electrocd

Détail des pistes

Tao

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 1983-91
  • Durée: 77:33
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9004363842

Stéréo

Extraordinaire système de compréhension et de classement analogique, concret et figuré de l’univers, le taoïsme permet une écriture acousmatique basée sur les matières, les énergies, les transformations. Succession de type cyclique de cinq éléments, forces naturelles, se détruisant les uns les autres, Tao provoque des mutations, substitutions de symboles, indices concrets car il y a interdépendance entre eux. C’est le régulateur de l’alternance. La pensée chinoise s’intéresse non aux contraires, mais aux contrastes, aux corrélatifs, aux échanges d’attributs.

Les commentaires suivants, écrits dans un laps de temps a posteriori assez grand, ne reflètent pas les ‘intentions d’auteur’ qui n’ont guère d’importance, mais une organisation du sens-pour-moi, constaté aujourd’hui, longtemps après le moment de la musique-plaisir.

[xii-93]


Eau

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 1984
  • Durée: 15:41
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9004476748

Stéréo

ISRC CAD509310610

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Jacqueline Gezels

•• Perception: La nature est ici offerte comme telle à l’auditeur. L’œuvre le plonge dans un univers de sensations, première étape de l’éveil à la connaissance. Ce «phonogramme» — l’expression est du compositeur français François-Bernard Mâche — donne à entendre la matière brute, non transformée et prise de près. Il est le reflet de ma perception et compréhension de cet élément si diversifié, disparate même malgré les apparences.

•• Énergies / images: Bruit blanc. Rideau opaque. Plein. Grésillements. Friture d’eau. Pluie. Orage. Rideau transparent. Traits et grains. Gouttes. Abri. Vide. Fluides. Écoulement et répétition. Lignes. Moulins d’eau. Vagues. Retours. Stagnation.

•• Symboles (Vie et Mort): Symbole de vie pour l’homme occidental et de re-naissance pour la civilisation judéo-chrétienne, l’eau est métaphore de la mort pour le taoïste, liée au mythe des ‘sources jaunes’, pays des Morts, que l’on enterrait au nord des villes, situées au fond du septentrion. Cependant, le solstice d’hiver, lié au septentrion, est un temps propice à la conception: l’énergie dynamique, solaire (Yang) passant l’hiver enveloppée par l’Eau (Yin), récupère sa pleine puissance.

•• Forme: La forme générale va du Plein au Vide par enchaînements successifs des différents types énergétiques rencontrés au fil de l’écoute. L’alternance avec le Vide de la ‘grotte’ provoque une perception du silence chaque fois différente et rythme le temps (à l’image de ces fragments de peintures chinoises qui se perçoivent au fur et à mesure du déroulement du rouleau).

•• Anecdote: Plusieurs ‘campagnes’ de prises de sons en différentes régions ont été nécessaires. Je me suis plongée avec délices dans un univers fascinant de beauté, jouant de l’effet de loupe du micro qui rend audible l’infinie variété des conditions d’existence de l’eau (vitesse du débit, qualité et situation des rochers, pierres, galets, sable), et profitant de toute rencontre surprenante, comme celle d’une cloche sonnant minuit pendant que je courais autour d’une fontaine provençale à quatre branches (le tube initial houang tchong, la ‘cloche d’or’, est associé aux ‘sources jaunes’, à la mi-nuit, au solstice d’hiver…).

•• Spatialisation: Quatre ou six haut-parleurs suffisent à une projection plane, qui privilégie les couples stéréophoniques et découpe l’œuvre en secteurs géographiques. L’eau changeante se livre à ma perception devant moi, immobile.

[xii-93]


Eau a été réalisée au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et créée le 21 avril 1984 dans une première version mixte avec zheng amplifié par Violette Beaujeant lors du 1er festival acousmatique L’Espace du son à L’Orangerie — Le Botanique à Bruxelles (Belgique).

