electrocd

Détail des pistes

Spectral Lands

Denis Smalley

  • Année de composition: 2010-11
  • Durée: 15:45
  • Instrumentation: support 6 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: HCMF, CeReNeM
  • ISWC: T9116694123

Stéréo

ISRC CAD502110011

  • 44,1 kHz, 16 bits

À George

Dans le titre, «spectral» fait référence aux auras fantomatiques des voix, des chants d’oiseaux et des phénomènes naturels qui peuplent les mondes imaginaires, ainsi qu’au concept de «spatialité spectrale», soit l’impression d’espaces, d’ampleur, que créent les comportements et les mouvements des sons dans le spectre sonore. Des terres, des mondes («lands») émergent de la relation entre la spatialité spectrale, la cohabitation physique des sons et des auditeurs dans l’espace et les environnements qu’évoquent les sources sonores (réelles ou imaginées).

En composant cette pièce, je me remémorais une récente visite à Golden Bay, dans l’extrémité nord-ouest de l’île sud de la Nouvelle-Zélande: la côte qui s’étire, les bruits dans la forêt indigène, la différentiation trouble, sous certaines lumières, entre océan, ciel et terre. J’ai été particulièrement frappé par la grande plage de Wharariki, où les vents soufflant sur les congères de sable ondoyant ont tôt fait d’effacer les traces de l’être humain; des saillies rocheuses aux arêtes usées par le temps s’élèvent du sable et de la mer; des grottes résonantes creusées par des marées séculaires s’écartent de la plage. J’ai été tout aussi subjugué par le paysage des Corbières, dans le sud de la France, où j’ai effectué l’essentiel du mixage de cette pièce. Entre des journées ensoleillées, on y rencontre des cieux dramatiques, des couches de nuages se déplaçant à toute vitesse, de bruyants coups de vent et, lorsque s’abat l’averse, une énergie texturale palpable. Néanmoins, Spectral Lands n’est pas le tableau littéral d’un paysage. L’ambiguïté des spectres sonores est telle que l’auditeur est invité à assembler ses propres images, son propre scénario, tout en autorisant ceux qui le préfèrent à aborder le discours musical d’une manière plus abstraite.

[traduction française: François Couture, iv-20]


Spectral Lands [Terres spectrales] a été réalisée en 2010-11 dans les studios du compositeur à Fabrezan (France) et Londres (Angleterre, RU), et a été créée le 23 novembre 2011 dans le Phipps Concert Hall du Creative Arts Building (aujourd’hui la salle Phipps du Richard Steinitz Building) de la University of Huddersfield, dans le cadre du Huddersfield Contemporary Music Festival (HCMF). Elle est une commande du HCMF et du Centre for Research in New Music (CeReNeM) de la University of Huddersfield. Spectral Lands est dédiée à George, qui a côtoyé ces sons au quotidien pendant plusieurs mois et qui en sait probablement plus qu’il ne le souhaiterait sur leurs origines et leur utilisation.


Création

  • 23 novembre 2011, hcmf// 2011: 20. Notam, Phipps Hall — Creative Arts Building — University of Huddersfield, Huddersfield (Angleterre, RU)

Composition

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement Ambisonique stéréophonique a été produit par Jonty Harrison en avril 2018 dans son studio à Birmingham (Angleterre, RU).

Matriçage

Ringing Down the Sun

Denis Smalley

  • Année de composition: 2001-02
  • Durée: 14:39
  • Instrumentation: support 6 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: DIEM
  • ISWC: T0100892792

Stéréo

ISRC CAD502110012

  • 44,1 kHz, 16 bits

C’est en travaillant sur les matières de cette pièce dans le studio du Dansk Institut for Elektronisk Musik (DIEM) à Århus (Danemark) que j’ai entendu parler d’une tradition (ringer solen ned en danois) où on fait sonner les cloches des églises pour marquer la fin de la journée de travail et la descente du soleil à travers la brunante. Ce signal (et tout ce qu’il représente) demeure présent dans la culture danoise, même s’il a perdu son utilité au quotidien. Cette idée semblait correspondre, métaphoriquement, à mes attitudes envers les sons, les contours et les espaces dans lesquels je me plongeais; elle a orienté l’œuvre.

On y trouve des sons résonants qui, même s’ils sont parfois déclenchés par de durs coups, nous entraînent dans la contemplation, ainsi que des guirlandes battantes qui tournent en rond, irradiantes d’énergie. Les contours descendants dominent; ils flottent, dérivent et tombent. Mais le soleil, il faut aussi le réveiller, saluer son lever! Ainsi, la forme de l’œuvre est dictée par le progrès de contours cycliques. Enfin, mentionnons la dimension spatiale en soi, conçue pour évoquer les grands espaces en plein air (ciel, paysage, côte), ainsi que la sensation plus intime, enveloppante, des résonances.

