electrocd

Détail des pistes

Haïkus

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 2016-20
  • Durée: 57:16
  • Instrumentation: support 16 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3026395693

Stéréo

ISRC CAD502011001

À François Bayle, dont la recherche durable sur l’image-de-son a permis l’expérience de cette œuvre.

Inspirée par la brièveté temporelle et la longue résonance imaginative du haïku, cette pièce évoque des univers contrastés des cinq saisons japonaises dans un espace ambiophonique (divisé, en concert, en 16 canaux).

La nature, son cycle des saisons et des activités humaines qui s’y rapportent, est un terrain de jeu idéal pour le paysage sonore, un genre propre à l’acousmatique que j’avais abordé avec Paysage / vitesse en 1986.

Ici, une série, par saison, de petits tableaux suscite en chaque auditeur, à partir d’une sélection de quelques haïkus japonais classiques et contemporains, un imaginaire, des images mentales, des souvenirs émotionnels. Ceux-ci s’appuient sur les mêmes images et énergies-mouvements qu’offre le répertoire occidental, d’Antonio Vivaldi à Jean-Michel Jarre.

À la qualité primordiale d’un haïku selon les disciples de Bashô, invariance et fluidité, répond le couple «permanence et variation» de la typologie de Pierre Schaeffer, celui qui caractérise tout style apollinien «où tout n’est qu’ordre et beauté» (Charles Baudelaire).

[iv-20]


Haïkus, ses cinq saisons et ses 17 haïkus, a été réalisée de 2016 à 2020 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) grâce à plusieurs bourses d’aide à la création de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Administration générale de la culture, Service de la musique). L’intégrale de Haïkus a été créée le 25 octobre 2020 durant le festival L’Espace du son au Théâtre Marni à Bruxelles (Belgique).


Création

  • 25 octobre 2020, Création de l’intégrale: Annette Vande Gorne, diffusion • L’Espace du son 2020: Création d’une œuvre d’Annette Vande Gorne, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Composition

Finition

Haïkus, 1: Jour de l’an

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 2020
  • Durée: 4:39
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3035454145 / T3026152143

Stéréo

La culture japonaise envisage le jour de la nouvelle année (juste avant le printemps) comme une saison, en raison de son vécu particulier.

Feux d’artifice (d’après Debussy) annonce le propos général de l’œuvre: relier, tant que faire se peut, le répertoire historique de la musique européenne d’écriture savante aux pratiques actuelles de l’écriture musicale en studio, celles des musiques acousmatiques. Ici, le prélude pour piano du même nom est pris comme commande temporelle, structurelle et littérale.

Jour de fête: Ce minuit-là, au Japon, toutes les cloches des temples appellent le renouveau et l’espoir du futur. L’écoute de ce moment est vécue comme un tissage culturel (des cloches de toutes régions du monde) et spatial grâce à ses 18 canaux distribués dans un dôme.

[vi-20]


Jour de l’an a été réalisée en 2020 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique).


Finition

Haïkus, 2: Printemps

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 8:02
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9239483386

Stéréo

ISRC CAD502011002

Le printemps est évoqué par une série de trois haïkus: Jeux d’oiseaux, Jeux d’eau, Jeux d’enfants. Ces trois tableaux mettent en regard des bribes du répertoire classique — shakuhachi, Olivier Messiaen, R Murray Schafer, Maurice Ravel, Claude Debussy — et des paysages sonores composés.

Chère Annette,

Assembler des irisations aussi fugaces que des particules fondamentales (cohobées à force de patience et de désir en votre alambic électronique), de ces myriades éparses composer des jets de son, proposer par leur fulguration des théories nouvelles, et puis laisser à qui les écoute l’entière liberté d’en poursuivre la lumière — en écoutant vos Haïkus, je ne savais plus guère si je me trouvais au concert ou bien au CERN, témoin d’une expérience aux frontières de la physique ou d’un événement aux limes de la musique.

