electrocd

Détail des pistes

Music of Another Present Era

Paul Dolden

  • Année de composition: 2013-16
  • Durée: 44:18
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Réseaux des arts médiatiques, NAISA, Maison des arts sonores, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T9206371122

Stéréo

ISRC CAD501710014

Music of Another Present Era s’amuse librement avec notre capacité à imaginer une autre ère et une autre culture. En même temps, cette œuvre reconnaît le fait que notre imagination historique est conditionnée, obligatoirement, par notre propre époque et notre situation géographique.

On ne connaît pas exactement la sonorité des musiques anciennes; celles-ci nous sont connues uniquement sous forme de détails inaudibles, comme les gammes microtonales qu’elles utilisaient. La présente œuvre s’approprie quelques-uns de ces systèmes d’accord antiques dans le but de donner l’impression d’un passé dans le présent.

Si on ne peut faire mieux qu’approximer la musique d’époques révolues, les histoires et les mythes de ces temps d’antan, eux, se sont transmis de génération en génération; ils éclairent le passé tout en continuant à avoir une résonnance. Ces histoires ont stimulé mon imagination musicale; elles m’ont servi de pont entre le passé et le présent, m’ouvrant la possibilité d’un pèlerinage à travers le temps et l’espace musicaux.

Il ne s’agit pas d’une musique à programme; les histoires y apparaissent sous forme métaphorique.

Cette utilisation métaphorique des mythes permet à la matière musicale d’être reconnue sans perdre de sa substance, comme c’est souvent le cas dans la musique à programme, où la matière musicale menace de s’effacer derrière une interprétation verbale sans équivoque. Autrement dit, et pour reprendre les mots d’un groupe de philosophes de la fin du 20e siècle connu sous le nom de Guns N’ Roses: «utilisez votre illusion».

[traduction française: François Couture, i-17]


Music of Another Present Era [Musique d’une autre époque actuelle] a été réalisée de 2013 à 2016 au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) et elle a été créée en entier le 18 octobre 2016 au concert Maximalus échantillonné / Plunder Maximalus produit par Réseaux des arts médiatiques à l’Amphithéâtre du Gesù à Montréal (Québec). L’œuvre en cinq mouvements est une commande de Réseaux des arts médiatiques (Montréal), de NAISA (Toronto) et de la Maison des arts sonores (Montpellier), avec l’aide du CAC.


Création

  • 18 octobre 2016, Création de l’intégrale: Akousma 13: Maximalus échantillonné, Amphithéâtre — Le Gesù, Montréal (Québec)

Composition

Music of Another Present Era, 1: Marsyas’ Melodies

Paul Dolden

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 7:53
  • Commande: Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T9206370481

Stéréo

ISRC CAD501710015

  • 44,1 kHz, 16 bits

Marsyas, un satyre phrygien (turc), fut le premier à composer pour la flûte. Dans un élan de fierté démesurée devant les sons nouveaux qu’il avait découvert, Marsyas défia Apollon, dieu de la musique, à un concours dont le perdant aurait à se plier aux volontés du vainqueur. Les Muses en seraient le jury. Les Muses — les neuf filles de Zeus et de Mnémosyne — sont les déesses de la musique, de la chanson et de la danse.

Marsyas s’exécuta en premier, jouant sur sa flûte une mélodie magnifique. Puis vint le tour d’Apollon qui joua, sur sa lyre, des notes harmonieuses qui captivèrent l’assistance. Les Muses furent incapables de désigner un gagnant.

C’est alors qu’Apollon fit preuve de dextérité, jouant délicieusement de sa lyre en la tenant à l’envers, puis avec ses dents, comme le fera Jimi Hendrix des milliers d’années plus tard. Marsyas, coincé par sa création «sérieuse», fut dans l’impossibilité de rivaliser avec un tel niveau d’exubérance musicale. Apollon remporta donc le concours et imposa à Marsyas une punition d’une grande cruauté: il le fit écorcher vif, puis, à l’aide de sa flûte, cloua sa peau à un pin.

