Articles indéfinis (CD) Détail des œuvres

Pair / Impair

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1978
  • Durée: 11:48
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD509611630

  • 44,1 kHz, 16 bits

Pair: l’équilibre entre contraires (gauche/droite, aigu/bas, sec/résonant); la balance; la notion de stase.

Impair: le contraire de la notion de pair; l’élément de déséquilibre qui nous fait sortir de la stase; le concept dynamique.

Pair / Impair: une prolongation de la relation qui existe entre les musiques dynamiques et statiques (et leur confusion), une relation qui elle-même fluctue entre le dynamique et le statique.


Pair / Impair a été composée en 1978 au Recording and Electronic Music Studio de la University of East Anglia (RU); la première a eu lieu en 1978 à Norwich. La pièce a reçu une mention dans la catégorie Analogique du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1980).


Création

  • 1978, Concert, Music Centre — University of East Anglia, Norwich (Angleterre, RU)

Distinctions

… et ainsi de suite…

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1992
  • Durée: 19:17
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD509611640

  • 44,1 kHz, 16 bits

Depuis un certain temps déjà, je voulais composer une ‘suite française’, dans la tradition de la musique concrète. Des sons provenant de verres à vin de texture inégale, qui avaient été transformés au Studio numérique du Groupe de recherches musicales (GRM, Paris, France), essentiellement à l’aide de programmes de manipulation de la dimension temps (etir), de programmes de brassage (brage et bragge) et de spatialisation, constituaient un point de départ intéressant. Ces sons individuels ont été transformés davantage à l’aide de divers processeurs de signaux numériques dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU), puis combinés à un certain nombre de sons provenant d’autres sources, puis transformés à nouveau, recombinés, et ainsi de suite.

Je me suis aventuré de temps en temps dans ce bassin de matériaux afin de composer de courts mouvements, essentiellement indépendants. Le réassemblage de nouvelles expressions musicales spécifiques provenant du même matériau d’origine a fait naître l’idée que, par analogie, des mouvements complets (qui contiendraient inévitablement une multitude de références internes) pouvaient être assemblés de diverses façons afin de créer des morceaux de durée et de rythme différents, pour différentes occasions, différents espaces, et ainsi de suite.

Plus d’une douzaine de morceaux ont déjà été composés. Leurs diverses fonctions sont caractérisées par des titres en français, pour renforcer le lien avec la musique concrète: à propos et résumé sont des déclarations qui exposent et récapitulent, respectivement, l’éventail de base des types de sons utilisés dans la pièce; les mouvements les plus longs et les plus complexes s’intitulent commentaire. La première version de l’œuvre (Version Bourges 1990) ne contenait que ces types de mouvements. À partir de 1991, ayant eu accès à l’environnement de montage audionumérique Sound Tools, j’ai pu obtenir l’enchaînement ‘sans coutures’ des matériaux nécessaire à la réalisation des mouvements plus doux, plus méditatifs et statiques — la contrepartie des premiers. Ces mouvements intercalés entre les autres sont groupés dans une catégorie générale sous le titre de (parenthèse), bien que certains d’entre eux portent des titres additionnels, plus descriptifs, comme réflexion, résonance et souffle d’insectes.

La version disque compact — qui elle-même est une modification de la Birmingham Version 1992 — comporte onze mouvements, dont la durée varie de 40 secondes à presque 4 minutes. L’une des caractéristiques de cette version est le chevauchement des mouvements (les mouvements 6 à 9 forment un tout continu, tout comme les deux derniers mouvements), qui souligne le potentiel dramatique des matériaux. Dans l’ensemble, cependant, l’œuvre n’est pas un véhicule pour un argument musical dynamique ou dramatique; je cherche plutôt à créer à l’intérieur d’un monde sonore un réseau de liens qui encourage le badinage plutôt que le discours.


La Birmingham Version 1992 de … et ainsi de suite… a été créée le 27 février 1992, lors de la radiodiffusion en direct d’un concert du BEAST (Birmingham ElectroAcoustic Sound Theatre) aux Pebble Mill Studios de la BBC (Edgbaston, Birmingham, RU), dans le cadre du festival Sounds Like Birmingham — UK City of Music 1992. … et ainsi de suite… a reçu une Distinction dans le cadre du Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1993) et le Premier prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 1994 (Prague, République tchèque).


Création

  • 27 février 1992, Music in our Time, Pebble Mill Studios — British Broadcasting Corporation, Birmingham (Angleterre, RU)

Distinctions

Unsound Objects

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 12:59
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: ICMA

Stéréo

ISRC CAD509611650

  • 44,1 kHz, 16 bits

L’un des principaux critères utilisés par Pierre Schaeffer dans sa définition de l’objet sonore est que, par le processus de l’écoute réduite, l’on devrait pouvoir entendre les matériaux sonores purement comme des sons, libres de toute association avec leurs origines physiques — autrement dit, ce qui est important dans un son de violon enregistré (par exemple) est précisément ce son particulier, son identité unique, et non sa qualité ‘violonée’. En dépit de cet idéal, un riche répertoire de musique a vu le jour depuis les années 50 qui tire parti précisément des ambiguïtés qui surgissent lorsque l’identification et la contextualisation du matériau sonore se frotte à des structures musicales plus absorbées (et plus abstraites). Mais, étant donné que ces structures doivent elles-mêmes s’apparenter de façon organique aux particularités des objets sonores individuels qu’elles contiennent, l’ambiguïté est complexe: les relations étroites et les niveaux de sens multiples prolifèrent. Le connu se fait étrange et l’inconnu devient familier dans un continuum de réel, d’irréel et de surréel, où les frontières changent et où les seules constantes sont des définitions toujours renouvelées…


Unsound Objects [Objets in-sonores] a été composée au studio du compositeur et dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU); la première a eu lieu le 7 septembre 1995 à Banff (Alberta, Canada) dans le cadre du International Computer Music Conference 1995 (ICMC ’95). Unsound Objects est une commande de la International Computer Music Association (ICMA).


