L’envol (Téléchargement) Détail des œuvres

Les forges de l’invisible

Elizabeth Anderson

  • Année de composition: 2002-03
  • Durée: 14:02
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

ISRC CAD501410009

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

Les forges de l’invisible est inspirée par l’esprit du poète, graveur et visionnaire anglais du 18e siècle, William Blake (1757-1827), qui a écrit sur l’indestructibilité de l’innocence, la nécessité de saisir la vie et d’éveiller l’imagination. On peut trouver beaucoup d’exemples d’imagerie dualistes dans la poésie de Blake, notamment dans The Tyger (1794), où les thèmes jumeaux de destruction et création sont explorés, le premier étant le nécessaire prélude du dernier. De cela est née l’idée de traduire ces notions contrastantes en son au travers du médium électroacoustique, lequel, du fait de sa malléabilité infinie, convient idéalement pour leur transmission.

Dans le premier mouvement, l’auditeur est invité à se promener dans un monde de sons presque entièrement transformés qui alternent entre des toiles diaphanes et des moments de force presque violente. Le second mouvement est centré sur le concept de la forge et la dualité inhérente à sa fonction: faire fondre pour reconstruire.

[traduction française: David Baltuch, vii-13]


Les forges de l’invisible a été réalisée en 2002-03 dans le studio électroacoustique multipiste de la City University London (Angleterre, RU) et le Studio Akousma de l’Académie de Soignies (Belgique). L’œuvre a été créée le 25 février 2003 pendant le Electroacoustic Concert à la City University London. Une grande partie du matériau sonore pour Les forges de l’invisible a été créée en avril 2000 au Centre de création musicale Iannis Xenakis (CCMIX) à Paris (France) avec l’aide du Service de coopération et action culturelle de l’Ambassade de France en Belgique. Merci à Thomas Gardner. Les forges de l’invisible a obtenu le Premier prix et le Prix du public au 3e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2004) ainsi qu’une Mention d’honneur au Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo (CIMESP ’03, Brésil).


Création

  • 25 février 2003, Electroacoustic Concert, City University London, Londres (Angleterre, RU)

Distinctions

Mimoyecques

Elizabeth Anderson / Danilo Dolci

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 13:38
  • Instrumentation: support
  • Commande: Zjuul Devens, Jozef Moerloos

Stéréo

ISRC CAD501410012

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

La forteresse souterraine de Mimoyecques à Marquise (France) fut construite en 1943 par l’Allemagne nazie pour abriter une batterie de canons V-3 dirigés vers Londres (Angleterre, Royaume-Uni). Plus d’un millier de prisonniers, travailleurs forcés, provenant de dix-huit nationalités, ont trouvé la mort dans la forteresse de Mimoyecques lorsqu’ils furent sacrifiés pour sa destruction par les Forces Alliées en 1944.

Mes premières idées pour Mimoyecques sont nées de ma première visite de la forteresse. L’œuvre serait de nature programmatique et deux séries d’enregistrements seraient nécessaires. La première série serait réalisée dans et autour de la forteresse et servirait de fondation aux thèmes de l’emprisonnement et de la mort. La seconde série contiendrait dix-huit voix masculines parlant la langue d’origine des travailleurs provenant des dix-huit pays suivants: Allemagne, Belgique, Bulgarie, Danemark, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Israël, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Russie, ex-Tchécoslovaquie et ex-Yougoslavie. J’ai réalisé ces enregistrements à Bruxelles dans les ambassades et maisons privées où des lecteurs ont lu sans répétition préalable des textes de leur choix ayant trait à la Deuxième Guerre Mondiale ou à leur culture.

Mimoyecques intègre plusieurs extraits de textes dont certains de: Hans Christian Andersen (Danmark, mit Fædreland), Danilo Dolci (Poema Umano), Annette von Droste-Hülshoff (Der Todesengel), Alexander Pushkin (Руслан и Людмила (Ruslan et Ludmila)), David Baltuch (Noir; Yeled), Väinö Linna (Tuntematon Sotilas), Bjørnstjerne Bjørnson (Ja, vi elsker dette landet), Amir Gilboa (וְאָחִי שׁוֹתֵק (Ve-aḥi shotek; Et mon frère est silencieux)) et Czesław Miłosz (Dziecię Europy (Enfant d’Europe)).

