Mistpouffers (Téléchargement) Le programme en détail

Draugalimur

eRikm / Traditionnel islandais

  • Année de composition: 2014-15, 16
  • Arrangement: Adapt. Ásdís R Magnúsdóttir, Trad. Jean Renaud
  • Durée: 17:45
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: État (Direction de la musique, France), Ina-GRM

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

L’attraction qu’exerçait la science-fiction et le cinéma de genre sur moi dès l’enfance, à refait surface à l’annonce du film Prometheus, prequel d’Alien, du réalisateur Ridley Scott. Lors de la projection de ce film, je fus complètement absorbé par les images du prologue, filmées dans un décor naturel du nom de Dettifoss en Islande.

Dettifoss est la chute. Elle plonge dans le canyon de la Jökulsá á Fjöllum en plein milieu d’un désert de roche volcanique. Cette chute d’eau, de plus de quarante quatre mètres de hauteur, sera le point de départ de mon périple en Islande. La puissance des éléments naturels, voire surnaturels, constituée par les paysages monumentaux de cette île monde, fait écho à une décennie de voyages que j’ai réalisé au dessus de 60 degrés latitude nord et en dessous de 30 degrés latitude sud.

Draugalimur (Membre fantôme, en français) est une traversée allant de l’intime aux grands espaces, à travers les éléments en mouvement. Les glaces, l’air, les gaz et le feu sont en perpétuelles activités dans ces lointains chaotiques et primitifs. Cela ressemble à la surface de la terre, il y a plus de cinq cent millions d’années.

À Reykjavik (Islande), je fis la connaissance du plasticien islandais Haraldur Jónsson. Il me narra le conte islandais Móðir mín, í kví, kví (Ma mère dans le parc, parc), lequel me troubla profondément. Je ne savais pas encore à quel point ce texte allait jouer un rôle prépondérant pour la composition de cette pièce et créer une résonance symbolique dans ma propre vie.

Draugalimur est un travail avec les éléments, acoustiques et sonores: débâcles glaciaires; intérieurs gigantesques des réservoirs d’huile de morue en ruine; anciens quais d’abattages à baleines et autres cétacés.

Isolé sous un pont en acier, traversant un désert désespérément revêtu de cendre noire, des icebergs à la dérive se font aspirer de leur lagon par l’océan Arctique, un leurre à la marée basse. J’ai vu à l’aplomb d’un sandur, quatre soleils diffractés ou lordose de la terre qui furent à cet instant, vert de gris, orange couchant à blanc létale.

À l’ombre des écorces chaudes ou dans les boues pestilentielles d’un jaune soufré, les soufrières à la rose glaise, n’attendent que l’éruption d’un geyser angoissé. La fluorescence effondrée des horizons de lichens, à la chute definitive d’un serak millénaire, seule la sterne rieuse peut faire face à tant de complexité.

Draugalimur est un essai, une tentative de faire lien entre la puissance des éléments et l’imaginaire de ses habitants; une affection à travers l’agencement et les diverses articulations de matériaux concrets et oniriques de cette île (encore) fantastique.

[iv-17]


Draugalimur — sous-titrée Membre fantôme — a été réalisée en 2014-15 au studio du compositeur à Marseille (France) et créée le 24 janvier 2015 dans le cadre de la saison Multiphonies de l’Ina-GRM à l’Auditorium Saint-Germain de la MPAA (Paris, France). Elle est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris). Texte: Móðir mín, í kví, kví (Ma mère dans le parc, parc), folklore islandais; version française tirée de La géante dans la barque de pierre et autres contes d’Islande, Jón Árnaso, Éditions José Corti (2003). Voix enregistrées: Dominique Poulain, Haraldur Jónsson. Merci à Dominique Poulain, Haraldur Jónsson, Natacha Muslera, Arnlín Óladóttir, Christian Zanési, Magnús Rafnsson et Jean Cristofol.


Création

  • 24 janvier 2015, Multiphonies 2014-15: Akousma, Auditorium Saint-Germain — MPAA, Paris (France)

À propos de cet enregistrement

La présente version a été masterisée par Giuseppe Ielasi et eRikm d’octobre à décembre 2016 à Vimercate (Italie).

Poudre

eRikm

  • Année de composition: 2013, 16
  • Durée: 17:22
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Commande: L’audible festival

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits

Poudre fut une bouffée d’arôme nocturne sur l’asphalte berlinois de Eberswalder Straße à Alexanderplatz (Allemagne). Le réveillon de la Saint-Sylvestre, où chaque habitant crée un feu d’artifice devant son immeuble, évoque une rémanence acoustique en écho avec l’histoire et l’architecture de la cité. De cette événement populaire émane un sentiment subjacent qui oscille entre une sensation d’insurrection, de mouvements de révoltes ou celle d’une fête carnavalesque.

