Impalpables (CD-R) Détail des œuvres

Le ginkgo

Annette Vande Gorne / Werner Lambersy

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 14:43
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: L’Année nouvelle (Louvain-la-Neuve, Belgique), Vincent Engel

Stéréo

ISRC CAD509511270

  • 44,1 kHz, 16 bits
À ma mère, in memoriam

Un homme marche à la rencontre de lui-même…: du vide sécuritaire et univoque de l’éternité sans avenir au foisonnement de la vie passionnée, éphémère, à l’avenir incertain, sinon que «sa colonne tourbillonnante m’emporte irrésistiblement vers un amour…».

Le Poète nous entraîne dans un voyage intérieur, celui d’une vie, dans lequel chacun d’entre nous peut se situer, se reconnaître, s’identifier au narrateur. Le récit, linéaire et structuré, semble être une forme idéale pour cette progression de l’être. J’ai donc extrait de la nouvelle originale les phrases clés de chaque étape du voyage, et pris, pour en conserver le caractère linéaire, le parti de la lecture simple, monocorde au début et allant en s’animant.

La forme musicale est dérivée des mots et de la structure du texte selon trois axes: L’axe du temps qui, longtemps inexistant, figé, extérieur à l’Homme, se donne un ‘hic et nunc’, puis un passé et un avenir, et s’accélère, se raccourcit… jusqu’au moment où la boucle du temps le renvoie à l’éternité. L’axe de l’espace, qui du confinement du «cercle magique» s’ouvre à l’espace du désert où sont les «distances qui jamais ne diminuent». Pour se situer enfin en un lieu précis «où naître et mourir». L’axe du mouvement surtout, qui, immobile au début du récit, agité du léger tremblement des feuilles du ginkgo (ce très vieux témoin des origines de notre planète), s’anime en des «parcours inexorables» et prévisibles en lignes, cercles et spirales, avance dans un monde de plus en plus changeant jusqu’au terme: une colonne tourbillonnante qui l’emporte irrésistiblement vers un Amour…


Le ginkgo a été réalisée à partir de matériau sonore pour la plupart d’origine vocale traité sur SYTER au Groupe de musique expérimentale de Marseille (GMEM, France). La pièce a été réalisée en mars et avril 1994 au studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) et a été créée le 26 avril 1994 à Louvain-la-Neuve (Belgique) dans le cadre de L’Année nouvelle. Récitant: Vincent Smetana. Le ginkgo est une commande de L’Année nouvelle (Université catholique de Louvain-la-Neuve) et de Vincent Engel. Merci à Christian Calon et Raphaël de Vivo du GMEM pour leur généreux accueil à Marseille et à Vincent Engel dont le dynamisme a permis l’existence de cette pièce et de ce disque. La nouvelle Le ginkgo est parue dans le recueil L’Année nouvelle paru aux éditions Canevas (Dole, France), Les éperonniers (Bruxelles, Belgique), L’instant même (Québec) et Phi (Echternach, Luxembourg) en 1993.


Création

  • 26 avril 1994, Concert, Louvain-la-Neuve (Belgique)

Architecture nuit

Annette Vande Gorne / Werner Lambersy

  • Année de composition: 1988
  • Durée: 20:09
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: RTBF

Stéréo

ISRC CAD509511280

  • 44,1 kHz, 16 bits

Comme toujours le vieux dilemme: la musique suit-elle les mots ou poursuit-elle un discours concomitant et indépendant? Ici, le texte est une source parmi d’autres (comme le timbre de la voix, les transformations alchimiques du son…). Source d’images, de sens, et surtout d’espace: espace intérieur des sensations, des appels émotionnels, des silences derrière les mots et encore espace réel, extérieur, perçu dans le texte. La musique y répond, dès l’enregistrement de la voix par un jeu d’espaces différents, jeu rendu possible grâce aux techniques de composition sur support, en studio.

