electrocd

Détail des pistes

Fabrezan Preludes

Denis Smalley

  • Année de composition: 2015-16
  • Durée: 20:58
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: School of Music and Fine Art — University of Kent
  • ISWC: T9190985592

Stéréo

ISRC CAD502010055

Le prélude central, Debussy’s Cathedral [La cathédrale de Debussy], est basé sur la transformation et le développement de deux accords résonnants issus de La Cathédrale engloutie, le prélude pour piano de Debussy qui évoque l’histoire de la cité mythique d’Ys. Celle-ci aurait sombré au large de la Bretagne. Selon la légende, par mer calme, on peut encore entendre ses clochers. Les intervalles et les modes debussiens forment le cadre du prélude: quartes et quintes ascendantes, allusions pentatoniques. L’ampleur d’une nef de cathédrale est suggérée par des textures ondoyantes, des motifs et des réflexions oscillatoires, ainsi que des poussées telles des vagues, embellies par des strates mobiles de partiels de cloches.

Dans le prélude d’ouverture, Portal [Portail], l’auditeur franchit le seuil de la cathédrale pour entrer dans la nef.

The Voices of Circius [Les voix de Circius] — aussi parfois Cercius — fait référence au dieu romain du vent de cers, peu connu, à qui l’empereur Auguste dédia un autel près de Narbonne, dans le sud de la France. Le cers souffle à travers le pays depuis le nord-ouest, gagnant en force et en mouvement circulaire alors qu’il court le long des corridors que forment les vallées à travers les plaines, en direction de la Méditerranée. Il peut être impétueux, se levant brusquement pour chasser nuages et pluie, laissant place à un ciel dégagé. On lui reconnaît des propriétés qui favorisent la bonne santé. En été, il apporte une fraîcheur bien accueillie, mais en hiver il devient mordant. Ce prélude tente de saisir les facettes de ces «voix».

[traduction française: François Couture, iv-20]


Fabrezan Preludes [Préludes de Fabrezan] a été réalisée en 2015-16 dans les studios du compositeur à Fabrezan (France) et à Londres (Angleterre, RU) et a été créée le 21 mai 2016 pendant un concert, à la Colyer-Fergusson Hall de Canterbury (Angleterre, RU), qui soulignait le 70e anniversaire de Denis Smalley. Il s’agit d’une commande de la School of Music and Fine Art de la University of Kent (Medway, Angleterre, RU). Merci à Aki Pasoulas, directeur du MAAST (Music and Audio Arts Sound Theatre), à l’origine de cette commande.


Création

  • 21 mai 2016, Denis Smalley’s 70th Birthday Celebration, Colyer-Fergusson Hall — University of Kent, Canterbury (Angleterre, RU)

Composition

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement Ambisonique stéréophonique a été produit par Jonty Harrison en avril 2018 dans son studio à Birmingham (Angleterre, RU).

Matriçage

Sommeil de Rameau

Denis Smalley

  • Année de composition: 2014-15
  • Durée: 15:20
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Sonorities Festival
  • ISWC: T9164539177

Stéréo

ISRC CAD502010059

  • 44,1 kHz, 24 bits

J’ai composé Sommeil de Rameau en hommage à Jean-Philippe Rameau (1683-1764), dont j’admire la musique depuis longtemps. L’année 2014 marquait le 250e anniversaire de son décès. Je me suis inspiré des caractéristiques de la scène du sommeil qu’on trouve dans les œuvres de scène et les cantates de la musique baroque française, à commencer par Les amants magnifiques (1670), une comédie-ballet de Molière et de Lully. Cette manière de faire s’est imposée grâce à la popularité de la scène du sommeil dans la tragédie en musique Atys (1676) de Lully. On en trouve de nombreux exemples dans les siècles suivants, notamment chez Rameau.

