electrocd

Détail des pistes

Palimpseste

Robert Normandeau

  • Année de composition: 2005, 11
  • Durée: 14:52
  • Instrumentation: support 16 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: ZKM
  • ISWC: T9021630228

Stéréo

ISRC CAD501210017

  • 48 kHz, 24 bits

À Anick

Palimpseste est la quatrième et dernière pièce du cycle Onomatopées commencé en 1991 avec Éclats de voix et poursuivi avec Spleen (1993) et Le renard et la rose (1995). Respectivement consacrées à l’enfance, à l’adolescence et à l’âge adulte, les musiques de ce cycle se terminent avec un hommage au troisième âge. Comme les autres pièces du cycle, celle-ci se divise en cinq mouvements, évoquant tous un état d’âme, associés à un paramètre musical: Furie et rythme; Amertume et timbre; Colère et dynamique; Fatigue et espace; Sagesse et texture. Le titre fait référence au palimpseste, qui est un manuscrit sur lequel on a effacé le premier texte (et quelques fois, plusieurs textes successifs) afin d’en écrire un nouveau (le parchemin étant rare et précieux). Ici, le premier texte est la structure temporelle des œuvres précédentes. Elle est toujours présente, mais en arrière-plan. Elle a été recouverte par une couche formée d’une nouvelle catégorie de sons, absente des œuvres précédentes du cycle.

Palimpseste est construite exclusivement à partir de sons vocaux, des onomatopées en fait. Celles-ci sont particulièrement intéressantes puisqu’elles représentent le seul cas de figure du langage humain où l’action ou le sentiment est directement relié au son qui les représente. Les voix utilisées ont été enregistrées en Allemagne — Christian Gressier, Eberhard Geyer et Gabriela Lang — et au Québec — Andrée Lachapelle et Christiane Pasquier.

[xii-11]


Palimpseste a été réalisée en 2005 dans les studios du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne et au studio du compositeur et a été créée le 12 février 2005 dans le cadre du festival trans_canada au ZKM_Kubus du ZKM sous le titre ZedKejeM. Elle a été révisée à l’été 2005 et créée le 21 octobre 2005 lors de l’événement Theater des Hörens au ZKM_Kubus du ZKM. Elle a été finalement révisée en 2011. Palimpseste est une commande du ZKM avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et du Conseil des arts du Canada (CAC). Remerciements à Sabine Breitsameter et Ludger Brümmer. La pièce a été finaliste au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2005 (Prague, République tchèque) et a été choisie par la section canadienne de la Société internationale pour la musique contemporaine (SIMC) pour représenter le Canada aux Journées mondiales de la musique 2007 à Hong Kong.


Création

  • 12 février 2005, Robert Normandeau, diffusion • trans_canada: Topographies • Topographien • Topographies, ZKM_Kubus, Karlsruhe (Bade-Wurtemberg, Allemagne)

Distinctions

Composition

Révision

Murmures

Robert Normandeau

  • Année de composition: 2007, 11
  • Durée: 8:58
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Musiques & Recherches
  • ISWC: T9113325238

Stéréo

ISRC CAD501210018

  • 48 kHz, 24 bits

J’ai effectué mon premier séjour comme compositeur professionnel en 1987 au studio Métamorphoses d’Orphée à l’invitation de Annette Vande Gorne (à la suite d’un prix remporté au Concours international Phonurgia-Nova, Arles, France) pour y réaliser Rumeurs (Place de Ransbeck). Cette pièce était basée sur l’ambiguïté son-sens et s’inscrivait dans le cadre d’un cycle de cinéma pour l’oreille. Aujourd’hui, vingt ans plus tard, j’ai voulu revisiter cette Place de Ransbeck (où est situé le studio) avec les outils d’aujourd’hui. Rumeurs avait en effet été exclusivement réalisée avec des moyens analogiques de haute qualité mais simples: un magnétophone portable, cinq magnétophones de studio et une console. Depuis, l’ère du numérique est apparue avec les outils qui nous permettent de révéler encore plus l’inouï. Il me semblait intéressant de fouiller davantage dans le détail et le grain du son. Les matériaux sonores ont tous étés captés par microphone, soit dans un environnement naturel, soit «joués» par une artiste bruiteure.

