electrocd

Détail des pistes

InsideOut

Randall Smith

  • Année de composition: 1999
  • Durée: 14:23
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0727934226

Stéréo

ISRC CAD509913750

  • 44,1 kHz, 16 bits

Dans InsideOut (À l’envers/Sens dessus dessous), j’explore d’autres directions du travail avec les bandes. Tous les sons dérivent de quatre instruments d’orchestre: flûte alto (do 4), violon (sol 4 pizz), clarinette en mi bémol ( dièse 4) et contrebasse (si bémol 2 pizz et la 2). Avec ces cinq sons originels, je voulais explorer les multiples avenues de la manipulation sonore permise par la technologie, et en même temps laisser une trace perceptible de la signature originale des sons. J’ai en quelque sorte réinventé, plutôt que déconstruit, les sons originaux. Ce labeur m’a permis, avec à peine cinq sons au départ, de peaufiner un matériau texturé durable s’ouvrant sur de percutants sons contrapuntiques. Avec le matériau abondant et diversifié ainsi généré, j’ai ensuite façonné des idées musicales, au moyen de formes traditionnelles de composition telles le contrepoint, le rythme et l’harmonie, en une pièce destinée uniquement à l’enregistrement. Dans InsideOut se combinent le très abstrait processus de création d’objets sonores, et leur métamorphose dans les champs dispersés du langage polyphonique tonal.

Le voyage décrit dans InsideOut n’a rien de la virée inoffensive. C’est le voyage entrepris sous la contrainte par les gens en phase terminale ou désespérés, par ceux qui n’arrivent plus à vivre le quotidien. L’ouverture en film d’horreur, genre Jaws et genre l’œdipienne œuvre pour cordes de Bernard Hermann, révèle de façon crue que tout ne tourne pas rond dans l’univers. Une course emporte quelqu’un, on ne sait où, sur une piste qui jamais ne lui convient. L’horreur, c’est que la route se découvre à mesure qu’avance le voyageur et que les tentations et obstacles surgissent pour le détourner de son but. Percussion et figures mobiles se heurtent de plein fouet; de vieilles mélodies, d’abord mises en pièces, sont ensuite emportées en une danse involontaire, et des festivités de music hall naissent à peine, puis s’éteignent. Une musique qui accompagne bien la gymnastique mentale ou les pures poussées de la foi. Puis la musique reprend sur un registre plus court cette fois, une tentative pour rétrécir le monde sans traverser directement les murs de la personnalité, en en tâtant toute de même une partie. Mais comment parvenir à la danse? À l’allégresse de la vie quand le seul fait d’avaler un verre d’eau ou de faire une course au magasin du coin devient si fluide? Tel Homère pour l’Odyssée, InsideOut procède par digression dans de petits mondes et des îlots d’expériences, chacun révélant une facette du tout. La pièce s’achève par un délirant decrescendo des cordes en une anti-péripétie. Alors s’éveille le voyageur découvrant qu’il n’a pas bougé. Rien n’a changé, tout est semblable, et dans une similitude entièrement transformée.

MH

[xii-99]


InsideOut a été réalisée en 1998-99 au studio du compositeur avec l’aide du Conseil des arts de l’Ontario et a été créée le 29 avril 1999 lors du 6e Festival Internacional de Música Contemporánea de Bogotá (Colombie).

Création

  • 29 avril 1999, Concert, Bogotá (Colombie)

Composition

Liquid Fragments 1

Randall Smith

  • Année de composition: 1996
  • Durée: 10:27
  • Instrumentation: contrebasse, flûte alto et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Continuum Contemporary Music avec l’aide du Conseil des arts de l’Ontario
  • ISWC: T0727934215

Stéréo

ISRC CAD509913760

  • 44,1 kHz, 16 bits

Liquid Fragments 1 (Fragments liquides 1) est la première d’une série d’œuvres mixtes où des instruments traditionnels (joués) s’entrelacent avec leur exfoliation (enregistrement). À la partie composée puis enregistrée avec la contrebasse et la flûte alto, ont été ajoutés des fragments de cet enregistrement qui ont été traités en temps réel. La partie enregistrée recèle une foule de matériaux sonores. L’on verse en quelque sorte les sons dans les fragments, par divers procédés DSP, en même temps qu’on les mixe avec les autres pistes enregistrées des instruments traditionnels. Le mixage se trouve à cristalliser le fluide originel des sons dans un moule transformateur où se fondent en une seule pièce l’original, le moule et la copie.

