Ténébrisme (CD) Le programme en détail

Ctrl c

Adam Stanović

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 10:59
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits

En 2016, Ben Gaunt m’a demandé un «remix» acousmatique de sa pièce instrumentale 16th Century Horror, pour flûte, hautbois et piano, en me fournissant des enregistrements haute fidélité des trois mouvements de l’œuvre, y compris les fichiers-régions de chaque instrument.

Je me suis mis à appliquer des traitements légers pour développer ces enregistrements tout en maintenant un lien limpide avec l’original. J’espérais ainsi respecter le concept de «remix». Or, au fil du travail, j’ai été tenté de pousser les matières sonores dans d’autres directions, créant une distance entre la musique de Gaunt et la mienne. Coincé dans ce dilemme, j’ai pris des décisions de plus en plus radicales, jusqu’à couper, malheureusement, toute référence à 16th Century Horror. Il reste bien quelques courts indices de l’œuvre de départ, mais pas assez pour relier Ctrl c au morceau de Gaunt. Il semble que la chose ‘copiée’ soit souvent unique en soi.

[traduction française: François Couture, vii-18]


Ctrl c a été réalisée en 2016 dans le studio du compositeur à Sheffield (RU) et a été créée le 7 avril 2016 à la conférence Instrumental vs Electroacoustic: Remixing Contemporary Classical Music présentée par l’Institute of Musical Research à la University of Sheffield (RU). Il s’agit d’une commande de Ben Gaunt qui a proposé l’idée d’un «remix» en offrant son travail comme source avec le soutien de l’Institute of Musical Research (RU). Ctrl c a été sélectionnée pour le 9e concours de compétition électroacoustique Destellos (Mar del Plata, Argentine, 2016).


Création

  • 7 avril 2016, Instrumental vs Electroacoustic: Remixing Contemporary Classical Music, The University of Sheffield, Sheffield (Angleterre, RU)

Distinctions

Metallurgic

Adam Stanović

  • Année de composition: 2015
  • Durée: 8:16
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits

Début 2015, j’étais terriblement frustré par un «trope» en émergence en musique électroacoustique (et qui y règne encore); certains morceaux semblent s’articuler uniquement autour de la simple présentation de dissemblances entre deux ensembles de matières, puis de leur lutte pour la suprématie. Metallurgic se veut une parodie de ce trope.

J’ai commencé par enregistrer un vaste éventail d’objets métalliques, cette palette étant devenue, à mon avis, un «standard» électroacoustique. Puis, j’ai exploré ces matières sans me soucier des clichés qui en découleraient inévitablement. Éventuellement, j’ai mis en contraste un son tenu à une hauteur précise et des matières bruitistes granulaires pour établir le genre de dichotomie que je cherchais à parodier. J’ai été surpris de constater à quel point cela est difficile… et amusant.

L’acte de composition s’est avéré aussi complexe et fascinant que mes autres expériences dans le domaine. À la complétion du morceau, j’avais acquis un respect profond et durable pour le trope que je comptais ridiculiser. Je lui ai donc donné le titre le plus «standard» électroacoustique auquel j’ai pu penser.

[traduction française: François Couture, vii-18]


Metallurgic a été réalisée en 2015 dans le studio du compositeur à Sheffield (RU) et elle a été créée le 1er novembre 2015 dans la grande salle de concert de l’Ural Mussorgsky State Conservatoire pendant le festival >SYNC.2015 à Iekaterinbourg (Russie). Metallurgic s’est méritée le 2e prix ex æquo au concours international de musique électroacoustique et multimédia >SYNC.2015 (Iekaterinbourg, Russie, 2015).


Création

  • 1 novembre 2015, >SYNC.2015: Concert, Ural Mussorgsky State Conservatoire – Large Concert Hall, Iekaterinbourg (Russie)

Distinctions

Inam

Adam Stanović

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 10:58
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits

Je suis systématiquement fasciné par le nombre incroyable d’avenues créatives qui s’ouvrent devant moi pendant l’acte de composition. On ne peut pas toutes les suivre, ce qui en laisse plusieurs inexplorées. À l’occasion, celles-ci valent la peine qu’on les retrouve. Par exemple, j’avais dû laisser en l’état l’événement distordu qui fait penser à une guitare au début de Metallurgic (2015) jusqu’à ce que je compose Inam. Dans le présent morceau, je suis les nombreuses avenues interdites par Metallurgic. Il en résulte une exploration de la hauteur, du bruit, de la distorsion, du rythme et de la puissance.

[traduction française: François Couture, vii-18]


Inam a été réalisée en 2016 dans le studio du compositeur à Sheffield (RU) et elle a été créée le 20 octobre 2016 pendant le concert Sons éclectiques présenté à l’Usine C (Montréal, Québec) par Réseaux des arts médiatiques dans le cadre du festival Akousma 13. Elle a été finaliste à l’édition 2016 du concours international de musique électroacoustique Musica Nova (Prague, République tchèque).


