electrocd

Détail des pistes

axet remperimos te

Dominique Bassal

  • Année de composition: 2014-17
  • Durée: 70:38
  • Instrumentation: support 7.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3026368407

Stéréo

Il s’est produit un accident sur la ligne de l’histoire, et l’Antiquité toute entière a été escamotée. Le rêve des Maîtres de l’Univers se réalise avant la lettre: on est passé directement du néolithique à la période médiévale, en fondant une civilisation planétaire absolutiste. Un mixage entre l’implacabilité des romains, l’hypocrisie grecque, le totalitarisme béat de la civilisation pharaonique, la cruauté éthérée de la Chine dynastique et bien sûr l’insondable stupidité du Moyen Âge occidental. C’est cette uchronie que décrit axet remperimos te.

On n’est même pas tout à fait sûrs de la signification précise de cette devise de l’Empire, quelque chose de l’ordre de «accepte de ramper» ou encore «accepte ou tu seras rompu». De toute manière, il s’agit d’un vestige linguistique unique, découvert au milieu d’une masse de documents comptabilisant les populations déportées, les villages rayés de la carte, les millions de femmes et d’enfants disparus. Souvenirs d’une époque peut-être pas plus cauchemardesque que ce vers quoi voudraient nous diriger ceux qui pensent maintenant à notre place.

Les ruines d’un immense château fort, centre du gouvernement mondial, témoignent encore de la puissance et de l’inhumanité de cette civilisation.

À l’intérieur de ces vestiges colossaux, on découvre une multitude de chambres, en condition de conservation surprenante, et dont on peine à comprendre la fonction. Des lieux paradoxaux, alimentés par des énergies à peine mesurables. Il est possible que les véritables maîtres de cet Empire aient résidé dans ces repaires, créatures non-humaines venues d’outre espace. On a aussi théorisé qu’une résistance organisée par des mutants à l’intelligence solaire, ait ici dressé des pièges existentiels destinés à détruire psychologiquement les rejetons des dirigeants. Dans quelques unes de ces chambres règne un silence sépulcral, mais plusieurs autres retentissent de constructions sonores émanant d’on ne sait où…

Les ambiances de quelques unes de ces chambres sont ici reproduites.

[iii-18]


axet remperimos te a été réalisée d’août 2014 à décembre 2017 au studio du compositeur à Montréal (Québec).


Composition

axet remperimos te, 1: Chambre 414, La concession

Dominique Bassal

  • Durée: 8:12
  • Instrumentation: support 7.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9264734841

Stéréo

ISRC CAD502010036

  • 96 kHz, 24 bits

«À notre entrée dans ce lieu, nous échappons de peu à l’aplatissement sous une gigantesque colonne de verre qui s’écrase à quelques millimètres de nous.

Durant notre passage ici, d’autres piliers nous frôleront ainsi en s’affaissant, mais le premier restera le plus massif.

Ici, tout est blanc. Tant le décor de fond, plutôt squelettique, que les essaims de créatures ailées de toutes dimensions qui nous harcèlent en croassant, sans jamais marquer de pause. On veut faire pression sur nous pour obtenir quelque chose, peut-être des aveux?

Nous parvenons ensuite à une oasis centrale, qui est pour nous une véritable accalmie: c’est un lac fait de nuages vaporeux courant tranquillement à ras le sol, et d’où nous parviennent les lambeaux d’une étrange série de jérémiades, une languissante concession, une lamentation traînante et répétée.

La voix est mécanisée, avec des accents d’outre tombe, mais présente également une composante étrangement insistante et démonstrative.

«Voyez, c’est facile, vous aussi pouvez le faire…» semble être le message sous-jacent.»

[iii-18]


axet remperimos te, 2: Chambre 21, Coreligionnaires

Dominique Bassal

  • Durée: 8:55
  • Instrumentation: support 7.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9264734863

Stéréo

ISRC CAD502010037

  • 96 kHz, 24 bits

«Le sadisme extatique avec lequel on nous a forcé, dans notre propre réalité, à revivre la mise à mort théâtralisée de notre divinité est ici explosé à des centaines de milliers d’exemplaires: c’est une myriade de sacrifices humains, à l’image — encore bien modeste — des milliers de gladiateurs crucifiés sur notre Voie Appienne.

La différence est ici que les victimes sont toutes instantanément divinisées, dans un retournement orwellien d’un abêtissement sans fond. Notre parcours, à travers ces scènes de douleurs revécues et redéfinies, s’avère tortueux et exigeant, et par moments réellement confondant.

