L’ivresse de la vitesse (2 × CD) Détail des œuvres

L’ivresse de la vitesse

Paul Dolden

  • Année de composition: 1992-93
  • Durée: 15:47
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0708465228

Stéréo

ISRC CAD509410890

Le titre L’ivresse de la vitesse évoque mes intentions artistiques du moment, qui se rapportent à un processus d’accélération d’idées musicales en excès, de telle sorte que la composition et ses matériaux arrivent à épuisement le plus rapidement possible. L’effet enivrant de la vitesse est rendu par l’utilisation de tempos plus rapides et de changements soudains dans l’orchestration, la densité et la dynamique. Il est possible d’accélérer ces éléments jusqu’au point d’épuisement et d’ivresse dans le studio audionumérique qui offre des possibilités illimitées ou «virtuelles» quant à la couleur et la densité.

Afin d’intensifier la sensation d’épuisement et d’ivresse, des centaines de parties musicales se déploient simultanément, lesquelles sont organisées en de nombreux systèmes musicaux qui se déroulent de façon concomitante. Certains de ces systèmes tirent leur origine de divers styles de musique populaire. Ces styles musicaux sont ordonnés par une composition et un langage globaux, de sorte que leur effet direct ou leur point de référence se trouve estompé, ce qui crée une cohérence interne de la musique. Ce langage de composition global vise à pousser les différents styles musicaux et systèmes de composition vers une implosion, créant ainsi de nouvelles identités qui dépassent leurs points de référence historiques désuets; il vise également à produire ce quelque chose semblable à la séduction: incontestablement attirant et en même temps inexplicable. De fait, toute œuvre qui est totalement complice de sa propre absorption — de telle sorte qu’en surface elle n’offre plus de sens apparent — exercera une fascination remarquable. Bref, une œuvre d’art fascine par son ésotérisme qui la protège de la logique extérieure.


L’ivresse de la vitesse a été réalisée au studio du compositeur grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC) et d’une subvention de réalisation audio du secteur des Arts médiatiques. La pièce a été créée le 28 mai 1994 dans le cadre du 3rd Annual Festival of Experimental Music produit par le London Musicians’ Collective (RU). L’ivresse de la vitesse a remportée le 2e prix du jury au 3e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1994); le 1er prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 1994 (Prague, République tchèque); 1ère Mention au Stockholm Electronic Arts Award (Suède, 1995); et le Prix Jean A Chalmers de composition musicale (Toronto, Canada, 1995).


Création

  • 28 mai 1994, Concert, Londres (Angleterre, RU)

Distinctions

Physics of Seduction. Invocation #3

Paul Dolden

  • Année de composition: 1992
  • Durée: 18:28
  • Instrumentation: violoncelle (ou alto ou violon) et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Richard Armin, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0705085193

Stéréo

ISRC CAD509410900

Quelle stratégie de composition l’artiste contemporain peut-il employer afin de produire une attaque subversive face à un monde vidé de tout sens, de toute substance, valeur et particularité? Une approche consiste à utiliser les matériaux de la répression et étendre leur logique de façon si extrême ou excessive qu’ils implosent de l’intérieur. Lorsqu’on utilise un nombre extrême de sons et de gestes musicaux «ordinaires», leur réalité se fait plus vraie que vraie. Autrement dit, les sons échappent aux réseaux de signification et d’association qui ont tissé la réalité de notre monde. De plus, avec un nombre extrême ou un excès de sons, la vitesse peut alors se faire plus rapide au point que tout devient instantané. Dans cet état, le temps linéaire et la réalité temporelle sont transcendés. Pareille stratégie de composition, qui implique une intensification vers les extrêmes, amène les matériaux eux-mêmes à disparaître alors qu’ils implosent vers l’intérieur et changent d’apparence. L’univers de la séduction englobe les stratégies de l’apparence. En tant que compositeur contemporain, tout ce que je peux espérer est d’avoir produit la dynamique — c’est-à-dire l’interaction entre mouvement et énergie — de votre propre séduction.