[traduction française: François Couture, iv-20]


Ringing Down the Sun [Carillonner le coucher du soleil] a été réalisée en 2001-02 dans le studio du Dansk Institut for Elektronisk Musik (DIEM) à Århus (Danemark) et au studio du compositeur à Londres (Angleterre, RU), et a été créée le 13 juin 2002 pendant le festival MIX.02 à Auktionsscenen (Århus, Danemark). Elle est une commande du DIEM. Merci à Wayne Siegel, à l’origine de celle-ci.


Création

  • 13 juin 2002, MIX.02 Festival, Auktionsscenen, Århus (Danemark)

Composition

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement Ambisonique stéréophonique a été produit par Jonty Harrison en avril 2018 dans son studio à Birmingham (Angleterre, RU).

Matriçage

Resounding

Denis Smalley

  • Année de composition: 2003-04
  • Durée: 13:55
  • Instrumentation: support 6 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Sonorities Festival avec l’aide de la National Lottery du Arts Council of Northern Ireland
  • ISWC: T3026410806

Stéréo

ISRC CAD502110013

  • 44,1 kHz, 16 bits

Resounding reprend les dernières cloches de Ringing Down the Sun (2001-02) comme point de départ d’un tout nouveau développement. Son titre évoque un son résonant, un espace qui s’emplit de son, et la notion de résonance entendue en rythmes cycliques, qui s’étire, meurt ou est projetée dans l’espace d’écoute. Spatialement parlant, deux idées dominent: la résonance perçue comme si on était à l’intérieur d’objets de tailles diverses et la résonance externe d’espaces tels qu’ils sont ressentis (une grande église, par exemple). L’idée double de résonner et re-sonner se reflète dans le déroulement de l’œuvre, qui accorde une attention particulière au retour de matières dans des environnements différents.

[traduction française: François Couture, iv-20]


Resounding [Résoner] a été réalisée en 2003-04 au studio du compositeur à Londres (Angleterre, RU) et a été créée le 24 avril 2004 dans le cadre du Sonorities Festival au Sonic Arts Research Centre (SARC) de la Queen’s University à Belfast (Irlande du nord, RU); le festival soulignait alors l’inauguration du SARC. Elle est une commande du Sonorities Festival avec l’aide de la National Lottery par l’entremise de l’Arts Council of Northern Ireland.


Création

  • 28 avril 2004, Sonorities 2004: Denis Smalley, Sonic Arts Research Centre — Queen’s University Belfast, Belfast (Irlande du Nord, RU)

Composition

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement Ambisonique stéréophonique a été produit par Jonty Harrison en avril 2018 dans son studio à Birmingham (Angleterre, RU).

Matriçage

Vortex

Denis Smalley

  • Année de composition: 1981-82
  • Durée: 15:49
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Tim Souster avec l’aide du Arts Council of Great Britain
  • ISWC: T3025951804

Stéréo

ISRC CAD502110014

  • 44,1 kHz, 16 bits

À la mémoire de Tim Souster (1943-1994)

Le titre Vortex reflète une préoccupation pour le mouvement; pas nécessairement au sens littéral de mouvement spatial, mais des objets sonores, des textures, des contours et des particules dont la forme et le comportement évoquent des analogies avec le mouvement, réel ou imaginaire. En musique acousmatique, de telles relations peuvent frapper, l’auditeur percevant souvent les sons comme des entités physiques en déplacement dans l’espace. On peut presque voir les pointes et les textures, les grandes courbes, les dimensions et la forme des structures sonores. Vortex repose sur de grands événements sonores attaqués, riches et résonants, qui servent de piliers structurels. Leur impact et l’énergie qu’ils irradient annoncent les points culminants, impriment des changements de direction et propulsent la musique vers l’avant.

[traduction française: François Couture, iv-20]


Vortex a été réalisée en 1981-82 dans l’Electroacoustic Music Studio de la University of East Anglia (Norwich, RU). Elle intègre des matières générées à l’aide du système Structured Sound Synthesis Project (SSSP) du Computer Systems Research Institute de la University of Toronto (Canada), ainsi que quelques matières créées dans le YLE Experimental Studio, le studio expérimental de la radio nationale finlandaise. Elle a été créée le 27 février 1983 au Round House de Londres (Angleterre, RU), pendant le premier concert d’une tournée de treize concerts entreprise par Electronic Music Now. Elle est une commande de Tim Souster avec l’aide de l’Arts Council of Great Britain. Vortex a remporté le premier prix ex æquo de la catégorie «musique analogique» du 11e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (Bourges, France, 1983) et, à la même occasion, le Prix spécial de la Confédération internationale de musique électroacoustique (CIME). Vortex est maintenant dédiée à la mémoire de Tim Souster, décédé en 1994 à l’âge de 51 ans.


Création

  • 27 février 1983, Concert, The Round House, Londres (Angleterre, RU)

Distinctions

Préparation

Composition

Partitions