Micro-lieux (Téléchargement) Détail des œuvres

Topophilia

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 8:23
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9196090990

Stéréo

ISRC CAD501910027

  • 48 kHz, 24 bits

Le concept de topophilie renvoie à une attraction ou à une affinité avec le lieu, le lien entre une personne et un endroit précis. La topophilie est le résultat de la perception d’un environnement particulier. Dans le cas présent, ce terme est emprunté pour suggérer l’attrait d’un type de lieu, un espace chargé de signification musicale, qui présente des caractéristiques d’intimité et de proximité. Un topos musical abstrait, présent dans les zones intimes et personnelles et enraciné dans la matérialité concrète des objets sonores qui l’habitent. L’œuvre n’est pas seulement une interprétation artistique de la notion de micro-lieu auditif, mais aussi une tentative de travailler avec la réalité de cette notion de telle sorte que la notion imprègne la réalité.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Topophilia [Topophilie] a été réalisée au premier semestre 2016 dans le studio du compositeur et a été créée le 8 octobre 2016 pendant le festival Visiones Sonoras à Morelia (Mexique). Topophilia a reçu le premier prix au Concours international de composition électroacoustique Iannis Xenakis (Thessalonique, Grèce, 2017), le premier prix dans la catégorie acousmatique au 9e Concours de composition électroacoustique Destellos (Mar del Plata, Argentine, 2016), le Prix de la catégorie musique électronique au USF New-Music Consortium Competition (Tampa, FL, ÉU, 2017), le Prix résidence ICST au Concours international de composition électroacoustique de Monaco (2016), le deuxième prix au concours Klang! (Montpellier, France, 2017) et une mention spéciale au 9e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Belgique, 2016).


Création

  • 8 octobre 2016, Visiones Sonoras 12 — 2016, CIME / ICEM 2016: Concierto CIME 2, Escuela Nacional de Estudios Superiores — UNAM Campus Morelia, Morelia (Mexique)

Distinctions

Karst Grotto

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 7:50
  • Instrumentation: support multicanal ambisonique
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9304205718

Stéréo

ISRC CAD501910028

  • 44,1 kHz, 24 bits

Le titre Karst Grotto [Grotte karst] (choisi pour ses onomatopées et ses références directes à des types de paysages, ainsi qu’à des structures et des processus spatiaux géologiques) reflète le monde sonore de l’œuvre. Le karst, une topographie particulière, est créé par la dissolution des types de roches solubles au contact d’eaux de pluie acides. Un processus chimique microscopique caractérise la morphologie de paysages entiers et génère des réseaux complexes de caractéristiques et de textures à très petite échelle — des micro-lieux —, comme des fissures et des rillenkarrens.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Karst Grotto a été réalisée entre juillet 2016 et janvier 2017 dans les studios du Département de technologie de la musique et d’acoustique du l’Institut d’éducation technologique de Crète (Grèce) et à l’Institute for Computer Music and Sound Technology (ICST) du Zürcher Hochschule der Künste (ZHdK) à Zurich (Suisse); elle a été créée le 4 novembre 2017 pendant la série de concerts Sound Junction à Sheffield (RU). Merci beaucoup à Johannes Schütt pour ses conseils et son soutien. Karst Grotto a reçu le deuxième prix dans la catégorie musique électronique au Computer Space (Sofia, Bulgarie, 2018) et une mention spéciale au 10e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Belgique, 2018).


Création

  • 4 novembre 2017, Sound Junction Autumn 2017: Concert 2: Nikos Stavropoulos, Firth Hall — The University of Sheffield, Sheffield (Angleterre, RU)

Distinctions

Granicus

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 6:44
  • Instrumentation: percussions et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Alexander Pepelasis
  • ISWC: T9196091006

Stéréo

ISRC CAD501910029

  • 48 kHz, 24 bits

Granicus est le nom archaïque d’une petite rivière du nord-ouest de l’Asie Mineure, site du premier défi militaire sérieux d’Alexandre le Grand. Ce nom désigne aussi l’une des grandes vallées de la planète Mars. Les rythmes de l’antiquité, par la tradition, inspirent ici la rencontre de différents mondes dans l’espace et le temps.

L’œuvre est basée sur des rythmes de danse présents dans l’Europe du Sud-Est et en Asie Mineure. Ces rythmes sont utilisés de manière non conventionnelle, présentés les uns contre les autres et traités à l’aide de techniques comme l’inversion, l’expansion / contraction temporelle, la substitution et des processus additifs. La partition qui en résulte a servi de fondement à une partie pour bande. Un enregistrement de la partition a été traité pour créer des matériaux sonores de substitution de troisième ordre dotés d’une intimité auditive. Ils sont utilisés comme une extension de l’interprétation en direct. Le résultat affiche les caractéristiques d’un mouvement de percussions «préparées» dans le micro-lieu.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Granicus a été réalisée en 2016 au studio du compositeur et a été créée le 11 mars 2016 par Alexander Pepelasis à The Venue à Leeds (RU) dans le cadre de l’International Festival for Innovations in Music Production and Composition (iFIMPaC). Il s’agit d’une commande d’Alexander Pepelasis.


Création

  • 11 mars 2016, IFAI 2016: Concert, Leeds (Angleterre, RU)

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement de la partie instrumentale interprétée par Alexander Pepelasis a eu lieu en 2016, à The Venue à Leeds (RU) (Michael Calley, ingénieur).