[xii-11]


Murmures a été réalisée en juin 2007 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique), et a été complétée au studio du compositeur. La pièce a été créée le 17 octobre 2007 dans le cadre du 14e Festival acousmatique international L’Espace du son au Théâtre Marni à Bruxelles (Belgique). La pièce a été révisée en 2011. Remerciements à Marie-Jeanne Wickmans, bruiteure au cinéma et compositrice qui m’a prêté ses objets sonores et ses gestes de magicienne.


Création

  • 17 octobre 2007, L’Espace du son 2007: Ouverture et anniversaire!, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Composition

Révision

Jeu de langues

Robert Normandeau

  • Année de composition: 2009
  • Durée: 11:52
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Miso Music Portugal
  • ISWC: T9113325227

Stéréo

ISRC CAD501210019

  • 48 kHz, 24 bits

À Terri

Le titre renvoie au jeu des instrumentistes, et la langue, au fait qu’il s’agit d’instruments à vent d’une part, mais aussi des nationalités différentes des musiciennes et du contexte de la création dans un festival où pas moins de cinq langues différentes étaient utilisées.

Cette pièce a été composée à partir d’enregistrements de flûtes à bec, de flûtes traversières et de saxophone baryton. Presque tous les sons toniques des enregistrements ont été retirés afin de ne conserver que les sons de respirations et de souffles et les bruits de mécanique des instruments. De très faible niveau sonore, ces enregistrements ont été nettoyés et amplifiés de manière à être révélés alors que normalement ils sont inaudibles. De plus, le rythme naturel de la respiration des instrumentistes a été conservé et les événements musicaux se succèdent selon celui-ci. Enfin des sons de verre se superposent à ceux des instruments à vent.

Cette pièce m’est venue à l’idée à la suite d’une conversation que j’ai eue à Lisbonne (Portugal) en 2008 avec les organisateurs du festival Música Viva. Nous avions fait le constat que contrairement aux autres arts contemporains — la littérature, la peinture, le cinéma — la musique n’avait à peu près pas abordé l’érotisme comme genre. Voici ma contribution au genre.

[xii-11]


Jeu de langues a été réalisée en 2009 au studio du compositeur et a été créée le 19 septembre 2009 dans le cadre du festival Música Viva à la Sala Eduardo Prado Coelho du Centro Cultural de Belém à Lisbonne (Portugal). Elle est une commande de Miso Music Portugal (Lisbonne, Portugal). Remerciements à Claire Marchand, flûtes traversières; Ida Toninato, saxophone baryton; Terri Hron, flûtes à bec. Remerciements à Miguel Azguime et Paula Azguime. Jeu de langues a remporté le Production Prize au Giga-Hertz-Preis 2010 (Karlsruhe, Allemagne).


Création

  • 19 septembre 2009, Música Viva 2009: Orquestra de Altifalantes, Sala Eduardo Prado Coelho — Centro Cultural de Belém, Lisbonne (Portugal)

Distinctions

Composition

Anadliad

Robert Normandeau

  • Année de composition: 2010
  • Durée: 14:02
  • Instrumentation: support 38 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Bangor University avec l’aide du Parry Williams Visiting Composer Fellowship
  • ISWC: T9113325216

Stéréo

ISRC CAD501210020

  • 48 kHz, 24 bits

À Ann Lloyd-Jones, in memoriam

Le mot signifie souffle en gaélique. Mais il a aussi un autre sens, celui d’inspiration. Au sens propre d’abord, celui d’un des deux mouvements de la respiration — inspiration-expiration —, puis au sens figuré, voire métaphorique, l’inspiration spirituelle ou celle des artistes.

Le souffle c’est celui des deux instruments utilisés dans la pièce. D’abord la cornemuse: des prises de son d’une cornemuse écossaisse en si bémol réalisées en 1998 pour Clair de terre (1999). Puis le pibgorn, instrument gaélique à vent, enregistré lors d’une résidence à Bangor (Pays de Galles, RU) en 2008.

