Lieux inouïs (CD) Détail des œuvres

Jeu

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1988-89
  • Durée: 23:55
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: GMEB

Stéréo

ISRC CAD509813450

  • 44,1 kHz, 16 bits

Cette pièce est une variation autour du mot ‘jeu’ tel qu’on l’utilise dans la langue française. Les différentes acceptions du mot et les différentes expressions qui l’utilisent ont été en quelque sorte ‘sonorisées’, autant au sens propre qu’au sens figuré. Il s’agit en fait d’un «cinéma pour l’oreille», où une histoire sonore abstraite est racontée à l’aide de quelques incursions du côté d’un certain réalisme:

La règle du jeu. Jeux du cirque, du stade. Jeux d’adresse. Jeu de massacre. Jeux de société. Être hors-jeu. Mettre en jeu la vie d’un homme. Aimer le jeu. Se ruiner au jeu. Faites vos jeux. Les jeux sont faits, rien ne va plus. Le jeu d’un verrou, d’un ressort. Donner du jeu à une fenêtre, à un tiroir. Jeux de quilles, de boules. Avoir beau jeu. Cacher son jeu. Le grand jeu. Jeux d’orgue. Jouer prudent. Jouer dangereux. Jouer double-jeu. Un jeu brillant, nuancé. Des indications de jeu. Jeux de mains, jeux de vilains. Jeux de prince. Jeux de l’imagination, de l’esprit. Jeux de mots. Un jeu d’enfant.

[ii-90]


Jeu a été réalisée en 1988 et 1989 au studio du GMEB et au studio de l’Université de Montréal (assistant au mixage Alain Roy) et a été créée le 8 juin 1989 durant le Festival Synthèse, le festival de musique expérimentale de Bourges. Elle est une commande du Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB). Le séjour en France avait été rendu possible grâce au Conseil des arts du Canada (CAC) et au ministère des Affaires culturelles du Québec. Remerciements aux guitaristes, percussionnistes et accordéonistes du métro de Paris, à Karlheinz Stockhausen (citation de Hymnen), à Pérotin (pour son Viderunt Omnes) et à tout le personnel du GMEB. Jeu a obtenu une Mention au 11e Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1989).


Création

  • 8 juin 1989, Synthèse 1989: Séquence haut-parlante 4: Prix du Concours 1988, Bourges (Cher, France)

Distinctions

Mémoires vives

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1989
  • Durée: 15:50
  • Instrumentation: support stéréo
  • Commande: Événements du neuf, avec l’aide du CAC

Stéréo

ISRC CAD509813460

  • 44,1 kHz, 16 bits

Mémoires… — La fascination depuis toujours pour les musiques de requiem. Non pas tant pour le texte d’ailleurs, auquel je n’adhère pas, que pour un certain esprit, une certaine profondeur. Le sujet même en impose et les compositeurs y ont souvent livré le meilleur d’eux-mêmes. Aussi ai-je refait le parcours qui, de la messe grégorienne des morts passe par Ockeghem, de Lassus, Cererols, Mozart et Berlioz pour nous conduire jusqu’à Fauré, Ligeti et Chion. Vous en apercevrez les traces tout au long de ma pièce, comme une sorte d’hommage à des gens que je ne connais pas mais qui me parlent toujours à travers leurs musiques.

vives — Ces musiques font toutes parties de moi, c’est moi qui, à la limite, à une autre époque, dans un autre lieu, les ai composées. Je l’avais oublié certes, mais les images remontent peu à peu. Alors je me sers de mes instruments électroacoustiques pour réinventer le rituel et je glisse ça et là des choses dont je prétends être l’auteur. Mais la mémoire qui me revient est si forte que parfois, vraiment, j’en doute. Les sonorités me glissent entre les doigts et se retrouvent entre elles, s’amalgament pour former une suite qui atteint à une certaine cohérence, sans me donner le sentiment que j’en suis le maître d’œuvre. Alors je lui donne un nom en imaginant que cela suffit pour en revendiquer la paternité…

Le titre de la pièce fait également allusion à la ‘mémoire vive’ d’un ordinateur qui est cette mémoire volatile où l’information ne demeure que temporairement. L’œuvre a été réalisée en majeure partie à l’aide d’outils informatiques et uniquement à partir de matériaux sonores extraits de requiem.

[ii-90]


La présente version de Mémoires vives a été entièrement retravaillée à l’été 1989 au studio de la Faculté de musique de l’Université de Montréal. Elle a été créée le 9 mars 1989 à la Salle Claude-Champagne, Montréal, dans la série de concerts C’était des Événements du neuf. Mémoires vives est une commande des Événements du Neuf réalisée grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Mémoires vives s’est méritée le 2e prix au 12e Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1990) et a été sélectionnée à la 3e Tribune internationale de musique électroacoustique (TIME) à Oslo (Norvège, 1990).


Création

  • 9 mars 1989, Robert Normandeau, diffusion • C’était… trois jours de musiques sur le thème de la mort (1), Salle Claude-Champagne — Université de Montréal, Montréal (Québec)

Distinctions

Rumeurs (Place de Ransbeck)

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1987
  • Durée: 12:13
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD509813470

  • 44,1 kHz, 16 bits

Rumeurs… — La rumeur est ce bruit qui court. Fuyante, on voudrait la saisir de crainte qu’elle ne nous concerne, qu’elle ne détienne sa part de vérité inavouable. Fugace, elle ne se laisse jamais saisir. Aussitôt apparue, elle disparaît, laissant des traces dans nos mémoires. Ici, aucune certitude. Ce son, d’où vient-il? De quoi est-il fait?

La pièce oscille sans cesse entre le sonore et le sens, sans jamais se résoudre à prendre position. Elle se situe à la frontière qui sépare une texture d’une image, une matière d’une anecdote. Et la rumeur circule, nous entourant constamment. Ici et là, des sons nous parviennent, comme des échos affaiblis du monde. Et si vous croyez entendre des choses vous concernant, pourquoi vous en inquiéter? Après tout, ce ne sont que des rumeurs… et si vous écoutez attentivement, peut-être en trouverez-vous la clef.

(Place de Ransbeck) — Petite place d’Ohain en Belgique où se trouve le studio Métamorphoses d’Orphée où l’œuvre a été réalisée en juin 1987.

[ii-90]


Rumeurs (Place de Ransbeck) a été créée le 24 septembre 1987 à la Concordia University, Montréal. Le séjour en Belgique faisait suite à la bourse de création remportée au 1er Concours international Phonurgia Nova (Arles, France, 1986) et a été rendu possible grâce à une bourse du ministère des Affaires culturelles du Québec. Rumeurs (Place de Ransbeck) a obtenu le 2e prix de la catégorie électroacoustique au 16e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1988) et a été enregistrée sur le disque compact Cultures électroniques 3 produit par le Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB) sur étiquette Le chant du monde (LDC 278046/47).


Création

  • 24 septembre 1987, Series 6 — Spectra, Concert 1, Campus Loyola — Université Concordia, Montréal (Québec)

Distinctions

Matrechka

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1986
  • Durée: 13:53
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD509813480

  • 44,1 kHz, 16 bits
À Lucie

Un peu à l’image de ces Matrechka, les poupées gigognes russes qui lui ont donné son titre, cette œuvre se présente comme un dévoilement, une sorte de parcours où la réalité, une certaine réalité cède peu à peu la place… à une autre réalité. Elle reprend l’idée, chère aux surréalistes, selon laquelle l’art ne doit jamais être confondu avec l’objet qu’il représente. Ainsi, dans un tableau intitulé L’air et la chanson, René Magritte écrit au-dessous de ce qui semble bien en être une «Ceci n’est pas une pipe». Ici une vague, un souffle, une musique même sont d’ailleurs, ils sont représentés autrement que naturellement. D’un tumulte extérieur, chaotique, on progresse peu à peu vers une inquiétude, un désarroi intérieur. Adoptant progressivement des formes inédites, inouïes, les objets sonores revêtent de moins en moins l’aspect des objets réels dont ils proviennent.

[ii-90]


Matrechka a été réalisée entre 1984 et 1986 au studio de l’Université de Montréal et au studio du compositeur à partir de matériaux sonores créés pour six holosculptures de Georges Dyens. Elle a été créée le 1er mai 1986 à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Matrechka a obtenu le prix de la Fédération nationale de musique électroacoustique (France) et une mention dans la catégorie électroacoustique au 14e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1986) ainsi que le prix du studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) au 1er Concours international Phonurgia Nova (Arles, France, 1986).


Création

  • 1 mai 1986, Concert, Université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières (Québec)

Distinctions

Le cap de la tourmente

Robert Normandeau

  • Année de composition: 1984-85
  • Durée: 7:24
  • Instrumentation: support stéréo

Stéréo

ISRC CAD509813490

  • 44,1 kHz, 16 bits

Cette œuvre a été composée en 1984-85 à l’occasion d’une exposition d’holosculptures de Georges Dyens. Cette exposition comportait cinq holosculptures, qui sont des sculptures intégrant des hologrammes. Ces œuvres, parcourues par des mouvements d’éclairage et par des cycles alternant les apparitions et les disparitions des hologrammes, étaient réparties dans la galerie de telle sorte que la plus grande distance possible puisse les séparer. Chacune d’entre elles était accompagnée d’une trame sonore différente diffusée en permanence. Ainsi le spectateur/auditeur qui se déplaçait dans la salle modifiait non seulement son centre d’intérêt visuel, focalisant sur telle ou telle œuvre, mais également son centre d’intérêt sonore, réalisant par son déplacement son propre mixage.

Musique holographique désigne une œuvre électroacoustique de concert réalisée à partir de ces matériaux sonores et en propose un mixage selon l’un des parcours possible de l’auditeur, celui qui, à mon avis, est le plus représentatif sur le plan sonore. Cette œuvre, d’une durée de trente-deux minutes, ne pouvant être présentée ici dans son intégralité, est représentée par l’une des cinq trames originales créées pour l’exposition. Elle a pour titre Le cap de la tourmente. Des éléments de cette trame sonore ont été utilisées dans trois autres œuvres Matrechka, La chambre blanche et Rumeurs (Place de Ransbeck).

[ii-90]


Musique holographique a été réalisée en 1984-85 au studio du compositeur et a été créée le 15 janvier 1985 à Obscure (Québec). L’holosculpture originale (de Georges Dyens), ainsi que la musique qui l’accompagne, font partie de la collection permanente du Museum of Holography (New York, NY, ÉU).


Création

  • 15 janvier 1985, Concert, Obscure, Québec (Québec)

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.