electrocd

Détail des pistes

Ce qu’entend le noyé

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 2019
  • Durée: 9:59
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9318126748

Stéréo

ISRC CAD502110034

  • 44,1 kHz, 16 bits

Balancé au gré des vagues, l’Homme qui se noie perçoit les goélands et son bateau qui s’éloigne. Et sous l’eau? Le chant des sirènes?

[iii-21]


Ce qu’entend le noyé a été réalisée en avril 2019 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique). Merci à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la culture, Service de la musique.

Composition

Le parti flou des sons

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 2017
  • Durée: 8:43
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9227922567

Stéréo

ISRC CAD502110035

  • 44,1 kHz, 16 bits

En hommage au poète Francis Ponge (1899-1988) pour ses très beaux poèmes dans le livre Le parti pris des choses (1942).

Le titre que j’ai choisi s’en est inspiré bien que la pièce en soit l’avers. La musique est une construction de type organique, où un événement en déclenche un autre qui produit des phénomènes d’apparition-disparition. Il s’agit ici d’une plongée dans un magma glauque d’où surgissent des cris et des appels flous, confus, indéfinis. Par vagues, les phénomènes sonores surgissent et tentent inlassablement de se déployer. Cette plongée en flux et reflux dans l’indéterminé provoque des sensations qui appartiennent au monde du rêve… ou du cauchemar! Cette «ambiance floue» est bien le contraire des «choses» décrites avec tant d’acuité dans les poèmes de Francis Ponge.

[vi-21]


Le parti flou des sons a été réalisée en février 2017 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 29 mars 2017 durant le concert ÉlectroBelge à l’Espace Senghor à Bruxelles (Belgique). Merci à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la culture, Service de la musique.

Création

  • 29 mars 2017, ÉlectroBelge, Le Senghor, Bruxelles (Belgique)

Composition

L’hubris du monde

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 2019
  • Durée: 10:20
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9318126726

Stéréo

ISRC CAD502110036

  • 44,1 kHz, 16 bits

J’entends la société des Hommes et la nature hurler leurs douleurs et leurs limites. L’hubris du monde est l’expression révoltée de cet état de fait actuel.

Le monde humain et la planète sont saccagés par notre démesure (l’hubris)
La Planète, face à notre avidité inextinguible, répond
L’Humain oublie vite
alors?
Un pas en avant
Deux pas en arrière
Un pas de plus en avant sera-t-il encore possible?

Première partie d’une trilogie composée en années de pandémie; cette trilogie en est le miroir.

[iii-21]


L’hubris du monde a été réalisée en février 2019 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 24 avril 2019 durant le concert ÉlectroBelge à l’Espace Senghor à Bruxelles (Belgique). Merci à JJ Quinet pour son don de sons et à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la culture, Service de la musique.

Création

  • 24 avril 2019, ÉlectroBelge, Le Senghor, Bruxelles (Belgique)

Composition

L’odeur du soufre

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 2020
  • Durée: 9:43
  • Instrumentation: support 4 canaux
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3073841353

Stéréo

ISRC CAD502110037

  • 44,1 kHz, 16 bits

Quelque chose dans l’air sent le soufre, nos sens nous alertent. Le souffle du danger nous cerne de toute part, une étincelle et tout explosera. Ma musique illustre cette progression lente des effets néfastes d’un poison invisible.

Pour ce faire, et pour bien entourer l’auditoire, j’ai composé cette musique en quadriphonie. J’ai transformé une série de sons explosifs et tramés qui surprennent par leurs apparitions soudaines ou qui apaisent. Une note finale plus optimiste clôture cette descente en enfer.

«Les actions funestes sont, par leur nature, des poisons qui d’abord font à peine sentir leur mauvais goût, mais […] brûlent comme des mines de soufre… dès que la violence s’en mêle.» — Citation légèrement modifiée d’Othello (1604) de William Shakespeare: substitution d’un mot («actions» au lieu d’«idées») et ajout d’une suite («dès que la violence s’en mêle»).

Deuxième partie d’une trilogie composée en années de pandémie; cette trilogie en est le miroir.

[vi-21]


L’odeur du soufre a été réalisée en quadriphonie (et en stéréo) en avril 2020 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique). Merci à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la culture, Service de la musique.

Composition

Fin de crise

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 2021
  • Durée: 7:04
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3073840101

Stéréo

ISRC CAD502110038

  • 44,1 kHz, 16 bits

Dernière partie d’une trilogie composée en années de pandémie; cette trilogie en est le miroir. La colère (L’hubris du monde), l’étincelle qui mit le feu aux poudres; les cauchemars diurnes (L’odeur du soufre) et les incendies; les dernières et fiévreuses flambées (Fin de crise), et la promesse d’une éclaircie avec les oiseaux, les criquets, les battements d’ailes libérateurs, signes d’espoir.