Physics of Seduction. Invocation #3 a été réalisée et enregistrée au studio du compositeur. Il s’agit d’une commande du violoncelliste Richard Armin, avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). Richard Armin a créé l’œuvre le 5 avril 1992 à Montréal lors du festival pour violoncelle Le violoncelle à toutes les cordes. Il existe une version de cette pièce pour alto et bande, et une autre pour violon et bande.


Création

  • 5 avril 1992, Richard Armin, violoncelle • Le violoncelle à toutes les cordes, Montréal (Québec)

À propos de cet enregistrement

… la partition de la violoncelle a été interprétée par Peggy Lee en mars 1994.

Revenge of the Repressed. Resonance #2

Paul Dolden

  • Année de composition: 1993
  • Durée: 7:10
  • Instrumentation: saxophone soprano (ou saxophone alto ou saxophone ténor) et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: François Houle, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0705075337

Stéréo

ISRC CAD509410910

Alors que nous approchons de la fin du deuxième millénaire, nous avons de plus en plus à faire face aux retombées et à la colère que nous a léguées notre histoire. Chacun s’identifie à une subculture, et chaque subculture se réclame d’une certaine souffrance collective et revendique une façon de s’auto-justifier. La société tourne sur elle-même, constamment à la recherche de ce qui a été réprimé ou nié; comme une meute de chiens sauvages, nous cherchons une façon de nous venger d’avoir été victimes. Mais, étant donné que nos vies sont devenues essentiellement un prolongement du paysage médiatique, et vu que le vrai pouvoir se situe ailleurs, nous devenons prisonniers d’un jeu Nintendo grandeur nature, un jeu qui n’a pas de fin et dans lequel nous recherchons constamment justice et vengeance.

En conséquence, la musique populaire n’offre plus qu’un rythme de fond monotone qui sert le même objectif que les fanfares militaires qui saluaient les soldats partant pour la guerre. Une partie du cycle Resonance est consacrée à la visite de ces dépotoirs musicaux, dans le but d’en utiliser l’énergie et de leur conférer un langage musical dont ils sont dépourvus. De plus, étant donné que In a Bed Where the Moon Was Sweating. Resonance #1 (Dans un lit où la lune transpirait. Résonance #1) traite d’intimité ou de sexualité et que Revenge of the Repressed. Resonance #2 (Revanche du réprimé. Resonance #2) aborde la violence, cette musique pourrait bien avoir une chance d’être consommée par la conscience médiatique dont elle essaye tellement de se distancer.


Revenge of the Repressed. Resonance #2 a été réalisée et enregistrée au studio du compositeur. Il s’agit d’une commande de François Houle avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). La création de la pièce a eu lieu le 7 novembre 1993 lors d’un concert de la Vancouver New Music Society; l’interprète était François Houle. Il existe une version de cette œuvre pour saxophone alto et bande, et une autre pour saxophone ténor et bande.


Création

  • 7 novembre 1993, François Houle, saxophone soprano • Concert, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada)

À propos de cet enregistrement

… la partition du saxophone a été interprétée par François Houle en décembre 1993.

Dancing on the Walls of Jericho

Paul Dolden

  • Année de composition: 1990
  • Durée: 16:14
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Montréal musiques actuelles / New Music America, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0705498958

Stéréo

ISRC CAD509410920

Dancing on the Walls of Jericho (Dansant sur les murs de Jéricho) est la deuxième partie d’une composition en trois volets qui traite, d’un point de vue philosophique, de l’idée de révolution. Cette partie commence là où prenait fin le premier volet, Below the Walls of Jericho (Sous les murs de Jéricho), qui constituait une métaphore de l’idée de changement social par la révolution. La première partie était donc essentiellement centrée sur le monolithe vertical et sa destruction par la texture de masse anonyme formée de quatre cents pistes sonores. Par opposition, la deuxième partie est une célébration de cette destruction, à partir d’une danse polyrythmique constante sur les décombres et de gestes solos extravertis.

Les trois parties intègrent toutes des matériaux et des gestes similaires: l’enregistrement audionumérique, sans traitement ou modification, de centaines de pistes d’instruments acoustiques appartenant aux traditions musicales occidentale et orientale; une interaction polyrythmique importante entre les centaines de pistes de son (parfois quarante tempos différents sont utilisés en même temps); des contrastes dans la façon de jouer les instruments, doucement ou fort; et des contrastes de dissonance extrême et de consonance extrême (c’est-à-dire: l’intonation seule par opposition aux textures de sept octaves, avec chaque octave formée de quarante-huit notes différentes).


