electrocd

Détail des pistes

La vie mécanique

Åke Parmerud

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 12:52
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T2050131160

Stéréo

ISRC CAD501510004

  • 44,1 kHz, 24 bits

La vie mécanique est une composition acousmatique consacrée à l’univers des sons émanant des machines et des outils mécaniques. Dans la société occidentale moderne, nous sommes plus ou moins constamment exposés aux bruits des inventions de l’Homme. On dirait que, pour chaque petite chose censée nous faciliter la vie, on ajoute un bruit de plus à l’environnement acoustique dans lequel nous vivons. La composition de cette pièce m’a permis, en quelque sorte, d’exorciser la folie de cette pollution sonore qui nous entoure au quotidien.

En outre, on peut voir La vie mécanique comme un commentaire sonore sur l’idée que la matière vivante constitue une «machine organique»: le corps vu (sans succès jusqu’à présent) comme une structure que l’on peut décomposer en unités de plus en plus petites afin d’expliquer ces rouages comme ceux d’un robot hautement sophistiqué. Ce morceau se compose uniquement de sons produits par divers types de machines (mécaniques, électriques, etc.), des sons organisés en une sorte de trame narrative qui raconte la naissance, la mort et la renaissance d’une structure vivante mécanique. D’une certaine manière, cette pièce fait aussi allusion à la naissance et à la disparition des valeurs esthétiques en lien avec le recours aux machines dans l’acte de faire de la musique.

L’œuvre commence dans un style électroacoustique, avant d’accumuler répétitions et rythme, pour se terminer dans un style qui rappelle l’électronica ou la techno. Elle représente un «rite de passage» en quelque sorte, du moins pour moi, compositeur élevé dans la tradition moderniste.

[traduction française: François Couture, iv-15]


La vie mécanique a été réalisée en 2004 au studio Charybde de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et a été créée le 10 juin 2005 dans le cadre du festival Synthèse (Bourges, France). Il s’agit d’une commande de l’IMEB. La vie mécanique a remporté un des prix spéciaux décernés par le concours Giga-Hertz-Preis 2008 (Karlsruhe, Allemagne).


Création

  • 10 juin 2005, Synthèse 2005: Concert, Bourges (Cher, France)

Distinctions

Composition

Grooves

Åke Parmerud

  • Année de composition: 2011
  • Durée: 9:11
  • Instrumentation: support multicanal (Klangdom)
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9104667585

Stéréo

ISRC CAD501510005

  • 44,1 kHz, 24 bits

Lorsque mon ami allemand Kai Hanekken me proposa de composer un morceau à base de sons de microsillons, je fus d’abord sceptique. Cette idée, on en a usé et abusé depuis le milieu des années 80, dans l’électronica tout particulièrement, au point où elle est devenue un cliché par excellence. Je ne voyais pas l’intérêt de m’embarquer dans un tel projet. Or, en y réfléchissant un peu, deux choses me frappèrent. Premièrement, à ma connaissance, il n’existait aucune composition qui explore en profondeur les bruits des disques vinyles; il y aurait donc là, dans les faits, un terrain relativement vierge. Deuxièmement, l’idée avait du mérite de par le fait qu’elle est éculée, du moment que je pourrais lui donner une tournure originale.

Lorsque Kai m’offrit de numériser tous les bruits de vinyle de sa vaste collection de microsillons; mes dernières réticences s’écroulèrent. J’aurais accès, sans effort, à un énorme bassin de matériel que je n’aurais jamais eu le temps (ou l’énergie) de colliger moi-même. Mieux encore: j’aurais la chance de créer l’œuvre sur les 43 canaux du Klangdome du Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM, Karlsruhe, Allemagne). J’ai plongé.

C’est ma pièce la plus «hardcore» à ce jour. Elle est dure, agressive, sombre et insupportable, mais d’une manière plutôt agréable… à mon avis.

Mon intention était de mener graduellement ce morceau vers «le crépitement ultime», le bruit de surface qui couvrirait l’ensemble du spectre sonore et emplirait l’espace sonore au maximum. Évidemment, cet effet n’est possible qu’avec un système sonore multicanaux d’une bonne taille. Dans la version stéréo, l’image sonore devient très dense, surcompactée et encore plus intolérable que prévu. Sentez-vous libre d’aimer ou de détester ce morceau, mais montez le son!

[traduction française: François Couture, iv-15]


Grooves [Sillons] a été réalisée en mai 2011 avec le Klangdome à 43 canaux du ZKM_Kubus du Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe (ZKM) en Allemagne. Merci à Kai Hanekken et au ZKM.


Composition

Electric Birds

Åke Parmerud

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 11:13
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Ina-GRM
  • ISWC: T9138579256

Stéréo

ISRC CAD501510006

  • 44,1 kHz, 24 bits

À un moment donné, je me suis promis de ne jamais faire de morceau à base de chants d’oiseaux, une des matières sonores les plus surexploitées en musique électroacoustique. Je m’étais promis, aussi, de ne pas composer de morceau pour guitare, ni pour clavecin (alors ça, non, jamais!), ni pour deux ou trois autres trucs. Ces promesses solennelles, je les toutes brisées, pour une raison ou une autre.