Liquid Fragments 1. D’abord pulsation, et battement du cœur, la musique devient trille de flûte. On l’entend à l’intérieur de soi, comme avant d’ouvrir la bouche pour nommer le monde. Des sons s’élèvent en blocs et puis retombent, à mesure que bouge le corps dans un effort d’accommodement au mystère qui règne hors de soi. Le son de la parole humaine, rendu par la flûte et la basse, fait s’accélérer les battements du cœur en une réponse montant du cœur plutôt que de la raison. Réponse vécue. Suit une furieuse conversation menée sur une lourde démarche jusqu’au repos du sommeil. Puis un hochet d’enfant lance un appel auquel répondent les décombres de percussions; la maisonnée entière se mue en un tonnerre de robinets et d’armoires qui s’ouvrent. Émergeant du pillage des eaux et des organes, le monde s’ébroue, s’agite, tandis que résonne la sonorité étrange de mondes inconnus dont on s’apprête à franchir le seuil.

MH

[xii-99]


Liquid Fragments 1 a été réalisée au studio du compositeur en 1996. L’œuvre a été commandée par l’ensemble Continuum Contemporary Music, et a reçu l’aide du Conseil des arts de l’Ontario. L’œuvre a été créée le 5 juin 1996 par J Tracy Mortimore et Jennifer Waring lors d’un concert donné par l’ensemble Continuum Contemporary Music à la Music Gallery de Toronto.

Création

Composition

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement a été réalisé en avril 1996, et mixé en 1999.

Fixation

  • 1996-04

Mixage

  • 1999

Elastic Rebound

Randall Smith

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 11:11
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • ISWC: T0727934204

Stéréo

ISRC CAD509913770

  • 44,1 kHz, 16 bits

Elastic Rebound (Rebond élastique) est la deuxième de trois compositions explorant l’activité géologique de la terre. Le terme de géologie ‘rebond élastique’, créé après le tremblement de terre de San Francisco, en 1906, renvoie au mouvement des forces tectoniques emportées dans des directions opposées de chaque côté d’une ligne de faille. La plaque se courbe, et des fractures apparaissent aux points les plus faibles. Vient ensuite un rebond appelé ‘rebond élastique’. L’œuvre émerge sur le fond métaphorique de ces mécanismes géologiques. J’ai amassé des événements sonores, beaucoup sont d’origine non musicale, pour donner voix aux phénomènes naturels. Tous conspirent pour créer l’image d’un paysage en mouvement. J’ai pu modifier les dynamiques et les masses en isolant et en élaborant chaque son individuellement. Le mixage ultérieur de ces objets crée un effet sonore de désordre et de cataclysme.

Elastic Rebound évoque avec force la tension du recul géographique. Les plaques tectoniques se heurtent et se repoussent, laissant échapper des gaz. Un grouillant monde souterrain se ramasse puis se disperse dans un unique et furieux soulèvement. Les forces cachées, accumulées au seuil du visible, conspirent la création de nouveaux mondes. Ici, tout est en transformation. Chacun des centaines de sons cède rapidement le pas au suivant. Exhalations, reniflements, craquements et bourdonnements se forment en tempêtes et montent dans un crescendo de fractures. Ces gestes d’ouverture et de fermeture préludent à un nouvel établissement, dans une trêve accordée par l’histoire et la géographie.