Ballistichory

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2015
  • Durée: 7:13
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9314895937

Stéréo

ISRC CAD501910030

  • 48 kHz, 24 bits

Le titre de l’œuvre, Ballistichory, fait référence à un mode de dispersion des graines. La fracturation de la gousse libère l’énergie élastique stockée en énergie cinétique, propulsant ainsi son contenu. Ce terme reflète les processus musicaux ainsi que les qualités timbrales de l’œuvre. L’éparpillement des spores, l’accumulation et la libération d’énergie sont les motifs récurrents qui animent le récit qu’elle propose.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Ballistichory a été réalisée à la fin de 2014 au studio du compositeur et a été créée le 28 mars 2015 à l’O’culto da Ajuda à Lisbonne (Portugal) pendant le concert Electronic Geographies 2 présenté par Miso Music Portugal. Elle s’est méritée le premier prix du concours Open Circuit (Liverpool, RU, 2016) et une mention honorable dans la catégorie acousmatique au 8e Concours de composition électroacoustique Destellos (Mar del Plata, Argentine, 2015), en plus d’avoir été finaliste au concours Klang! (Montpellier, France, 2015).


Création

  • 28 mars 2015, Electronic Geographies 2, O’culto da Ajuda, Lisbonne (Portugal)

Distinctions

Nyctinasty

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2009
  • Durée: 10:09
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9109406226

Stéréo

ISRC CAD501910031

  • 44,1 kHz, 24 bits

Nyctinasty s’intéresse au mouvement organique, à la croissance ou la réduction, en tant que réaction à un stimulus. Les stimuli sont soit présents dans le monde sonore de l’œuvre, soit sous-entendus. Le titre, emprunté à la botanique, fait référence au mouvement nastique (réponses non directionnelles aux stimuli) dans le noir.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Nyctinasty [Nyctinastie] a été réalisée à l’été 2009 au studio du compositeur et a été créée le 19 mars 2010 au Teatro du Museo Nacional de Bellas Artes de Cuba à La Havane (Cuba), dans le cadre du 13e festival international de musique électroacoustique Primavera en La Habana. Nyctinasty a reçu le prix Absoluta au 1er Concours international de composition électroacoustique Punto de Encuentro Canarias (Las Palmas de Gran Canaria, Espagne, 2009).


Création

  • 19 mars 2010, Primavera en La Habana 2010: Concert, Teatro — Edificio de Arte Cubano — Museo Nacional de Bellas Artes de Cuba, La Havane (Cuba)

Distinctions

Atropos

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2003
  • Durée: 10:58
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9109406293

Stéréo

ISRC CAD501910032

  • 44,1 kHz, 24 bits

Dans la mythologie grecque, Atropos était l’une des trois Moires, des divinités féminines qui surveillaient le destin sans le déterminer. Atropos était celle qui coupait le fil ou la toile de la vie. Elle était connue pour être «implacable» ou «inévitable» et coupait ce fil avec le «ciseau abhorré». Bien que le titre ne soit pas directement lié au contenu de l’œuvre, il a été choisi pour refléter les processus de composition. Les relations structurelles sont orientées par la morphologie intrinsèque des sons utilisés ici. À cet égard, le choix du nom d’une Moire indique métaphoriquement les processus acousmatiques qui entrent dans la composition de l’œuvre.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Atropos a été réalisée au début de 2003 dans les studios de la University of Sheffield (Angleterre, RU) et a été créée le 5 décembre 2003 au CBSO Centre de Birmingham (Angleterre, RU) dans le cadre de la série de concerts Spatial Awareness présentée par BEAST. Atropos a remporté une mention au Concurso Internacional de Composição Electroacústica Música Viva (Portugal, 2004).


Distinctions

Granatum

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2011
  • Durée: 8:05
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9233508220

Stéréo

ISRC CAD501910033

  • 44,1 kHz, 24 bits

Le titre de l’œuvre, Granatum, fait référence à la nature des matériaux sonores utilisés. Punica granatum: la grenade, fruit symbolisant la fertilité,l’abondance et la renaissance.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Granatum a été réalisée à l’automne 2011 au studio du compositeur et a été créée le 26 avril 2012 à Leeds (Angleterre, RU) dans le cadre de l’International Festival for Innovations in Music Production and Composition (iFIMPaC).


Création

  • 26 avril 2012, iFIMPaC — Spring 2012: n.one-10 — Concert 2, The Venue — Leeds College of Music, Leeds (Angleterre, RU)

Polychoron

Nikos Stavropoulos

  • Année de composition: 2007
  • Durée: 9:21
  • Instrumentation: support 5.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9109406271

Stéréo

ISRC CAD501910034

  • 44,1 kHz, 24 bits
À James Mooney

De la racine grecque poly, qui signifie plusieurs, et de choros, qui signifie chambre ou espace.

En géométrie, un polychore («polychoron» en anglais) est une forme à quatre dimensions. On le décrit comme une figure fermée composée d’éléments de dimensions inférieures: arêtes, sommets, faces et cellules. Dans l’œuvre, ces éléments encadrent l’action de personnages affichant des caractéristiques plus organiques. Souvent, leur transformation est le résultat ou l’instigation de ces actions.

[traduction française: François Couture, iii-19]


Polychoron a été réalisée à l’été 2007 dans les studios du Culture Lab de la Newcastle University (RU) et a été créée le 8 février 2008 dans la salle de concert Oscar-Peterson à Montréal (Québec) lors du Concert 12 de la 26e série de concerts d’ÉuCuE.


Création

  • 8 février 2008, Series 26 — Concert 12, Salle de concert Oscar-Peterson — Université Concordia, Montréal (Québec)