Composition

Feu

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 1985-86
  • Durée: 12:02
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9004476760

Stéréo

ISRC CAD509310620

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Pierre Philippot

•• Action: Cette pièce raconte une histoire. C’est une narration, deuxième stade de la connaissance, avec des personnages souvent métaphoriques qui évoluent et s’entrecroisent selon les deux versants, en apparence opposés, des mêmes substances: intérieur/extérieur, matière/artifice, Réalité/Symbole, avec des variations de ‘points d’écoute’ (de cadrage).

Par exemple: le souffle (externe) du feu et celui (interne) de l’homme; les petites explosions naturelles (matière) et leur imitation synthétique (artifice) avec les grandes explosions (zoom) du feu d’artifice, lequel peut être aussi métaphore de la guerre contemplée comme un spectacle sous les applaudissements de chaque camp, à travers le filtre de l’écran de télévision et des haut-parleurs…

•• Énergies / mouvements: Souffles, balancements. Granulations, accumulations. Explosions, projections. Sillages, traces, tournoiements. Ligne, immobilité.

•• Symboles: Feu. Image de la vie, de l’amour. Du souffle vital au frémissement de tout l’être (ramifications nerveuses). De la chaleur bienfaisante à l’amour-explosion, amour-destruction. De la fête à la mort. La vie: variation sur les mêmes…

•• Forme: Évolution constante d’un type d’énergie à l’autre avec incrustations d’une même image, de plus en plus affirmée. Processus dynamique croissant et chute brutale. Silence. Reprise des principaux éléments en ordre dispersé et en accumulation, derrière un rideau de feu.

•• Anecdote: Par le canal de la vision, une flamme donne la sensation d’une énergie diaphane, puissante et immatérielle, cependant, à l’écoute, aucun autre élément ne traduit autant cette impression de ‘matière’ brute, profuse, aux arêtes vives.

•• Spatialisation: Perspective et mobilité en cinémascope: sur un minimum de 12 haut-parleurs disposés en majorité de manière frontale, jouer sur les plans en profondeur existants, en créer d’autres, créer des mouvements en largeur. Ne pas hésiter à renforcer les dynamiques.

[xii-93]


Feu a été réalisée au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et créée le 6 juin 1986 à Synthèse, le Festival de musiques expérimentales de Bourges (France). Énergie / Matière, fait des pièces Feu et Métal, a reçu le Prix spécial de l’Année de la musique offert par la SABAM en 1985. Remerciements à Violette Beaujeant, Jacqueline Gezels et André Van Belle pour les prises de sons qu’ils ont spontanément faites lorsque j’en étais empêchée.

Création

  • 6 juin 1986, Synthèse 1986: Concert, Bourges (Cher, France)

Révision

Bois

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 1986
  • Durée: 12:32
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9004623136

Stéréo

ISRC CAD509310630

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Marie-Jeanne Wyckmans

•• Imitation / développement: Bois dont l’écriture est basée sur la prolifération et le ‘brassage’ [une technique de traitement sonore du SYTER], s’inscrit dans une recherche plus générale sur la nature comme modèle, très ancien fonctionnement de l’esprit humain remis au goût du jour dans le cadre de la modélisation par ordinateur (en infographie par exemple).

Chaque mouvement débute par une image-modèle dont le fonctionnement énergétique sera ensuite développé: coups itératifs d’un arbre qu’on abat, rotation sans fin d’un moulin, oscillation/balancement d’un jeu de ping-pong.

•• Symbole: L’abattage et la mort d’un arbre comme symbole d’une forêt, d’une Nature réellement assassinée. «Meunier, tu dors…» et le monde tourne fou en Ton absence.

•• Forme: Si la première partie maintient et dirige l’écoute de façon linéaire, la deuxième ouvre l’espace et la troisième superpose une prolifération polyphonique de matériaux en oscillation dans tous les champs perceptifs (hauteurs, durées, matières, mouvements, espaces) et se termine, après un moment immobile, par la reprise, toujours polyphonique, des deux autres modèles énergétiques. L’ensemble tente une transposition dans le temps de la morphologie de l’arbre.