Cette histoire démontre que Hendrix et Apollon avaient saisi l’importance de divertir son public lorsqu’on crée des musiques nouvelles et de ne pas être imbu de soi-même au point de perdre contact avec la réalité. Il s’agit aussi d’une des premières illustrations de la cruauté dont peuvent faire preuve, envers les perdants, les musiciens qui remportent un concours.

Je me suis demandé à quoi pouvait bien ressembler les mélodies de flûte de Marsyas et de quoi avait l’air cette épreuve musicale. Dans le but d’évoquer l’ambiance et l’époque, je me suis servi d’anciens systèmes d’accord arabes (d’abord) et grecs (ensuite).

[traduction française: François Couture, i-17]


Marsyas’ Melodies [Les mélodies de Marsyas], 1er mouvement de Music of Another Present Era, a été réalisée en 2013 au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) et créée le 3 avril 2014 lors du concert Électrochoc 6 au Studio multimédia du Conservatoire de musique de Montréal (Québec). Elle est une commande de Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC.


Création

  • 3 avril 2014, Électrochoc 2013-14: Électrochoc 6: Paul Dolden, Studio multimédia — Conservatoire de musique de Montréal, Montréal (Québec)

Composition

Music of Another Present Era, 2: Shango’s Funkiness

Paul Dolden

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 8:42
  • Commande: Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T9206370458

Stéréo

ISRC CAD501710016

  • 44,1 kHz, 16 bits

Le panthéon des orishas rassemble des esprits ou des divinités qui reflètent les diverses manifestations de Dieu dans le système spirituel ou religieux yoruba. Originaire du Nigéria, cette religion a été introduite en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Shangô, roi du panthéon des orishas, est en fait un roi guerrier qui régna sur la ville-état d’Oyo, dans l’Afrique de l’Ouest, avant qu’on le déifie.

Shangô jouait du tambour et dansait. Son instrument représente l’unité, mais il servait aussi à capter l’attention; il pouvait même réveiller la planète entière. Shangô a vécu sa vie à fond, une vie de sexe, de drogue et de musiques nouvelles. Son jeu de tambour et ses pas de danse déchaînaient une frénésie funky partout où il passait. Il aimait les animaux, notamment les chiens, et son chiffre spécial était le six.

Le six bat une mesure particulièrement flexible, en raison de toutes ses sous-divisions en deux et en trois. J’ai toujours remarqué l’influence des rythmes ouest-africains sur la musique sud-américaine. Avec un peu de chance, mon propre assemblage de rythmes multifactoriels, de polyrythmies et de tempos variables invoquera le déchaînement funky de Shangô dans notre époque moderne.

[traduction française: François Couture, i-17]


Shango’s Funkiness [Le déchaînement funky de Shangô], 2e mouvement de Music of Another Present Era, a été réalisée en 2014 au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) et créée le 3 avril 2014 au concert Électrochoc 6 au Studio multimédia du Conservatoire de musique de Montréal (Québec). Elle est une commande de Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC.


Création

  • 3 avril 2014, Électrochoc 2013-14: Électrochoc 6: Paul Dolden, Studio multimédia — Conservatoire de musique de Montréal, Montréal (Québec)

Composition

Music of Another Present Era, 3: Entr’acte

Paul Dolden

  • Année de composition: 2014
  • Durée: 4:32
  • Commande: NAISA, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T9206370436

Stéréo

ISRC CAD501710017

  • 44,1 kHz, 16 bits

Entr’acte, 3e mouvement de Music of Another Present Era, a été réalisée en 2014 au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) et créée le 12 août 2016 dans le cadre du festival Sound Travels à Geary Lane, Toronto (Canada). Elle est une commande de la NAISA, avec l’aide du CAC.