Ainsi de ces livres à la couverture rougeâtre, respirante et palpitante, dont on comprend bien, à la façon dont ses lecteurs gémissent tendrement et se récrient ostensiblement, qu’ils détaillent, dans un absurde luxe de détails, les lamentables circonstances de chacune de ces exécutions.

Ces lecteurs sont les coreligionnaires, mais ils ne sont pas les seuls à peupler la scène: des chaises à porteurs font aussi lentement parader d’obèses patriciens à la peau littéralement grise, dont l’unique fonction semble être de s’empiffrer en permanence pendant leur promenade.»

[iii-18]


axet remperimos te, 3: Chambre 103, Calculs et métaux

Dominique Bassal

  • Durée: 11:08
  • Instrumentation: support 7.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9264734852

Stéréo

ISRC CAD502010038

  • 96 kHz, 24 bits

«Une chambre dont la visite suggère tout d’abord des postures contemplatives, presque à la portée de notre compréhension, bien que les mimiques des méditants silencieux s’apparentent par moments à des rictus névrotiques.

Puis le visiteur se rend compte que cette sérénité n’aura finalement été que le prélude — préparation, mise en condition? — à une activité effrénée.

Des employés circulent en tous sens, en proie à une tension contrôlée par des hoquets et des spasmes divers.

On reconnaît là des scribes, des comptables, des messagers, des portefaix et des contremaîtres, toute une cohorte d’êtres apparemment dépourvus d’âme — peut-être à l’issue d’un processus de neutralisation délibéré.

Un peu partout, des clapets de métal brillant s’ouvrent et se referment, et des chiffres découpés dans du cuir se déversent en tas sur des tapis convoyeurs, qui les emportent vers d’immenses casseroles remplies de liquides parfois bouillants, parfois glacés.

À intervalles réguliers, des actes sexuels sont consommés, sur place, mettant en scène les employés, des mannequins et des animaux sanglés et carapaçonnés de mille manières incompréhensibles.

Profitant d’une accalmie relative, des vérificateurs en robes de peluche s’approchent des chaudrons, goûtent aux concoctions, puis inscrivent en marmonnant et en psalmodiant des signes sur d’immenses parchemins qui sont emportés dès que complétés et noircis.

Par des vasistas donnant sur les locaux vers lesquels ces documents sont acheminés, on entend des éclats de rire méphistophéliques, des plaintes déchirantes et des ordres hurlés à pleins poumons.

L’éclairage diminue peu à peu, le silence retombe, et les participants se retirent en se poussant silencieusement les uns les autres…»

[iii-18]


axet remperimos te, 4: Chambre 4, Le savoir

Dominique Bassal

  • Durée: 7:48
  • Instrumentation: support 7.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9264734874

Stéréo

ISRC CAD502010039

  • 96 kHz, 24 bits

«Le local identifié par le chiffre quatre jure sur tous les autres par une absence surprenante de cadavres, de plaies suppurantes, de personnages gémissants ou de toute autre manifestation de cruauté.

On pense à une bibliothèque ou à un laboratoire, en tous cas à un endroit où les «savants» de ce monde se rencontrent et travaillent.

Mais là s’arrête toute analogie avec ce qu’on appelle dans notre univers science. Aussi corrompus, âpres au gain, autoritaires, prétentieux et inefficaces que nous apparaissent nos actuels responsables de la recherche, ils demeurent des parangons de sérieux en comparaison des bouffons mis en scène dans ce lieu.

Tous les symboles visibles témoignent d’une ignorance aussi abyssale que soigneusement planifiée.

Les mathématiques, en particulier, se réduisent aux quatre opérations de l’arithmétique primaire, uniquement effectuées sur les nombres entiers. Seuls quelques chiffres sont permis, et les résultats ne sont jamais justifiés, mais simplement appris par cœur!

Un peu plus loin, on découvre que, pour chaque opération «permise», on dispose de deux catégories de solutions, sélectionnées selon leur convergence avec les intérêts des membres de la classe dirigeante.

Comment ces gens, dans ces conditions, ont-ils pu construire le monstrueux bâtiment décrit ici, et créé les ambiances sophistiquées qui subsistent, intactes, dans des dizaines de chambres? La source de ce savoir supérieur n’a pas été découverte.

Les nombreux bas-reliefs montrant les «savants» dansant en ligne, tapant des mains et se montrant le derrière n’ont pas été d’un grand secours.»