Création

  • 7 septembre 1995, ICMC 1995: Concert, Margaret Greenham Theatre — The Banff Centre for the Arts, Banff (Alberta, Canada)

Distinctions

Aria

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1988
  • Durée: 10:54
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: GMEB

Stéréo

ISRC CAD509611660

  • 44,1 kHz, 16 bits
À ma femme Ali

Aria a été conçue comme une élaboration des propriétés gestuelles d’un coup de vent. Elle se caractérise par une tendance à aller d’un registre relativement aigu à un registre relativement grave (puis en sens contraire, du moins en partie) qui est associée à une courbe crescendo/diminuendo à l’allure similaire et contenant une multitude de détails spatiaux internes. Ce geste domine également à l’échelle ‘locale’, parmi les types de sons et les gestes musicaux individuels dans la pièce. Par moments, l’élan vers l’avant est suspendu pour faire place à un ‘jardin’ de stase relative; à mesure que la pièce progresse, ces haltes évoquent de plus en plus des environnements de jardins réels.

En contrepoint, on trouve des éléments qui évoquent les connotations d’ordre vocal et culturel du mot aria. Afin de souligner cet aspect de la voix humaine, un grand nombre de sons dans Aria ont été produits à l’aide du EMS Vocoder au Studio Charybde du Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB, France).


Aria a été composée dans les studios du Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB, France) au cours de deux visites en 1987, et dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU) — qui a également fourni une aide financière pour le voyage à Bourges —; des changements mineurs ont été apportés en décembre 1988. Aria est une commande du GMEB. Je suis redevable à Adrian Hunter pour son aide inestimable à titre d’assistant de studio au cours des dernières étapes du montage de la pièce, au début d’avril 1988. Aria est dédiée à ma femme Ali, pour son aide, son soutien et sa patience.


Création

  • 17 mai 1988, Upbeat to the Tate: Concert 1, Tate Liverpool, Liverpool (Angleterre, RU)

Hot Air

Jonty Harrison

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 22:12
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Ina-GRM

Stéréo

ISRC CAD509611670

  • 44,1 kHz, 16 bits

L’une des principales sources de sons dans cette pièce — des ballons de fêtes d’enfants — a fait naître un enchaînement d’idées par lequel, après avoir associé les ballons ‘jouets’ aux ballons ‘à air chaud’, on en vient à s’inspirer de nombreuses autres notions d’air (le souffle, l’émission de son, les phénomènes naturels) et de chaleur (l’énergie, l’action, le danger).

À mesure que le travail sur les matériaux sonores progressait, d’autres notions d’air sont devenues importantes: le mouvement à travers l’espace, une certaine qualité éphémère, et l’air comme médium principal pour la transmission du son lui-même. La façon dont se fait cette transmission (chaque molécule d’air vibrant autour de sa position dans l’espace et transmettant son énergie à la molécule voisine, selon un rythme alternant entre compression et raréfaction) est devenue un modèle pour la structure même de la pièce — une association libre de sons et de références, chacun d’entre eux influençant son voisin. Progressivement, les aspects référentiels, imitatifs et environnementaux de la pièce ont révélé une nouvelle image, autrement plus inquiétante: l’image du ballon gonflé comme métaphore de la fragilité de l’environnement, de la Terre elle-même — que l’on peut manipuler, mais pas sans limites.

Mais attention! Danger! Je risque de devenir trop pompeux, trop ‘gonflé’ par l’importance de mon sujet. On devrait surtout garder à l’esprit que, dans la langue parlée, lorsqu’on dit des paroles d’une personne que c’est «de l’air», c’est qu’elles n’ont pas réellement de substance, qu’il s’agit de bluff, de bêtises sans signification: un discours de beau parleur et petit faiseur, des paroles en l’air…


Hot Air [De l’air] a été composée à l’aide des systèmes SYTER et GRM Tools du Groupe de recherches musicales (Ina-GRM) pour l’élaboration des matériaux sonores; les étapes plus avancées du processus de composition se sont déroulées au studio du compositeur et dans les studios de musique électroacoustique de la University of Birmingham (RU). La création de la pièce a eu lieu dans le cadre de la série de concerts Son Mu, à la Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France (Paris), le 22 mai 1995. Hot Air est une commande du Groupe de recherches musicales (Ina-GRM). Mes remerciements à Daniel Teruggi du Ina-GRM pour son aide et sa patience.


Création

  • 22 mai 1995, Jonty Harrison, diffusion • Son-Mu 95: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de la radio, Paris (France)

Distinctions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.