Création

  • 12 août 2016, Sound Travels 2016: Two Retrospectives: Paul Dolden and John Oswald, Geary Lane, Toronto (Ontario, Canada)

Composition

Music of Another Present Era, 4: Air of The Rainbow Robe and Feathered Skirt

Paul Dolden

  • Année de composition: 2015
  • Durée: 12:34
  • Commande: NAISA, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T9206370414

Stéréo

ISRC CAD501710018

  • 44,1 kHz, 16 bits

De nos jours, les Chinois l’appellent la Fête de la Lune. Sous la dynastie Tang, c’était une période de vacances nationales consacrées à la contemplation de la Lune, l’alcool et les festivités. Les avis divergeaient sur ce que représentent les cratères et les plaines de la surface lunaire. Certains y voyaient un palais de glace pour la déesse lune et sa cour. Dans le folklore des Tang, un magicien escorta l’Illustre Empereur Août à ce palais après avoir lancé sa baguette dans les airs pour faire apparaître un pont d’argent. Pendant son périple, l’empereur fut témoin d’une prestation de «l’air des vêtements d’arc-en-ciel et de plume» donnée par des demoiselles immortelles. Il mémorisa cette musique, qu’il enseigna à des interprètes à son retour sur Terre. La musique et la danse de ce morceau demeurent, encore aujourd’hui, le plus célèbre artefact de la dynastie Tang.

J’ai cherché à créer une version moderne de ce morceau, dans laquelle les demoiselles chantent beaucoup et où les rythmes dansants abondent.

[traduction française: François Couture, i-17]


Air of The Rainbow Robe and Feathered Skirt [Air des vêtements d’arc-en-ciel et de plume], 4e mouvement de Music of Another Present Era, a été réalisée en 2015 au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) et créée le 12 août 2016 dans le cadre du festival Sound Travels Geary Lane, Toronto (Canada). Elle est une commande de la NAISA, avec l’aide du CAC.


Création

  • 12 août 2016, Sound Travels 2016: Two Retrospectives: Paul Dolden and John Oswald, Geary Lane, Toronto (Ontario, Canada)

Composition

Music of Another Present Era, 5: The Cosmic Circle Dance

Paul Dolden

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 10:38
  • Commande: Maison des arts sonores, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T9206370390

Stéréo

ISRC CAD501710019

  • 44,1 kHz, 16 bits

Les rythmes entraînants du mouvement précédent se poursuivent et s’intensifient en une conclusion frénétique.

On trouve «la ronde cosmique» dans d’innombrables tentures et tableaux indiens. Ces images représentent, dans un décor forestier nocturne, Krishna qui s’amuse à faire la ronde avec des vachères. Dans ce grand cercle, les danseurs s’alternent, les multiples formes de Krishna s’intercalant entre les jeunes filles. Cette scène est le symbole parfait de la danse de la vie, où l’âme est éternellement entrelacée avec son amant, l’âme suprême.

[traduction française: François Couture, i-17]


The Cosmic Circle Dance [La ronde cosmique], 5e mouvement de Music of Another Present Era, a été réalisée en 2016 au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) et créée le 3 juin 2016 dans le cadre du festival Klang! électroacoustique 2016 à la Salle Molière de l’Opéra comédie de Montpellier (France). Elle est une commande de la Maison des arts sonores, avec l’aide du CAC.


Création

  • 3 juin 2016, Klang! électroacoustique 2016: Concert 3: From the Cities of Saints, Salle Molière — Opéra Comédie, Montpellier (Hérault, France)

Composition

BeBop Baghdad

Paul Dolden

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 18:03
  • Instrumentation: guitare électrique et support stéréo
  • Commande: Maurizio Grandinetti, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T9206371100

Stéréo

ISRC CAD501710020

  • 44,1 kHz, 16 bits

Nombreux sont les guitaristes qui font leurs premières armes par l’entremise du «jam». Chacun fait son solo, à tour de rôle, et accompagne attentivement les autres solistes; le «jam» demeure l’occasion parfaite de déballer son savoir-faire et de capter de nouvelles idées si on sait être à l’écoute. BeBop Baghdad est une fantaisie autour de la «jam-session». Un guitariste livre des solos en temps réel à travers une bonne partie de la pièce, devant une salle pleine de comparses musicaux simulés par une bande préenregistrée.