•• Anecdote: La porte (cliché électroacoustique depuis Pierre Henry) ouvre et referme le livre du Bois, raconté en sandwich entre l’abattage et la chute de l’arbre.

•• Spatialisation: Cette pièce se joue en mouvements rapides, riches, foisonnants, en brassage. Tout bouge, sauf les images. Un dispositif multiphonique relativement complexe d’un minimum de douze haut-parleurs me paraît donc indispensable.

[xii-93]


Bois a été réalisée au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et créée dans la série de concerts Cinéma pour l’oreille de la Première université de la radiophonie, le 14 août 1986 en Arles (France). Remerciements à Christian Debecq (flûte traverso), Éliane et Raoul Debrus, Thierry Génicot et André Van Belle, grâce à qui j’ai pu réaliser la plupart des matériaux, ainsi qu’à Vania Dantas Leite pour le prêt de prises de sons de la forêt amazonienne.

Création

  • 14 août 1986, Première université de la radiophonie — Cinéma pour l’oreille, Cinéma Passage — Le Méjan, Arles (Bouches-du-Rhône, France)

Composition

Métal

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 1983
  • Durée: 11:12
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9004476771

Stéréo

ISRC CAD509310640

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Violette Beaujeant et André Van Belle

•• Abstraction: C’est peut-être ici que l’on s’approche le plus du ‘musical’ dans le sens d’une écriture abstraite (quatrième étape de la connaissance), préexistante au son, volontariste. Abstraite aussi, l’écoute réduite des allures (vibrato), leurs amplitudes, leurs vitesses.

•• Énergies / vibrations: Percussions / résonances libres décroissantes (allures).
Percussions / résonances entretenues constantes (itérations).
Percussions / pénétration de la résonance (vibrations). Frottements lisses.
Rebonds libres. Rebonds contrôlés. Balancements. Roulements.

•• Forme: Débutant dans le silence, contemplation d’une ligne immobile sur un axe tonique affirmé — tube 3: Chang — la forme évolue vers la diversification et le complexe. La première partie s’attache à l’entretien des résonances, la deuxième à leur contenu spectral, avant de revenir peu à peu à la ligne première et de terminer par un axe tonique à la quinte du tube 4 (Yu), que l’on retrouve avec la même matière dans Eau.

•• Anecdote: Tout comme le feu, le métal inverse l’objet perçu selon que l’on passe par la vue ou par l’écoute. De matière solide, il devient, après le choc, vibration pure.

•• Spatialisation: Spatialisation ‘ambiophonique’: installer le public dans une ambiance méditative, de contemplation intérieure, par une diffusion quasi immobile sur un dispositif plutôt en cercle de 12 ou 16 haut-parleurs. Les tessères d’or, les émaux, irradient une lumière enveloppante dans la semi-pénombre des coupoles byzantines; de même, les haut-parleurs sont ici des «radiateurs» — terme repris dans ce sens au compositeur français François Bayle — de vibrations venant de partout et de nulle part.

[xii-93]


Métal a été réalisée au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et créée au Café-théâtre Stalker le 18 décembre 1983 à Bruxelles (Belgique). Énergie / Matière, fait des pièces Feu et Métal, a reçu le Prix spécial de l’Année de la musique offert par la SABAM en 1985. Remerciements à Violette Beaujeant, instigatrice et interprète de l’œuvre dans sa version avec zheng, et à André Van Belle qui m’a si généreusement permis d’explorer sa vaste collection de percussions extra-européennes.

