electrocd

Détail des pistes

Masques et dichotomies

Roxanne Turcotte / Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2021
  • Durée: 10:00
  • Instrumentation: synthétiseur et support 16 canaux

Stéréo

«Si tu as quelque chose à dire et que tu veux être entendu, alors tu dois porter un masque» (“If you want to say something and have people listen then you have to wear a mask.”)

Banksy

Banksy, artiste-peintre britannique, fait passer ses messages de façon incognito à travers un art urbain depuis les années 90. Cette façon de s’exprimer excite la curiosité, ce qui lui confère une grande popularité malgré qu’il veuille rester anonyme par l’emprunt d’un pseudonyme.

Travail sur la recherche d’effets subliminaux et psychoacoustiques: phénomène de masquage, filtrage et trame de basses marquée, sons sourds et évolutifs, battements, inversions, jeu de traitement et contre-chants électroacoustiques, timbres électroniques et acoustiques.

La voix, au travers d’un masque, produit une sonorité étouffée, une voix parfois éteinte comme la nuit. Ces variations acoustiques sont observables lors de l’écoute d’entrevues à la télévision et à la radio depuis le début de la pandémie mondiale qui sévit depuis 2019. Je me suis amusée à reproduire ces effets sonores avec un égalisateur de fréquences sur une voix préenregistrée, modifiant ainsi le timbre vocal selon le type de tissu, l’épaisseur, la dimension et le nombre de couches d’un masque imaginaire pour ensuite rendre plus clair et distinct le timbre vocal original. Des toussotements et éternuements sont disposés sur différents plans dans l’espace. Quelques conversations, captées avec un enregistreur ambisonique, y sont intégrées.

Un bruit de cigale sauvée de la gueule d’un chat fait le lien entre le réel et le rêve. Elle émet ce bruit sec dans ma main en reprenant ses esprits, puis elle s’envole.

Des vagues, servant à structurer l’œuvre, se meuvent dans tous les sens au grand plaisir de la nature, tout en laissant ses riverains à la dérive et le silence fît.

Un fossé s’est creusé entre les bien-pensants aux idées conformistes et les autres. Une étrange époque demeure figée à l’ombre des médias sociaux, provoquant une grande solitude. Des algorithmes prennent de plus en plus le contrôle et des humains deviennent dépendants de cette nouvelle intelligence qui les dirigent vers des réalités inventées truffées de désinformations, de modifications à l’esprit critique et des apparences artificielles. Ils en deviennent dépendants de façon maladive en attente d’approbations tout en vivant dans des bulles aseptisées mais de plus en plus fragilisées. Une situation digne d’une série de science-fiction.

Au même moment, il y a la faille, l’erreur, le mensonge. Un président fou, corrompu, raciste et irresponsable a déteint sur sa population. Il persiste par la voix d’une suprématie blanche meurtrière qui laisse des traces. Des milieux de vie sont ainsi peuplés d’imposteurs et de délateurs individualistes et sans scrupules, laissant poindre des idées réactionnaires de vierges offensées. Ce populisme ne distingue plus le vrai du faux.

Tous les jours nous sommes témoins d’événements révélateurs de racisme systémique, de culture du viol, de féminicides, d’inégalités sociales et de paranoïa collective! Le déséquilibre écologique et la contamination du spectre des conspirationnistes insouciants, en sont un signe. Nous nous cachons alors sous un masque afin de passer incognito et de ne pas subir l’impact d’une contamination en cascade dûe aux radicalisations incessantes.

Les bulles se touchent alors et se désintègrent tranquillement. Une longue route se dessine devant nous, prenant des allures de champ de bataille et des obstacles en forme de cônes orange ralentissent nos pas laborieux vers une résilience.

Pour ne pas complètement perdre le contrôle de nos vies, il vaut mieux se fier aux expressions des ridules du visage sous un masque et s’exprimer enfin à voix haute, sans jugement et sans la peur du regard de l’autre. Nous voulons vivre intensément. Les yeux seuls se sont exprimés sous ce couvre-visage tels des lanternes illuminées.