Puis le souffle des dieux. Ceux qui font que la côte galloise est balayée par des vents et des orages intenses. J’ai voulu ancrer cette pièce dans ce terreau fertile qui est le Pays de Galles où l’œuvre a été en partie réalisée.

Ann Lloyd-Jones, qui dirigeait la Parry Williams Visiting Composer Fellowship, est malheureusement décédée quelques semaines avant la création.

[xii-11]


Anadliad a été réalisée en 2010 au studio du compositeur et a été créée le 4 novembre 2010 dans le Powis Hall de la Bangor University (Pays de Galles, RU). La pièce est une commande de Bangor University (Pays de Galles, RU) avec l’aide du Parry Williams Visiting Composer Fellowship. Remerciements à Éric Mercier, cormenuse; Stephen Rees, pibgorn.


Création

  • 4 novembre 2010, 20 ans d’empreintes DIGITALes: Robert Normandeau, Dominique Bassal, Neuadd Powis Hall — Bangor University, Bangor (Pays de Galles, RU)
  • 3 juillet 2015, Création de la version pour Klangdom: Immersive Sound, Riksscenen — Schous Kulturbryggeri, Oslo (Norvège)

Composition

Palindrome

Robert Normandeau

  • Année de composition: 2005-06, 07
  • Durée: 14:50
  • Instrumentation: support 24 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T9113325205

Stéréo

ISRC CAD501210021

  • 48 kHz, 24 bits

À Lorraine

Un palindrome est une suite de signes graphiques (lettres, chiffres, symboles…) qui peut se lire de gauche à droite et de droite à gauche. «Laval» est un exemple de mot palindrome. L’écrivain français Georges Pérec (1936-1982) est célèbre pour son fameux palindrome de 1247 mots écrit en 1969, Le grand palindrome, surpassé en nombre de mots en juillet 2004 par Le palindrome de Saint-Gilles de Pol Kools qui comporte 2119 mots! En musique on peut trouver des exemples de cela dans le canon cancrizan.

Dans Palindrome, le palindrome tient tout autant à la forme qu’aux matériaux employés. Tout a été fabriqué de manière à ce que l’expérience d’écoute soit la même dans les deux directions, des sons eux-mêmes jusqu’à la structure de l’œuvre, en passant par les canaux stéréophoniques, la spatialisation 24 pistes, les niveaux de mixage des différentes pistes et les phrases musicales.

La forme est identique et symétrique dans les deux directions et elle est constituée de deux mixages constitués des mêmes 96 pistes dont le «poids», plutôt que l’exacte similarité, est identique du début à la fin et vice versa. La seule différence entre les deux mixages, que j’ai introduite pour des raisons musicales, est que le premier est constitué d’un decrescendo qui commence avec un tutti qui est progressivement filtré vers le registre aigu, alors que le second est fait d’un crescendo qui commence dans le registre grave et qui s’amplifie vers le tutti. On peut considérer cela comme un palindrome vertical!

Palindrome s’inscrit dans un cycle d’œuvres d’écoute attentive qui en lieu et place d’une musique constituée par une série d’articulations précises, comme c’est souvent le cas en électroacoustique ainsi que dans mon propre travail, propose plutôt une écoute de l’intérieur du matériau sonore. Peu ou prou d’événements, une succession prévisible de changements et une évolution lente caractérisent ce genre d’œuvre. Celle-ci prend véritablement son sens dans l’écoute en situation de concert, lieu idéal du rituel.

[xii-11]


Palindrome a été réalisée en octobre 2005 au studio du compositeur et dans les studios de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) ainsi qu’en 2006 dans les Elektronisches Studios de la Technische Universität Berlin (Allemagne). La pièce a été créée le 7 juin 2006 au festival Synthèse à Bourges (France). La pièce a ensuite été entièrement révisée en 2007. Palindrome est une commande de l’IMEB. Remerciements à Delphine Measroch, accordéon; Émilie Laforest, Gregory Hlady, voix; l’orgue et les cloches de la cathédrale de Bourges. Remerciements à Françoise Barrière et Folkmar Hein.


Création

  • 7 juin 2006, Synthèse 2006: Concert, Bourges (Cher, France)

Composition

Révision