[traduction française: David Baltuch, vii-13]


Mimoyecques a été réalisée en 1994 dans le studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créé le 4 juin 1994 lors de Hommage: Manifestation d’art international revisité 1944-1994 qui s’est tenu sur le site de la Forteresse de Mimoyecques afin de marquer le 50e anniversaire de sa destruction. La pièce a été commandée par Zjuul Devens et Jozef Moerloos pour une installation multimédia en l’honneur de toutes les victimes de toutes les guerres. Merci à David Baltuch, Gianni Baronio, Anne-Cécile Brandenberger, Jean Brandenberger, Jacek Bukowski, Gust Cools, László Czejdy, Rabbi Albert Dahan, Zjuul Devens, Alexis Gorodetsky, Philippe Guillemin, Vesa Liikanen, Milenko Miljenović, Jozef Moerloos, Michael Moscovici, Georgius Papageorgiu, lieutenant colonel Petr Pavel, Grazia Previdi, Marc Rochtus, Alex Schrager, Knut Sverre (ambassadeur de Norvège), Ivan Tritchkov, Mr Trolle, Mario Van den Berg, Annette Vande Gorne, Marie-Madeleine Vasseur, Musiques & Recherches, Phiam-Phicom, et les ambassades d’Allemagne, Bulgarie, Danemark, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Israël, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Russie, ex-Tchécoslovaquie et ex-Yougoslavie. Mimoyecques a reçu une Mention d’honneur au Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo (CIMESP ’95, Brésil).


Création

  • 4 juin 1994, Hommage: Manifestation d’art international revisité 1944-1994, Forteresse de Mimoyecques, Landrethun-le-Nord (Pas-de-Calais, France)

Distinctions

Solar Winds

Elizabeth Anderson

  • Année de composition: 2012
  • Durée: 9:37
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: Musiques & Recherches

Stéréo

ISRC CAD501410013

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

L’idée de présenter Solar Winds vers la fin de l’année 2012 est née du désir d’honorer les astronomes de l’ancienne culture Maya et leur culte du soleil à un moment qui marque la fin d’un calendrier Mésoaméricain de type long et le début d’un autre. Après avoir examiné plusieurs événements astronomiques mon intérêt s’est centré sur la relation que les vents solaires, flux chargés de particules émanant du soleil, pouvait avoir avec la magnétosphère terrestre. Selon le modèle ouvert de la magnétosphère établi par James Dungey (1923), des lignes de champs interplanétaires en provenance du soleil et portées par les vents solaires entrent en contact avec les lignes des champs magnétiques terrestres lorsqu’ils rencontrent la magnétosphère terrestre.

J’ai trouvé que ce modèle offrait un point de départ passionnant pour la sonorisation par le médium acousmatique de ces événements non sonores. Solar Winds incorpore des traductions acoustiques de phénomènes électromagnétiques produits par la terre et d’autres phénomènes, et constitue un voyage imaginaire, céleste et sonore, dont le point d’écoute serait celui d’un auditeur qui serait la terre.

[traduction française: David Baltuch, vii-13]


Solar Winds a été réalisée en 2012 dans le studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créé le 27 octobre 2012 durant le 8e festival Visiones Sonoras organisé par le Centre Mexicano para la Música y las Artes Sonoras (CMMAS) dans le Auditorio de la Unidad Académica Cultural du UNAM Campus Morelia (Mexique). L’œuvre a été commandée par Musiques & Recherches. Solar Winds a été composée avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Direction générale de la culture, Service de la musique). Merci à David Baltuch, Alexis Boilley, Rodrigo Sigal et Annette Vande Gorne.

Le diptyque Solar Winds… and Beyond a reçu le Premier prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2015 (Prague, République tchèque).


Création

  • 27 octobre 2012, Visiones Sonoras 8 — 2012: Concierto 4, Auditorio de Vinculación Cultural — UNAM Campus Morelia, Morelia (Mexique)

… and Beyond

Elizabeth Anderson

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 8:07
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

ISRC CAD501410014

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

En complément à Solar Winds, l’œuvre électroacoustique octophonique … and Beyond explore le cosmos par-delà notre imaginaire immédiat. Que serait un univers qui franchirait les limites de notre imagination, un univers où des phénomènes se produiraient dont on ne sait s’ils sont le résultat d’une volonté, dont il faudrait alors identifier la nature, ou bien le fruit du hasard? Décrire un tel environnement nécessite de la part du compositeur d’imaginer l’inimaginable et de la part de l’auditeur de l’accepter.

… and Beyond incorpore des traductions acoustiques de phénomènes astronomiques, et propose un voyage imaginaire, céleste et sonore, dont le point d’écoute serait celui d’un auditeur qui franchit la limite de notre héliosphère et explore l’espace interstellaire.

[iii-15]


… and Beyond a été réalisée en 2014 dans le studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique). … and Beyond a été composée avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Administration générale de la culture, Service de la musique). Merci à David Baltuch et Annette Vande Gorne.

Le diptyque Solar Winds… and Beyond a reçu le Premier prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2015 (Prague, République tchèque).