Création

  • 18 décembre 1983, Concert, Café-théâtre Stalker, Bruxelles (Belgique)

Composition

Terre

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 1989-91
  • Durée: 26:00
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Ina-GRM
  • ISWC: T9005328085

Stéréo

ISRC CAD509310650

  • 44,1 kHz, 16 bits

À François Bayle

•• Fusion: Dernier élément du cycle Tao, la Terre est le lieu des transformations, de la fusion, le creuset des autres matières. C’est aussi la dernière étape de la connaissance: celle de la synthèse entre les choses. Paradoxalement — une fois encore les yeux sont trompeurs — il s’agit d’Énergie plus que de Matière, ou encore de matière originelle sous deux formes: rayonnement et particules.

Les transformations d’extraits des quatre autres éléments répondent à sept modèles: mécanique (répétition), vague (flux-reflux), porte (ouverture-fermeture), souffle/projection, souffle/reptation, corpuscules, rotation.

Ils traversent des cribles communs qui privilégient les intermodulations, les métamorphoses, et, ‘remusicalisés’ et différenciés dans le temps par jeu-séquence, ils génèrent d’étranges similitudes: de la Diversité à l’Unité. Tout est en tout: Tao.

Les sons sont ensuite reclassés selon des critères dynamiques, de mouvements, d’énergies, d’évolution dans le temps: en mouvement continu (spirale, chute, projection, reptation); en rupture d’équilibre (chaos, troncatures, grappes, rythme — Yang); et immobiles (rotation, miroitement-allures, répétition, contemplation — Yin).

•• Symbole: Avant la création: symétrie et immobilité. Asymétrie, mouvement et choc: énergie libérée. Particules, organisation de la matière. Magma, flux et reflux. Manifestation de la matière, union. Danse de la vie. Souffle. Spirale ascensionnelle. Échecs et reprises. Vers l’Oméga.

•• Forme: La forme générale est une double spirale conique dont la base est au centre: création (rayonnement, particules) — manifestation de la matière et du rythme — vers Oméga.

Elle est en évolution constante: variations. La quinte descendante (ciel/terre du Tao) en est l’axe tonique central. La forme intègre également la spatialisation 8 pistes comme critère d’évolution: l’espace, considéré comme cinquième paramètre musical, est structuré par des figures géométriques.

Ces figures elles mêmes et tous les mouvements internes qui les parcourent sont reliées à la structure temporelle de la pièce, laquelle est basée en temps externe sur un allongement progressif de chacune des parties enchaînées entre elles et sur une accélération progressive du temps interne (psychologique).

•• Anecdote: La «leçon de chose» (selon Pierre Schaeffer) tirée de l’expérience de Terre est celle-ci: l’énergie interne d’un son, son mouvement, sa morphologie, résistent longtemps à toutes opérations de transformation, même cumulées. Il reste une marque, une trace de l’original. Seules peut être les opérations de dissociation d’un son en éléments redistribués arbitrairement dans le temps le réduisent à un objet neutre, corvéable à merci, une note.

•• Spatialisation: La version concert 8 pistes (de 1991) nécessite un minimum de 12 ou 16 haut-parleurs disposés en deux groupes, l’un frontal (pistes 5-8) et l’autre autour du public (pistes 1-4) dans une salle à l’italienne, ou l’un en couronne intérieure face au public et l’autre entourant le public disposé en cercle dans un lieu qui le permet ou en extérieur.

[xii-93]


Terre a été réalisée dans les studios 123 et SYTER du GRM (Paris, France) et mixée au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique). Elle a été créée en concert le 30 janvier 1991 dans la série de concerts Clair de terre de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ) sous la direction de Robert Normandeau, au Planétarium de Montréal (Québec). La pièce est une commande de l’Ina-GRM. Merci à Yann Geslin et Daniel Teruggi pour leur aide persévérante et indispensable.

Création

  • 30 janvier 1991, Clair de terre II: Concert 4 — L’espace du son, Planétarium de Montréal, Montréal (Québec)

Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version est une réduction stéréophonique de l’original 8 canaux réalisée en 1992 pour une écoute radiophonique.

Remixage

  • 1992, version 2.0: