Cabinets de curiosité (Téléchargement) Le programme en détail

The Tincture of Physical Things

Alistair MacDonald

  • Année de composition: 2000
  • Durée: 13:46
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

Voici une trousse d’alchimiste: les «éléments de base» que sont la terre, l’eau, le feu et l’air se bousculent et s’agencent.

«La matière s’étend aux yeux de tous; tout le monde la voit, la touche, l’aime, mais ne la connaît pas. Elle est glorieuse et vile, précieuse et de peu d’importance, on la trouve partout… Mais, pour être bref, notre Matière a autant de noms qu’il existe de choses dans ce monde, c’est pourquoi l’insensé ne la connaît pas.» (Musaeum Hermeticum, Francfort, 1625.)

[traduction française: François Couture, ii-18]


The Tincture of Physical Things [La teinture des choses physiques] a été réalisée en 2000 dans les studios de la Royal Scottish Academy of Music and Drama (RSAMD) et créée le 3 mai 2000 au Alexander Gibson Opera Studio dans le cadre du festival Academy Now! à Glasgow (Écosse, RU).


Création

  • 3 mai 2000, Academy Now! Festival, Alexander Gibson Opera Studio — Royal Conservatoire of Scotland, Glasgow (Écosse, RU)

Scintilla

Alistair MacDonald

  • Année de composition: 2013
  • Durée: 9:00
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

Scintilla: une lueur, une particule incandescente, une poussière scintillante. Les instruments de verre que fabrique Carrie Fertig à la torche ont servi de point de départ à ce morceau. Les sons produits par ces objets fascinants aux formes étranges tissent une texture dense, puissante et résonante. Pourtant, on perçoit aussi leur fragilité et leur vulnérabilité.

[traduction française: François Couture, ii-18]


Scintilla a été réalisée en 2013 dans les studios du Royal Conservatoire of Scotland et créée le 11 février 2013 au Alexander Gibson Opera Studio à Glasgow (Écosse, RU).


Création

  • 11 février 2013, Electroacoustic Concert, Alexander Gibson Opera Studio — Royal Conservatoire of Scotland, Glasgow (Écosse, RU)

Final Times

Alistair MacDonald

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 5:04
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: BBC

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

Final Times est un morceau de «cinéma pour l’oreille» qui repose sur des sons enregistrés à Glasgow, la ville où j’habite et je travaille. Quelle ville pleine de vie! On entend des voitures, des autobus, des trains et le métro en particulier, avec le hurlement des roues métalliques sur les rails. Le titre est crié par un vendeur de journaux. Ce n’est pas la seule voix représentée: il y a aussi les accents des gens de la rue, une foule à un match de foot, la clientèle d’un pub. Figurent le cliquetis cadencé d’un escalier mécanique de l’énorme gare victorienne de Glasgow et le fracas d’un train au passage à niveaux. Les sons et les images qu’ils évoquent sont transformés, transmutés: les formes se brouillent, de nouvelles couleurs apparaissent. Le cliquetis de l’escalier roulant commence à ressembler au train sur les rails; des voix sont étirées jusqu’à devenir le bourdonnement et le grincement d’une rame de métro qui revient dans le bruit lointain d’un musicien de rue, un sonneur de cornemuse qui miroite comme la chaleur planant sur la ville.

[traduction française: François Couture, ii-18]


Final Times a été réalisée en 1998 dans les studios de la Royal Scottish Academy of Music and Drama (RSAMD). D’abord diffusée à la radio de la BBC en mars 1998, elle a été créée le 4 avril 1998 dans le cadre du concert See Hear! de la série Rumours… 98 présentée par BEAST au Foyle Studio du Midlands Arts Centre à Birmingham (RU). Il s’agit d’une commande de la BBC pour Radio Scotland.

Psychedelian Streams

Alistair MacDonald

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 8:50
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Reeling & Writhing Theatre Company

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

Pendant ses onze ans au Radiophonic Workshop de la BBC, Delia Derbyshire a composé près de 200 œuvres. Pour ceux et celles qui ont grandi au Royaume-Uni dans les années 60 et au début des années 70, ses sons ont habité notre quotidien radiophonique et télévisuel. Psychedelian Streams jette un regard sur les débuts de la musique concrète, tant dans le choix des sons que dans leur traitement. J’ai retenu des sons qui évoquent cette période de mon enfance (un Slinky en mouvement, une règle en bois qui cliquette sur le bord de la table, un carillon). Ces sons, je les explore à l’aide de vieilles techniques analogiques: la mise en boucle, la variation de vitesse, le montage, l’inversion et la réverbération. Le titre fait allusion à l’imagerie surréaliste qu’évoquent ces sons tressés et transformés, à Delia même et à sa pièce Delia’s Psychedelian Waltz).

[traduction française: François Couture, ii-18]


Psychedelian Streams a été réalisée en 2004 dans les studios de la Royal Scottish Academy of Music and Drama (RSAMD) et créée le 7 octobre 2004 dans le cadre de la pièce de théâtre Standing Wave présentée au Tron Theatre à Glasgow (Écosse, RU). Il s’agit d’une commande de la Reeling & Writhing Theatre Company (Glasgow, Écosse, RU).


Création

  • 7 octobre 2004, Standing Wave, Tron Theatre, Glasgow (Écosse, RU)

Bound for Glory (Postcard from Poland)

Alistair MacDonald

  • Année de composition: 2002
  • Durée: 7:28
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

J’ai passé une semaine à sillonner le sud de la Pologne dans de vieux trains, voyage pendant lequel j’ai visité églises, monastères et synagogues, admirant les vitraux… Ce morceau commence sur le quai de la gare de la petite ville de Biecz par une chaude soirée d’été. «Ce train est en route vers la gloire, ce train.»

[traduction française: François Couture, ii-18]


Bound for Glory (Postcard from Poland) [En route vers la gloire (Carte postale de Pologne)] a été réalisée en 2002 dans les studios de la Royal Scottish Academy of Music and Drama (RSAMD) et créée le 10 novembre 2002 dans le cadre du Audio Art Festival à Cracovie (Pologne).


Création

  • 10 novembre 2002, Audio Art Festival 2002: Alistair MacDonald: Multichannel Space, Akademia Muzyczna w Krakowie, Cracovie (Pologne)

Equivalence

Alistair MacDonald

  • Année de composition: 2007
  • Durée: 12:44
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

Ce morceau se concentre sur la surface dure et uniforme des briques de construction, comme Equivalent VIII, la sculpture minimaliste de Carl Andre. Ces briques offrent un terreau sonore extraordinaire dont l’exploration donne naissance autant à des textures denses à couches multiples qu’à de délicats grattements.

[traduction française: François Couture, ii-18]


Equivalence a été réalisée en 2007 dans les studios de la Royal Scottish Academy of Music and Drama (RSAMD) et créée le 3 mars 2007 dans le cadre de la série de concerts Invisible Art présentée par BEAST au CBSO Centre à Birmingham (RU).


Création

  • 3 mars 2007, Invisible Art — Concert 4: InvisiblEARts, CBSO Centre, Birmingham (Angleterre, RU)

Wunderkammer

Alistair MacDonald

  • Année de composition: 2010
  • Durée: 11:06
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits
  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 44,1 kHz, 32 bits

Wunderkammer est un cabinet de curiosités sonores qui rappelle les voyages qu’a faits Alfred Russel Wallace en Malaisie et en Indonésie au 19e siècle. Dans ses déplacements, Russell ramassait et cataloguait tous les êtres vivants qui lui tombaient sous la main.

«Revenu en Angleterre au printemps 1862, je me suis retrouvé envahi de caisses contenant les collections que j’avais expédiées à la maison, de temps à autre, pour mon usage personnel. Elles contenaient près de trois mille peaux d’oiseaux appartenant à un millier d’espèces, au bas mot vingt mille coléoptères et papillons représentant environ sept mille espèces, ainsi que quelques quadrupèdes et coquilles terrestres. Dans la grande majorité des cas, cela faisait des années que je n’avais pas vu ces pièces. Ma santé ayant été fragile à mon retour, j’ai eu besoin de beaucoup de temps pour déballer, trier et organiser un tel nombre de spécimens.

Au bout du compte, mes collections asiatiques comportaient:

  • 310 spécimens de mammifères;
  • 100 spécimens de reptiles;
  • 8 050 spécimens d’oiseaux;
  • 7 500 spécimens de coquillages;
  • 13 100 spécimens de lépidoptères;
  • 83 200 spécimens de coléoptères;
  • 13 400 spécimens d’autres insectes;
  • soit, en tout, 125 660 spécimens d’histoire naturelle.»

(The Malay Peninsula, Alfred Russel Wallace, 1869. [notre traduction])

Cent cinquante ans plus tard, j’ai parcouru une partie de la jungle très sonore qu’avait explorée Wallace et j’y ai recueilli ma propre collection de sons. Je m’imagine ces insectes et ces poissons «tous bien conservés dans… des centaines de pots en verre», soigneusement disposés dans «des cabinets de curiosités».

[traduction française: François Couture, ii-18]


Wunderkammer [Cabinet de curiosités] a été réalisée en 2010 dans les studios de la Royal Scottish Academy of Music and Drama (RSAMD) et créée le 13 novembre 2010 à l’édifice MacRobert de la University of Aberdeen (Écosse, RU) dans le cadre du Sound Festival.


Création

  • 13 novembre 2010, Sound Festival 2010, Electroacoustic Fair: Gig 5: invisiblEARts, MacRobert Building — University of Aberdeen – Lecture Theatre, Aberdeen (Écosse, RU)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.