Ce n’est pas un printemps mièvre et saupoudré de saccharose que vous avez éployé devant nos yeux, mais le crescendo sacré des matins vifs, ces exordes décisifs où pour qu’advienne l’été la sève surgit avec vigueur, lorsque l’éclosion du plus délicat bourgeon est empreinte d’un impératif absolu — que la Vie perdure par-delà l’hiver de l’oubli.

Plus en somme que des paysages convenus, j’ai perçu une puissance concertante; plus que des descriptions, une sommation; plus que des vignettes, une verdeur. En cela même, votre œuvre est proche de la poésie: sous la nudité des notes comme des mots, ce ne sont point des faits que l’art énonce, mais des valences qu’elle invoque, des valeurs qu’elle convoque, une liberté qu’elle conjure.

Vienne ce Printemps!

Miguel Mesquita da Cunha, Grand-Leez (Gembloux), en la Fête de l’Europe 2017

[viii-20]


Printemps a été réalisée en 2016 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 9 novembre 2016 lors du concert Hors-les-murs: Haïkusmatique dans le cadre du festival Ars Musica au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris (France).


Création

  • 9 novembre 2016, Ars Musica 2016: Hors-les-murs: Haïkusmatique, Salle de cinéma — Centre Wallonie-Bruxelles, Paris (France)

Distinctions

Finition

Haïkus, 3: Été

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 2018-19
  • Durée: 11:24
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3035454065 / T3026338201

Stéréo

ISRC CAD502011003

À Mario Mary

On imagine l’été parce que des Jeux d’insectes lancinants perturbent la torpeur d’un Songe d’un après-midi d’été, une sorte de Voyage immobile. L’été, sa chaleur avive l’extravagance, la Danse folle des feux follets. À chaque tableau appartiennent son écriture sonore et spatiale et ses images énergétiques rencontrées chez Robert Schumann (Papillons, op 2 et Traumes Wirren des Fantasiestücke, op 12 no 7), Claude Debussy, György Ligeti, Paul Hindemith, Hector Berlioz, Hugues Dufourt, Modeste Petrovitch Moussorgski, Jean-Michel Jarre, Antonio Vivaldi et Sergueï Sergueïevitch Prokofiev. Elles conduisent le comportement polyphonique des images de sons et le foisonnement des mouvements dans un espace ambiophonique divisé.

[iv-20]


Été a été réalisée en 2018-19 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 20 avril 2019 au Théâtre des variétés à Monaco dans le cadre des Rencontres internationales de musique électroacoustique de Monaco (RIME).


Création

  • 20 avril 2019, Monaco électroacoustique 2019: Concert 3, Théâtre des variétés, Monaco (Monaco)

Finition

Haïkus, 3: Été, 1: Jeux d’insectes lancinants

Annette Vande Gorne

  • Durée: 2:45
  • Éditeur(s): Ymx média

Stéréo

ISRC CAD502010005

  • 44,1 kHz, 16 bits

Création

  • 8 septembre 2018, Création de la réduction 8 canaux: Acousmonium, Mezzanine, Kiev (Ukraine)
  • 15 septembre 2018, Création de l’originale 16 canaux: Spectra v2: Concierto 9 — Concierto monográfico: Annette Vande Gorne, Auditorio Fabio Lozano — Universidad de Bogotá Jorge Tadeo Lozano, Bogotá (Colombie)

Finition

Haïkus, 4: Automne

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 2019-20
  • Durée: 13:03
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3035444889 / T3026152041

Stéréo

ISRC CAD502011004

À Bruno Letort

Un style d’écriture différent caractérise chacun des quatre haïkus, style choisi en correspondance avec un moment emblématique de l’automne en ville ou dans la nature.

Jeux mécaniques se joue de l’apparente monotonie des machines itératives, en relation avec Pacific 231 d’Arthur Honegger.

Jeux étendus, brouillard entretien un rapport flou et lointain à quelques traces iconiques et spectrales (du non-harmonique au spectre harmonique) et à la courte œuvre homonyme de Claude Debussy pour piano.

Jeux fragmentés, feuilles d’automne hoquette les Feuilles mortes de Claude Debussy dans une myriade de feuilles minuscules de toutes couleurs.

