electrocd

Détail des pistes

De la fenêtre

Roxanne Turcotte / Étienne Lalonde

  • Année de composition: 2010-12
  • Durée: 11:08
  • Instrumentation: support 16 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Étienne Lalonde

Stéréo

ISRC CAD501410001

  • 48 kHz, 24 bits

«Que dépose le ciel à la place des fenêtres
Je n’occupe pas le lit sans danger
Je peins en rouge les corps
Que dépose le ciel à la place des fenêtres
Pour un peu de lumière
Car en ce moment par le vide de tes yeux
On pourrait supposer
Que tu ne respires pas à la même place que moi»

Étienne Lalonde

Vu de la fenêtre, l’extérieur est autrement. Pas toujours ce qu’on s’imagine. Ce sont nos fenêtres intérieures qui décrivent si bien les sensations qui s’y rattachent. Un pays, une culture, des idéaux, des petits êtres comme des chats et des oiseaux, puis des paysages magnifiques sortis de notre imaginaire. Sons d’automne et souffle d’été. J’explore un «sonarium» rempli de jardins musicaux. J’écoute les paroles inédites de nos subconscients. Un homme et une femme dialoguent un dimanche. Une fenêtre s’ouvre sur un univers d’où surgissent des ouvertures étranges comme une porte d’une légèreté inestimable, un destin et un désir inespéré…

[iv-14]


De la fenêtre a été réalisée en 2010-12 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal. Une première version installation (sculpture de Marc Larochelle) a été présentée le 10 mars 2011 lors du concert Électro-chocs 4: Travaux électroniques féminins au Studio multimédia du Conservatoire de musique de Montréal et la version concert a été créée le 21 mars 2014 dans le cadre du 3e Festival of New Music Now Hear This produit par New Music Edmonton (Canada). Cette pièce est une commande d’Étienne Lalonde (auteur du texte Les yeux crevés du soleil dont un extrait est incorporé à De la fenêtre). Voix enregistrées: Céline Bonnier et Pierre Lebeau; prise de son: Louis Dufort; Studio Sigma, Montréal. Clin d’œil à l’installation Sonarium (2006) réalisée en collaboration avec André Hamel et Diane Labrosse. Merci à Martin Bédard.


Création

  • 21 mars 2014, Now Hear This 2014: Semi / Conductor: a concert of electronic works, Holy Trinity Anglican Church, Edmonton (Alberta, Canada)

Composition

Bestiaire

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2010-11, 14
  • Durée: 10:01
  • Instrumentation: support 16 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9155141858

Stéréo

ISRC CAD501410002

  • 48 kHz, 24 bits

Dix divertissements environnementaux imbriqués les uns aux autres dépeignent une fresque descriptive d’animaux réels ou imaginaires que plusieurs ont vus. Leur histoire et un langage étonnant pour le plaisir de l’oreille. Des interprétations vocales d’oiseaux sont analysées et comparées à celles des voix humaines et des perceptions auditives sont mises en relief dans une spatialisation organisée de façon à créer un espace animalier naturel et une volière musicale à air libre presque réaliste.

De tous les temps, les bêtes sont partout dans la peinture, la musique, la littérature et la culture en général. Certains êtres imaginaires semblent vraiment exister dans ce monde éthéré. Des oiseaux mémorisent des notes, des espèces émettent et perçoivent des ultrasons et des infrasons. Une multitude de signaux sonores et cris de ralliement sont produits par des modes de production bien réels: battements d’ailes, frottements de pattes, passage rapide du grave à l’aigu et l’écholocalisation. Étrangement, on croit entendre une goutte d’eau, une voix chantée, un syntoniseur de fréquences radio, un balayage d’harmoniques, un chant d’Inuits, de pygmées ou de Birmans et d’onomatopées vocales. En combinant quelques sources sonores enregistrées, des animaux marins aux spectres très étendus donnent l’impression de créer une phrase musicale avec un rythme précis (illusion auditive). Pures interprétations vocales. Ils ont un pouvoir de communication et une émotivité que nous commençons à peine à comprendre. Les animaux pratiquent également une forme de solidarité par leur mobilisation. Nous les aimons car ils nous ramènent à l’essentiel: l’instinct de survie.

