electrocd

Détail des pistes

Jets

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1996-98
  • Durée: 10:01
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Yul média
  • ISWC: T0702851533

Stéréo

ISRC CAD509813230

  • 44,1 kHz, 16 bits

Au départ, cette pièce a été réalisée pour le système de diffusion de Sound Traffic Control (STC) de San Francisco. Je voulais une pièce qui puisse démontrer les possibilités de la diffusion automatisée. Afin de créer une pièce dynamique et vivante, j’ai choisi de travailler avec des matériaux en forme de jets. Des jets d’eau, d’air, de poussière, qui laissent des traces de leur passage dans l’espace, me serviront de modèles pour la fabrication des matériaux sonores. Il y a dans cette pièce des objets qui se déplacent librement, de manière presque intuitive; d’autres fuient précipitamment, à la manière d’animaux traqués; finalement, il y en a qui se ruent aux limites de l’espace stéréophonique, comme s’ils étaient dans une cage. Il y aussi une sorte de nostalgie que l’on retrouve dans les passages plus ‘musicaux’ qui servent de décor, d’ambiance.


Jets a été réalisée dans le studio de STC (Compound) ainsi que au studio du compositeur (Pssssst) avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Je tiens à remercier toute l’équipe de STC (particulièrement Naut Humon), Andrew Schinasi (saxophone), Celso Machado (flûte) et, pour son écoute critique, Bruce Gottlieb.


Composition

Constamment (autoportrait)

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 13:29
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Yul média
  • Commande: Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0702851408

Stéréo

ISRC CAD509813240

  • 44,1 kHz, 16 bits

À mon frère Mehdi

Chacune des cinq parties de cette pièce présente différents aspects de mon univers passé, présent et à venir. Certains éléments évoquent un passé qui est peut-être le mien, mais je l’ignore, car ma petite enfance m’échappe et cela me tourmente de plus en plus. D’autres parties de cette pièce témoignent de mon amour pour Brenda et mes proches. Enfin, on y retrouve des éléments qui rappellent mon intérêt pour les musiques techno que j’écoute quotidiennement et qui me font parfois danser jusqu’aux petites heures du matin. En 1997, j’ai fêté mes 35 ans et je me suis dit que c’était un bon âge pour un autoportrait.


Constamment (autoportrait) a été réalisée au studio du compositeur et créée le 12 novembre 1997 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (2) présentée par Réseaux à Montréal. Constamment (autoportrait) est une commande de Réseaux des arts médiatiques avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC). Merci à Robert Normandeau, Jean-François Denis and Gilles Gobeil.


Création

  • 12 novembre 1997, Rien à voir (2): concert solo + carte blanche, La Chapelle — scènes contemporaines, Montréal (Québec)

Composition

Attraction

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1992, 93
  • Durée: 10:04
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Yul média
  • ISWC: T0702851179

Stéréo

ISRC CAD509813250

  • 44,1 kHz, 16 bits

À mon amour Brenda

Divisée en quatre mouvements, cette pièce représente l’énergie accumulée puis relâchée dans divers types d’attractions: celle qu’engendre la gravité; celle qu’il peut y avoir entre deux corps; celle qui attire plusieurs corps vers un autre; celle qui amène un compositeur à choisir certains matériaux… S’inspirant des peintres contemporains, l’auteur a réuni des paysages sonores évocateurs et des morphologies complexes, dans le but de créer une pièce sans développements qui captive tant l’ouïe que l’intellect.

Comme dans la plupart des mes pièces, Attraction présente des objets sonores de source acoustique que j’ai ensuite transformé par traitement numérique et à l’aide des techniques de la musique concrète. De plus, j’ai créé de nombreux sons synthétisés en jumelant la vieille technologie (analogique) à la plus actuelle (numérique).


Attraction a été réalisée dans les studios de la Concordia University et autres studios privés. Cette pièce n’aurait pu voir le jour sans l’aide d’Edgard Émile Hudon (voix), Gregory Fine, Pierre De Gagné, Frédéric Roverselli et Claude Schryer. Attraction a été créée à la Concordia University à l’automne 1992, et s’est méritée le 3e Prix catégorie bande seule du 15e Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1993).


Création

  • 11 novembre 1992, Concert, Salle de concert — Université Concordia, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Move 1

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1994
  • Durée: 11:38
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Yul média
  • ISWC: T0715224228

Stéréo

ISRC CAD509813260

  • 44,1 kHz, 16 bits

À mes parents, Larbi et Marie-Françoise

Move 1 représente, sous forme d’anecdotes et d’abstractions, le mouvement animal et le mouvement humain. Elle offre une poétique du mouvement, plutôt qu’une recherche pure sur le comportement du son dans l’espace. L’auditeur reconnaîtra le vol d’abeilles et d’oiseaux, humains sur patins ou sur planches à roulettes… éléments sonores qui se déplacent en se juxtaposant à leurs ombres abstraites, images percutantes se faisant l’écho du monde ‘naturel’. Cet échange, ce renvoi entre ce qui est reconnaissable (stable) et l’inconnu (instable), est au cœur de mon travail et oriente la forme de mes œuvres.

D’un point de vue technique, j’ai voulu intégrer mes explorations du logiciel MAX (IRCAM) à mon travail de composition. Afin d’obtenir des morphologies semblables à celles que permet le SYTER à l’Ina-GRM, j’ai réalisé un générateur MIDI qui me permet de contrôler le point de départ de lecture d’un échantillon, ainsi que de nombreux autres paramètres, en temps réel. Cet appareil m’a permis de générer de la matière en évolution continue à partir d’une seule prise de son.


Move 1 a été réalisée en 1994 à l’Université de Montréal (merci à Francis Dhomont et Jean Piché) et a été créée le 20 avril 1995 dans le cadre du 4e Festival international de musique contemporaine (Bogotá, Colombie). Move 1 a été finaliste au 4e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1995) et a été gravée sur le disque compact Prix international Noroit-Léonce Petitot 1995 (NOR 4). Une version abrégée se retrouve aussi sur le disque compact The Swarm of Drones (Asphodel 0953).


Création

  • 20 avril 1995, Concert, Bogotá (Colombie)

Composition

Bouffée délirante

Ned Bouhalassa

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 8:22
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Yul média
  • ISWC: T0704901756

Stéréo

ISRC CAD509813270

  • 44,1 kHz, 16 bits

«Apparence soudaine d’une crise de folie chez un patient qui souffre d’une légère instabilité mentale.»

— Larousse

Voici ma première tentative de ‘cinéma pour l’oreille’. J’ai débuté à partir d’un simple scénario: une personne qui se cherche sombre dans une crise de folie qui lui sera fatale. Les paysages sonores du début sont anecdotiques, représentant l’espace réel, la scène du drame, tandis que, plus tard, l’histoire se poursuit dans l’esprit du triste protagoniste. Cette œuvre peut donc être divisée en deux parties: fuite/isolement et fantasme/folie. En cours de route, j’ai décidé de dévier du scénario et d’explorer plutôt les rapports entre l’espace interne (celui qui est fixé lors de l’enregistrement) et la forme.

Ned Bouhalassa


Bouffée délirante a été réalisée dans les studios de Concordia University et de l’Université de Montréal et a été créée en mai 1990 lors d’un concert à la Concordia University. Bouffée délirante s’est distinguée aux concours canadiens de composition de la CAPAC et de la SDE (1990). Remerciements chaleureux à Francis Dhomont.


Création

  • 7 mai 1990, Series 8 — Concert 10, Salle de concert — Université Concordia, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition