Figures de son (CD) Détail des œuvres

Enième

Patrick Ascione

  • Année de composition: 2004
  • Durée: 10:11
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T0045639415

Stéréo

ISRC CAD502110006

  • 44,1 kHz, 16 bits

Il y a pour moi dans la composition d’une pièce acousmatique, une phase initiale difficile à franchir concernant le matériau sonore lui-même qui constitue la base, le point de départ de toute œuvre… Qu’elles soient d’origine concrète ou synthétique, que faire de ces collections de sonorités recueillies, en suspension… De tous ces sons capturés, collectés, archivés, attendant leur entrée en scène, de co-exister?

Entreprendre une nouvelle pièce m’a toujours semblé de ce point de vue une gageure. Car c’est à ces éléments-là, initiaux, sans contexte ni passé musical, sauvages en quelque sorte, parfois rebelles, qu’il faudra donner vie, et sens…

La présente pièce symbolise ainsi mon énième essai dans ce sens, et représente aussi le moment de ma prise de conscience de cette question.

[iv-14]


Enième a été réalisée en 2004 au studio de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et a été créée le 9 juin 2004 au Palais Jacques-Cœur dans le cadre du festival Synthèse (Bourges, France). Elle est une commande de l’IMEB.

Composition

Création

  • 9 juin 2004, Synthèse 2004: Concert, Palais Jacques-Cœur, Bourges (Cher, France)

Ascionerie no 6: Fantaisie diabolique

Patrick Ascione

  • Année de composition: 2011-12
  • Durée: 11:40
  • Instrumentation: support
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Ina-GRM
  • ISWC: T9312649288

Stéréo

ISRC CAD502110007

  • 44,1 kHz, 16 bits

Ascionerie no 6: Fantaisie diabolique, sixième et dernier volet d’une suite intitulée Figures de style entreprise en 2003, traite de la prise de conscience acquise d’un ensemble d’habitudes indéfectiblement liées à ma façon d’aborder l’univers des sons et leur traitement, ses outils, et aussi de tics ou de manies qui m’envahissent lorsque je compose. Au point que cela est devenu le véritable enjeu de mon travail, comme une nécessité, et le besoin incontournable d’un univers intérieur à explorer… Une sorte de rendez-vous plastique indispensable avec les sons, les couleurs, les formes, l’espace…

C’est ainsi que m’est venu ce terme d’«Ascionerie», d’abord perçu comme une expression un peu saugrenue, puis très vite comme une sorte d’évidence puisqu’il faisait parfaitement écho à ce qui me semble important pour un compositeur et qui fait sa personnalité, à savoir la conscience et la maîtrise de ses particularités et de son style, de son langage et de son univers personnel…

C’est donc à mes propres automatismes, rituels d’écriture repérés au fil du temps, et peut être aussi à mes défauts que j’ai cédé, et auxquels je me suis laissé aller ici pour la sixième fois… C’est donc bien de tentation, mais à un autre niveau cette fois qu’il s’agit dans cette sixième pièce où je n’ai finalement cédé qu’à celle d’y résister…

Ascionerie no 6: Fantaisie diabolique traite plus particulièrement du problème qui se pose entre la recherche artistique (et plus généralement l’art) et tout ce que l’époque (c’est-à-dire le marché ou des individus sans scrupule ici symbolisés par le «diable») tente par tout moyen d’imposer à la terre entière!

Forçant les artistes à se retrancher dans une décourageante marginalité…

[iv-14]


Ascionerie no 6: Fantaisie diabolique a été réalisée en décembre 2011 et janvier 2012 au studio du compositeur et a été créée le 21 janvier 2012 dans le cadre de la saison Multiphonies de l’Ina-GRM à l’Auditorium Saint-Germain de la MPAA (Paris, France). Elle est une commande de l’Ina-GRM. La voix enregistrée est celle du compositeur.