J’ai choisi la stéréophonie pour ne plus être immergée dans l’horreur (L’odeur du soufre, réalisée en quadriphonie), mais pour avoir une perception d’un horizon qui s’étendrait loin devant soi, et d’où émergerait une lumière qui serait la sortie de crise tant espérée.

[vi-21]


Fin de crise a été réalisée en 2021 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 29 août 2021 durant le concert ÉlectroBelge au Jardin d’Orphie à Ohain. Merci à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la culture, Service de la musique.

Création

  • 29 août 2021, ÉlectroBelge, Jardin d’Orphée, Ohain (Belgique)

Composition

Paysages

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 2016
  • Durée: 7:48
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9227344243

Stéréo

ISRC CAD502110039

  • 44,1 kHz, 16 bits

À ma fille Alice

Musique acousmatique composée à partir de sons de paysages naturels (la forêt, la mer), de sons animaliers (oiseaux, mammifères), de sons des éléments (l’eau, le vent), et de sonorités électroniques symboliques… Après transformations par différents moyens électroacoustiques, je les projette dans un triptyque d’interrelations ludiques pour composer «un assemblage organisé dont le modèle s’ancre dans l’histoire de la peinture: à l’invention du paysage» (Daniel Deshays). Ici, en l’occurrence, on perçoit des paysages habités.

[vi-21]


Paysages a été réalisée en 2016 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 23 mars 2016 durant le concert ÉlectroBelge à l’Espace Senghor à Bruxelles (Belgique). Merci à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la culture, Service de la musique.

Création

  • 23 mars 2016, ÉlectroBelge, Le Senghor, Bruxelles (Belgique)

Composition

Trajets

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 10:30
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3073842152

Stéréo

ISRC CAD502110040

  • 44,1 kHz, 16 bits

Cette pièce est la déclinaison musicale de la notion de «trajet», incluant la trajectoire, l’espace, le temps. Le temps qu’il faut pour traverser un espace. C’est la possibilité du jeu de mouvements de traversées lors de concerts acousmatiques, avec un acousmonium riche de possibilités de spatialisation, qui m’a inspirée.

[iii-21]


Trajets a été réalisée en 1991 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 17 novembre 1992 durant le Festival de radios de création au Centre culturel d’Anderlecht (Belgique).

Création

  • 17 novembre 1992, Festival de radios de création, Escale du nord — Centre culturel d’Anderlecht, Anderlecht (Belgique)

Composition

Voyage-mirages

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 2018
  • Durée: 7:56
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T9305936587

Stéréo

ISRC CAD502110041

  • 44,1 kHz, 16 bits

Pour la pièce Voyage-mirages, je suis partie d’un extrait du poème Le nuage (1871) de Louise Ackermann (1813-1890) qui illustre la relation que l’acousmatique permet avec la réalité et ses multiples mirages.

Ainsi, jamais d’arrêt. L’immortelle matière
Un seul instant encor n’a pu se reposer.
La Nature ne fait, patiente ouvrière,
Que dissoudre et recomposer.

Tout se métamorphose entre ses mains actives;
Partout le mouvement incessant et divers,
Dans le cercle éternel des formes fugitives,
Agitant l’immense univers.

[iii-21]


Voyage-mirages a été réalisée en 2018 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 25 avril 2018 durant le concert ÉlectroBelge à l’Espace Senghor à Bruxelles (Belgique). Merci à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la culture, Service de la musique.

Création

Composition

Voyage, voyage

Marie-Jeanne Wyckmans

  • Année de composition: 2006
  • Durée: 2:54
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T3073841148

Stéréo

ISRC CAD502110042

  • 44,1 kHz, 16 bits

À Francis Dhomont

Une miniature, un clip musical en l’honneur de Francis Dhomont. Certaines de ses musiques où le voyage est prégnant m’inspiraient des envies de traversées d’espaces.

[iii-21]


Voyage, voyage a été réalisée en 2006 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches à Ohain (Belgique) et a été créée le 21 octobre 2006 lors du concert Hommage aux 80 ans de Francis Dhomont dans la cadre du festival L’Espace du son au Théâtre Marni à Bruxelles (Belgique).

Création

  • 21 octobre 2006, L’Espace du son 2006: Hommage aux 80 ans de Francis Dhomont, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Composition