Et voilà que j’ai aussi brisé celle de ne pas faire de pièce d’oiseaux… parce que j’ai fait la connaissance, en Colombie, d’un artiste visuel néo-zélandais qui m’a fait entendre des enregistrements d’oiseaux de son pays natal. Des chants époustouflants; certains semblent être de nature parfaitement électrique ou provenir d’animaux extraterrestres. Comment résister à ça?

Dans la première moitié du morceau, les sons, pour la plupart, sont laissés à eux-mêmes. Même les sons graves en ouverture sont intouchés; ils proviennent d’un oiseau de petite taille — comment cela est-il possible acoustiquement? Mystère; la nature est épatante. Je commence à pousser les sons originaux dans l’univers du traitement dans la seconde moitié.

[traduction française: François Couture, iv-15]


Electric Birds [Oiseaux électriques] a été réalisée en 2012 dans le studio du GRM à Paris (France) et elle a été créée le 14 janvier 2014 dans le cadre de la saison Multiphonies de l’Ina-GRM à l’Auditorium Saint-Germain de la MPAA (Paris, France). Il s’agit d’une commande de l’Ina-GRM.


Création

  • 14 janvier 2014, Multiphonies 2013-14: Akousma, Auditorium Saint-Germain — MPAA, Paris (France)

Composition

Growl!

Åke Parmerud / Axel Widén

  • Année de composition: 2014-15
  • Durée: 12:43
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Musiques & Recherches
  • ISWC: T9152276841 / T9247810419

Stéréo

ISRC CAD501510007

  • 44,1 kHz, 24 bits

La musique métal a la cote en Suède. Et puisque mon fils cadet joue dans un groupe métal, impossible d’échapper à cette tradition même si je le voulais. Je me suis donc pris d’une fascination pour la technique vocale de ses «hurleurs» ou de ses «grogneurs», qui consiste en une sorte de distorsion naturelle donnant l’impression que le chanteur lacère ses cordes vocales.

Il m’a pris l’envie de faire un morceau pour «chœur de grogneurs», chose que je n’avais jamais entendue (et que peu de gens ont entendu). Mon fils m’a dégoté quatre des meilleurs grogneurs de mon patelin pour une séance d’enregistrement. J’ai aussi demandé à l’un d’entre eux d’écrire des paroles dystopiques appropriées.

Les aficionados de métal défendent avec véhémence l’importance des paroles, même si celles-ci sont généralement inintelligibles. C’est le cas dans Growl!, sauf pour deux vers que j’ai choisi de mettre en relief: «Hell is us / Die we must» («L’enfer c’est nous / À nous de mourir»). Cette phrase, typique de la dystopie métal, me semble particulièrement pertinente devant les changements climatiques, les crises politiques internationales et le problème de la surpopulation.

Growl! s’avère être un mélange de métal, d’électroacoustique et d’électronica.

[traduction française: François Couture, iv-15]


Growl! [Grogne!] a été réalisée en 2014 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et elle a été créée le 11 février 2015 à l’Espace Senghor de Bruxelles (Belgique). Il s’agit d’une commande de Musiques & Recherches. Merci aux chanteurs enregistrés: Henrik Blomqvist, Alexander Andersson, Aron Parmerud et Axel Widén.


Création

  • 11 février 2015, Åke Parmerud, diffusion • Créations M&R + Carte blanche à Åke Parmerud, Le Senghor, Bruxelles (Belgique)

Composition

Transmissions II

Åke Parmerud / Åke Parmerud

  • Année de composition: 2015
  • Durée: 19:02
  • Instrumentation: support stéréo et vidéo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Sveriges Radio
  • ISWC: T9171925238

Stéréo

ISRC CAD501510008

  • 44,1 kHz, 24 bits

Transmissions II est la suite de Transmissions pour chœur, traitement et vidéo composée en 2012 pour la chorale KorVest (Bergen, Norvège), dans laquelle les voix créaient et modifiaient le contenu de la vidéo. Dans Transmissions II, j’ai raffiné plus avant les diverses techniques de visualisation sonore par le biais de plusieurs types d’oscilloscopes. J’applique à ces réinterprétations simples une série de traitements vidéo pour produire des relations plus complexes entre image et musique.

La musique de Transmissions II se compose surtout de signaux et de bruits électroniques, ce qui donne un morceau plutôt brut qui rappelle une de mes œuvres antérieures intitulée… Raw («Brut»). De plus, j’ai réutilisé quelques matières sonores microsillonnesques qui figurent dans Grooves. Ces éléments partagent des similitudes bruitistes; l’environnement sonore de Transmissions II leur donne une nouvelle identité.

Ce morceau s’inscrit lui aussi dans cet axe stylistique où je cherche à faire tomber les barrières esthétiques entre l’électroacoustique d’un côté, l’électronica et la «noise» de l’autre.

[traduction française: François Couture, iv-15]


Transmissions II a été réalisée en 2015 au studio du compositeur et elle a été créée le 24 janvier 2015 lors du concert P2 Art’s Birthday Party 2015 au théâtre Södra (Stockholm, Suède). Il s’agit d’une commande de la radio nationale suédoise, la Sveriges Radio.


Création

  • 24 janvier 2015, P2 Art’s Birthday Party 2015, Södra teatern, Stockholm (Suède)

Composition