Mon bestiaire est un hommage aux êtres vivants. Une histoire basée sur des faits vécus et des expériences fabuleuses: Des chanteurs et imitateurs plumés à l’oreille absolue, un chien rieur qui se prend pour un chat en kayak, des écureuils presque humains, des corneilles qui réfléchissent, un monarque de compagnie sauvé in extremis déjeunant tranquillement avec ma fille Fannie, le chant des coyotes affamés, un perroquet «bécoteur» jasant en espagnol précisément sur une fréquence de 880 Hz. Nous retrouvons aussi quelques anecdotes au sujet de l’escapade d’une perruche attirée par l’odeur des œufs frits sur le bord d’une fenêtre une nuit d’hiver glaciale; l’adoption de notre petite mare par des grenouilles; le repérage de ma perruche Toupie en vol libre inattendu durant quatre jours sur 12 km.

Plusieurs séances d’enregistrement in situ (field recording) ont été nécessaires afin d’obtenir le plus grand nombre d’échantillons possibles et ainsi fabriquer une banque de sons. De longues heures de triage et micro-montage servent ensuite à ne garder que l’essentiel.

Sources d’inspiration: Radio-Canada, Samedi et rien d’autre, 7 juin 2008; Joël Le Bigot, Les animaux du Grand Nord, Éditions Auzou; Nav Canada (contrôle du trafic aérien des «ailes humaines»); refuges d’animaux sauvages; mes animaux adoptés; L’Idéfix d’Obélix; la mouette rieuse de Gaston; le Milou de Tintin; des bestiaires de Sonia Sarfati, Alfred Pellan, Serge Bouchard, Olivier Messiaen

[iv-14]


Bestiaire a été réalisée en 2010-11 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal. La pièce a obtenu la 3e place au 2e Prix collégien de musique contemporaine 2009-10 décerné par le Cégep de Sherbrooke (Québec) en collaboration avec le Centre de musique canadienne — Région du Québec. Merci au Conseil des arts du Canada (CAC).


Création

  • 24 octobre 2015, L’Espace du son 2015: Roxanne Turcotte, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Composition

Partitions

Petit ange

Roxanne Turcotte / Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2012-14
  • Durée: 4:08
  • Instrumentation: 5 mélodicas et support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9155141836

Stéréo

ISRC CAD501410003

  • 48 kHz, 24 bits

À la mémoire de Gabriel, cet enfant éternel (1997-2011)

«Les mots ne sont plus d’aucun secours… Le pays imaginaire, cela est entendu, est une île mais il change de forme à la guise du rêveur qui se promène en lui…»

Philippe Forest, L’enfant éternel, Éditions Gallimard, 1997

Accalmie après une tempête par un jeu de mélodicas éparpillés sur scène. Tous les 16 du mois, je me souviens… Un ange est né dans ce paradis d’oiseaux et de tristesse. Des voix lui racontent une histoire puis il s’envole au-dessus d’une ville ou d’une île. Il est là et veille sur nous, sur ses parents, sa sœur et ses amis-es. Il a rejoint mon père et mes grands-parents. Il n’est plus seul. Son petit chat y est aussi! J’entends sa voix ricaneuse, puis les souvenirs resurgissent subtilement. À ce moment précis, je pense à ma sœur.

«Mon enfant, accroche-toi à ma voix. Tu l’entends dans l’épaisseur ouatée de nuit où tu t’enfonces. Nous ne te laisserons pas longtemps seul… Prends tout ce qui brille et se détache sur le fond bleu sombre de l’oubli. Endors-toi! L’heure sonne des enfants sages.»

Philippe Forest, L’enfant éternel, Éditions Gallimard, 1997

[iii-14]


Petit ange a été réalisée en 2012-14 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal. Voix enregistrées: Sylvie Deguy, Laurent Poitrenaux, Sophie-Caroline Schatz dans les studios de La Muse en circuit (Alfortville, France) pour l’œuvre antérieure Fantaisie urbaine (2005).


