electrocd

Détail des pistes

Suite baroque, 1: Toccata

Yves Daoust

  • Durée: 5:39
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0715175384

Stéréo

ISRC CAD509110006

  • 44,1 kHz, 16 bits

À partir de la préface du Premier livre des toccatas (1615) de Girolamo Frescobaldi.

[ix-91]


Composition

Petite musique sentimentale

Yves Daoust

  • Année de composition: 1984
  • Durée: 10:11
  • Instrumentation: piano et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Harry Halbreich
  • ISWC: T0708479519

Stéréo

ISRC CAD509110007

  • 44,1 kHz, 16 bits

Circulation automobile, émissions radiophoniques sur les conditions routières, bulletins météorologiques. Ambiance d’hiver à Montréal. Bruits du quotidien, de la banalité urbaine, parmi lesquels s’infiltre sporadiquement, lors d’une accalmie de la rumeur citadine, un accord de piano, comme s’échappant d’une fenêtre entr’ouverte. Couleur nostalgique, surannée, semblant venir d’ailleurs, d’une autre époque, d’une autre ville.

[ix-91]


Petite musique sentimentale a été réalisée au studio du compositeur en 1984 et créée par la pianiste Anne Berteletti le 20 janvier 1985 au Studio 106 de Radio France à Paris. Cette pièce est une commande de Harry Halbreich, réalisateur à la radio nationale belge.


Création

  • 20 janvier 1985, Anne Berteletti, piano • Perspectives du XXe siècle: Carte blanche à Harry Halbreich, Studio 106 Sacha Guitry — Maison de Radio France, Paris (France)

Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version de Petite musique sentimentale a été interprétée par Jacques Drouin, enregistrée au Studio d’enregistrement de la McGill University en mai 1991 (ingénieur: Peter Cook) et mixée au studio du compositeur en juin 1991.

Interprètes

Fixation

Mixage

Partitions

Suite baroque, 2: «Qu’ai-je entendu?»

Yves Daoust

  • Durée: 2:29
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0704946031

Stéréo

ISRC CAD509110008

  • 44,1 kHz, 16 bits

À partir de l’opéra Castor et Polux (1737) de Jean-Philippe Rameau.

[ix-91]


Composition

Adagio

Yves Daoust

  • Année de composition: 1986
  • Durée: 14:34
  • Instrumentation: flûte et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Lise Daoust, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0707501118

Stéréo

ISRC CAD509110009

  • 44,1 kHz, 16 bits

Boehm a suscité un répertoire très virtuose. Œuvres théâtrales, d’intérêt musical plutôt mince, catalogue d’effets, de traits stéréotypés illustrant les possibilités techniques de l’instrument, pastiches des grands concertos romantiques pour violon. Répertoire suranné, certes, mais si valorisant pour l’interprète.

La partie instrumentale de Adagio a été réalisée à partir de 192 extraits d’œuvres de virtuosité bien connues de tout flûtiste (Boehm, Kuhlau, Tulou, Molique, Doppler, Fauré…) entrecoupés de citations de l’adagio du quatuor K 285 de Mozart pour flûte, violon, alto et violoncelle. Omniprésent, tant dans la partie de flûte que sur la bande, l’adagio de Mozart s’entremêle aux bruits de la vie quotidienne: circulation, sonneries de téléphone, émission radiophonique culturelle (dans laquelle on entend une entrevue avec la flûtiste), télévision, leçons de musique.

Écriture fragmentée, constamment brisée. L’instrumentiste tente désespérément de raccorder ces morceaux épars, de les agencer en un propos cohérent.

Son pianiste imaginaire (en version concert, un piano est disposé près de la flûtiste) lui sert de point d’ancrage avec la réalité. Mais très vite, elle dérive.

[ix-91]


Adagio a été réalisée au studio du compositeur en 1985-86 et créée par la flûtiste Lise Daoust le 19 avril 1987 au festival des Musiques actuelles Nice/Côte d’Azur (MANCA, France). Cette pièce est une commande de Lise Daoust réalisée avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC).


Création

  • 19 avril 1987, Lise Daoust, flûte • Festival Manca 1987: Concert, Nice (Alpes-Maritimes, France)

Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version a été enregistrée au Conservatoire de musique de Montréal en juin 1991 et mixée au studio du compositeur.

Interprètes

Fixation

Mixage

Partitions

Suite baroque, 3: Les «Agrémens»

Yves Daoust

  • Durée: 6:47
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0704765296

Stéréo

ISRC CAD509110010

  • 44,1 kHz, 16 bits

À partir d’un extrait de L’art de toucher le clavecin (1717) de François Couperin.