Création

  • 20 octobre 2016, Akousma 13: Sons éclectiques, Usine C, Montréal (Québec)

Distinctions

Inja

Adam Stanović

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 10:16
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
À Inja Stanović

En 2016, mon épouse et moi avons fait une résidence au Centro Mexicano para la Música y las Artes Sonoras (CMMAS). Nous y avons exploré des idées pour transformer, à l’aide de ressources électroacoustiques, un thème mélodique joué au piano afin d’en tirer des variations. Le présent morceau consiste en trois nouvelles variations sur l’un des thèmes créés au CMMAS et de deux interludes bruitistes. Il s’agit d’une exploration manifeste de la forme «thème et variations» qui s’associe aux arrangements formels qu’on trouve dans la musique d’ères révolues.

[traduction française: François Couture, vii-18]


Inja a été réalisée en 2017 dans le studio du compositeur à Sheffield (RU) et elle a été créée le 22 septembre 2017 pendant un concert présenté à la University of Greenwich à Londres (RU).


Création

  • 22 septembre 2017, Loudspeaker Orchestra Concert: Adam Stanović, University of Greenwich, Londres (Angleterre, RU)

Foundry Flux

Adam Stanović

  • Année de composition: 2015
  • Durée: 12:13
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Sheaf Prospect

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits

Le petit terrain qui jouxte la rue Doncaster à Sheffield (RU) a connu une transformation remarquable. Au 18e siècle, il accueillait une fonderie dans le cœur industriel de la ville, aux côtés de 250 fournaises de cémentation qui servaient à produire de l’acier cémenté. À l’époque, la fournaise de cémentation (qui domine toujours le lot) était emblématique du paysage industriel et des prouesses manufacturières de Sheffield. Bien qu’elle ait fonctionné jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, elle a cessé ses opérations en 1951. Aujourd’hui, elle constitue, dans la silhouette de la ville, le symbole du déclin de l’ère industrielle. L’endroit est demeuré abandonné pendant longtemps, oublié, simple terrain vague en bordure du centre-ville. Ces dernières années, on a redécouvert le site envahi de mauvaises herbes pour le transformer en espace communautaire qui invite les artistes à y mener des projets afin de le réintégrer à la ville. Dans ce contexte, son nouveau nom semble approprié: Furnace Park, un pont pour relier son passé à son présent et, espérons-le, son futur.

Dans Foundry Flux, je cherche à accomplir un peu la même chose. Si, en anglais, «flux» peut signifier «fondant», soit l’agent purifiant utilisé dans la production de l’acier, j’utilise ce terme dans son autre acception anglaise: le flux, l’état changeant ou fluide du terrain en soi. Pour créer ce morceau, j’ai utilisé uniquement des enregistrements de la circulation autour du lot, que j’ai traités afin d’évoquer la chaleur intense de la fournaise avant qu’on transforme cet espace en carrefour des pratiques artistiques.

[traduction française: François Couture, vii-18]


Foundry Flux a été réalisée en 2015 dans les University of Sheffield Sound Studios (USSS) (RU) et elle a été créée le 24 juin 2015 pendant la conférence EMS 15 — The Art of Electroacoustic Music à Sheffield. Il s’agit d’une commande de Sheaf Prospect: Soundscaping Furnace Park. Merci à Amanda Crawley Jackson, la créatrice du projet et la directrice du parc, ainsi qu’à Chris Bevan qui a effectué les enregistrements de la circulation dans le cadre du projet Sheaf Prospect. Foundry Flux s’est méritée le 2e prix au concours de composition électroacoustique Destellos (Mar del Plata, Argentine, 2018) et une Mention au concours international de composition électroacoustique Música Viva (Portugal, 2016).


Création

  • 24 juin 2015, Adam Stanović, diffusion • EMS 15 — The Art of Electroacoustic Music: Concert 2, Drama Studio — The University of Sheffield, Sheffield (Angleterre, RU)

Distinctions

Would be to Seek

Adam Stanović

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 9:49
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits

Hommage à Beatriz Ferreyra pour son 80e anniversaire.

[traduction française: François Couture, vii-18]


Would be to Seek a été réalisée en 2017 dans le studio du compositeur à Sheffield (RU) et elle a été créée le 22 septembre 2017 pendant un concert à la University of Greenwich de Londres (RU). Elle a été composée sur une invitation d’Annette Vande Gorne qui s’est gentiment chargée d’organiser ce présent pour Beatriz Ferreyra. Would be to Seek a obtenu une mention d’honneur au 15e concours Musicacoustica-Beijing (Chine, 2018).


Création

  • 22 septembre 2017, Loudspeaker Orchestra Concert: Adam Stanović, University of Greenwich, Londres (Angleterre, RU)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.