Jeux répétés — hommage à Pierre Henry —, prend l’écriture répétitive de Pierre Henry au début du film L’homme à la caméra (1929) de Dziga Vertov comme référence. Le sitar, utilisé dans cette œuvre, est joué par Mark Bogaert, musicien de jazz dont je remercie la créativité dans l’art d’improviser.

[iv-20]


Automne a été réalisée en 2019 et en 2020 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique). Les parties Jeux mécaniques, Jeux étendus, brouillard et Jeux répétés sont une commande de Ars Musica pour son 30e anniversaire et ont été créées le 16 novembre 2019 lors du concert Ciné-concert: Hommage à Pierre Henry dans le cadre du festival Ars Musica au Palace à Bruxelles (Belgique). Jeux fragmentés, feuilles d’automne a été réalisée en 2020.


Distinctions

Finition

Haïkus, 4: Automne, 2: Jeux étendus, brouillard

Annette Vande Gorne

  • Durée: 2:53
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Ars Musica
  • ISWC: T3025967760

Stéréo

ISRC CAD502010010

  • 44,1 kHz, 16 bits

Création

  • 16 novembre 2019, Annette Vande Gorne, diffusion • Ars Musica 2019: Ciné-concert: Hommage à Pierre Henry, Palace – Foyer Hamesse, Bruxelles (Belgique)

Finition

Haïkus, 4: Automne, 4: Jeux répétés

Annette Vande Gorne

  • Durée: 2:54
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Ars Musica

Stéréo

ISRC CAD502010012

  • 44,1 kHz, 16 bits

Hommage à Pierre Henry.


Création

  • 16 novembre 2019, Annette Vande Gorne, diffusion • Ars Musica 2019: Ciné-concert: Hommage à Pierre Henry, Palace – Foyer Hamesse, Bruxelles (Belgique)

Finition

Haïkus, 5: Hiver

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 2016-18
  • Durée: 14:07
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Ina-GRM
  • ISWC: T9305936430

Stéréo

ISRC CAD502011005

À Daniel Teruggi

Hiver traduit, par le choix des thématiques imagées de chaque tableau — Jeux de pas sur la neige, Jeux monotones, Jeux de grains au coin du feu, Jeux de sons — hommage à Bernard Parmegiani —, des sensations de temps immobile, de silence monotone, de gel et de cocon chaleureux liées à notre imaginaire de cette saison. Claude Debussy, Franz Schubert, Hugues Dufourt, Francis Poulenc, Paul Hindemith et Bernard Parmegiani (qui inspire l’écriture par incrustations et substitutions d’attaques à partir des 1er et 7e mouvements de son De natura sonorum) sont ses références imagées ou énergétiques.

[iv-20]


Hiver a été réalisée en 2017 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 26 janvier 2018 lors du concert Compagnons de route dans le cadre de la saison Multiphonies de l’Ina-GRM à l’Auditorium Saint-Germain de la MPAA (Paris, France). Elle est une commande de l’Ina-GRM.


Création

  • 26 janvier 2018, Multiphonies 2017-18: Trajectoire 1: Compagnons de route, Auditorium Saint-Germain — MPAA, Paris (France)

Finition

Haïkus, 1: Jour de l’an

Annette Vande Gorne

  • Année de composition: 2020
  • Durée: 5:56
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3035454145 / T3026152143

Stéréo

La culture japonaise envisage le jour de la nouvelle année (juste avant le printemps) comme une saison, en raison de son vécu particulier.

Feux d’artifice (d’après Debussy) annonce le propos général de l’œuvre: relier, tant que faire se peut, le répertoire historique de la musique européenne d’écriture savante aux pratiques actuelles de l’écriture musicale en studio, celles des musiques acousmatiques. Ici, le prélude pour piano du même nom est pris comme commande temporelle, structurelle et littérale.

Jour de fête: Ce minuit-là, au Japon, toutes les cloches des temples appellent le renouveau et l’espoir du futur. L’écoute de ce moment est vécue comme un tissage culturel (des cloches de toutes régions du monde) et spatial grâce à ses 18 canaux distribués dans un dôme.

[vi-20]


Jour de l’an a été réalisée en 2020 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique).


Finition