Lorsque les masques tombent, la nature reprend sa place graduellement, une baleine profite de l’espace libre pour dépasser ses limites. Des animaux disparus renaissent soudainement. Paradoxalement, nous ressentons enfin le calme des villes endormies sous l’atteinte d’un virus tel une dichotomie surprenante.

[iv-21]


Masques et dichotomies a été réalisée en 2021 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 27 février 2021 lors du concert La Grande Nuit 2021 — Au-delà de la notation diffusé en ligne en direct de l’Agora Hydro-Québec dans le cadre du festival Montréal / Nouvelles musiques (MNM) à Montréal. Merci à Audrée Southière, Bruno Galante, et à Fannie et ses ami.e.s.

Création

  • 27 février 2021, Version binaurale pour écoute en ligne: Montréal / Nouvelles Musiques 2021: La Grande Nuit 2021 — Au-delà de la notation, Montréal (Québec)

Composition

Au rythme des lucioles

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2019-21
  • Durée: 2:59
  • Instrumentation: synthétiseur et support 16 canaux

Stéréo

Des sonorités aigües voltigent comme de minuscules luminosités éphémères et perceptibles par la rythmique et l’espace interne de l’œuvre. Des cliquetis apparaissent et disparaissent aussitôt, feignant un effet de bioluminescence. Des réverbères désalignés dans la pénombre créent des halos qui s’estompent peu à peu, laissant place aux prochains bruissements d’insectes éphémères de la famille des lampyridae. Un contrepoint électroacoustique, devenant presqu’un chant choral, est construit à partir de diverses sources sonores et projeté dans l’espace sonore. On imagine des petits êtres tels des lapins à queue blanche sortant de leur torpeur, des gens qui disparaissent sous le ciel d’une nuit étoilée, ou d’autres, figés, observant la scène qui s’agite tout doucement. Enfin la lueur d’espoir tant attendue, un reflet!

L’idée m’est venue lors d’une promenade du soir, fascinée par le spectacle des lucioles tout autour de moi — insectes que je croyais pourtant en voie d’extinction. C’était une soirée parfaite de l’été 2017. Le moment magique d’une pluie d’étoiles filantes se perpétue depuis, tous les ans, comme des constellations dans le ciel. Éteignons les réverbères afin de pouvoir mieux les observer.

[iv-21]


Au rythme des lucioles a été réalisée en 2019 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal.

Création

  • 2 mai 2021, Les oiseaux de Nias, Salle Pierre-Mercure — Centre Pierre-Péladeau, Montréal (Québec)

Composition

Les oiseaux de Nias

Roxanne Turcotte / Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2017-19, 20
  • Durée: 30:00
  • Instrumentation: 5 instruments à vent, 25 appeaux et support multicanal immersif (31 canaux)

Stéréo

Sur l’île de Nias au large de Sumatra en Indonésie, des oiseaux chanteurs à la voix d’or sont malheureusement capturés chaque année pour les bénéfices d’un concours de chant. Un “Gazouillis mania” où les oiseaux disparaissent des forêts pour aller vivre dans de minuscules cages.

«Des milliers d’oiseaux exotiques sont en effet attrapés illégalement chaque année dans les forêts tropicales en Indonésie et revendus sur des marchés où ils arrivent cachés dans des caisses, parfois même à l’intérieur de bouteilles en plastique. L’Indonésie est un terrain propice à un tel trafic: la jungle de l’archipel d’Asie du Sud-Est regorge d’espèces d’oiseaux chanteurs, tels le Garrulaxe bicolore de Sumatra, le Lori noira rouge à la queue vert noirâtre ou encore l’étourneau à ailes noires.»

Idées puisées dans le reportage «Indonésie, l’éveil d’un archipel» de l’émission Thalassa (TV5) de janvier 2016.