Création

  • 2 juin 2017, Version acousmatique: Klang! électroacoustique 2017: Concert 3, Salle Molière — Opéra Comédie, Montpellier (Hérault, France)

Composition

Interprètes

Alibi des voltigeurs

Roxanne Turcotte / Étienne Lalonde

  • Année de composition: 2012-14
  • Durée: 8:09
  • Instrumentation: récitant (traitement) et support 24 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média

Stéréo

ISRC CAD501410004

  • 96 kHz, 24 bits

«Resté pris dans le temps où l’espoir est l’ultime passage de la perte.»

Étienne Lalonde

Cette poésie électronique se déroule en quatre temps: Le cadran déchu; L’obsession; La va-et-vient; L’horloge ambulante.

Mon rapport avec le temps est malaisé… Temps présent, passé et futur.

«La temporalité est la notion de la perception ou de l’état du temps. Cette notion varie en fonction des domaines.» «La temporalité est le temps vécu par la conscience…»

[Adaptées de Wikipédia et d’Encyclopædia Universalis.]

Quel temps fait-il? Quelles couleurs s’offrent à mes yeux pour me plonger dans l’atmosphère d’un lieu, là où l’air ambiant s’imprègne de joie ou de désespoir? Et que dire des minutes qui s’échappent soudainement sans retour? Il faut avancer, sans heurt. Impossible! Se rendre de l’autre côté de la rive à la nage, malgré les embûches et la fatigue. S’arrêter est synonyme d’une mort certaine à moins d’avoir un alibi pour chercher son air et mieux respirer. L’alibi c’est l’excuse ultime d’un retard. Les voltigeurs sont de grands voyageurs intérieurs qui font leur place à l’abri de l’âge et des intempéries.

Cette œuvre est marquée de mouvements cycliques et tourmentés. Une lectrice sur scène dialogue avec des sons fixés projetés dans l’espace tout autour d’elle. Un «boucleur» mémorise des segments de son interprétation et les répète en superposition créant une ritournelle.

Une rythmique temporelle de 60 à la noire est incontournable! Gagner du temps n’est qu’une métaphore. La ligne du temps est une faille dans l’esprit cartésien du personnage et sa vision s’embrouille. Je l’observe dans le collimateur tout en conduisant sur une route déserte. Le tempo s’emballe, ce n’est qu’une illusion. Le compteur tourne et les aiguilles affichent 131 km/h, dans une zone de 70. L’essence est au plus bas. Si mort s’en suit, le rythme garde un souffle dans une autre veine de la vie et les secondes filent comme des étoiles filantes. Il faut maintenant faire de savants calculs pour atteindre la destination, incognito. Toutes les montres du monde sont réglées et synchronisées afin d’éviter des conséquences dévastatrices. Des horaires chamboulés sèment la terreur et les ratés. Un troupeau de petits enfants pressés par la cloche, circulent en silence à la file indienne. Je suis essoufflée et j’étouffe dans cette jungle humaine de minutes insurmontables. Je ne sortirai pas le chien ce soir puisque tout au fond de la forêt, les coyotes devancent le temps par leur concert de voix saisissantes jusqu’au petit matin. Pas de pause pour le petit mécanisme de l’horloge que l’on fixe des yeux toute une journée gorgée de défis. Une déferlante s’annonce… Je suis encore en retard! Trouver un alibi pour faire oublier les voltigeurs qui disparaissent.

[iv-14]


Alibi des voltigeurs a été réalisée en 2012-14 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal. Merci au Conseil des arts du Canada (CAC) et, pour leur précieuse collaboration, Laur Fugère, voix; et Manuel Teigeiro, sons de guimbarde.


Composition

Interprètes

OVI (Objet volant identifié)

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2009-14
  • Durée: 10:49
  • Instrumentation: guitare électrique modifiée, guitare amplifiée et support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9155141778

Stéréo

ISRC CAD501410005

  • 48 kHz, 24 bits

À la mémoire de Martin

Recherches électroacoustiques effectuées à partir du timbre des cordes vibrantes de la guitare électrique modifiée, de la guitare acoustique amplifiée et des sons d’une harpe éolienne, inventée et fabriquée avec François Doyon.