[iii-18]


axet remperimos te, 5: Chambre 1015, Malbouffe

Dominique Bassal

  • Durée: 15:20
  • Instrumentation: support 7.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9264734807

Stéréo

ISRC CAD502010040

  • 96 kHz, 24 bits

«Cette chambre est immense et luxueuse, mais provoque une sensation d’étouffement et de confusion massive. On assiste à des changements de direction et d’idées, à de fausses redites et à des jeux cycliques, tous aussi allusifs qu’incompréhensibles.

Certains visiteurs parlent de «parloir gastrique», à cause de la prééminence relative de sons de déglutissement et de borborygmes, mais on entend aussi des râles lointains, évoquant une souffrance physique, peut-être vécue sur un mode cynique.

L’éclairage de cette salle est souvent sanglant et hideux, passant par des phases crépusculaires puis nocturnes avant de sombrer dans une glauque grisaille.

Au fur et à mesure, les indices de l’utilisation sacrificielle de dizaines de victimes quotidiennement se précisent et s’accumulent, mais ce n’est qu’à quelques minutes de la fin de la visite qu’on finit pas comprendre que ce lieu n’était qu’un centre de divertissement et de relaxation pour une élite à la cruauté décomplexée, composée de milliers de poussahs semblables au Baron Harkonnen de la série Dune ou à l’homme-Dirdir Aïla Woudiver du Cycle de Tschai.»

[iii-18]


axet remperimos te, 6: Chambre 635, Procession

Dominique Bassal

  • Durée: 11:05
  • Instrumentation: support 7.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9264734829

Stéréo

ISRC CAD502010041

  • 96 kHz, 24 bits

«Tous les quelques massacres, on rassemble les survivants de chaque village ravagé et on les enjoint à former une procession funéraire, au sein même du palais où ces orgies de meurtre ont été pensées et organisées.

Un long et étroit chemin désigne l’itinéraire à suivre, et constitue l’unique filet d’une clarté bleuâtre dans une salle, que l’on devine immense, entièrement plongée dans la pénombre.

Mais bientôt est dévoilé, par touches progressives d’une lumière plus chaude, un second étage en surplomb. Les marcheurs n’ont pas le droit de lever les yeux, mais chacun sait ce qui se tient sur les terrasses de ces falaises artificielles: les cadavres des massacrés, momifiés dans des poses loufoques. Et entre les macchabées maintenus à peine debout par des crochets métalliques, on a disposé les femmes et les jeunes filles battues et torturées, les enfants amputés, les yeux et les doigts éclatés, les hommes éventrés et agonisants.

Maintenant, déposés au sein de la procession par des mécanismes tournants de bois et de bambou, les patapoufs, à peine vêtus de dentelles et de rubans, viennent danser et folâtrer parmi les pleureurs. Lestes malgré leur embonpoint, leurs muffles cruels étirés en grimaces grotesquement rieuses, ils miment, par des jetés, battements, pointes, entrechats et arabesques, les tourments des victimes et des survivants.

Personne ne proteste, personne n’exprime de réprobation: dans la chambre 635 comme dans la réalité parallèle où nous pourrissons, une partie des victimes subit, tandis que les autres fantasment qu’ils partagent la cruauté de leurs oppresseurs.»

[iii-18]


axet remperimos te, 7: Chambre 752, Farces et attrapes

Dominique Bassal

  • Durée: 8:10
  • Instrumentation: support 7.1 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9264734818

Stéréo

ISRC CAD502010042

  • 96 kHz, 24 bits

«L’humour le plus lourdaud, le plus disjoncté, le plus paillard qu’il soit possible d’imaginer pâlit en comparaison des démonstrations dont on est ici témoins: des enfants qui jonglent avec les organes fraîchement arrachés de leurs parents, des athlètes bondissant sans la moindre grâce sur des trampolines faites de peaux humaines assemblées, des plongeoirs donnant sur d’immenses piscines remplies de sang, des poussahs pilotant de minuscules tricycles et fonçant à grande vitesse sur des gens enchaînés, des représentants à la pétulance digne de nos foires agricoles faisant des démonstrations en temps réel de scalpels, de scies à os et de tranchoirs sur des sujets vivants.

En bref, rien n’est épargné pour faire de cette Chambre 752 une foire purement répulsive. D’autant qu’à intervalles imprévisibles, on l’aura deviné, le déchaînement de cruauté s’interrompt tout d’un coup, pour laisser les athlètes, les égorgeurs et les poussahs écraser quelques larmes sur le sort de leurs victimes tout en y allant d’interminables et déchirants soupirs de regrets, pendant que des cohortes de larbins nettoient sommairement les lieux.

Et bientôt le cirque reprend de plus belle.»

[iii-18]