Les rites de la nature font un bruit sous ce silence où que ce soit. Une forêt là où quelque part, des oiseaux s’y cachent pour se protéger des prédateurs. Le trafic d’oiseaux persiste afin de satisfaire des amateurs sans scrupules. Ailleurs, on les écoute, on les invite à une désinvolture certaine. Enregistrons-les et observons-les.

Des enfants sont enlevés à leur famille et exploités; des prisonniers politiques luttent pour la survie de leur voix unique et revendicatrice; tous les jours des femmes sont violentées et des minorités, marginalisées. Malgré le problème de la pauvreté sur Terre, les injustices résistent à la résilience des peuples, sous un soleil noir. Des regroupements d’oiseaux sont solidaires et sans hiérarchie. Ceci est un appel à la liberté et à la sauvegarde de notre espace vital. Étouffés par la claustrophobie, il ne faut jamais céder à la paralysie collective pour notre survie.

Le cœur de la thématique s’agite autour d’une étude comportementale et comparative du fonctionnement des oiseaux grégaires et des manifestations d’opposition chez les humains. La révolte est une conséquence, une défense contre la déshumanisation et le désordre universel. Le phénomène de individualisme est voué à l’autodestruction des hommes. La diminution de la biodiversité témoigne de l’incrédulité humaine et des gouvernements climatosceptiques. Le pouvoir industriel fait en sorte que des individus dissidents se démarquent des populations, pour former des groupuscules indignés.

Les oiseaux de Nias trace un parallèle entre les types de rassemblements chez les êtres vivants et fait référence à l’incidence de l’activité humaine sur l’écosystème terrestre qui demeure très inquiétante.

Le grand défi de cette œuvre, élaborée à partir de la coexistence acoustique / électronique, a été d’établir une uniformité entre les sons fixés pré-spatialisés, le son amplifié, modifié et spatialisé des cinq solistes et le chœur de 25 appeaux acoustiques.

Les chants d’oiseaux ont été enregistrés lors de mes expéditions et voyages. Aux sons acoustiques, s’ajoutent des objets sonores que j’ai fabriqués: petites cabanes fluorescentes sur bâton avec mini haut-parleur et interrupteur, pailles-sifflet modifiées générant des fréquences multiples simultanément, révélant ainsi des accords spontanés.

Cette fantaisie musicale comporte aussi des éléments visuels et théâtraux et elle demande également la participation du public. Elle a d’abord été conçue pour une présentation dans la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT) à Montréal (Québec), une salle demi-sphérique qui dispose d’un système de son à 31 canaux répartis sur 157 haut-parleurs.

[vi-21]


Les oiseaux de Nias a été réalisée en 2017-19 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 26 février 2019 lors du concert D’un espace à l’autre à la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT) dans le cadre du festival Montréal / Nouvelles musiques (MNM) à Montréal; scénographie: RB Breton Parisi; mise en scène, éclairages: François Doyon. Merci à Walter Boudreau et Aïda Aoun de la SMCQ. La pièce a été révisée en 2020. Merci: au «Chœur d’appeaux» dont un groupe d’enfants de l’École de la Samare (appeaux enregistrés); à Fannie Doyon-Turcotte, Michel Lacroix et Cédric Quilleré (captures sonores en voyage); au Centre de musique canadienne au Québec (production graphique de la partition); à David Ledoux et Robert Normandeau de la Faculté de musique de l’Université de Montréal (spatialisation avec SpatGRIS dans le dôme de haut-parleurs et répétition); à Audrée Southière (narration enregistrée); et aux cinq interprètes solistes Michel Dubeau, Julien Grégoire, Claire Marchand, Sonia Paço-Rocchia, Guy Pelletier; et un merci spécial à Élisabeth Cathy (joli son d’oiseau). Conception, fabrication et programmation du Tuyau long: Sonia Paço-Rocchia; conception et fabrication d’autres objets sonores: Roxanne Turcotte. Merci aussi au Conseil des arts du Canada (CAC) (composition, première diffusion en concert).