MH

[xii-99]


Elastic Rebound, réalisée au studio du compositeur en 1995, avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC), a été créée le 22 septembre 1995 à Montréal, dans le cadre du Symposium international des arts électroniques, ISEA95_Montréal. Elastic Rebound a reçu le Premier prix du jury et le Prix du public au 4e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1995) et a été précédemment gravée sur le disque Prix international Noroit-Léonce Petitot 1995 (NOR 4).

Création

  • 22 septembre 1995, ISEA95_Montréal: Concert, 5e salle — Place des Arts, Montréal (Québec)

Distinctions

Composition

Continental Rift

Randall Smith

  • Année de composition: 1995
  • Durée: 15:00
  • Instrumentation: violoncelle et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: CEE, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0727934191

Stéréo

ISRC CAD509913780

  • 44,1 kHz, 16 bits

Continental Rift (Faille continentale) décrit par une métaphore la modification des structures des continents au cours de leur évolution. L’œuvre pose le passé et le présent en contraste, celui-ci sous la forme d’un assaut acousmatique, celui-là sous la forme d’un solo virtuose de violoncelle.

La partition du violoncelle présente en introduction des moments du passé assortis à des idées musicales prises chez Bach, Beethoven et Kodaly, puis manipulées en vue de produire de nouveaux thèmes dans le contexte de leur temps. Ces motifs musicaux, ensuite connectés par le biais du violoncelle et de la bande, donnent une composition qui évolue en crescendos jusqu’à l’éruption. L’auditeur entend le violoncelle traditionnel évoluer en une expérience acousmatique bien de son siècle. Continental Rift raconte les efforts consentis dans l’histoire pour habiter le présent, elle raconte un souvenir, et aussi le deuil de la tradition et du talent individuel.

Continental Rift s’amorce sur un furieux ensemble de parties que vient libérer le violoncelle en entonnant la triste disparition d’un quelconque tout originel. Les violons, frémissant et tremblant au toucher, déferlent par vagues puis se retirent. Dans un geste mélodique pur et dénudé, un refrain de Bach se trouve enveloppé dans le montage. Suivent des riffs empruntés à Mozart et à ses héritiers, un aperçu synoptique de la musique occidentale soumise au traitement électronique. Alors que la norme présente les classiques en arborescence — l’œuvre d’un grand compositeur menant à l’autre —, ici, chaque moment donne sur de multiples trajectoires, rhizomes de l’imaginaire. Chaque sentier non pris se voit accorder le même temps que ses aïeux. Enfin, d’un air entendu, tels des oiseaux fuyant le passé et tels des blocs tombant dans un grondement cacophonique, les moments s’agencent, préludant à la touche même du compositeur et menant à la toute dernière porte. Qui se ferme… mais pour combien de temps?

MH

[xii-99]


Continental Rift, réalisée en 1995 au studio du compositeur en réponse à une commande du Canadian Electronic Ensemble (CEE), et avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC), a été créée le 17 juin 1995 à la Music Gallery. Continental Rift a reçu le 2e prix lors du 17e Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie, 1995); elle a été précédemment gravée sur le disque Russolo 1995 [efer P95].

Création

  • 17 juin 1995, Concert, The Music Gallery, Toronto (Ontario, Canada)

Distinctions

Composition

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement a été réalisé en février 1999.

Fixation

  • 1999-02

The Unmoved Centre

Randall Smith

  • Année de composition: 1997
  • Durée: 14:08
  • Instrumentation: support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Réseaux des arts médiatiques, avec l’aide du CAC
  • ISWC: T0727934180

Stéréo

ISRC CAD509913790

  • 44,1 kHz, 16 bits

The Unmoved Centre (Centre profond) est la forme sonore de la poétique de la mobilité spirituelle, une douce invitation à voyager au cœur de l’imaginaire, vers l’inconnu qui nous déséquilibre et qui actionne une rêverie toute tournée vers l’ambiguïté et la métaphore. Cette pièce ne représente pas la réalité et l’action extérieures, elle en constitue plutôt une analogie qui trace la piste de sa propre construction. Le titre évoque ce lieu informe où le possible cherche à se matérialiser, et dont la structure réside finalement hors des limites de l’individu. Le centre dramatique de The Unmoved Centre, c’est l’existence extérieure qui devient intérieure. C’est le jeu des forces présidant aux luttes spirituelles qui se livrent à l’intérieur du corps quand il cherche sa place entre le gérable et l’imaginable. Il réside dans une sphère de sons raccordés, discordants et harmonieux.