Surgissent des symptô-acoustiques, générés par la saturation de l’air et de l’espace dus aux détonations de pétards activées en séries. Caché sous le masque d’une euphories collective, la population explose ses frustrations par une quantité de bruit sans doute proportionnelle à son degré d’aliénation dans la société.

Feu, l’artifice de vouloir re-déployer ces instants sonores dans le contexte d’une écoute domestique ou publique. Imaginons de proposer cette pièce aux protagonistes de ce mistpoeffers inconscient, cela risquerait certainement d’irriter ou d’agresser leurs propres exhalaisons sonores.

[iv-17]


Poudre a été réalisée en 2013 au studio du compositeur à Marseille (France) et créée le 13 septembre 2013 dans le cadre de L’audible festival au Théâtre L’Échangeur (Bagnolet, France). Elle est une commande de L’audible festival. Merci à Jérôme Noetinger, Instants chavirés et Michaela Stella Bagnoli.


Création

  • 13 septembre 2013, L’audible festival 2013: Soirée 2, Théâtre L’Échangeur, Bagnolet (Seine-Saint-Denis, France)

À propos de cet enregistrement

La présente version a été masterisée par Giuseppe Ielasi et eRikm d’octobre à décembre 2016 à Vimercate (Italie).

L’aire de la Moure 2

eRikm / Paul Éluard

  • Année de composition: 2013
  • Arrangement: Arr. eRikm, 2015-16
  • Durée: 18:17
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: GR2013, Radio Grenouille pour Marseille-Provence 2013 — Capitale européenne de la culture

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 48 kHz, 24 bits
À Jean Paul Barde

L’aire de la Moure est un site physique et représentatif (à l’échelle 0) de la gestion des risques de futures catastrophes, liées à l’activité humaine. Il est l’un des symptôme de cette activité, la gestion de ces risques a pour effet la modification (maquillage du au retardant) du site ‘naturel’: modification du terrain (acidité…), de sa flore et de sa faune.

Cette zone, contrairement au reste du massif, est arrosée de manière périodique. L’eau salée et le retardant — fait d’un sel ignifugeant: phosphate d’ammonium; un épaississant: gomme ou argile; un colorant: oxyde de fer; et quelques autres composants en faible quantité — sont largués par le balle des avions Pélicans (Canadair CL-415), Trackers (Grumman S-2) et autres. Le lieu a une fonction symbolique (stigmatisantement, rouge) dans un environnement qui se compose de calcaire blanc et de garrigue, avec des versants couverts de pins d’Alep. La zone est visible d’une multitude d’endroits depuis la ville de Marseille et ses environs, tel un monument me faisant étrangement penser au rocher sacré (pour les aborigènes) d’Uluru en Australie.

Le livre Le chant des pistes de Bruce Chatwin m’a ouvert à un imaginaire du continent australien particulier. Cet imaginaire se mélange au grès des vents en un espace cristallisé par les théories de Paul Virilio, où vitesse et accident m’amènent à l’enfance: je désirais devenir un être volant.

La genèse de mon travail s’est révélée à travers un être volant de sons, de mots et d’images. L’expérience du voyage à travers les extrémités des contrées que j’ai traversé, me donne le sentiment que le site de l’aire de la Moure n’est pas chargé.

Il n’a pas à mon sens de puissance tellurique, magnétique ou vibratoire, comme lorsque l’on se trouve face à un glacier, une forêt pluvieuse ou encore lorsque l’on fait l’expérience d’être au beau milieu de la faille de Roland…

L’aire de la Moure est maquillée et pervertie au besoin des hommes, jusque dans sa morphogenèse linguistique: l’amour; le mourre de pouar: groin de porc en provençal (le voilier de pêche le plus caractéristique du littoral méditerranéen) [wikipedia].

Il m’a fallu donc, de manière inconsciente au départ, recourir à l’imaginaire (I) de mon enfance démunie de préjugé d’adulte afin d’entrer dans ce paysage. L’appropriation du site par l’imaginaire, à qui j’ai donné symboliquement (S) un sens sacré voir même magique, m’a conduit à créer au travers des trous existants, un troisième trou, entre les deux dimensions (I, S). Ce troisième trou ou vide transmet dans le réel de chacun des auditeurs une sorte d’instantané atemporel du jeux, et le «Je» d’une fiction spéculative, connectée à une mémoire ressource, source d’imaginaire.

[iv-17]


L’aire de la Moure 2 a été révisée en 2015-16 au studio du compositeur à Marseille (France) à partir de L’aire de la Moure de 2013 qui était une commande de GR2013 et de Radio Grenouille pour Marseille-Provence 2013 — Capitale européenne de la culture. Texte: À la flamme des fouets de Paul Éluard, © Éditions Gallimard. Voix enregistrées: Natacha Muslera, eRikm. Merci à Jean Paul Barde (typologie technique), Julie de Muer et Bernard Clavier.


À propos de cet enregistrement

La présente version a été masterisée par Giuseppe Ielasi et eRikm d’octobre à décembre 2016 à Vimercate (Italie).

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.