Pièce polyphonique — polytimbrale — dont le sens est à trouver par l’écriture de l’espace et du timbre et l’architecture par les rapports évoluant du discontinu au continu, de la masse à la ligne, du proche au lointain, de la matière à la vibration, de l’obscur au clair, du foisonnement à la nudité.

Chaque pièce est organisée comme fractal de l’ensemble autour de l’axe horizontal (espace gauche-droite) de la pièce centrale et développe, à travers une ou plusieurs de ces trajectoires, une série de variations autour d’un même thème: l’espace-mots, l’espace-timbre. L’espace du son.


Architecture nuit a été réalisée en 1988 au studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique), prises de son et mixage 16 pistes; au studio 123 de l’Ina-GRM (Paris, France), traitement audionumérique; et au studio Paradoxe de la Radio télévision belge francophone (RTBF, Bruxelles, Belgique), traitements analogique et audionumérique. Elle a été créée en concert le 27 janvier 1989 dans le cadre du 2e festival de poésie Le meneur de lune au Colisée à Roubaix (France). Récitant: Alain Carré. Architecture nuit est une commande de la RTBF pour la représenter au Prix international des radios publiques francophones Paul-Gilson et a été finaliste au 17e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France), 1990. Le livre Architecture nuit est paru aux éditions Phi (Echternach, Luxembourg) en co-édition avec les Éditions du Noroît (Québec) et Les éperonniers (Bruxelles, Belgique) en 1992.


Création

  • 27 janvier 1989, Concert, Colisée, Roubaix (Nord, France)

Noces noires

Annette Vande Gorne / Werner Lambersy

  • Année de composition: 1986
  • Durée: 34:14
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD509511290

  • 44,1 kHz, 16 bits

Au départ, commande du poète; ce fut un immense Coup de cœur. En dire plus? La beauté des images du texte, la sensibilité humaine du poète, la rigueur, la retenue des mots et du ton de la voix, pour imaginer, exprimer, faire ressentir le passage vers la mort et son rejaillissement sur nous, les vivants.

La musique? Au service du poème, dans son rôle traditionnel de mise en évidence des images et du sens profond, de soutien émotionnel. Après un premier travail d’analyse et de restructuration du texte par le silence, vient celui de creuser la matière et de lui donner forme et sens, à partir d’images-matières des mots.

La forme? À partir du jeu en kaléidoscope avec la mémoire, et par le choix du jeu-séquence comme support ‘lisse’ à la fragmentation du temps et du sens que l’on rencontre dans le texte.

Le sens? Adhérer au texte et se faire oublier…

Francis Dhomont, au sujet de Noces noires:

«Morte. La gîte des yeux a quitté l’horizon.

Secousses à l’accrochage, le corps restant en gare. Formation du nouveau convoi parmi les aiguillages compliqués de la douleur.»

Ici le poète parle, le texte est premier. Il nous dit la mort d’une femme, d’une mère, la douleur, la solitude inévitable. Images brèves, fortes, chargées d’une émotion retenue. Et si tout n’est pas, à la première audition entendu, saisi, c’est que le message est riche, dense la pensée.

Mais il suffit de quelques bribes, accrochées ça et là, pour se laisser entraîner dans l’univers grave et tendre que la voix même de l’auteur nous livre sans emphase, presque sur le souffle. Avec pudeur aussi et sensibilité, la musicienne s’est effacée. Mais la finesse d’innombrables variations sur quelques son-symboles tient l’écoute et le cœur en haleine.

Concert Eurakousma, Montréal, 17 février 1988


Noces noires a été réalisée en 1986 au studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) et a été créée le 2 octobre 1986 au Centre Pompidou à Paris (France). Récitant: Werner Lambersy. Le livre Noces noires est paru aux éditions La table rase (France) et aux Éditions du Noroît (Québec) en 1987 et a été réédité en 1993.


Création

  • 2 octobre 1986, Concert, Centre Pompidou — Place Georges-Pompidou, Paris (France)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.