Dans une scène de sommeil, un personnage principal est amené à dormir, ce qui suspend l’action dramatique. La musique est parfois strictement instrumentale, mais dans d’autres cas elle inclut un commentaire chanté, par exemple lorsque les chanteurs personnifient des pensées rêvées ou proposent des lignes de conduite. Le style musical, avec son lent mouvement harmonique, ses contours ondulatoires ou berçants et son instrumentation aérienne (cordes et flûtes, habituellement), cherche à tisser une atmosphère contemplative hors du temps. La musique de sommeil de Rameau s’écarte des principes lulliens, par exemple en utilisant des contours descendants au chromatisme parfois audacieux.

Sommeil de Rameau consiste en un périple contemplatif autour de refrains récurrents contrastés par une série d’épisodes dont la durée s’allonge à mesure qu’on avance dans la pièce. J’ai pris pour point de départ un refrain adapté de deux accords qui se bercent sur une pédale pour marquer la fin des phrases dans le «sommeil» de l’acte IV de la tragédie en musique Dardanus (1739). Les épisodes plus longs sont infusés de passages dérivés de la musique de Rameau, mais recomposés et transformés. Il ne s’agit pas de références explicites. Les intervalles tonaux et l’harmonie dominent l’œuvre et sont développés par l’‘orchestration’ spectrale pour créer une ‘tonalité spectrale’, comme si Rameau et ses songes (perturbés à l’occasion) imaginaient un futur musical.

[traduction française: François Couture, iv-20]


Sommeil de Rameau a été réalisée en 2014-15 dans les studios du compositeur à Fabrezan (France) et Londres (Angleterre, RU), et a été créée le 25 avril 2015 dans le cadre du Sonorities Festival au Sonic Arts Research Centre (SARC) de la Queen’s University à Belfast (Irlande du Nord, RU). Il s’agit d’une commande du Sonorities Festival. Merci à Simon Waters, à l’origine de celle-ci.


Création

  • 25 avril 2015, Sonorities Belfast 2015 — Fractured Narratives: Concert, Sonic Lab — Sonic Arts Research Centre — Queen’s University Belfast, Belfast (Irlande du Nord, RU)

Composition

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement Ambisonique stéréophonique a été produit par Jonty Harrison en avril 2018 dans son studio à Birmingham (Angleterre, RU).

Matriçage

The Pulses of Time

Denis Smalley

  • Année de composition: 1978
  • Durée: 19:54
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Barry Anderson, West Square Electronic Music Association avec l’aide du Arts Council of Great Britain
  • ISWC: T3025848011

Stéréo

ISRC CAD502010060

  • 44,1 kHz, 24 bits

À la mémoire de Barry Anderson (1935-1987)

The Pulses of Time se fonde sur des approches du concept de pulsation: la pulsation régulière du tempo, celle plus lente qui sous-tend le développement à plus long terme des sections, la pulsation accélérée des bonds, celle des morphologies itératives, sans oublier les grains compactés qui battent dans les textures intérieures. L’œuvre consiste en une succession de sections, chacune identifiée par des types et des sources sonores spécifiques: le son synthétisé qui rebondit, les harmonies métalliques qui développent la résonance des attaques dramatiques, les contours bruitistes, la batterie et les percussions (réelles et synthétisées), et le clavicorde qui apporte un riche bassin de sons: grappes, contours soupirants, résonances percussives de la table d’harmonie, cordes pincées et frappées. Le plus grand contraste s’établit entre les gestes improvisés au clavicorde, les matières électroniques synthétisées (un synthétiseur EMS Synthi 100 à tension asservie) et les séquences dansantes.

[traduction française: François Couture, iii-20]


The Pulses of Time [Les pulsations du temps] a été réalisée en 1978 dans l’Electroacoustic Music Studio de la University of East Anglia (Norwich, RU) et a été créée en 1979 lors d’un concert du West Square Electronic Music Ensemble au St John’s Smith Square à Londres (RU). Il s’agit d’une commande de Barry Anderson et de la West Square Electronic Music Association avec l’aide de l’Arts Council of Great Britain. The Pulses of Time est maintenant dédiée à la mémoire de Barry Anderson, décédé en 1987 à l’âge de 52 ans.


Création

  • 1979, Concert, St John’s Smith Square, Londres (Angleterre, RU)

Composition