L’instrument est construit à partir de matériaux recyclés et vibre sous l’effet du vent ou par manipulation de la tension des cordes et de gréements de voilier disposés sur une structure métallique: cordes de piano, cordages de nylon (fil à pêche), polyester, dyneema ou kevlar gainé, de type composite à plusieurs cordes ou monofil d’une épaisseur variant entre 0,8 et 3 mm. En ajoutant des poulies pour faire varier la tension des cordes, on obtient des modulations de fréquences: do 6 variant à si bémol 5, si5, sol, la et variations en glissandi selon la force du vent mesuré par un anémomètre. Un dispositif lumineux fait de l’objet une structure tant nocturne que diurne lors d’une exécution sous forme d’installation où le guitariste exécute une transcription des effets produits par la harpe, dispersés dans les haut-parleurs disposés tout autour de l’auditeur.

Une accumulation musicale en délire virevolte en rafale, produisant des sifflements mystérieux croqués en vol et qui renvoie aux expressions les plus courantes: corde sensible, plusieurs cordes à son arc, avoir la corde au cou, de sac et de corde… L’utilisation du EBow en direct sert à unifier les sonorités par l’entretien (sustain) des sons joués, et ainsi créer des effets fondus avec les prises de sons de la harpe éolienne. Un champ électromagnétique est créé par l’installation du EBow sur les capteurs de la guitare électrique qui devient alors le prolongement de l’«Objet volant identifié»…

Dans la dernière section de la pièce, on entend des notes générées naturellement par des haubans de voiliers. Les bateaux deviennent de véritables instruments de musique munis de longs cordages d’où proviennent différents sifflements en harmonie avec le cliquetis des gréements. Ce chant de mâts génère un accord de notes précises selon les dimensions variées des haubans et cordages. Il présente un magnifique concert à ciel ouvert pendant que les routes volantes d’un aéroport à l’autre suivent un plan dans le ciel pour le passage de la mer à l’espace. On perçoit maintenant l’ambiance de lieux: aéroports, ports de mer, marinas et le centre de contrôle du trafic aérien civil.

[iv-14]


La présente version de OVI (Objet volant identifié) a été réalisée en 2011 et complétée en 2014 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal. La version installation a été présentée à l’automne 2011 au Parc Bourgeau à Pointe-Claire (Québec). Merci au Conseil des arts du Canada (CAC), François Doyon, Francis Brunet-Turcotte, Claude Lassonde, judicieux conseils sur l’utilisation du EBow, Julien Leblond, restaurateur de piano et don de cordes et de gréements, Philippe Labbé, ingénieur en structures et vibrations, François Sébastien, contrôleur aérien qui me guidera vers la «machine à vent» lors d’une visite de sa station de travail, ainsi qu’à Martin Léveillé, conseils en prise de son et en utilisation de microphones de contact.


Composition

Interprètes

Zone d’exclusion

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2013, 14
  • Durée: 4:34
  • Instrumentation: shakuhachi et support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9155141756

Stéréo

ISRC CAD501410006

  • 48 kHz, 24 bits

Fukushima, 11 mars 2011: séisme, tsunami, catastrophe nucléaire… Toujours instable à ce jour. Une vague imprévue sur l’histoire. Des vies gaspillées par une terre qui a tremblé jusqu’à ce que coule l’irréparable de la bêtise humaine. Le désastre d’un pays ainsi dévasté par la catastrophe. Nous et nos mers sommes les condamnés du nucléaire. La désolation et le cauchemar sont à nos portes. Nous serons bientôt les exclus de la zone radioactive, notre planète. Quelle proportion prendront éventuellement les territoires maudits, la zone d’exclusion?

Des harmoniques émergent du timbre principal (shakuhachi) puis elles volent au hasard du cauchemar pour n’y laisser que quelques notes récurrentes, mélangées au désastre sonnant. Une musique sourde vient nous hanter vers les souvenances de la terre brute. Ce n’est que le bruit des anges que nous captons. Une ritournelle rythmique créée par bouclage de micro-échantillons de shakuhachi et des sons de basses fréquences nous convient à la mort, l’angoisse et le désordre, pour se déconstruire au fil du temps. Tel est le destin des hommes!

[iv-14]


Zone d’exclusion a été réalisée en 2013 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal pour le projet Meanwhile, in Fukushima… — www.fukushima-open-sounds.net — mené par Dominique Belaÿ. La pièce y est webdiffusée depuis le 8 octobre 2013.