Dancing on the Walls of Jericho a été réalisée au studio du compositeur en 1990. Il s’agit d’une commande du festival Montréal musiques actuelles / New Music America, avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). La création de la pièce a eu lieu le 1er novembre 1990 au théâtre Les Loges, lors du festival Montréal musiques actuelles / New Music America. Parmi les nombreux interprètes de Dancing on the Walls of Jericho et Beyond the Walls of Jericho [Au delà des murs de Jéricho], on se doit de souligner le jeu de Marko Novachcoff de Détroit (Michigan, ÉU) qui a interprété la plupart des gestes solos sur les instruments à anche, les bois et les cuivres. Le compositeur a interprété les gestes solos sur tous les instruments à cordes (archet et plectre).


Création

  • 1 novembre 1990, Montréal musiques actuelles / New Music America, Acousmonium: Concert 3: Grandes premières, Théâtre Les Loges, Montréal (Québec)

Physics of Seduction. Invocation #2

Paul Dolden

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 13:18
  • Instrumentation: clavecin et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Vivienne Spiteri, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0705073488

Stéréo

ISRC CAD509410930

La vitesse crée de purs objets. Elle est elle-même un pur objet, puisqu’elle efface tout ce qui est terre et points de référence territoriaux, puisqu’elle court de l’avant pour annuler le temps même, puisqu’elle se déplace plus rapidement que ce qui la provoque et donc efface sa propre cause en la devançant. La vitesse, c’est le triomphe de l’effet sur la cause, le triomphe de l’instantanéité sur le temps en tant que profondeur, le triomphe de la surface et de l’objectivation pure sur la profondeur du désir. La vitesse crée un espace d’initiation qui peut se révéler mortel; la seule loi qui y règne est de ne laisser aucune trace. Triomphe de l’oubli sur la mémoire, un état d’enivrement amnésique inculte.


La bande de Physics of Seduction. Invocation #2 a été réalisée au studio du compositeur en 1991. La pièce est une commande de Vivienne Spiteri, avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). Vivienne Spiteri a créé l’œuvre le 1er août 1992 lors du festival NEMO à Århus (Danemark). Physics of Seduction. Invocation #2 a été enregistrée par Vivienne Spiteri pour son deuxième disque compact solo comme si l’hydrogène… the desert speaks sous étiquette J&W Records (J&W 931).


Création


À propos de cet enregistrement

L’enregistrement du clavecin a été réalisé au studio DIEM à Århus (Danemark) en 1992. Le mixage final de la partie bande et de la partie en direct a été réalisé au studio du compositeur en 1993.

Physics of Seduction. Invocation #1

Paul Dolden

  • Année de composition: 1991
  • Durée: 15:47
  • Instrumentation: guitare électrique et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Tim Brady, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0708613153

Stéréo

ISRC CAD509410960

Tous les grands systèmes de production et d’interprétation, y compris les discours musicaux, semblent de plus en plus constituer un grand ensemble futile. Un univers que l’on ne peut plus interpréter en termes de relations psychologiques, ou à partir de structures ou d’oppositions, doit être interprété selon les termes du jeu, des défis, des duels, et de la stratégie de l’apparence — c’est-à-dire en termes de séduction. De plus, la séduction menace d’effondrement toutes les orthodoxies, puisqu’il s’agit d’une magie noire capable de faire dévier toutes les vérités.

Je ne peux plus parler de ma musique en termes de structures et de déroulement narratif (par exemple: Below the Walls of Jericho, In the Natural Doorway I Crouch, Caught in an Octagon of Unaccustomed Light et The Melting Voice Through Mazes Running — toutes enregistrées sur mon premier disque compact solo intitulé The Threshold of Deafening Silence, Tronia Disc (TRD 0190)). Ces histoires et ces idées s’adressaient uniquement à ceux dont l’imagination était à ce point affaiblie par la réalité virtuelle du paysage médiatique qu’ils avaient besoin pour la musique d’une analogie visuelle ou d’une histoire. La musique a toujours commencé là où se taisent les mots, et tout ce que je peux espérer est d’avoir produit la dynamique — c’est-à-dire l’interaction entre mouvement et énergie — de votre propre séduction.