The Unmoved Centre débute sur une rumeur, sur la suggestion et la possibilité d’une forme; puis une corde annonce l’ordre, avec douceur. Les éléments, tellement distants et éloignés, commencent alors à s’interpeller avec sérieux, à balbutier une cohérence avec rythme, et finalement à former des corps. Une voix syncopée et trillée crie son désir de communication auquel répond une grinçante succession de portes fermées. La vie qui est étrangère, telles les cellules d’un système immunitaire, force la rencontre. Repérage des intrus, tentative de rejet — contrecarrée. Alors se balbutie quelque pacte de réconciliation. Des milliers de mouvements se font signe, s’esquivent et puis feintent, cherchant d’autres lieux où se reconnaître. L’absence d’une commun langage oblige à en inventer un autre. Finalement prend forme un rythme nouveau et mystérieux, mélange de cordes tendues et d’antidotes. Et la danse recommence.

MH

[xii-99]


The Unmoved Centre, réalisée en 1997 au studio du compositeur en réponse à une commande de Réseaux des arts médiatiques avec l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC), a été créée le 19 février 1997 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (1), organisée par Réseaux au Théâtre La Chapelle, à Montréal.

Création

  • 19 février 1997, Rien à voir (1): concert solo + carte blanche: Pression sonore, La Chapelle — scènes contemporaines, Montréal (Québec)

Composition

Convergence

Randall Smith

  • Année de composition: 1998
  • Durée: 9:27
  • Instrumentation: accordéon et support stéréo
  • Éditeur(s): Ymx média
  • Commande: Joseph Petric avec l’aide du Conseil des arts de l’Ontario
  • ISWC: T0713820804

Stéréo

ISRC CAD509913800

  • 44,1 kHz, 16 bits

J’ai voulu créer, avec Convergence, une pièce tributaire d’un instrument couramment associé, dans l’esprit des gens, au plaisir de boire un verre, à la danse et à la culture près de chez-soi; et y combiner mes propres expériences à titre de compositeur. Convergence est en trois mouvements; la partie enregistrée fait entendre principalement des instruments de cultures non occidentales et quelques sons électroacoustiques.

Convergence. L’accordéon tel une ambulance folle laisse imaginer quelqu’un, quelque part, aux prises avec de graves difficultés. Ce scénario carnavalesque, emporté vers la nuit dans un roulement de tambour qui va en s’accélérant, projette l’auditeur dans un jeu de miroirs de foire où la mélodie se courbe et se brise puis se retrouve, non plus dans la vérité de ses reflets mais dans leurs encadrements. Des polkas découpées dans du barbelé virent en une sorte de musique folk boitillante qui titube et dérape, chaque instrument allant dans sa direction propre, vers sa chanson propre, jusqu’à ce que s’interpose une sauvage et irrésistible invocation à danser. Rejoindre et dissoudre la dissonance. Conflit. Puis la demande: m’accordez-vous cette danse?

MH

[xii-99]


Convergence, réalisée en 1998 au studio du compositeur, est une commande de l’accordéoniste Joseph Petric avec l’aide du Conseil des arts de l’Ontario. Merci à Peter Stoll (clarinette et clarinette basse) et à Kevin Breit (guitare, mandoline et banjo) qui ont été pré-enregistrés.

Composition

À propos de cet enregistrement

Le présent enregistrement a été réalisé en mars 1999.

Fixation

  • 1999-03