Création

  • 4 octobre 2014, International Conference of Electroacoustic CIME / ICEM 2014: Concert 4, Paul Voertman Concert Hall — College of Music — University of North Texas, Denton (Texas, ÉU)

Ether

Elizabeth Anderson

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 13:43
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: Musiques & Recherches

Stéréo

ISRC CAD501410015

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits
Aux victimes des attaques commises le 11 septembre 2001

Ether est basée sur le concept de l’énergie déployée dans l’espace, et commence dans un vaste espace vide. L’énergie, manifestée au travers du son, jaillit du centre de cet espace et se déploie en spirales centrifuges dans toutes les directions. Alors que cette énergie rayonne, elle se développe en deux types distincts. Le premier est articulé et caractérisé par un matériau sonore sculpté, souvent de nature directionnelle, alors que le deuxième est représenté par un matériau sonore résonnant aux contours morphologiques vagues.

Le discours dans Ether se développe depuis la répétition du modèle sonore directionnel vers la propagation d’une série d’espaces superposés, lesquels sont d’abord attachés par le type d’énergie articulé, mais deviennent de plus en plus habités par le type d’énergie résonant alors que le matériau articulé disparaît progressivement. Différents facteurs de transparence sonore permettent à ces deux types d’énergies de coexister, et l’interaction entre les sons hautement transformés et ceux quasi reconnaissables aide à définir, soutenir, répandre ou contracter ces espaces dans lesquels les énergies se déploient.

[traduction française: David Baltuch, vii-13]


Ether a été réalisée en 2001 dans le studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique), le studio électroacoustique multipiste de la City University London (Angleterre, RU) et le Studio Akousma de l’Académie de Soignies (Belgique) et a été créé le 3 octobre 2001 lors du 8e Festival acousmatique international L’Espace du son au Théâtre Marni à Bruxelles (Belgique). Une grande partie du matériau sonore d’Ether a été créée en avril 2000 pendant une résidence au Centre de création musicale Iannis Xenakis (CCMIX) à Paris (France) avec l’aide du Service de coopération et action culturelle de l’Ambassade française en Belgique. Des enregistrements en plein air réalisés dans la vieille ville de Jérusalem ainsi que des enregistrements d’un violoncelle ont également servi comme base au matériau sonore. L’œuvre a été commandée par Musiques & Recherches. Merci à Thomas Gardner et à Pia Keiding.


Création

  • 3 octobre 2001, L’Espace du son 2001: Rue Schaeffer et Rue Schafer, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Protopia / Tesseract

Elizabeth Anderson

  • Année de composition: 2005-07
  • Durée: 13:50
  • Instrumentation: support 8 canaux

Stéréo

ISRC CAD501410016

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

Les racines étymologiques de Protopia / Tesseract sont grecques.

Protopia est la combinaison de deux termes, proto (πρώτο) qui veut dire premier et topos (τοπος) qui veut dire place. Sa construction fait écho à utopie (ουτοπία) un terme désignant un endroit idéal fictionnel qui est dit ne pas exister, ou (ου) étant la négation en grec.

Tesseract dérive de tesseres actines (τεσσερες ακτινες) qui veut dire quatre rayons, et désigne en géométrie l’analogue quadridimensionnel du cube tridimensionnel où le tesseract serait au cube ce que le cube est au carré.

L’œuvre électroacoustique Protopia / Tesseract puise sa source dans l’interprétation littéraire du tesseract proposée par Madeleine L’Engle (1918-2007) dans le roman fantastique pour enfants A Wrinkle in Time (Un pli dans le temps) (1962), où les voyages intergalactiques sont rendus possibles par la compression spatio-temporelle. Protopia / Tesseract entend relier les diverses images fantastiques qui pourraient venir à l’esprit du lecteur à l’évolution spatio-temporelle du son et aux contrastes engendrés par le médium électroacoustique multipiste.

L’œuvre commence par un matériel sonore contrastant placé à des endroits adjacents. Une lente évolution morphologique donne l’impression d’une topographie sonore initiale se déroulant paisiblement autour de l’auditeur comblé d’événements d’avant et d’arrière-plan. Pendant le second mouvement, le monde sonore évolue vers un vaste et luxuriant paysage sonore, après quoi une partie de ce matériau sonore commence à tournoyer dans le sens des aiguilles d’une montre et en sens inverse. Ces rotations augmentent leur vitesse et leur intensité et veulent évoquer la compression du temps et de l’espace.

[traduction française: David Baltuch, vii-13]


Protopia / Tesseract a été réalisée en 2005-07 dans le studio électroacoustique multipiste de la City University London (Angleterre, RU), le studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique), et le Studio Akousma de l’Académie de Soignies (Belgique). L’œuvre a été créée le 8 mai 2007 durant le Electroacoustic Concert 5 à la City University London. Merci à Jean-Louis Poliart, Denis Smalley et Annette Vande Gorne. La pièce a été réalisée avec l’aide du Ministère de la Communauté française de Belgique. Protopia / Tesseract a obtenu le Premier prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2008 (Prague, République tchèque) et a reçu une Mention d’honneur au Concurso Internacional de Música Eletroacústica de São Paulo (CIMESP ’07, Brésil).


Création

  • 8 mai 2007, Electroacoustic Concert 5, City University London, Londres (Angleterre, RU)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.