Physics of Seduction. Invocation #1 a été réalisée et enregistrée au studio du compositeur. Il s’agit d’une commande du guitariste Tim Brady, avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). La création de la pièce a eu lieu le 1er mai 1991 à la Music Gallery de Toronto (Canada); l’interprète était Tim Brady. Physics of Seduction. Invocation #1 a été enregistrée par Tim Brady en 1992 pour le disque compact Imaginary Guitars sous étiquette Justin Time Records (JTR 8440-2).


Création

  • 1 mai 1991, Tim Brady, guitare électrique • Concert, The Music Gallery, Toronto (Ontario, Canada)

À propos de cet enregistrement

… la partition de la guitare électrique a été interprétée par Paul Dolden en juin 1993.

In a Bed Where the Moon Was Sweating. Resonance #1

Paul Dolden

  • Année de composition: 1993
  • Durée: 9:02
  • Instrumentation: clarinette et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: François Houle, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0705075279

Stéréo

ISRC CAD509410950

Une partie du cycle Résonance traite de l’idée d’intimité en musique. Comme pour toute ma musique, je place les microphones à proximité des sources sonores, ce qui vise à produire une intimité inéluctable. Dans le cas présent, le soliste est souvent enveloppé par son propre son, ce qui amène la disparition de la singularité, de la séparation d’avec ‘l’autre’, qui n’est en fait qu’une réflexion narcissique de l’interprète.

En plus de ces éléments, le cycle Résonance intègre aussi la voix, qui est peut-être le son le plus intime et le plus séduisant qui soit, dans la mesure où il représente le corps dans toutes ses apparences, ses illusions, ses pièges, ses parodies animales et ses simulations de sacrifices. Cependant, comme dans toute ma musique, ces éléments sont superposés (multipiste) afin de créer une situation d’excès, et peut-être de nous donner des sueurs froides dans notre lit de souvenirs.

Pour ce qui est des parties de percussions à mains et des intentions philosophiques et esthétiques qui les sous-tendent: tout consommateur de musique média sait fort bien que pour être perçue comme étant artistique une pièce doit intégrer la participation d’un percussionniste africain. Tout comme les autres éléments de ma musique, les sons produits par le percussionniste africain se transforment en une tribu populeuse de sons, une forme peut-être de séduction primitive ou une vengeance post-moderne.


In a Bed Where the Moon Was Sweating. Resonance #1 [Dans un lit où la lune transpirait. Résonance #1] a été réalisée et enregistrée au studio du compositeur. Il s’agit d’une commande de François Houle, avec l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC). La création de la pièce a eu lieu le 7 novembre 1993, lors d’un concert de la Vancouver New Music Society; l’interprète était François Houle.


Création

  • 7 novembre 1993, François Houle, clarinette • Concert, Vancouver (Colombie-Britannique, Canada)

À propos de cet enregistrement

… la partition de la clarinette a été interprétée par François Houle en décembre 1993.

Beyond the Walls of Jericho

Paul Dolden

  • Année de composition: 1991-92
  • Durée: 16:25
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0704767430

Stéréo

ISRC CAD509410940

Dans cette pièce qui constitue la troisième partie du cycle Walls, les discours de théorie sociale et d’histoire personnelle qui sous-tendaient les deux premiers mouvements musicaux sont perçus comme étant futiles. Cet abandon de l’histoire et du temps dans le dernier mouvement sert de métaphore à notre culture présente et future, où l’hyper-vitesse et la violence rendent tout ce que l’on connaît — y compris l’histoire — simultanément présent. Autrement dit, l’accélération que connaît notre culture dans les images et les idées fait apparaître un point où tout semble se dérouler en même temps, et où le maintien d’une perspective historique linéaire, avec ses éruptions révolutionnaires, perd son sens.