Composition

Création

  • 21 janvier 2012, Multiphonies 2011-12: Akousma, Auditorium Saint-Germain — MPAA, Paris (France)

Divertissement

Patrick Ascione

  • Année de composition: 2001
  • Durée: 13:46
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T0042667991

Stéréo

ISRC CAD502110008

  • 44,1 kHz, 16 bits

Composer non pas uniquement pour un auditoire familier, mais aussi (et peut-être surtout) pour un plus large public tout en évitant un galvaudage du genre, m’a toujours paru de première importance…

Tenter de rendre vivant, plus accessible, un genre musical bien souvent considéré comme sérieux, voire pire… Tenter d’aborder cette musique concrète, cet art acousmatique sous un éclairage un peu différent… Ici par une forme de dépouillement des matériaux exempts de tout élément de nature évènementielle, ou par une manière caractéristique de faire parler les sons, jusqu’à l’abstraction, la musique…

[iv-14]


Divertissement a été réalisée en 2001 au studio de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et a été créée le 9 juin 2001 dans le Grand théâtre de la Maison de la culture de Bourges dans le cadre du festival Synthèse (Bourges, France). Elle est une commande de l’IMEB.

Composition

Création

  • 9 juin 2001, Synthèse 2001: Concert, Grand théâtre — Maison de la culture de Bourges, Bourges (Cher, France)

Et puis l’oubli…

Patrick Ascione

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 10:06
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: IMEB
  • ISWC: T0031170952

Stéréo

ISRC CAD502110009

  • 44,1 kHz, 16 bits

Métaphore de ce qui se termine, de la fin de toute chose. État de l’âme en cet instant. Moment d’un départ, d’une séparation, quand le présent devient jadis…

Hommage au souvenir, quand les mots sont devenus vains.

Exprimer par la musique ce qui reste au fond de soi lorsque la communication est coupée, et par delà le langage, retenir ce qui n’est plus, un instant encore, comme une ultime étape avant le silence, avant l’oubli.

Par sa forme faite de rappels et retours, la pièce induit l’émergence ou la réactivation de la mémoire, du souvenir.

[v-14]


Et puis l’oubli… a été réalisée en 1998 au studio de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB, France) et a été créée en juin 1998 dans le Grand théâtre de la Maison de la culture de Bourges dans le cadre du festival Synthèse (Bourges, France). Elle est une commande de l’IMEB.

Composition

Création

  • Juin 1998, Synthèse 1998: Concert, Grand théâtre — Maison de la culture de Bourges, Bourges (Cher, France)

Distinctions

Danse de l’aube

Patrick Ascione

  • Année de composition: 2000-02
  • Durée: 18:21
  • Instrumentation: support 8 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: État (Direction de la musique, France), Ina-GRM
  • ISWC: T0042893333

Stéréo

ISRC CAD502110010

  • 44,1 kHz, 16 bits

Allégresse, danse, fête…

Le rythme et ses tabous dans la musique acousmatique…

Cette pièce interroge les limites de notre art (bien que les limites en art soient toujours provisoires…). Quels en sont les cadres, les contours et l’évolution (on en connaît la genèse), jusqu’où le compositeur peut-il aller et ces limites existent-elles?

Danse de l’aube s’inscrit aussi dans le prolongement de travaux réalisés depuis plusieurs années autour du développement de la notion de «polyphonie spatiale» pour une meilleure lisibilité des œuvres en concert intégrant dans l’acte initial de composition en studio la dimension spatiale de l’œuvre par le biais de techniques multipistes diverses.

Elle aborde la question du phénomène de «relief» sonore par l’exploration des possibilités engendrées par un système de composition et de projection sur 8 pistes réelles.

[v-14]


Danse de l’aube a été réalisée en 2000-02 au studio de l’Ina-GRM et a été créée le 15 juin 2002 dans le cadre du Cycle acousmatique du l’Ina-GRM à la Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France (Paris, France). Elle est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris).

Composition

Création

  • 15 juin 2002, Multiphonies 2001-02: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)