[ix-91]


Composition

L’Entrevue

Yves Daoust

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 9:11
  • Instrumentation: accordéon et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Joseph Petric, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0704775256

Stéréo

ISRC CAD509110011

  • 44,1 kHz, 16 bits

Quatrième du cycle pour instrumentiste soliste et bande, L’Entrevue prolonge le même thème. Mais alors que dans les trois œuvres précédentes j’isole le musicien sur la scène par une bande très agressive qui l’entoure, l’enveloppe par l’utilisation des bruits caractéristiques de la vie quotidienne — machines diverses, appareils à ‘communiquer’, musiques industrielles — dans L’Entrevue, l’instrumentiste est confronté à lui-même: de nature très intimiste, la bande est réalisée uniquement à partir de la voix de l’interprète (Joseph Petric). La partie instrumentale est un mélange de citations de la Suite anglaise pour clavecin de JS Bach, et de formules stéréotypées, mélodiques et rythmiques, issues du répertoire populaire pour accordéon.

Ayant la forme, l’enveloppe d’une entrevue, l’œuvre exploite moins les propos que le timbre, l’intonation avec laquelle les choses sont dites, ponctuée épisodiquement de quelques sons d’accordéon émanant de la bande ou du musicien sur scène, telle une plainte, un soupir, un cri de colère, une tentative d’envolée lyrique ou nostalgique: soulignant, appuyant le caractère dramatique du moment. Jeu de miroir-anamorphose reflétant les aspirations inassouvies du musicien passionné, ayant soif d’absolu, prisonnier d’un instrument plus proche parent de la boîte à musique que des grandes orgues…

[ix-91]


L’Entrevue a été réalisée au studio du compositeur en 1991 et créée par l’accordéoniste Joseph Petric le 24 avril 1991 lors d’un récital produit par l’ACREQ au Théâtre Les Loges à Montréal. Cette pièce est une commande de Joseph Petric réalisée avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC).


Création

  • 24 avril 1991, Joseph Petric, accordéon • Concert, Théâtre Les Loges, Montréal (Québec)

Composition

À propos de cet enregistrement

La présente version a été enregistrée et mixée au studio du compositeur en avril et mai 1991.

Interprètes

Fixation

Mixage

Suite baroque, 4: L’Extase

Yves Daoust

  • Durée: 4:17
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0704946984

Stéréo

ISRC CAD509110012

  • 44,1 kHz, 16 bits

Scène d’amour entre la claveciniste et son instrument.

[ix-91]


Composition

Quatuor

Yves Daoust

  • Année de composition: 1979
  • Durée: 18:43
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0704768400

Stéréo

ISRC CAD509110013

  • 44,1 kHz, 16 bits

Ici, l’approche est plus ‘classique’: les sources sonores, bien qu’instrumentales, sont traitées comme des objets, travaillés à l’aide des manipulations habituelles du studio analogique. La référence à la nature instrumentale des sons, à la formation du quatuor à cordes y reste cependant très présente; elle est au cœur même de la démarche.

En composant cette œuvre, je pensais beaucoup à la Grande fugue, opus 133 de Beethoven, à cette écriture d’une incroyable tension, presque inhumaine: comme si Beethoven avait voulu faire éclater les instruments; comme s’il avait voulu atteindre le point limite au-delà duquel s’ouvrent des zones expressives inaccessibles aux instruments acoustiques — sinon que dans le rêve — mais que la magie et les artifices des moyens électroacoustiques permettent aujourd’hui d’explorer.

Aller chercher des inflexions et des articulations caractéristiques de l’écriture pour quatuor à cordes à travers toutes les époques et leur donner ce petit coup de pouce qui permet de glisser vers un espace imaginaire, transcendant les limites physiques des musiciens liés à leurs instruments acoustiques: tel est le propos de Quatuor qui se veut un hommage admiratif envers ces interprètes pour qui former un quatuor c’est souvent un peu comme entrer en religion…

[ix-91]


Depuis sa création, Quatuor a connu différentes versions et modes de diffusion: à l’origine une trame sonore conçue pour le film d’animation L’âge de chaise réalisé par Jean-Thomas Bédard à l’Office national du film du Canada (ONF), remodellée par la suite à l’Atelier sonore de l’ONF pour devenir une œuvre électroacoustique autonome. Dans sa forme concert, l’œuvre a été créée en avril 1979 à Montréal, au Conventum, lors d’un concert produit par l’ACREQ. Elle était alors accompagnée d’une projection multi-images réalisée par le photographe Jean-Guy Thibodeau. Quatuor a remporté le 1er prix de la catégorie électroacoustique de studio au 8e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1980) ainsi que le Grand prix 1980 de la CIME et a été enregistrée sur le disque compact Cultures électroniques 1 produit par le Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB) sur étiquette Le chant du monde (LDC 278043).


Création

  • 8 avril 1979, Concert, Centre d’essai Le Conventum, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

  • 1979