Des allusions à cette simultanéité apparaissent à maintes reprises dans la composition, sous la forme de plusieurs centaines de solos se déroulant en même temps. Chaque solo a une narration et une histoire qui lui sont propres mais, lorsque tous sont combinés, ces structures narratives se fondent en un grand champ sonore, souvent sans commencement ou fin clairement marqués. La rupture d’une perspective temporelle linéaire et la perte de notre subjectivité musicale et sociale qui en résulte créent un sentiment d’absence et une perception de stase. Cependant, l’un des mérites de cet état constamment temporaire et mobile est qu’il permet la recodification de notre expérience et de notre existence, c’est-à-dire qu’il nous permet de nous réinventer.

Ma pensée de la fin, quant au potentiel révolutionnaire de la musique, est donc que ce potentiel réside dans le moment de perception esthétique. C’est à ce moment de perception esthétique où nos réalités quotidiennes disparaissent et où le temps linéaire est suspendu que s’ouvre la possibilité de nouvelles pensées ou sentiments, de nature révolutionnaire ou autre.


Beyond the Walls of Jericho [Au delà des murs de Jéricho] a été réalisée au studio du compositeur en 1991 et en 1992. La création de la pièce a eu lieu le 5 février 1992 au Planétarium de Montréal dans le cadre de la série de concerts Clair de terre présentée par l’Association pour la recherche et la création électroacoustiques du Québec (ACREQ).


Création

  • 5 février 1992, Clair de terre III: Concert 3 — Musique excessive, Planétarium de Montréal, Montréal (Québec)

Veils

Paul Dolden

  • Année de composition: 1984-85
  • Durée: 28:30
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0707223731

Stéréo

ISRC CAD509420010

Veils (Voile), sous-titrée Études de transformations de textures, est une série de textures, ou de murs du son, qui invitent l’auditeur à explorer un environnement qui recèle de nouvelles sensations et associations acoustiques. La texture — un accord soutenu, en général de 14-56 notes — se transforme constamment du fait que le type d’instrument qui articule le son change (en passant des cordes à la voix, puis aux cuivres, au piano, aux marimba, aux instruments de verre, etc). Aucun effet électronique n’a été introduit; seuls des enregistrements non traités et des mixages d’instruments acoustiques ont été utilisés. Cependant, la source sonore ou le type d’instrument employé n’est généralement pas facilement identifiable pour l’auditeur; les sources sonores sont donc ‘voilées’. Ce son voilé doit son existence à trois facteurs: une importante superposition (180 à 280 pistes du même instrument sont utilisées en tout temps), l’accord des hauteurs (des intervalles microtonaux ne se retrouvant pas dans notre système tonal bien tempéré), et la technique d’enregistrement (enregistrement de près dans un espace acoustique sourd, qui fait ressortir pour chaque type d’instrument des qualités que l’on n’entend pas normalement). Le titre souligne aussi l’analogie à un vrai voile, que l’on peut regarder dans son ensemble ou dont on peut voir les fils séparément. Dans Veils, on imagine que l’auditeur peut passer librement d’un type de perception à l’autre (c’est-à-dire du plan macro au micro, ou de la couche individuelle à l’effet de masse).


Les étapes d’enregistrement de Veils se sont déroulées au studio du compositeur; le pré-mixage et la bande maîtresse ont été réalisés au Sonic Research Studio de la Simon Fraser University (SFU) (Vancouver, CB). La création de l’œuvre a eu lieu le 19 août 1985 à Vancouver, au cours du congrès d’informatique musicale International Computer Music Conference (ICMC ’85). Veils s’est méritée le 2e prix de la catégorie musique électroacoustique du Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1986); le 3e prix au Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1986) et s’est vu décerner une Euphonie d’or en 1992 et, de ce fait, a été déclarée l’«une des vingt œuvres les plus significatives à avoir été entendues dans le cadre de ce concours au cours des vingt années précédentes».


Création

  • 19 août 1985, ICMC 1985: Listening Session 1, Simon Fraser University – Theatre, Burnaby (Colombie-Britannique, Canada)

Distinctions

Veils, 1: Introduction

Paul Dolden

  • Durée: 5:00
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0707223673

Stéréo

ISRC CAD509410970

Veils, 2: Section A

Paul Dolden

  • Durée: 11:55
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0707223684

Stéréo

ISRC CAD509410980

Veils, 3: Section B

Paul Dolden

  • Durée: 11:30
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0707223695

Stéréo

ISRC CAD509410990