Comme dans une vraie «jam-session», le style musical peut changer sur un coup de tête d’un musicien; il faut donc demeurer à l’affût pour pouvoir suivre les autres. Dans la première moitié de BeBop Baghdad, le soliste est entouré d’anches, de vents et de cuivres de type «free jazz». Dans la seconde moitié, il est accompagné et relancé par une section rythmique qui passe d’un club de musique latino à une scène de musique country à Nashville, puis à un club de jazz new-yorkais, pour finir dans un sous-sol de banlieue saturé des sonorités du «speed metal». Étonnamment, chacun de ces endroits accueille aussi un ensemble de musiciens arabes qui ajoutent une touche exotique, ce qui met d’autant plus à l’épreuve les capacités de notre soliste. Heureusement, ce dernier revient tout juste d’une tournée en Irak, où il a «swingé», «rocké» et «trillé» avec les gens du coin. Les thèmes récurrents en modes arabes permettent de lier ensemble les décors hétéroclites de BeBop Baghdad.

[traduction française: François Couture, i-17]


BeBop Baghdad a été réalisée en 2013 au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) et créée le 2 mars 2014 par Maurizio Grandinetti au Teatro delle Passioni à Modène (Italie). Elle est une commande de Maurizio Grandinetti, avec l’aide du CAC.


Création

  • 2 mars 2014, Maurizio Grandinetti, guitare électrique • Maurizio Grandinetti — Dettagli, Teatro delle Passioni, Modène (Italie)

Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version de BeBop Baghdad a été interprétée et enregistrée par Maurizio Grandinetti à Bâle (Suisse) en avril 2015 et mixée par le compositeur au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) en novembre 2015.

Interprètes

Fixation

Mixage

Show Tunes in Samarian Starlight

Paul Dolden

  • Année de composition: 2012
  • Durée: 16:32
  • Instrumentation: trompette en si bémol et support stéréo
  • Commande: Łukasz Gothszalk, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T9124292257 / T9206371097

Stéréo

ISRC CAD501710021

  • 44,1 kHz, 16 bits

Cette pièce joue librement avec notre imagination historique, plus particulièrement avec notre capacité à imaginer une autre époque et une autre culture. Or, notre imaginaire est toujours conditionné par notre propre époque.

Nous connaissons les gammes microtonales qu’utilisaient plusieurs cultures anciennes, mais nous ne savons rien de la manière dont elles étaient utilisées ou de ce à quoi ressemblait leur musique. Show Tunes in Samarian Starlight s’approprie quelques gammes anciennes pour créer une fantaisie composée de morceaux de comédie musicale et de boîtes de nuit s’adressant aux temps anciens.

Les mêmes mélodies sont recréées dans divers systèmes d’accords. Elles alternent entre deux atmosphères musicales: plaintive et calme comme une ballade, dynamique comme un rock, un swing ou un rythme latino. De même, la structure de l’œuvre fluctue entre la microtonalité d’un passé imaginaire et notre système d’accord moderne.

[traduction française: François Couture, i-17]


Show Tunes in Samarian Starlight [Chansons de comédies musicales sous le ciel étoilé de la Samarie] a été réalisée en 2012 au studio du compositeur à Val-Morin (Québec). Elle est une commande de Łukasz Gothszalk, avec l’aide du CAC.


Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version de Show Tunes in Samarian Starlight a été interprétée par Łukasz Gothszalk, enregistrée par le compositeur au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) en juillet 2015 et mixée par le compositeur au studio du compositeur à Val-Morin (Québec) en septembre 2015.

Interprètes

Fixation

Mixage