Création

Composition

Révision

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement sonore a été réalisé le 23 octobre 2020 au Studio Fast Forward à Montréal. Merci à: Frédéric Salter (prise de son), Bernard Beninger. Merci au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) (fixation). Trois mixages — multicanal, stéréo ambisonique et stéréo binaural — ont été réalisés en novembre et décembre 2020 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal.

Fixation

Mixage

Le bruit des soupirs

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2014-17, 18
  • Durée: 9:50
  • Instrumentation: support 16 canaux

Stéréo

Qu’est-ce qui se cache derrière ce soupir langoureux et si résonnant à mes oreilles? Des petits reportages sous forme de paysage sonore qui parlementent sous un réverbère. Ce qui relie terre et ciel, c’est l’étendue de notre ancrage qui nous soulève tout en douceur vers notre histoire, des carnets de voyage bien remplis, les embranchements de nos vies à multiples facettes et nos jardins secrets. Nos silences intérieurs nous dictent un comportement, une réflexion, quelques fois bruyants. Les luttes, les débats, les défaillances, les dérapages humains évoluent à travers les idées, les passions, les désirs et les beautés du monde. Des chants d’oiseaux exotiques, des bruits de la nature et des mots en créole aux Seychelles, nous plongent dans un univers féérique malgré une ombre noire: un hôtel de luxe déverse des résidus toxiques dans un cours d’eau près des habitations.

Le bruit des soupirs est un enchaînement serré des segments sonores originalement conçues en 2015 pour une installation de cartes de souhaits sonores. Chaque segment sonore, si court soit-il, dévoile une idéologie, un combat avec parfois un grain d’humour aux couleurs de timbres variées.

[v-21]


Le bruit des soupirs a été réalisée en 2014-17 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 2 juin 2017 dans le cadre du festival Klang! électroacoustique 2017 à Montpellier (France). La pièce a été révisée en 2018. Merci à Michel Dubeau (shakuhachi enregistré). Merci au Conseil des arts du Canada (CAC); et à François Doyon (photographies et vidéo de la version installation), ainsi qu’à Arthur, Bénédicte et Paulo (voix enregistrées aux Seychelles).

Création

  • 2 juin 2017, Klang! électroacoustique 2017: Concert 3, Salle Molière — Opéra Comédie, Montpellier (Hérault, France)

Composition

Révision

Tango déconstruit

Roxanne Turcotte

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 3:24
  • Instrumentation: support multicanal

Stéréo

Sons visuels sans images. Sensations et perceptions. Une route montagneuse sur un air de tango. Un réverbère s’allume sur une déconstruction rythmique et polyphonique d’un genre musical latino-américain que j’affectionne particulièrement et qui me fait voyager dans une sphère chaleureuse. Court hommage à une femme d’exception, Beatriz Ferreyra, compositrice argentine qui est entrée dans le monde de la musique électroacoustique en passant par le Groupe de recherches musicales (GRM) du Service de la recherche de l’ORTF sous la direction de Pierre Schaeffer.

[iv-21]


Tango déconstruit a été réalisée en 2017 au studio de la compositrice (Studio Séducson) à Montréal et a été créée le 27 février 2021 lors du concert La Grande Nuit 2021 — Au-delà de la notation diffusé en ligne en direct de l’Agora Hydro-Québec dans le cadre du festival Montréal / Nouvelles musiques (MNM) à Montréal. Tango déconstruit a été composée à partir d’une pièce — réalisée avec un synthétiseur par modulation de fréquence (FM) — tirée d’une suite composée en 1985 pour le spectacle Mime machine du mime québécois Claude St-Denis.

Création

  • 27 février 2021, Version binaurale pour écoute en ligne: Montréal / Nouvelles Musiques 2021: La Grande Nuit 2021 — Au-delà de la notation, Montréal (Québec)

Composition