Création

  • 8 octobre 2013, Meanwhile, in Fukushima…

Composition

Interprètes

Partitions

Tout en rouge

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2012-14
  • Durée: 4:33
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9155141723

Stéréo

ISRC CAD501410007

  • 48 kHz, 24 bits

Un hommage à la jeunesse d’exception de 2012.

«Deux cent cinquante mille personnes, c’est pas l’affaire d’un printemps, c’est l’affaire d’un peuple, c’est l’affaire d’un monde.»

Gabriel Nadeau-Dubois

Suite à la production d’une trame sonore pour l’événement 10 ans de Guantanamo, 10 heures de prise de parole pour Amnistie internationale en 2012, ma musique s’est graduellement teintée d’une couleur politique en réaction aux aberrations humaines. Tout en rouge est une musique aux préoccupations sociales, politiques et environnementales. De l’acousmatique engagée!

22 mars 2012. Journée exceptionnelle, soleil vibrant et chaleur inhabituelle. 22 avril: toutes les cloches retentissent sur l’île. Un vent de fraîcheur soulève les passions. Contraste! Les luttes chaudes sont lancées dans les rues de Montréal et partout au Québec faisant de cette terre, un pays. Le printemps s’est montré le bout du nez d’avance cette année… C’est ce «printemps érable» qui a pris de l’ampleur de mois en mois. Les jeunes rassembleurs reprennent le flambeau par souci d’équité. Enfin une relève! Ils sont là, présents, des femmes et des hommes prêts à changer le monde pour les années futures. Ça me rappelle la fête de la Saint-Jean-Baptiste (fête nationale du Québec) sur la montagne en 1975, René Lévesque… La génération de nos enfants, celle qui remplace la nôtre d’il y a de cela 30 ou 40 ans. Nous perdions espoir de retrouver une vie chargée d’implication, de débats et de luttes pour la justice sociale, l’abolition de la corruption, de l’exploitation du gaz de schiste…

Tout en rouge est construite à partir d’enregistrements in situ (field recordings) réalisés lors des manifestations de 2012 et de quelques archives autour de la crise sociale du printemps québécois et des luttes continuelles toujours d’actualité… Je me souviens tout en rouge et vous?

[viii-14]


Tout en rouge a été réalisée en 2012-14 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été diffusée via le web radiophonique et divers médias sociaux suite aux événements du printemps 2012. Merci tout spécial à René Gour pour la diffusion radiophonique (CIBL FM), à François Doyon pour les bribes de guitare, ainsi qu’à Gabriel Nadeau-Dubois de m’avoir donné l’autorisation d’utiliser sa citation sonore.


Création

  • 24 octobre 2015, L’Espace du son 2015: Roxanne Turcotte, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Composition

Le piano d’Horowitz

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 6:09
  • Instrumentation: piano et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9155141687

Stéréo

ISRC CAD501410008

  • 48 kHz, 24 bits

À la mémoire de mon grand ami François Bélair

La mécanique du piano me fascine. Le bruit des doigts qui claquent sur les touches du clavier, la frappe des marteaux sur les cordes, un jeu pianistique improvisé, ressenti et manipulé. 10 septembre 2012 dans une boutique de Montréal, jouer sur le piano d’Horowitz me plonge dans un univers incommensurable. Faire vibrer ses cordes en un contrepoint magique d’un thème et variations me comble de bonheur… Les gréements du piano se déchaînent comme le vent dans les voiles. Il semble vivant ce piano. Il respire. Je prends donc mon enregistreur portatif pour le graver et l’immortaliser dans ma mémoire. Tant de passions enfouies renaissent et fusionnent avec les bruits ambiants et les sources résonnantes de la pédale forte. Peu à peu, elles disparaissent pour n’y laisser qu’un soupir.

[iii-14]


Le piano d’Horowitz a été réalisée en 2014 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal pour une installation sonore (petits haut-parleurs et diodes électroluminescentes placés autour d’un piano). Merci à Roger Lacroix (ArtsVox).


Création

  • 2 juin 2017, Version acousmatique: Klang! électroacoustique 2017: Concert 3, Salle Molière — Opéra Comédie, Montpellier (Hérault, France)

Composition

Interprètes