus qu’à mettre en branle la mécanique musicale.

Dans ce contexte, les engrenages servent de déclencheurs. Ils déclenchent un changement d’espace, une transformation matérielle, un arrêt, un changement de direction ou simplement un autre engrenage. Ils jouent un double rôle: celui de matière sonore et celui de liaison entre les événements, tout comme la «liaison» dans l’écriture instrumentale.

[xi-11]


Liaisons mécaniques a été réalisée de décembre 2006 à avril 2007 dans les studios de l’Université de Montréal (Québec) et de Musiques & Recherches (Belgique) et a été créée le 27 avril 2007 au Petit théâtre Mercelis à Bruxelles (Belgique). Elle est une commande de Musiques & Recherches (Belgique). La pièce a été réalisée avec l’aide du Conseil des arts des lettres du Québec (CALQ) et de l’Agence Québec-Wallonie-Bruxelles. Merci à Robert Normandeau et à Annette Vande Gorne. Liaisons mécaniques s’est méritée le 2e prix (ex æquo) au CIMESP 2007 (Brésil), a reçu des mentions au Concurso Internacional de Composição Electroacústica Música Viva (Portugal, 2007), Digital Art Awards (Fujisawa, Japon, 2007) et au 34e Concours international de musique et d’art sonore électroacoustiques de Bourges (France, 2007).


Création

  • 27 avril 2007, Concert de créations, Petit théâtre Mercelis, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Les chambres de l’atelier

Nicolas Bernier

  • Année de composition: 2008, 10, 11
  • Durée: 10:48
  • Instrumentation: support

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

L’atelier: un lieu d’agitations soudaines, d’idées parfois claires, souvent floues, qui surgissent et s’évaporent tout aussi rapidement. Un lieu habité par la réflexion, la frustration, le presque-silence, l’hypnose et l’obsession. J’ai composé cette pièce en imaginant des déplacements de caméra basculant d’une pièce à l’autre, d’un état à l’autre.

[xi-11]


Les chambres de l’atelier a été réalisée entre le 17 décembre 2007 et le 10 avril 2008 (retravaillée en juillet 2010, ainsi qu’en janvier 2011) dans le studio du compositeur ainsi que dans les studios de l’Université de Montréal. Elle a été créée le 14 avril 2008 lors du concert Pulsar *3 présenté par Réseaux des arts médiatiques au Planétarium de Montréal (Québec). Merci à Louis Bernier, Réseaux, Robert Normandeau, John Young, à l’Université de Montréal ainsi qu’à Perte de signal. Les chambres de l’atelier a été enregistrée sur le disque usure.paysage [Hrönir, HR 7963] en février 2011.


Création

  • 14 avril 2008, Nicolas Bernier, diffusion • Pulsar *3: Le livre des espaces, Planétarium de Montréal, Montréal (Québec)

Writing Machine

Nicolas Bernier

  • Année de composition: 2005
  • Durée: 15:28
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: ZKM

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

  • Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits
  • DTS, 48 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
  • 48 kHz, 24 bits
  • PCM pour Dolby Digital, 48 kHz, 24 bits

Writing Machine puise son inspiration chez l’auteur américain William S Burroughs et de certains parallèles entre son travail d’écriture et la composition électroacoustique. Le point de départ se trouve dans la technique bien connue du «cut-up» qui consiste à prendre plusieurs sources textuelles, d’en couper des extraits et de les réassembler pour obtenir de nouvelles structures, de nouveaux textes. J’ai pour ma part appliqué la technique de Burroughs à ses propres mots en abordant la notion de déconstruction du langage. J’ai utilisé les mots non pour leurs seules qualités sémantiques, mais également pour leurs propriétés matérielles, morphologiques et musicales.

Cette citation provenant du texte Sound Identity Fading Out: William Burroughs’ Tape Experiments de Robin Lydenberg résume précisément mon intention:

[…] les collages de Burroughs produisent souvent une pulsation agressante […] qui laisse l’auditeur dans l’impossibilité d’assembler à partir de ce qu’il entend un contexte, une séquence linéaire, voire une syntaxe, le libérant ainsi de ces schèmes de pensée imposés. Comme il [Burroughs] l’explique dans The Ticket That Exploded: “Le contenu de la bande semble n’avoir aucun effet sur le résultat.” Son pouvoir réside plutôt dans le rythme, dans ses motifs d’alternance à intervalles précis.

Outre la voix, Writing Machine est construite autour de sons de machines à écrire qui ont été électrifiés, métallisés, pulsés et distordus afin de rendre compte de l’univers sonore qu’évoque pour moi la lecture de Burroughs.

[xi-11]


Writing Machine a été réalisée de décembre 2004 à février 2005 dans les studios de l’Université de Montréal et du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne. Elle a été créée le 10 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada au ZKM_Kubus à Karlsruhe (Allemagne). Elle est une commande du ZKM avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et de l’ambassade du Canada à Berlin. Merci à Ludger Brümmer, Sabine Breitsameter, à toute l’équipe du ZKM, à l’Université de Montréal et à André Garant (voix enregistrée).


Création

  • 10 février 2005, Nicolas Bernier, diffusion • trans_canada: Générations • Generationen • Generations, ZKM_Kubus, Karlsruhe (Allemagne)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.